[Fiction] - Protection Rapprochée - Chapitre 11 (Partie 2/2)

- Ah ouais ? T'es pas jaloux ?

- Bill, combien de fois il faudra que je te le dise, je suis pas jaloux. Je vois pas pourquoi je serai jaloux de ce...de...d'Andréas, tout blond soit-il !

Je vois du coin de l'½il qu'il plisse les yeux en me regardant pendant quelques secondes et soudain il se rapproche de moi et murmure suavement à mon oreille :

- Ok, t'es pas jaloux. Ça te gêne donc pas de savoir que ce soir, quand il va arriver il va certainement vouloir me prendre dans ses bras...

Sa voix se fait plus basse encore, tout contre mon oreille.

- Et qu'il va vouloir me faire ça...

Il passe lentement le bout de sa langue pour retracer le contour de mon oreille et je me retiens avec grande peine de fermer les yeux. Je conduis, pas prudent !

- Et certainement ça aussi...

Il pose des lèvres humides dans mon cou et trace avec la langue des petits sillons mouillés qui remontent jusque sous mon oreille. Ça m'excite, mais le fait qu'il s'agisse de l'idée d'Andréas lui faisant cela ne m'enchante pas du tout. Mais pas question de le lui montrer ! Je fais mon possible pour garder un ton et un air neutre :

- Non ça me gêne pas.

Il recule un peu pour continuer de me regarder et revient bien vite dans mon cou.

- Et je te parle même pas de ce qu'il aura envie de me faire...encore pire que les autres fois...

Putain, en plus c'est vrai. Quand ce connard va arriver, il va vouloir lui sauter dessus, c'est sûr ! Et même si il sent le malaise qu'il y a entre eux, le connaissant un peu ça m'étonnerait que ça l'arrête. Mon sang est en train de bouillir dans mes veines quand j'entends Bill me dire avec un soupçon de gaieté dans la voix :

- Oui bien sûr t'es pas du tout jaloux, hein ?

- Non du tout.

Je le regarde encore de côté quand je vois un immense sourire satisfait sur sa figure. Il dit rien et pointe du doigt mes mains accrochées au volant. Tellement agrippées dessus que mes jointures blanchissent. Putain il m'a eu !

- Relâche un peu le volant Tom ! Il t'a rien fait !

- Pfff...t'es sournois quand même ! Tu joues avec mes nerfs, Bill, ça se paiera à un moment donné !

- Et après viens me dire que t'es pas jaloux...J'avais raison !

- Je vois pas ce que ça change si je suis jaloux, ou pas.

Il arrête d'un coup de sourire et je le sens me regarder un peu plus intensément :

- Pour moi ça change tout...

Oui pour moi aussi ça change tout. J'ai jamais été jaloux pendant mes précédentes relations. Bon j'aimais pas spécialement qu'une nana avec qui j'étais drague un autre sous mon nez, ça faisait un peu manque de respect, moi-même j'ai toujours évité de le faire. Mais en gros, je...je m'en foutais. Voilà pourquoi j'ai jamais eu de longues relations. J'étais pas assez impliqué, j'avais pas de sentiment autre que celui qui pousse à vouloir que du sexe. Et quelques petites sorties, histoire de pas passer pour un goujat trop pressé. Ma mère m'a toujours appris « quand tu sors une fille, c'est toi qui paye, le resto, le ciné, tout. Ça s'appelle la galanterie. » Et mon père rajoutait dans son dos « Et t'oublie pas les capotes, fils ! Ça s'appelle la prudence. ». Sacré papa ! Bill pose une main sur ma cuisse, la fait glisser vers l'intérieur et viens me souffler à l'oreille.

- Tu m'en veux pas, quand même, hein de jouer avec tes nerfs ? Ah tu boudes ? Ok je vais voir ce que je peux faire pour me faire pardonner...

Il enlève ma ceinture de sécurité ignorant mes protestations qui sont d'ailleurs rapidement étouffées quand il commence à m'embrasser dans le cou, à me lécher la gorge par moments et je sens ses doigts défaire un à un les boutons de ma chemise, faisant apparaître la chair de poule quand ses doigt arrivent enfin à toucher ma peau. J'essaie de me concentrer sur la route pendant qu'il me caresse le ventre sensuellement et laisse remonter ses doigts pour effleurer mon torse qu'il a dénudé.

- Bill...Bill arrête je conduis là, c'est pas-

- Chuuuuuuut...laisse toi faire et quitte pas la route des yeux...

Quand je sens ses doigts s'activer sur ma ceinture, j'ai peur de comprendre...Il va pas...Si, il va !

- Bill ! Non, arrête ça tout de suite, t'es pas bien, je...je conduis, je peux pas...on va avoir un accident...je...suis...pas supposé te...

