[Fiction] - Protection Rapprochée - Bonus 2 (2/3)

- Oh je le suis pas normalement, mais là, je sais pas pourquoi, j'en avais envie.

- T'as eu raison...Tu étais vachement bandant à me dire toutes ces cochonneries, tu peux pas savoir l'effet que ça m'a fait.

- Oh si Tom, j'ai vu, enfin, j'ai senti l'effet que ça t'a fait. Allez, je crois qu'on est quitte pour reprendre une douche, là. J'ai chaud, je colle de partout, je transpire et t'es pas dans un meilleur état que moi. Bon, tu viens ?

- Ouais, mais va falloir que tu m'aides à me lever, j'ai plus de jambes, là !

On se relève un peu difficilement quand même, nos jambes encore tremblotantes et on reprend une douche ensemble, se lavant mutuellement et s'embrassant tendrement parfois. On se couche dans mon lit, toujours nus. La relation fusionnelle que j'entretiens avec Bill m'a vite appris qu'un quelconque sous-vêtement était inutile. On en est encore au stade où le besoin de se toucher et de se faire l'amour dépasse l'entendement. Aucune de mes ex n'avait réussi à me donner autant de plaisir, ni autant envie. Là, il suffit que Bill entre dans la pièce où je me trouve pour que ça y est, j'ai envie de lui. Ca me fait peur dès fois, j'ai jamais envie que ça s'arrête. Et si lui se lassait ? En tout cas c'est pas pour ce soir. Pour l'instant, une fois allongé, il vient se coller à moi et me caresse le ventre de ses doigts fins et me souffle occasionnellement sur la figure et dans le cou.

- Hummm...T'as la peau douce...

- Non Bill, enlève ta main...je vais pas pouvoir dormir sinon...Allez, avance là-bas !

- T'es vache ! Tu veux pas que je te touche ?

- Tu sais très bien ce que je veux dire ! Dès que tu me touches je bande, et là tu m'as tué...

- Monsieur serait donc si sensible ?

Je lui embrasse le bout du nez et passe mon bras sous sa tête :

- Non, monsieur est juste très amoureux. Et monsieur aime te faire l'amour. Si tu savais à quel point...

- Et moi j'adore que tu me fasse l'amour.

On reste un moment silencieux, c'est apaisant. Il continue de me caresser le ventre, le torse, remontant parfois pour effleurer mon cou et mon visage, c'est agréable. Moi je lui caresse le dos, sous mes doigts je peux sentir ses frissons. Je suis toujours sur le dos et lui blottit contre moi. Je sens soudain contre le haut de ma cuisse...un début d'érection, j'ouvre grand les yeux, de surprise :

- Bill ! Mais...J'espère que tu plaisantes, là ?

Il rigole :

- Bin quoi ? Tu me fais de l'effet, c'est pas de ma faute ! Je sais pas ce que j'ai ce soir mais j'ai encore envie.

- Je croyais que je t'avais assez fatigué comme ça pour la soirée, non ? Je deviens mauvais ou quoi ?

- Non, c'est juste que tout à l'heure c'était trèèèès bon, ça me donne encore envie. Mais moins brutal maintenant. Là j'ai envie de tendresse. Je veux jouer encore un peu !

- Putain Bill ! Tu vas finir par casser ton nouveau jouet ! Je te signale que c'est moi qui fait tout le boulot ! Tu sais combien ça crève pourtant !

Il reste quelques secondes silencieux et me répond avec une petite voix :

- Je sais pas non.

J'essaie de comprendre le sens de sa réponse quand, une fois encore, la surprise manque me faire étouffer dans ma propre salive et je commence à sourire comme un idiot :

- Quoi ? Comment ça tu sais pas ? Tu...tu veux dire que...

- Tom si tu ries, je me casse ! T'es prévenu !

- Bill, allez, arrête de déconner, dis-moi franchement, t'es encore...puceau ?

- Voilà, tu ris ! Je vais partir !

Il fait mine de se lever, faussement vexé mais je le retiens contre moi. Je reprends plus sérieusement :

- Mais comment ça se fait ? Je suis pourtant pas ton premier !

- Oui mais...disons que...j'ai jamais...j'ai toujours...enfin...

Je pousse la taquinerie plus loin pour le faire enrager un peu, tout ça me fait bien rire et m'intrigue un peu. Et je sais pas pourquoi, ça a même tendance à m'exciter un peu :

- Ouais, ok je vois. Tu veux dire que t'as toujours été en-dessous, quoi. T'as jamais dominé !

