[Fiction] - Protection Rapprochée - Chapitre 8 (Partie 3/3)

- Hmmm...Bill...tu me rends fou...ton odeur...ta peau...

Je suis pas loin d'Andréas et de Bill qui sont en train de s'embrasser comme des malades. Ils sont contre le mur extérieur de l'écurie, ils ne m'ont pas encore vu étant donné que je suis juste derrière la haie à côté d'eux, à peine à trois mètres. J'entends leurs bruits de bouche et j'ai envie de vomir. Andréas est appuyé contre le mur, une jambe repliée contre et il maintient Bill entre ses jambes. Je le vois mettre ses mains sous son tee-shirt, caresser sa taille et remonter une main jusque son cou pour pour la faire ressortir par le col du tee-shirt et passer ses doigts dans les cheveux noirs de Bill. Je me fais l'effet d'un voyeur mais la rage me cloue au sol. Une petite douleur me fait réaliser que j'ai les poings trop serrés, mes ongles sont enfoncés dans la paume de mes mains. Il faut que je parte de là, c'est pas normal de rester là à regarder Andréas qui descend une de ses mains pour l'attirer plus à lui et agripper les fesses de Bill qui se met à gémir. Andréas se détache de Bill et le plaque violemment contre le mur, là où lui se tenait l'instant d'avant.

- Aïe Andi, doucement...tu me fais mal...

- Putain, j'en peux plus...

Il se jette sur la bouche de Bill, se met à l'embrasser voracement et essaie de dégrafer son pantalon. Ce qui a l'air de lui paraître difficile vu la proximité de leurs corps et les mouvements de frottement qu'il fait. La seule pensée qui me vient à l'esprit c'est de me jeter sur lui pour le...détacher de Bill, le frapper, lui briser les mains avec lesquelles il touche Bill, lui faire péter ses lèvres avec lesquelles il embrasse Bill, lui écraser les parties génitales avec lesquelles il...putain ! Et là je comprend...je comprend enfin ! Je suis simplement jaloux, jaloux de ce connard décoloré qui peut toucher Bill, jaloux parce que...je suis attiré. J'y réfléchirais pas plus tard, c'est maintenant que je réalise que Bill me plait bien plus que je veux me l'avouer. Depuis le moment où il est entré dans le bureau de Georg, jusqu'à ce matin où plus que guidé par l'envie de bien faire mon boulot, la peur de le perdre a décuplé mes forces, jusqu'à ce soir où la vue d'Andréas se permettant ces gestes intimes avec lui m'insupportent totalement. Je sais plus trop quoi penser et reste paralysé par ma découverte, à quelques mètres de ces deux mecs qui ont aucune idée du combat intérieur qui est en train de me miner. Je me fais violence pour pas me jeter sur Andréas et fracasser sa tête contre le mur sur lequel il appuie Bill, jusqu'à ce que sa cervelle soit réduite en bouillie pour bébés.

Il continue d'essayer de déboucler la ceinture de Bill qui commence à protester :

- Non, arrête...Andi arrête...

- Chéri, laisse moi, j'en peux vraiment plus là...on monte ? Oh j'ai une idée, on va dans l'écurie...hummm dans la paille...attend je vais ouvrir, viens...

- Non Andi, pas là...pas comme ça...et puis, je suis fatigué, tu devrais rentrer...

Mais il voit pas ce con prétentieux que Bill ne veut pas ?! Le blond continue ses attouchements à travers les vêtements complètement en train d'hyperventiler, ignorant les protestations de Bill qui commence à le repousser par des mouvements un peu plus fermes.

- Oh arrête Bill, d'habitude tu dis jamais non, je vais t'aider à te détendre justement, allez...sois gentil...

- Gentil ? Mais comment tu peux...lâche moi Andi, tu t'emballes trop là, arrête je te dis !

- Non, pas cette fois, tu m'excites depuis ce matin et là j'ai bien trop envie. Hummm...Bill tu me fais...

Je repense à ce matin, quand ils étaient dans la cabine d'essayage et là, j'hésite pas une seule seconde, je contourne la haie derrière laquelle j'étais dissimulé, attrape Andréas par le bras et l'envoie valser à quelques pas de Bill.

- Ça suffit Andréas, Bill vous a demandé d'arrêter !

Les deux sont d'abord trop surpris pour répondre mais je vois un éclair de rage passer dans les yeux d'Andréas.

- Tom ? Mais qu'est-ce-que vous foutez là bon sang ? De quoi je me mêle ?

- Je me mêle de la vie de Bill, c'est ce pour quoi je suis payé !

- Justement, vous êtes son employé pas sa nounou, il peut décider lui-même de ce qu'il veut faire !

- Et de ce qu'il ne VEUT PAS faire, vous semblez ne pas l'avoir entendu quand il vous a demandé plusieurs fois d'arrêter.

- Mais...Bill, dis quelque chose, tu vas pas le laisser me parler comme ça, en plus il nous espionnait mais c'est vraiment n'importe quoi ! Retournez à votre chambre Tom, si on en a besoin on vous appellera !

La voix de Bill claque, sèche :

- Ta gueule Andréas, tu parles pas à Tom comme ça ! C'est mon garde du corps, il veut simplement me protéger.

- Te protéger ?! Te protéger de moi ?! C'est la meilleure, jamais Ronald n'aurait agis comme ça, et toi Bill tu sais que je ne t'aurais pas fais de mal.

- Sauf que tu ne t'es pas arrêté quand...ok laisse tomber, tu devrais rentrer Andréas, il est tard et je suis vraiment fatigué. La journée a été plus qu'éprouvante pour nous tous.

Andi me regarde encore méchamment et je lui renvoie la même haine dans mon regard. Il tourne les talons et repart furieusement en marmonnant. Quelques secondes plus tard on entend le bruit de sa voiture qui s'éloigne peu à peu. Je reste là, immobile, confus, ne sachant quoi dire. Mais j'essaie quand même, je veux pas qu'il croit que je jouais au voyeur, même si c'était un peu le cas.

- Désolé Bill, je voulais pas vous espionner, j'étais sorti pour fumer et je suis tombé sur vous, avec Andréas qui avait l'air...enfin...de perdre un peu son self-control. J'ai pensé qu'il était temps d'intervenir.

- C'est bon, y a pas de mal. Décidément, je sais pas ce qu'il a aujourd'hui mais vous savez, il ne m'aurait pas fait de mal. Ouh làlà ! Cette journée a été plus que bizarre, je vais aller me coucher et essayer de mettre fin à toute cette série noire. Je crois qu'on est tous encore un peu sur les nerfs. Bonne nuit Tom.

J'hoche la tête et il commence à avancer vers moi pour partir. Je réfléchis à toute vitesse pour trouver un truc à dire pour le retenir un peu mais je trouve rien. Alors qu'il passe à ma hauteur j'arrête de réfléchir et le fais pivoter vers moi en l'attrapant par le poignet, je l'encercle avec un bras, pose une main dans sa nuque comme j'ai eu mille fois la pensée de le faire et attire sa tête vers moi pour commencer à l'embrasser. Je ferme les yeux pour mieux apprécier son goût délicieux qui m'a déjà fait perdre la raison. Il entrouvre la bouche de surprise, de plaisir ?

Et là je frissonne violemment. Il sort le bout de la langue pour venir redessiner le contour de mes lèvres, il l'entre dans ma bouche et vient lécher mon palais. Sa langue me caresse lentement, indécemment de l'intérieur, son piercing frotte doucement contre ma langue et ça me fait l'effet d'un coup de courant électrique. J'avance la langue à mon tour et l'enroule autour de la sienne lui tirant un léger gémissement. J'attrape sa langue entre mes lèvres et la suce doucement. Il se met alors à mordiller mon piercing et toute la longueur de ma bouche. Ce baiser perd son allure sensuelle pour commencer à être un peu plus profond, un peu plus violent, un peu plus sauvage. Nos langues s'entrechoquent et continuent de se caresser inlassablement. Il s'accroche à mon cou, me caresse le dos et je le sers un peu plus contre moi, respirant à pleins poumons son odeur enivrante et profitant de sa bouche qui joue avec la mienne. Je me laisse totalement aller et remonte ma main dans ses cheveux pour lui masser tendrement le cuir chevelu. Ses doigts effleurent ma nuque, caressent mon cou, ma clavicule, mon épaule pour finir par descendre le long de mon bras et je suis complètement en transe, ma tête me tourne, mon ventre se tord, mes tripes prennent feu et je le sens trembler contre moi. Je suis en train de fondre complètement. Et j'adore ça.

