[Fiction] - Protection Rapprochée - Chapitre 11 (Partie 1/2)

Quand je ressors de la douche je me sens un peu plus détendu et soulagé. La fatigue des dernières heures m'engourdit le corps, je crois que je vais m'endormir en moins de temps qu'il faut pour le dire. Avant de m'allonger je m'avance vers la porte qui sépare ma chambre de celle de Bill, pose les mains à plat dessus et colle mon oreille. J'essaie de capter le moindre bruit qu'il pourrait faire. Je me trouve complètement ridicule mais je m'en fous, personne me voit. J'entends qu'il s'agite un peu, il doit être aussi en train de se changer, ou de se coucher. J'ai envie d'ouvrir cette fichue porte et d'aller le retrouver, je suis déjà en manque de lui. Gamin, vous pensez ? Ouais, moi aussi. Je reste un instant comme ça, me persuadant que je peux sentir son odeur à travers la porte. Comme si c'était possible. Je ferme les yeux et commence à tapoter la porte de mon front, mes pensées défilant à toute vitesse.

Je pourrais entrer dans sa chambre, il serait là allongé sur son lit et quand il me verrait un grand sourire ornerait ses lèvres si tentantes. Il soulèverait le drap et m'inviterais à m'allonger auprès de lui et je me glisserais à ses côtés, contre son corps si chaud qu'il collerais de suite contre le mien. J'enlèverais jusqu'au moindre vêtement qu'il porte pour sentir sa peau contre la mienne. Sa peau...elle doit être douce, pour le peu que j'ai pu touché à mon appartement, c'était comme un rêve, du velours. Je le ferais frémir par des caresses insistantes, explorerais son corps avec ma bouche et avec ma langue et le ferais me supplier de lui en donner plus. Et moi je le ferai languir. Languir jusqu'à ce qu'il n'en puisse plus. Languir au point qu'il en deviendra fou, qu'il sente tout tourner autour de lui, comme c'est le cas pour moi quand je suis avec lui et qu'il pose les mains sur moi. Et ça ferait alors des étincelles, pire, un véritable feu d'artifice haut en sons et en couleurs, là, sous le drap qui nous recouvrirait, nous protégeant du regard que certains auraient, trouvant ça moche, contre-nature ou dégueulasse. Je garde les yeux fermés pendant que je pense à tout ça, luttant pour ne pas pousser cette maudite porte et mettre mes idées à exécution. Il serait tellement beau sous mes mains. J'avale difficilement ma salive quand je l'imagine se tortillant sous le plaisir que je pourrais lui donner. Ses yeux fermés, la tête rejetée en arrière sur l'oreiller, la gorge offerte et le corps qui se cambrerait et qui bougerait sous mes assauts répétés.

Putain je recommence à avoir une trique d'enfer, il m'en faut pas beaucoup pour perdre la tête. Vaut mieux que je me calme, je veux pas me finir à la main, ni reprendre une autre douche et aller le voir n'est pas une meilleure idée non plus, bien que plus que tentante, il y a encore un peu trop de fouillis autour de nous, je veux pas le faire sans qu'il soit complètement à moi, entièrement, sans aucune arrière-pensée qui pourrait venir troubler cet instant magique qu'on partagera ! Je finis donc par arrêter là mes pensées perverses et vais me coucher. Juste avant de sombrer, je vois des images irréelles entrecoupées de vrais souvenirs, Gus souriant, Bill gémissant et je m'endors enfin.

La première pensée qui me traverse en me levant c'est : Andréas, aujourd'hui tu te fais jeter ! Il est encore tôt, ça m'étonne j'étais tellement crevé. Mais j'ai vraiment bien dormi, d'être ici, dans ma chambre chez Bill me fait juste me sentir bien, comme...à ma place. Non, en fait ma place aurait été mieux dans le lit de la chambre d'à côté. Me demande s'il est levé. Après une douche rapide et après m'être préparé avec soin je frappe à la porte de Bill et comme ça répond pas j'en déduis qu'il doit être dans la cuisine. Je le retrouve devant un café, quand il me voit entrer il me sourit largement :

- Salut beau blond ! Tu veux un café ?

Je jette un coup d'½il rapide autour de moi pour m'assurer qu'il n'y a personne et l'embrasse furtivement sur la bouche. Il a le goût du café.

- Salut toi ! Ouais je veux bien. Tu me sers ?

- Eh ! Abuse pas non plus...Qui est supposé être au service de l'autre, hein ? Tiens, j'avais déjà sorti une tasse pour toi. Tu vois comme je peux être gentil ?

- Je vois ça, t'es bien dressé, c'est bien.

