[Fiction] - Protection Rapprochée - Chapitre 16 (Partie 2/2)

- « Les » ? Qui « les » ? Empêcher qui de faire quoi ?

- Ceux qui sont intéressés par toi, Bill...qu'est-ce-que tu crois ?

Un même choc nous agresse, Bill et moi. J'ai peur de comprendre...La voix de Bill me parvient, étranglée :

- Tu...tu veux dire que...tu connais mes agresseurs ?

- Bien-sûr, chéri ! On a monté le coup ensemble. Ton père devrait se méfier de certains de ses collaborateurs...en l'occurence Edwin, tu sais, le bras-droit de ton père...tu crois quoi ? Que je t'avais voulu rien que pour tes beaux yeux ? Pfff...Pauvre naïf...

- Ed ? Ed Swanson ? Mais...

- Ouais, lui-même, ça fait un moment qu'il cherche un moyen de pouvoir récupérer ce qu'il a perdu en bourse. Il a pensé à ce coup avec d'autres que tu connais pas et ils m'ont chargé de...comment dire...faciliter un peu les choses en te séduisant. Et ça a marché, Bill ! T'étais à moi...j'aurais pu faire de toi ce que je voulais.

Bill est tellement éberluhé qu'il répond rien, moi-même j'avoue que ça me fout un coup. Alors comme ça, Andréas était de mêche avec ces salauds ! Putain, pourquoi j'y ai pas pensé, j'aurais dû m'en douter quand il m'a sauté au cou lors de la première agression de Bill. Il est trop rationnel pour faire un truc si stupide, c'était calculé !

- J'aurais réussi à avoir tous les renseignements que je voulais, j'aurais réussi à te faire faire ce que je veux, j'aurais réussi si...

- Si quoi, Andréas ?

- Si j'étais pas tombé amoureux de toi...Pour de bon...

Sa voix est misérable quand il dit ça. J'en aurais presque pitié si j'étais pas bloqué face à lui, le nez sous son revolver et incapable d'agir pour ne pas qu'il s'en prenne à Bill. Il continue avec un ton douloureux :

- Parce que je t'ai aimé, Bill. Vraiment aimé. Et c'est grâce à moi s'ils sont pas passés à l'action plus tôt. Je leur suppliais d'attendre, que j'allais enfin avoir du résultat. Et toi ? Tout ce que tu trouves à faire, c'est de me plaquer pour ton garde du corps. Ironique que ce soit à cause de quelqu'un censé te protéger, qu'on s'en prenne à toi, hein ?

Bill secoue la tête, toujours interloqué :

- T'es malade...Vraiment malade...

- Ouais, malade de toi...C'est pour ça qu'il faut que j'en finisse avec toi, tu sais, comme on guérit une maladie. Je vais me guérir de toi...

Merde je sens que la tension monte de quelques crans. Je prends la parole à mon tour :

- Bon, Andi, tu comptes faire quoi, au juste ?

- Ce que je compte faire ? Je vous l'ai dis...On va baiser, Bill, toi et moi on va baiser, comme avant, une dernière fois...et après, je vais te tuer...oh finalement j'ai une autre idée...meilleure...tu m'as fait souffrir, chéri, maintenant faut que tu payes, et la meilleure façon c'est que tu souffres à ton tour.

Bill demande, la voix complètement angoissée :

- Tu...tu vas faire quoi ?

- Tu vas souffrir pour le restant de tes jours, si je te tue c'est trop facile. Non, je veux que tu regrettes vraiment...et longtemps...donc c'est Tom que je vais tuer. Tu auras tout le loisir de t'en vouloir après...

- Non, non s'il te plait...Andi, t'es pas sérieux...Laisse-le partir, s'il te plait ! Je ferais ce que tu voudras, écoutes on dira rien à personne de ce qui s'est passé aujourd'hui mais ne fait rien à Tom !

J'essaie de convaincre Bill :

- Bill, arrête, laisse-le, pars. Pars maintenant, je vais régler ça avec Andréas.

- Non, Bill ne va aller nulle part. Faut qu'il reste, faut qu'il voit. T'aurais jamais dû me laisser, Bill...

Comme dans un ralenti, j'entends le clic de la détente qu'il presse, son bras s'étendant droit devant lui et direct sur moi et...j'entends une forte détonation, me sens violemment tomber sur le côté et le cri de Bill :

- TOOOOM !!!!

Oh non...Oh non...Bill m'a brutalement repoussé sur le côté et s'est jeté en avant. Pendant que je tombe, je comprends que Bill a été touché quand je vois son corps s'affaler lourdement sur le sol. A peine je me relève, je me jette sur Andréas qui est resté quelques secondes stupéfait. Quelques secondes de trop. Ca me permet de lui attraper le bras, le lui tordre pour essayer de lui faire lâcher l'arme mais il se débat et je lui balance quelques bons coups de poings. On lutte quelques secondes comme ça et j'arrive enfin à lui retirer le revolver et le pointe sur sa tête. Il reste interdit. Un lot de sentiments me traversent à ce moment mais je prend pour une fois, même pas la peine de réfléchir. Mon esprit s'est déconnecté, m'empêchant toute pensée rationnelle. Ma haine et ma colère m'aveuglant, je mets en joue et tire...en plein entre ses deux yeux. Ca me donne envie de gerber quand je sens son sang et le reste m'atteindre de plein fouet. J'ai pas beaucoup eu l'occasion de tuer quelqu'un dans toute ma carrière, ça a été plutôt rare en fait, mais là il s'agit de Bill. Il aurait pas dû y toucher !

Je vais de suite à Bill, Andréas n'est plus en mesure de faire quoi que ce soit. Je m'agenouille à côté de lui à même le sol et remarque sur le devant de son tee-shirt une tâche de sang qui s'élargit de plus en plus :

- Merde ! Bill ! Bill ! Je suis là ! Je vais appeler une ambulance...

J'attrape mon portable dans ma poche et fais le numéro des urgences. Je donne d'une voix pressante tous les renseignements nécessaires, notre position, tout ça et on me promet une ambulance le plus rapidement possible. Je lâche le téléphone et me penche vers Bill :

- Hey...Ils arrivent, Bill. Tiens bon.

Putain, tout ce sang. Son sang. Ma gorge se serre. Je réalise tout doucement qu'il s'est jeté devant moi pour me protéger :

- Putain, Bill, c'était moi ton garde du corps, c'est à moi de te protéger...T'aurais pas dû faire ça...

Son visage grimace un peu de douleur, il déglutit très difficilement. Sa voix est faible quand il me souffle :

- Andi...?

- Ca va, y a plus à t'en faire pour lui. Il te fera plus rien. Ni à moi.

Il blêmit à vue d'oeil, je commence vraiment à avoir peur. J'examine un peu la plaie qu'il a sous le tee-shirt mais tout le sang ne me laisse pas voir la gravité de sa plaie. Je suis toujours agenouillé sur le sol et je relève doucement son buste et le tiens contre moi. Je vois son regard devenir un peu flou et là je flippe carrément :

- Bill ? Bill regarde-moi, tiens bon je te dis, allez, ils vont pas tarder à arriver, ok ? Tiens bon...

Son corps se ramollit dans mes bras et la panique me gagne peu à peu, glaçant mon sang dans mes veines. Non ! Pas ça ! Pitié, tout, n'importe quoi, mais qu'on me l'enlève pas ! Je perds complètement mon sang-froid quand je l'entends me souffler avec le peu de force qu'il lui reste :

- Tom...je t'aime...je t'aime...suis content...tu vas bien...