Il se cache le visage dans mon cou en gémissant de honte :

- Oooooh Tom, ferme-la s'il te plait ! Ca va ! Pas besoin de le dire comme ça, je suis concerné donc je sais de quoi tu parles là, pas la peine d'entrer aussi crûment dans les détails !

Mais il rajoute plus bas :

- Mais t'as raison...je...l'ai jamais fais de cette façon...je suis toujours puceau, enfin de ce côté-là...

- Mais comment ça se fait ? On t'a jamais laissé faire ?

- Non, je sais pas...je me suis toujours senti plus à l'aise comme ça...Ca s'est fait naturellement et...disons que mes partenaires étaient...euh...préféraient...

Je le coupe un peu brutalement, pas question de reparler des quelques blaireaux qu'il a pu croiser avant de me connaitre :

- Ouais, je vois. Alors comme ça t'es puceau ? Bin ça alors ! C'est tout mignon, ça !

J'ignore encore pourquoi ça m'excite autant et le plus étonnant c'est que je m'entends lui répondre :

- Et...ça te dirait de t'en débarrasser ce soir, ton pucelage ?

Il sursaute violemment et se relève sur un coude pour me regarder. Maintenant c'est à son tour d'ouvrir grand les yeux.

- QUOI ? T'es...t'es sérieux, là ?

Je me sens encore hésiter, mais il s'agit de Bill, et y a rien qui m'arrêterait pour lui. Et c'est vrai que le voir prendre autant de plaisir me fascine un peu. J'y pense depuis quelques temps en fait, me demandant comment ça doit faire, s'il osera me demander. Je comprends alors pourquoi il l'a jamais fait, il a jamais fait l'amour de cette façon !

- Oui, je suis sérieux, Bill. Pourquoi ? Ca te dis pas ?

- Bin...si...non...Non ! Je pourrais pas !

Il a haussé la voix, je vois bien qu'il est complètement apeuré à l'idée. Mais j'insiste, cette idée me plait de plus en plus.

- Bien sûr que si tu pourras ! T'as tout ce qu'il faut pour, je te signale, et puis tu sais, c'est pas bien difficile !

- Non, Tom, je...toi non plus tu l'a jamais fait comme ça, t'es fou ?!

- Raison de plus, Bill. Je serais ta première fois, tu seras la mienne, moi je trouve que c'est une bonne idée !

- Non, vraiment je sais pas. Je saurais pas quoi faire, j'ai pas l'habitude, je vais te faire mal.

- Pas si je te guide. A nous deux, on va savoir se débrouiller. C'est tout de même pas une fusée à construire, bien que ça conduise direct aux étoiles !

Je vois qu'il est encore hésitant, mais il semble que j'arrive peu à peu à le faire céder :

- Ah ouais ? T'en a vraiment envie on dirait !

- Bin si je te le dis. Tu devrais en profiter, je sais pas si l'envie me reprendra encore une autre fois, alors hein...Et puis, tu voulais de la tendresse, non ? Alors, montre-moi, donne-la moi toi...

Il me regarde longuement encore très étonné, mais je vois soudain un éclair de malice passer dans ses yeux :

- Putain Tom, t'auras bientôt plus rien à voir avec le mec qui me criait haut et fort quand on s'est rencontré « je suis hétéro, et gnagnagna ! »

Là c'est à mon tour de rougir un peu :

- Bon, Bill, ton humour à deux balles, là, c'est pas franchement le moment ! Dépêche-toi ou je change d'avis ! Et je redeviens hétéro si tu continues à te foutre de moi !

Il se penche pour m'embrasser gentiment sur la bouche :

- Ca m'étonnerait, tu m'aimes déjà trop...

On s'embrasse pendant un moment, c'est délicieusement bon, j'arrête un instant pour lui souffler :

- Alors ? Tu te décides ?

Il me répond d'une voix sûre, sans hésiter, les yeux déjà noirs de désir :

- Ok. On va faire comme ça. J'aurais pas pu souhaiter mieux comme première fois. Je t'aime, comme j'ai jamais aimé personne. Je suis content que ce soit toi. Personne ne m'excite autant que toi, Tom.

- Pareil pour moi, Bill. Je t'aime...tellement. J'ai vraiment cru devenir fou quand j'ai failli te perdre...

Je sais pas pourquoi j'y pense à cet instant mais ma gorge se serre. Il le sent et me serre contre lui avec force :

- Ca a pas été le cas. Je suis là. Je te lâcherai plus jamais...