Il rit un peu et secoue la tête l'air de dire « idiot, va » quand je remarque d'un coup la tenue qu'il porte...une salopette en jean avec un tee-shirt blanc dessous ! Je manque m'étouffer dans ma tasse !

- Bill ! C'est quoi cette tenue ? T'as perdu un pari ?

- Ah ah ! Très drôle, Tom, vraiment très drôle ! J'ai mis cette tenue parce que ce matin je vais aller acheter de la peinture, j'ai envie de repeindre un mur de ma chambre.

- Et y a pas quelqu'un qui pourrait s'en charger ? Tu devais pas travailler avec ton père ?

- Si y a bien des personnes qui pourraient le faire mais je veux m'occuper de ça moi-même ! Je vais aller chercher la couleur, et je reviendrais peindre et tu sais quoi ? Tu vas m'aider, donc va falloir que je te prépare une salopette aussi !

- Jamais ! Regarde-moi bien Bill, jamais ! Je veux bien t'aider, suis là pour ça, mais pas mettre une salopette ! Pas que tu sois pas sexy là-dedans, mais...je sais pas...ça te donne un air très campagnard !

- Moi je me trouve très bien là-dedans ! T'as aucun goût !

- Tu trouves ? C'est vrai...t'es vraiment moche comme gars...je me demande bien ce qui a pu m'attirer !

Il reste sans voix un instant et éclate de rire. C'est génial le rapport qu'on a, toujours à se taquiner, à plaisanter, avec lui je me sens vraiment à l'aise.

- Je travaille avec mon père cet après-midi.

- Et au fait, tu devais voir Andréas aujourd'hui aussi, non ?

- Oui, en fait il m'a appelé très tôt ce matin, on se voit ce soir. Ça m'embête, il allait vraiment pas bien.

- Et alors ? Il s'en remettra !

- Tom ! T'as aucun c½ur ! Le pauvre, il est malheureux.

- Oui dès fois on gagne et dès fois on perd ! Il trouvera bien quelqu'un, un jour, qui se laissera culbuter dans la paille sans protester !

- Oui bon, ça va je vois à quoi tu fais allusion. On y va ?

Je termine mon café et le portable de Bill se met à sonner, je comprends rapidement que c'est Andréas de nouveau, mais qu'est-ce-qu'il veut à la fin ?! Bill le voit ce soir, c'est bon, il compte appeler toute la journée ? J'écoute d'une oreille distraite ce que Bill lui répond, j'ai pas envie de m'énerver, la journée a bien commencée, je suis là avec Bill à rire et plaisanter, je veux pas me miner le moral pour cet imbécile !

- Oui...oh, vraiment ? Et bin ce matin j'ai des trucs à faire, Andi, on avait dit qu'on se voyait ce soir. Oui, fin d'après-midi...je vais au magasin de Walter, acheter de la peinture...pour repeindre ma chambre...non ça va c'est pas la peine, Tom me filera un coup de main si...Andréas tu vas pas commencer ?...Si ?...Écoutes...Tu vas pas me faire une scène là ?...OK tu me fais une scène...bon on se voit ce soir, d'accord ? Passe une bonne journée...bye !

Il soupire bruyamment en raccrochant et s'affale un peu plus sur sa chaise.

- J'aurais peut-être pas dû lui dire que tu allais m'aider finalement.

- Bin tiens ! Il est en train de te perdre et tu veux qu'il dise rien ? Donc, vous vous voyez ce soir ?

- Oui, avant le dîner.

- Je ferais mieux de rester dans le coin alors ! J'ai vu comment il peut être...entreprenant quand il s'y met !

- Non si tu es là ça risque d'être pire. De toute façon, je compte pas entrer dans les détails avec lui, je veux juste lui dire que ce serait mieux qu'on en reste là, lui et moi. Il se fait assez de films comme ça sur toi et moi ! Il t'aime pas beaucoup on dirait !

- En même temps il a pas tord...Tu sais les choses comme ça se sentent toujours et tu pourras lui dire que je l'aime pas non plus cet-

- Bon ok, on verra bien. Inutile de tomber dans la vulgarité. On y va ?

Ça a du bon d'être son garde du corps, je dois être avec lui tout le temps, partout. Jamais j'ai autant aimé mon boulot. J'ai jamais autant aimé mon client non plus !

Dans la quincaillerie Bill ressemble à un vrai gamin, il court partout, regardant les pots de peinture un à un scrupuleusement et me soûle de paroles. Encore. Il demande parfois mon avis et écoute à peine ce que je commence à lui répondre pour se jeter sur une autre couleur.