Je comprend même pas d'où sort l'hystérie et l'angoisse qui me prend aux tripes, déchirent mon coeur avec des mains glacées et crochues, torturent tout mon être de la racine de mes cheveux à la pointe de mes orteils, je sais juste que je commence à parler abondamment à son oreille, essayant de le garder éveillé, priant tous les dieux, les saints et les archanges de me le laisser vivant :

- Bill, s'il te plait, accroche-toi, pour moi. Tu vas pas me laisser, hein ? Tu peux pas..Pas là...pas maintenant...pas quand...pas quand je t'aime comme ça, parce que je t'aime, Bill, je t'aime alors t'as pas le droit !

Il tente une esquisse de sourire et me souffle :

- Tu...l'as...dit !

Je l'ai dis ? Je l'ai dis quoi ? Je sais même pas ! Il reprend avec beaucoup de difficulté :

- Tu m'as dit « je t'aime »...Tu vois...J't'avais bien dit...

C'est donc ça ! Moi-même j'ai même pas réalisé, je continue de lui parler sans fin :

- Tu vas pas me laisser, je supporterais pas, accroche-toi Bill, regarde-moi !

Il essaie d'ouvrir les yeux et me dit dans un murmure :

- J'ai froid...

Je regarde avec horreur ses yeux devenir vitreux et je le serre un peu plus contre moi, enfouissant ma tête dans son cou. Son corps est encore plus mou contre moi et ses bras pendent vers le sol. Il faiblit de plus en plus sans que je puisse faire quoi que ce soit. Je le berce, me balançant d'avant en arrière avec lui dans mes bras. J'arrive plus à me maîtriser, j'ai l'impression de perdre la raison, de mourir à petit feu, on est en train de m'enlever Bill...Je suis en train de perdre Bill...

- Bill ! Non...Ouvres les yeux, regarde-moi, t'endors pas ! S'il te plait, reste ! Reste avec moi ! Tu peux pas me faire ça, ça devait pas se passer comme ça ! Tiens encore un peu, l'ambulance arrive, on va t'emmener à l'hôpital et on va te guérir. Bats-toi, fais-le pour moi. Je t'aime, me laisse pas, j't'en supplie me laisse pas. T'as pas le droit, je t'aime trop. Bill, je t'en prie reviens...s'il te plait reviens ! Je pourrais pas, pas sans toi...j'y arriverais pas...Je suis rien, rien sans toi...m'abandonne pas...Reste...S'il te plait...

Je continue de gémir dans son cou, tremblant incontrôlablement. Je suis plus qu'une masse recroquevillée contre lui. Ma douleur et mon impuissance me broient l'âme, le corps et le coeur. Des paroles de supplications sortent de ma bouche reflétant tout mon chagrin et mon désespoir. Je refuse de croire que ça s'arrête là ! Pas Bill ! Pitié...qu'on me l'enlève pas...J'ai déjà perdu Gus, mais Bill j'y arriverais pas...

Je lève un instant la tête et regarde un peu partout autour de moi, hébété, essayant de trouver d'où peuvent bien venir les bruits de gros sanglots que j'entends raisonner...avant de réaliser avec stupeur que ce sont les miens...Il semble s'en rendre compte aussi, il chuchote difficilement :

- Pleure pas...

Le souffle me manque, les larmes me brouillent la vue et les sanglots m'étouffent et me serrent la gorge. Mais je me retiens pas, je laisse couler des années de maîtrise parfaite de mon self-control. Je suis en train de perdre mon amour, la seule personne qui m'ait donné autant et à qui j'ai autant donné, la seule que j'ai autant aimé...Bill, tu avais promis de me faire pleurer, pourquoi comme ça ? Salaud ! Tu peux pas me faire ça ! Tu peux pas me rendre aussi fou amoureux et tirer ta révérence comme ça ! Alors quoi ? Game Over ? Non ! Je refuse de croire ça !

Je répète sans m'arrêter ces mêmes paroles, le suppliant de tenir bon, de ne pas m'abandonner. Il a arrêté de répondre depuis un moment. Je le tiens toujours contre moi, refusant de le lâcher, son sang souille mes mains et mes vêtements, je sais même pas si il a encore un pouls, je me persuade qu'il est juste évanoui. Tiens encore un peu Bill.