J'ai de plus en plus de mal à parler normalement, le plaisir m'envahit de toute part et me monte à la tête quand il glisse sous mon bras droit et se positionne de façon à pouvoir embrasser mon torse. Il repousse un peu les pans de ma chemise et colle sa bouche sur mon téton, faisant jouer sa langue tout autour, suçotant et mordillant le petit bout de chair durci. Je m'empêche de gémir à ce contact et essaie encore une fois de l'arrêter.

- Bill...vraiment...arrête...je veux pas...je conduis je te dis, ça peut être dangereux, en plus t'as ouvert ma chemise, si on se fait dépasser par une voiture ça craint ! Imagine si les flics nous arrêtent !

Il ne répond rien et continue de descendre sa bouche au niveau de mon ventre. Putain j'ai compris ce qu'il allait faire ! Moi qui croyais qu'il allait se contenter de quelques caresses ! J'ai pas le temps de protester davantage que sa main a déjà débouclé la ceinture de mon pantalon et ouvert la braguette.

- Putain, Bill...t'arrêtes pas...

Il souffle doucement sur mon sexe qu'il a sorti et passe un coup de langue furtif sur mon gland déjà humide me faisant faire une légère embardée. Merde ! Je ralentis un peu ma conduite. Pas question d'arrêter, c'est beaucoup plus érotique et excitant comme ça. Je sais pas comment je fais pour garder les yeux ouverts, mes mains sont de nouveau crispées sur le volant quand je le sens embrasser le bout de mon sexe. Il est penché sur ma cuisse et se maintient je ne sais comment en équilibre. C'est pas très confortable pour nous deux mais bon sang, le plaisir qu'il me donne compense largement le reste ! Il titille ma fente avec sa petite bille en métal et je fais de nouveau une embardée. Je l'entends glousser, mais j'ai pas toute ma tête pour répondre ni pour reprocher quoi que ce soit. Il fait plusieurs fois le tour de mon gland avec sa langue et d'un coup me prend en bouche. Nom d'un...il est doué, vachement doué ! Encore une fois, plus doué que la meilleure des nanas, avec lui c'est tellement mieux, c'est plus...Bill, quoi ! Il commence à faire des vas et viens et je crois atteindre le summum de l'excitation que je baisse le regard et vois sa tête monter et descendre. Je suis en train de me consumer, je sens le plaisir parcourir mon bas ventre, remonter jusque dans ma poitrine, traverser ma tête pour redescendre jusque dans mes orteils qui se crispent dans mes chaussures tellement c'est bon. Il enroule ses doigts à la base de mon sexe pour s'aider et m'apporter un surplus de bien-être et sert légèrement sa prise de temps en temps. Mon ventre se contracte et je peux pas empêcher mon bassin de bouger à contre-sens du rythme de sa tête. Il joue de sa langue sur toute la longueur de ma hampe, insistant sur l'orifice au bout, alternant baisers et coups de langue et je suis pas loin de perdre la tête en sentant l'orgasme venir. J'en peux plus, j'arrive pratiquement plus à conduire, j'ai tellement ralentis qu'à un moment donné j'entends vaguement une voiture me klaxonner furieusement en me dépassant. J'ai aucune pensée rationnelle à ce moment là, je sens juste sa bouche sur ma verge. Je jette brièvement un ½il autour de moi, surtout derrière dans le rétroviseur et quand je constate que la route est plutôt déserte je me gare d'un coup sur le bas-côté et freine un peu brusquement. Ça bouscule un peu Bill qui manque s'étouffer mais quand je sens mon sexe cogner le fond de sa gorge, la sensation est telle que ça me fait presque crier.

- HAAAN... Oh merde, pardon, désolé, désolé...T'arrêtes pas Bill...

Il lâche un petit rire, du moins essaie, et ça envoie des vibrations tout autour de mon sexe, me faisant gémir sans retenue. Je glisse un peu mon bassin vers l'avant du siège que j'ai reculé vite fait d'une main impatiente, ouvre un peu plus grand les cuisses et me place un peu plus confortablement pour profiter de la merveilleuse fellation qu'il est en train de me faire. Je peux enfin fermer les yeux et me laisser aller complètement. J'entends au loin quelques gémissement rauques avant de comprendre que ce sont les miens. Je pose ma main sur sa tête en une caresse affectueuse, massant tendrement sa nuque aussi et ça rajoute à mon plaisir de sentir sous mes doigts ses cheveux si doux, si fins et les mouvements que font sa tête.

- Bill...c'est...tellement bon...oh oui...

Je fonctionne un peu au radar, ma tête rejetée en arrière sur le repose tête. Comme je suis mieux installé, je peux voir de temps en temps mon pénis entrer et sortir de sa bouche, il se place de façon à ce que je puisse voir un peu du spectacle et lui il a fermé les yeux, une expression totalement érotique sur le visage. Putain je me sens partir ! Je sens le chaud tiraillement de mes entrailles indiquant que je vais très bientôt jouir et tente de le prévenir :

- Bill...je...je vais...