Au bout de quelques minutes de cet échange qui menace de me rendre fou, si ce n'est pas déjà fait, je garde les yeux fermés mais colle mon front contre le sien. Il se détache légèrement de moi et me regarde dans les yeux quand j'ouvre enfin les miens. On est essoufflés tous les deux, lui a les cheveux complètement ébouriffés, avec les lèvres gonflées et rougies il est encore plus beau. Je passe ma langue sur mes lèvres pour récupérer les dernières saveurs qu'il a laissé et arrive enfin à le lâcher un peu. A contrec½ur.

- Tom...?

- Chuuuut. Dites rien, s'il vous plait ne dites rien...

Je suis incapable de continuer. Il me regarde interloqué pendant quelques secondes et fais volte face pour rentrer dans la maison sans rien rajouter lui non plus.

Je le regarde partir et me prend le visage entre les mains. Qu'est-ce que je viens de faire ?

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.234.0.2) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Smissou-TH

    11/08/2013

    Ne te sens pas coupable Tom, je te comprends COMPLÈTEMENT !
    Mais il a de quoi être troublé, lui qui avait comme objectif de ne pas mêler son travail à ses sentiments... C'est raté ! Mais bon, on va pas s'en plaindre. Je me demande ce qui va se passer le lendemain.
    Et Andréas alors, je l'aime pas celui là ! Il est stupide, met Bill en danger et il m'énerve ! Bref, je vais continuer à lire ta superbe fic.

  • chaos87th

    27/07/2011

    Ben Tom vient de craquer, mais j'adore la façon dont il l'a fait.
    Je pense que Bill aussi, malgré qu'il est totalement choqué que ça soit Tom qui ai prit les devant.
    Par contre j'aurais bien voulu que Tom laisse Bill parler.

  • môa

    24/01/2010

    putain de beau baiser j' avoue mais je suis déçue que
    tom fasse un peu n' impoirte koi. c' est vrai que c pas c
    affaires de soccuper dla vie intime de bill et andy... surtout
    si c pour se taper bill juste après.
    bref, j' espère qu' il va un peu arrêter (avant de recommencer
    bien sur ^^)

  • th-lucky-fic

    17/01/2010

    super tom au secours de bill
    lol je debloque
    et le bisou wahou ^^
    victoire de tom andy k.o

  • Pucca97217

    05/09/2009

    Héla Andy calmos il mérite une bonne douche froide sa va le calmer.
    Non mais il se pren pour qui le Andy non c'est non.
    Hummmm j'adore ce baiser.
    Uè Tom qu'est ce que t'a bien put faire

  • Thunderbolt-Real-Ya0i

    11/07/2009

    Mdr ! La gêne quand même

  • nirvana-angelTH83

    15/06/2009

    wouh c'est chaud!!!

  • xUnsy

    22/03/2009

    Le coup des ronflements était trop chouuuuu <3
    Par contre, tu vois, encore une constation après-relecture, Andréas était déjà louche dès le début, cette réaction était trop exagérée pour être vraie, et ça, je me souviens que j'y avais pas fais attention la première fois, et d'avoir été sur le cul à la fin de la fic ^^ Ça, c'est de l'art, savoir dévoiler sans trop en dire n__n
    Quel con quand même ce blondinet, il a faillit le violer èé Connard va (et dire que j'adore faire de Andi le gentils dans mes fic xD)
    Oh et puis le baiser <3 Putain, j'en ai encore des frissons tellement c'est bon, et intense, et trop bien décrit <3 (j'vais me calmer avec mes <3 moi XD)

  • love-hina83

    15/03/2009

    ben ta embrassé tn emplpyeur c tt bs. jadore se ke técri bsx

  • nirvana-angelTH83

    13/03/2009

    ouh!! j'ai le coeur ki va explosé je crois ^^

Report abuse