[Fiction] - Protection Rapprochée - Bonus 2 (3/3)

Aimer ? Je pense bien, oui, mais pour le moment je suis en train de devenir fou...Sa voix me parvient, un peu hésitante :

- Tom, je...je veux essayer quelque chose...

- Quoi ? Essaye, Bill, essaye tout ce que tu veux, mais putain, fais quelque chose, et vite, ou je vais vraiment devenir dingue !

- Ok. Mets toi sur le ventre.

Je fais ce qu'il me dit, mais être allongé ne lui suffit pas, il passe ses mains sous mon ventre et me relève à quatre pattes. Ok, je vois pourquoi il hésitait, et je dois dire que pour un ancien hétéro, ma fierté en prend légèrement un coup.

- Euh...Bill ? T'es sûr que...?

- Shhhht...laisses-toi faire, tu vas voir. Tu vas aimer...

Je dis plus rien, après tout c'est moi qui ai voulu, alors au diable mon orgueil de mâle dominant ! Il vient se placer entre mes jambes derrière moi, colle son ventre contre mon dos et essaie de me tourner la tête de côté pour m'embrasser, faisant passer tout son amour dans un baiser fougueux. Il lâche ma bouche et embrasse mon épaule, descend jusque mon omoplate et fait courir sa langue le long de ma colonne vertébrale. Mes reins se cambrent sous cette caresse mouillée et mes frissons se multiplient. Je peux plus le voir, mais je sens ses mains sur mes fesses qu'il écarte doucement. L'espace d'un instant, j'ai une pensée pour le lubrifiant que j'ai pas du tout senti, ni vu prendre, mais avant que j'ai le temps de poser la question, encore un peu inquiet, je sens quelque chose de chaud et humide venir me caresser la raie des fesses et je crie, un peu choqué :

- Bill ! Bill, tu...!

- Shhhht...j'ai dis ! Laisse-moi faire...

Sa langue arrive au niveau de mon orifice, putain c'est bon ! C'est trop bon pour un seul homme ! Il tient toujours mes fesses ouvertes et commence à passer sa langue tout autour de mon anus, doucement, faisant cambrer mes reins encore plus et commencer à gémir. Il chatouille mon entrée et vient bientôt avec toute sa bouche embrasser et lécher mon anus avec délicatesse. Je peux sentir tout son visage écrasé entre mes fesses et je deviens incapable de penser, incapable de réfléchir, juste ressentir. Ressentir le plaisir qui commence à monter en crescendo. Je me rends même pas compte que je presse mes fesses contre son visage, sa langue me pénètre déjà et par quelques vas et vients je le sens aller un peu plus loin à chaque fois en moi. Il passe une main par devant et vient saisir mon sexe qu'il commence à pomper lentement et je ne peux m'empêcher de donner quelques légers coups de bassins dans sa main pour appuyer le mouvement. Sa langue est bien vite remplacée par un doigt et là, je dois dire que si ça fait pas encore très mal, c'est tout de même légèrement douloureux, mais surtout la sensation est très bizarre. Je me crispe un peu, il s'arrête immédiatement. Pendant quelques instants je sens plus rien, en tournant un peu la tête je vois qu'il a pris le tube de lubrifiant et me dit :

- On va faire avec ça. Je veux vraiment pas que tu aies mal.

Il mets un peu du gel sur ses doigts et vient en passer généreusement au niveau de mon anus. Il introduit doucement son index et demande :

- