[Fiction] - Protection Rapprochée - Chapitre 4

Quand le père de Bill passe la porte de ma chambre, je peux pas m'empêcher d'être impressionné. Ce mec a vraiment du prestige dans l'allure ! Bill doit certainement ressembler à sa mère parce que chez cet homme, y a aucune once de féminité ! Pas que Bill ressemble à une gonzesse mais...en fait si, il ressemble bien à une gonzesse, je fais pas ma mauvaise langue, c'est comme ça.

J'observe un instant le Ronald qui suit M. Kaulitz, c'est une armoire à glace ce type ! Hyper grand, blond, très carré de musculature, on dirait le prototype de Terminator ! Ce qui frappe surtout c'est son regard, on dirait de l'acier. Il en impose tellement que je me demande comment un cancer a pu avoir le culot de s'installer vicieusement dans son cerveau ! Je me demande s'il a réellement conscience que tout est fini pour lui ? Je détourne vite fait le regard parce que je veux pas qu'il puisse y lire de la pitié ou quoi, il appréciera pas. J'essaie plutôt de me concentrer sur M. Kaulitz père qui termine sa conversation au téléphone. Je ricane intérieurement quand je réalise qu'il parle depuis un bon moment, son interlocuteur doit être en train de devenir fou et doit avoir envie de bouffer l'appareil et le bougre avec ! Kaulitz parle tellement, et tellement vite que je suis sûr que l'autre ne doit pas avoir le temps d'en placer une ! Je vois de qui Bill tient la parlotte ! Avec son père ils ont un de ces débits ! Imaginez juste une seconde une soirée à table avec ces deux-là ! Maintenant, imaginez le mal de crâne qui va avec...

Pour essayer de retenir un rire, je me tourne vers Ronald et décide d'engager un peu la conversation :

- Bonjour, je suis Tom Trümper. Vous devez avoir certainement tout un tas d'instructions à me transmettre ?

- Bonjour Tom, vous avez donc certainement entendu parler de moi, vu que vous allez me remplacer. Ronald Wolff. En fait j'attends que M. Kaulitz vous informe de certaines petites choses et nous continuerons sans lui.

- Ça fait longtemps que vous êtes au service de cette famille ?

- Environ 8 ans. Mais c'est surtout pour veiller sur Bill que j'ai été engagé.

- 8 ans ? Je ne suis jamais resté plus d'un mois au même endroit ! Je suis plutôt fais pour différentes ''aventures''...

J'entends soudain le père de Bill se rapprocher et prendre la parole :

- Je sais, je sais ! En fait nous nous sommes beaucoup renseignés sur vous avant de vous engager. Il nous fallait le meilleur pour suivre Bill, quelqu'un qui soit à la hauteur de Ronald ! Et l'incident en Israël nous a fortement impressionnés, ainsi que tout votre parcours d'ailleurs ! Je connais bien le Chancelier, le Gouvernement doit vous en être reconnaissant, non ? Helmut Brontz, est un ami de notre famille, il nous arrive de jouer au golf ensemble quand nos emplois du temps le permet. Alors dites-moi tout, Helmut a fait dans son froc, hein ?

Putain, j'hallucine encore ! Je sais pas s'il faut rire ou être dépité, ou être étonné ! En un rien de temps il a eût le temps de dire tout ça ! Je l'imaginais pas en train de plaisanter comme ça, il fait genre si...sévère ! Et je rêve ou il se fout du Chancelier, là ? Il a oublié qu'en tant que garde du corps je dévoile jamais rien sur les gens pour lesquels j'ai bossé ?

- Vous savez Monsieur, c'était une journée particulièrement pénible, nous avons eu TOUS un peu peur. Mais je suis content d'avoir pu empêcher une catastrophe.

Il ne répond rien mais garde un sourire satisfait sur le visage. J'ai l'impression d'avoir passé avec succès le premier test. Mais son portable se remet alors à sonner et après avoir échangé quelques mots avec son interlocuteur téléphonique, il nous fait comprendre par quelques gestes désordonnés qu'il va laisser Ronald me mettre au courant de tout ce que j'ai besoin de savoir et qu'il me reverra plus tard dans la soirée.
Ronald reste quelques instants silencieux, son regard parcours la pièce et se pose sur chaque objets, chaque recoin. Sur son visage je peux lire de la tristesse. A le voir comme ça, j'ai de la peine pour lui et ne peux m'empêcher de me sentir coupable de ''prendre'' sa place. Ça aurait été plus simple s'il n'avait pas été malade ! Mais j'aurais pas été là, c'est sûr.

- Des années...des années de service où j'ai été le meilleur, où j'ai pu montrer que j'étais le plus fort. Et il suffit juste d'un cancer pour avoir le sentiment d'être complètement dominé...