- Et celle-là ? Oh, t'as vu celle-là ? C'est...c'est du quoi, ça, du « saumon »...

- Tu vas quand même pas peindre un mur de ta chambre en saumon, Bill ! Ça fait chambre de jeune fille !

- Ah tu trouves ? Bon et...oh regarde celle-là !

- Beeeeeeerk ! Du vert ? C'est moche le vert, moi perso je déteste le vert, j'ai jamais-

- Et si je faisais un mélange ? Ou que je repeignais toute la chambre finalement ? Ou alors je fais poser de la tapisserie ? Non, la tapisserie ça fait comme chez les vieux. Je peux laisser tout en blanc et coller des sticks dessus j'en ai vu dans un rayon et y en avaient qui-

- Bill ! Fais ce que tu veux mais par pitié décide-toi ! T'étais parti pour repeindre UN mur de ta chambre ! Ça va faire vingt fois que tu changes d'avis, je croyais que tu avais déjà choisi la couleur ?

- Ouais...non, j'avais bien une idée mais finalement je sais pas. Oooooh je VEUX absolument celle-là !!!

Enfin ! Il aura fini par trouver ! Il me montre un pot de couleur rouge brique, vraiment très joli. J'aime bien ce genre de couleur, ça fait chaleureux, ça lui ressemble. Quand je le lui dis il rougit un peu. J'attrape le pot de peinture et choisis quelques pinceaux et tout autre matériel et produits dont on pourrait avoir besoin parce que bien-sûr il y avait pas pensé, et me dirige vers la caisse avant qu'il change d'avis. Après avoir payé les achats, on reprend la route. Sur le chemin je note qu'il tourne régulièrement la tête vers moi. Hum...il fait son air chafouin. Qu'est-ce-qu'il mijote ?

- Bill ? Y a quoi ?

- Rien, rien, pourquoi y aurait quelque chose ?

- Oh là ! T'as répondu trop vite ! Je sais pas, tu me regardes depuis un moment et tu dis rien. A quoi tu penses ?

- Mais à rien, je te dis. Rhoooo je vois que la confiance règne, quand je dis « rien » il faut absolument que je sois en train de préparer un mauvais coup ?

- Obligatoirement, si.

J'avais raison, il détache sa ceinture et se rapproche de moi.

- Bill remets ta ceinture, c'est pas prudent.

- Mais je fais rien, là, je te regarde juste conduire. T'es méfiant, quand même, hein !

Je lui lance un regarde de côté qui indique bien ce que je pense. Ouais, je commence à connaître un peu l'animal ! Il s'assoit de côté pour pouvoir mieux me regarder et ...son portable sonne encore. Il regarde qui l'appelle et quand il voit que c'est ENCORE Andréas il décide de pas décrocher.

- Oh non ! Mais je lui ai dis qu'on se voyait ce soir...là je réponds pas. Ça peut attendre.

- Bon sang, il est...féroce ! Si tu lui réponds pas il va paniquer.

- Non, ça va aller. Je le connais, il sera un peu fâché mais je veux pas avoir à lui mentir encore au téléphone ou l'envoyer balader. C'est déjà assez difficile d'avoir à lui parler d'une rupture ce soir ! J'en ai assez fait, là. Je veux pas avoir l'air de jouer avec lui non plus. Il mérite pas ça.

- Hum hum...

Il fait un large sourire et demande :

- T'es jaloux...

- N'importe quoi...

- Si t'es jaloux !

- Non je te dis.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.234.45.10) if someone makes a complaint.

Comments :

  • chaos87th

    28/07/2011

    Putain mais il est agaçant Andréas. Ca ne serait que moi à force qu'il appelle, j'aurais décroché et lui aurait dit ses 4 vérités.
    Non mais. lol

  • LibertyUSA-Helene

    28/02/2010

    Je voulais te dire que a partir du chapitre 6 , il manque des parties de ton histoire a la fin , heureusement que ta tout postée sur le forum
    Bise

  • Pucca97217

    05/09/2009

    J'aime bien ce chapitre il est tout mimi et drôle et Tom wiiiiiiiiiiiiiii t'est jaloux

  • Thunderbolt-Real-Ya0i

    11/07/2009

    Mdr ! Bill en salopette ! Classe ^^

  • nirvana-angelTH83

    15/06/2009

    trop mignon tomi jaloux ^^

  • nirvana-angelTH83

    15/06/2009

    pov' tomi il peu même pas en placé une avec ce moulin a paroles XDDD

  • love-hina83

    15/03/2009

    menteur!!!!!!!!! jadore le coté jalou de tom et jadore ta fic bsx

Report abuse