Il repousse ma main que j'avais posé sur sa tête, essayant de faire pression dessus pour le retirer de là, et il accélère un peu plus le mouvement, creusant les joues parfois pour aspirer le plus fort possible mon sexe. C'est dans un cri rauque que je me libère, toujours dans l'humidité de sa bouche, le corps ayant quelques petits soubresauts et envoyant par petites giclées ma semence dans le fonds de sa gorge. Il lève la tête pour me regarder dans les yeux en avalant le tout, se léchant les lèvres. Je respire fort comme si j'avais couru le marathon et le remonte à hauteur de mon visage pour embrasser goulûment sa jolie bouche qui vient de me donner tant de plaisir. Je le taquine un peu encore, histoire de faire ma mauvaise foi :

- Bill, t'es pas sérieux, on aurait pu avoir un accident, je t'avais demandé d'arrêter !

- Je t'ai pas trop entendu insister non plus !

- Non, et je regrette pas...Bon sang ! Je verrai plus cette route de la même façon !

On s'embrasse encore, toujours, et force m'est de constater que l'arrière-goût que je sens dans sa bouche ne me dégoûte absolument pas. Ça a son goût, ça a le mien, ça a le notre mélangé et c'est délicieux ! Quand je me suis rhabillé je remarque alors son air un peu mal à l'aise.

- Qu'est-ce-qu'il y a ?

- ...

- Bin dis moi !

Il hésite un peu, mordille l'ongle de son index et dit avec une toute petite voix :

-...J'ai jouis dans ma salopette...

- Quoi ? Comme ça ? Sans que je te touche ? Noooooooon ?!

Il hoche la tête, de plus en plus confus. J'éclate d'un grand rire à ce qu'il vient de dire, c'est extrêmement flatteur et en même temps c'est...trop comique. Il grogne mais rougit tout de même :

- Oh ça va, hein...

- Bin comme ça, quand on arrive tu vas l'enlever, et passer autre chose pour peindre parce que ta salopette elle est jolie mais bon...

- Oui, ok, ok c'est bon. Tu aimes pas ma salopette, j'ai compris, voilà de toute façon y a plus besoin d'en parler, elle est foutue, là, pour le coup.

Je me rhabille et on reprend la route. On discute gaiement toujours à se charrier l'un l'autre quand je remarque la voiture noire derrière nous, qui a l'air de nous suivre depuis un moment. Je dis rien à Bill mais vérifie très régulièrement que cette voiture nous suit toujours. J'accélère un peu, elle fait pareil, j'attends un moment et je ralentis, idem. Je ralentis un peu plus, mais sans montrer que je les ai remarqué et une fois encore la voiture derrière nous fait pareil. Elle emprunte tous les chemins que je peux prendre. Pendant un virage, je peux voir que les vitres arrières sont teintées. Putain ! Maintenant j'en suis sûr ! C'est la voiture de la dernière fois ! Voilà de nouveau les agresseurs de Bill !

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.227.6.156) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Smissou-TH

    11/08/2013

    Biiiill... Il est pas sérieux ce gosse ! J'étais juste morte de rire en l'imaginant comme un enfant pris en faute. :Il est trop mignooooon:
    J'appréhende un peu la suite avec les "méchants".

  • chaos87th

    28/07/2011

    MDR, Bill qui joui dans la salopette. Il n'avait même pas de boxer ? ^^
    Mais au moins ils ont pu en profiter pleinement

  • th-lucky-fic

    17/01/2010

    sacré bill
    c'est pa tré prudent de déconcentré le conducteur
    mais bon tom a pa ressister longtemps ^^

  • Pucca97217

    05/09/2009

    Je savais que Bill avait une idée derrière la tête c'est un pti pervers.
    Oh la il reviennent à la charge.

  • Thunderbolt-Real-Ya0i

    11/07/2009

    Mdr ! J'imagine tellement Bill mordiller l'ongle de son index *-*
    Gagagaga XD

  • nirvana-angelTH83

    15/06/2009

    c'est trop chou je trouve que Bill en ai joui ds sa salopette

  • xUnsy

    22/03/2009

    Gott, celui ci aussi j'lai adoré, un peu moins les événements qui suivent, mais là, le coup de "j'te suce pendant que tu conduits".... MIAM **
    En plus j'imagine trop Bill en salopette, qu'est ce qu'il doit être cute <3
    *Dégage Andréas ! Dégage Andréas !*

  • love-hina83

    15/03/2009

    jimagine bill dire " jai joui ds ma sallopette " kom 1 gosse di g fé pipi ds ma culotte XD mdr c cho ac lé agresseur bsx

Report abuse