Toujours dos tourné à moi, je l'entends prononcer ces paroles d'une petite voix. J'en reste bouche bée, j'ai toujours eu du mal avec les gens qui évoquaient leur maladie avec une telle facilité. Ça me met mal à l'aise. Lui il a juste l'air...résigné. Je m'approche de lui pour lui faire face et essaie de mettre de la compassion dans ma voix :

- Je suis vraiment désolé. J'aurais préféré vous rencontrez dans d'autres circonstances.

- C'est sûr, moi aussi. Mais laissons tout cela, je rentre aujourd'hui chez moi et je commence rapidement des séances de chimio avec tout le tintouin alors laissez moi vous parler un peu de cette famille. Et particulièrement de Bill, après tout c'est auprès de lui que vous allez être !

Oh oui parle moi de Bill !

- Vous n'êtes pas sans savoir que la famille Kaulitz est une famille très fortunée et donc ça fait parfois quelques envieux. Jörg Kaulitz a décidé de prendre des gardes du corps à son service depuis que les médias se sont emparés de l'affaire « Elf », vous devez sûrement vous rappeler cette sombre histoire des stations services, les grèves, les longs mois où le fisc a mis son nez dans les comptes, etc...?

- Hum, hum

- En fait à ce moment là des menaces de mort ont commencé à l'encontre de Jörg. Il ne prenait rien de tout cela au sérieux mais un soir, alors qu'il rentrait, deux types en voiture l'ont coursé et sa voiture a failli faire une sortie de route. Il n'a rien eu mais il a eu très peur. Quand il est arrivé, son épouse a failli faire une crise d'hystérie et c'est surtout pour la rassurer qu'il a commencé à prendre quelqu'un à son service.

- Mais pour Bill ?

- Pour Bill ? Quand il a commencé à recevoir des menaces de mort le concernant il n'a pas hésité un seul instant et c'est comme ça que j'ai été engagé. Et puis, au fil du temps Bill s'est révélé être un véritable petit génie informatique, il bidouille tout le temps là-dedans, et bien évidemment ça a attiré la curiosité de ces fameuses personnes qui voudraient pouvoir utiliser ses connaissances à des fins disons...financières.

- Oui mais il y a des tas de personnes très douées en informatique, comment cela se fait-il que Bill intéresse autant ? Après tout, un autre pourrait aussi bien faire l'affaire.

- Il a installé le système de la Banque d'Allemagne et c'est lui en général qui s'occupe du système informatique de la société de son père. Une aubaine pour celui qui veut lui mettre la main dessus. De plus, Bill a inventé le programme qui gère la société de Jörg, c'est quelque chose dont il a l'exclusivité et il est le seul à savoir le faire fonctionner. Il y a même un grand groupe Américain qui lui fait du pied pour l'avoir à leurs côtés.

- Il n'est pas intéressé ?

- Non, pas que je sache. Bill est quelqu'un de très simple malgré toute sa richesse et son talent. Il refuse de s'éloigner de ses parents. Il est très attaché à notre pays et à sa famille. Vous verrez, c'est quelqu'un de bon, de très gentil. Il m'a toujours traité plus qu'un garde du corps, après tout je l'ai connu il était en pleine adolescence. Maintenant c'est un jeune homme formidable et accompli. C'est quelqu'un de très sociable, généreux. Vous l'aimerez, j'en suis sûr !

J'en ai bien peur...

- Mais il faudra quand même vous méfiez, continue Ronald, Bill peut être parfois un véritable chenapan. J'ai toujours insisté pour avoir son emploi du temps à l'avance, mais quand il décide de vous semer, il y arrive c'est incroyable ! Je me souviens quand il était adolescent et qu'il voulait sortir sans que je vienne, je devenais presque fou à essayer de ne pas me faire berner ! N'hésitez pas à insister lourdement pour qu'il suive VOS directives. Mais dans l'ensemble ça va, il est quand même très conscient de ce qui peut lui arriver et ne se mettrait jamais, ni lui ni vous, en danger inutilement.

- Bien, j'en prends bonne note. Mais c'est exactement comme ça que je voyais le job de toute façon. Et pour l'installation dans la maison ? Les gardes de nuits ?

- Eh bien en fait, vous avez dû remarquer que la maison est très étroitement gardée. De ce côté-là, nous avons toujours été tranquilles. Il y a du personnel de nuit qui fait des rondes dans le parc, devant la maison mais les gardes du corps de la famille disposent de leur chambre. À moins qu'il ne le demande lui-même, vous ne serez pas amener à veiller devant sa porte à la maison. Maintenant, quand Bill est en déplacement, il vous dira ce dont il a besoin. Là encore je vous rappelle de faire attention, il a tendance à...refuser qu'on monte la garde devant sa porte, son bon c½ur nous pousse à aller dormir nous-même.

- Ok, y a t'il d'autres choses que je devrais savoir ?