On se fait face, allongés tous deux sur le flanc. Bill pose une main sur mon visage et m'attire à lui pour frotter son nez doucement contre le mien et m'embrasser tendrement. Mon Bill, plein de douceur. Je garde les yeux fermés pour mieux apprécier, j'ai quand même un peu d'appréhension, mais pas question de revenir sur ma décision, ce soir je lui laisse les commandes.

Il fait pivoter son bassin et vient s'allonger sur moi. Je peux déjà sentir son membre tendu contre mon ventre. Il continue de m'embrasser avec passion. Et de plus en plus sensuellement même. J'ai les mains qui encadrent son visage et je passe mes doigts dans ses cheveux. Il commence à se frotter légèrement à moi. Son souffle est déjà court. Sans m'en rendre compte, j'ai ouvert grand les jambes pour qu'il puisse s'y installer. Il ouvre les yeux et les plonge dans les miens, son regard est assombri par son excitation :

- J'ai trop envie de toi, Tom...J'aurais presque envie que ce soit toi qui me prenne...encore.

Il plonge la tête dans mon cou et vient me lécher la gorge. Sa langue trace des sillons invisibles sur toute ma pomme d'adam et remonte jusqu'à sous mon oreille dont il sucote et mordille le lobe. Je frémis délicieusement, c'est tellement bon ce qu'il me fait ! Et ce n'est que le début. Il chuchote à mon oreille :

- T'es beau quand tu prends du plaisir Tom...Si beau...

Il se remet à m'embrasser dans le cou et passe le bout de sa langue sur la moindre parcelle de chair qui lui est accessible. Ses mains aussi me caressent, les épaules, le bras, il prend possession de tout mon corps. Il attrape mes mains dans les siennes et entremêlent ses doigts aux miens. Sa bouche arrive au niveau d'un de mes tétons. Il fait le tour avec le bout de sa langue, lèche, suçote et mordille le bout de chair qui durcit sous ses attentions. Sa petite bille de métal manque me faire perdre la tête. Une de ses mains me lâche et son pouce vient titiller l'autre téton jusqu'à présent délaissé. Je sens une vague de frissons envahir tout mon corps. La chaleur dans la pièce et dans mon corps monte encore de quelques degrés de plus. Il continue de faire glisser un peu son corps sur le mien, ses mains effleurent mes côtes maintenant et sa langue est partout sur mon torse et mon ventre. Je sens parfois son souffle chaud sur ma peau. Chaque centimètre de ma peau est explorée par sa bouche et par ses mains. Il m'embrasse comme si j'étais la chose la plus précieuse à ses yeux. Je me suis jamais senti autant aimé. On va tellement haut, tellement loin ensemble, je découvre à chaque fois une sensation de plus. Chaque fois que je fais l'amour avec lui, c'est comme si c'était la première fois. En mieux.

Il entre et sort la langue de mon nombril, reproduisant la pénétration, pendant que ses mains continuent de me caresser les jambes, cette fois. Mais il évite mon sexe qui est devenu douloureux à force d'être tendu. Je suis sûr qu'il le fait exprés. Son corps glisse encore un peu et je sens alors sa bouche dans le pli de ma cuisse qu'il commence à embrasser et à lécher aussi. Il me fait un suçon dans l'intérieur de la cuisse et recule un peu pour caresser mes testicules, évitant toujours mon pénis. Ca me fait geindre :

- Bill...!

- Oui ?

- Touche-moi...

- C'est ce que je fais, là !

- Non, touche-moi bien, touche-moi vraiment !

- Non...pas encore, pas tout de suite. Laisse-toi faire, tu vas voir, tu vas aimer...

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.162.173.119) if someone makes a complaint.

Comments :

  • chaos87th

    30/07/2011

    Bill qui n'était pas rassuré, joue bien avec Tom. lol
    Qui craquera en premier... tel est la question.

  • Pucca97217

    06/09/2009

    "C'est tout de même pas une fusée à construire, bien que ça conduise direct aux étoiles" j'aime bien cette phrase elle est toute mignonne.
    Tom qui veut se faire dominé sa commence bien tout sa

  • Thunderbolt-Real-Ya0i

    11/07/2009

    Et on remet ça ^^

  • tom-th-tom

    19/03/2009

    MDR Tom xD Comment il taquine Bill, jvois trop la scène x'D

  • love-hina83

    15/03/2009

    c tro bi1 sa bsx

Report abuse