Je sais pas combien de temps passe avant que j'entende au loin la sirène de l'ambulance, je le lui dis :

- Bill ? Ca y est, ils sont plus loin...écoutes, t'entends l'ambulance ? Ils arrivent Bill, tiens encore, ça va aller, ils arrivent. On va te sortir de là, bientôt tu vas aller mieux. Je t'aime.

Le bruit de l'ambulance se rapproche. Je le serre encore un peu plus, lui murmurant des mots d'amour, toute ma peine et mon chagrin, tout mon espoir pour qu'il revienne, implorant une réaction de sa part pour soulager la douleur qui me déchire de partout. Je suis en train de devenir fou, je me sens glisser dans la démence. J'irai plus jamais mieux...

Le bruit de l'ambulance se rapproche encore. Et Bill ne répond toujours pas...

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.234.45.10) if someone makes a complaint.

Comments :

  • chaos87th

    29/07/2011

    Putain, mais non !!! Bill ne peut pas abandonner Tom comme ça.
    Surtout après lui avoir tiré le "je t'aime" et le faire pleurer. S'il meurt il ne pourra pas faire sa danse de la victoire d'avoir réussit à faire réagir Tom comme ça.
    OK c'est pas marrant je sais. snif snif (lol)

  • th-lucky-fic

    18/01/2010

    j'était sur que andy était du coté des mechant
    c'est pas cool sa
    bill avait dit qu'il arriverai a faire dire a tom qu'il l'aimai et qu'il le ferai pleuré mais il avait di aussi qu'il serait la alors il a pa interet a mourir

  • Pucca97217

    06/09/2009

    Et flute bill pourquoi t'a fait sa ahhh l'amour.
    Il avait raison Tom lui à dit je t'aime.
    Il a gagné il pleure il lui a dit je t'aime et il pleure.Bill lui avait dit "tu me dirat je t'aime et je c'est pas comment mais j'arriverai à te faire pleurer".
    Bill repond faut pas le laisser seul il va devenir fou

  • Thunderbolt-Real-Ya0i

    11/07/2009

    Il a dit je taime =D

  • Ga-t-pou-h

    03/04/2009

    Ho Putain !! (dsl)

    C'était vraiment magnifique! :)

    D'habitude quand l'un des deux dit enfin qu'il aime l'autre, c'est tout le temps quand ils font l'amour et lah... Il l'a dit dans d'autres circonstances et c'était trop bien!

    Continue - Xxx - Gapou

  • xUnsy

    22/03/2009

    >> Et là Unsy se souvient du fait qu'elle avait du attendre l'épilogue, et qu'on avait pas su si Billou était mort ou pas XD
    Au début j'avais été sure que non,et je m'étais souvenue avoir été sure que Gus ne mourrait pas XDDDDD
    Enfin bon ^^ En tout cas, j'te le redis, qu'Andréas soit à l'origine de tout ça m'avait foutu une grosse claque, je l'avais pas soupçonné. Qu'il soit tombé amoureux... Arg, j'aurai presque eu pitié (presque). Sa mort, pareil. Au fond, il est juste tombé amoureux (ok, il était malade et j'ai presque hurlé de joie quand il est mort, mais chuuuuut ><)
    Quand Bill se jette devant Tom, ouh c'est trooop beau ** Ils arrêtent pas de se protéger mutuellement et tout <3
    Mais ce méchant suspense que t'as foutu quand même, ça a de quoi rendre taré n'importe qui !

  • nirvana-angelTH83

    15/03/2009

    ho! non!!! non c'est pas possible il va pas mourir hein??? dis moi qu'il va pas mourir

  • love-hina83

    15/03/2009

    c tellemen triste ke je pleur il pe pa mourir c pa 1 death - fic c pa possible bsx

Report abuse