- Non, pour la paperasserie, tout a été envoyé à vos bureaux, vous êtes donc payé par virement bancaire. Tous les déplacements sont pris en charge par M. Kaulitz. Non, je ne vois rien d'autre. Oh, concernant les repas, à la maison vous les prendrez avec le personnel, ou à part comme vous voulez, mais vous n'êtes pas obligés de rester avec Bill. Pour les déplacements, je suppose que vous ferez comme avec vos précédents clients.

- Bien, merci beaucoup Ronald, je...encore une fois, j'aurais préféré vous rencontrer dans d'autres circonstances mais soyez rassuré, Bill est entre de bonnes mains.

- Je sais. Faites bien attention à lui, les dernières menaces que nous avons reçues sont de plus en plus sérieuses. Tout est bien-sûr entre les mains de la police, mais l'enquête ne donne rien pour l'instant. Bill ignore la plupart des lettres reçues, à la demande de son père. Nous ne voulons pas l'inquiéter plus que nécessaire. Et...dernière chose....

- Laquelle ?

- Comme vous le savez, nous nous sommes beaucoup renseignés sur vous, Tom, et je sais que vous n'avez aucun préjugés. Donc je sais que vous ne vous formaliserez pas du fait que Bill soit...homosexuel. Vous verrez souvent son petit ami, un jeune homme très bien aussi, il s'appelle Andréas Kant. Voilà, j'ai fais le tour. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, voyez avec Sam, c'est le chef de la sécurité de la famille. Il est installé dans la maison près de la grille d'entrée et ses coordonnées sont à côté de votre téléphone.

- Ok. Je suppose que vous allez devoir partir ?

- Oui, Jörg a tenu à ce que le chauffeur me dépose à la gare. Il m'a même pris une place en première classe. Vous allez aimer cette famille, ce sont vraiment des gens bien.

Cette conversation terminée, il me salue, me tourne le dos pour aller faire ses adieux au reste de la famille mais surtout pour aller dire au-revoir à son petit protégé. Bill. Apparemment quelqu'un de super, de doué et ...d'homosexuel.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.162.173.119) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Yukii1997

    12/05/2012

    vraiment très très beau !!

  • chaos87th

    26/07/2011

    Bill est quelqu'un de super, doué, homosexuel... mais il a oublié.. en couple.
    Ce qui est bien dommage.
    Mais ça va changer j'espère ^^

  • th-lucky-fic

    17/01/2010

    c'est incrayable comment j'arrive a percevoir les emotion du garde du corp
    tu a vraiment bien bosser la
    j'ai hate de continuer ma lecture
    je sent que sa va pa etre triste avec le petit fillou de bill et son petit copain
    désolé pour ces coms pas très ordonné mais je suis trop présser de lire la suite

  • aime-moi-ya0i

    07/12/2009

    J'adore!
    Tu écris vraiment bien!!

  • chocolat-mure

    25/10/2009

    Juste petite question, tu t'es inspirée de Bodyguard ?

  • Pucca97217

    05/09/2009

    "Comment un cancer a pu avoir le culot de s'installer vicieusement dans son cerveau!!!"
    Lol.
    Quand Tom part dans ces réflexions on a droit a tout c'est fou.
    "Vous l'aimerez, j'en suis sûr !
    J'en ai bien peur..."
    Pauvre Tom c'est pas si grave

  • blidin

    23/07/2009

    Aaaaaaaaah Andréas il casse tout xD

  • Thunderbolt-Real-Ya0i

    11/07/2009

    Alors le truc qui m'as fais rire dans ce chapitre c'est le "oh oui parle moi de Bill"
    J'ai adoré !

  • nirvana-angelTH83

    15/06/2009

    XD on imagine bein le 'tit billou qui tente de semé son garde du corps genre swarzi ^^

  • xUnsy

    22/03/2009

    La dernière phrase est juste... Parfaite XD
    Nan mais je sais que je vais me répéter, mais merde, comment tu fais ? On a l'impression d'être vraiment là, d'avoir sa tronche sous le nez et de voir toutes ses réactions en live... Le pauvre Tomi tout chamboulé est craquant >< Et puis j'sais pas, tes phrases quoi, genre "je me demande comment un cancer a pu avoir le culot de s'installer vicieusement dans son cerveau !", j'trouve ça... Me demande pas pourquoi, par pitié, je serai incapable de te l'expliquer. C'est juste... Réel. C'est aussi pour ça que j'ai eu ce pincement au coeur tout au long de ma re-lecture, parce que j'ai été tellement obnubilé par cette fiction, tellement accro et à fond dedans que j'ai eu vraiment l'impression de perdre des amis en la terminant.
    Andréas... Ahlalala, oui, comme tu me l'as dis dans un de tes commentaires, je SAIS que tu l'aimes pas en général, et merde, tu le montre bien dans cette fiction XDDDDD J'adore j'adore j'addoooore <3

Report abuse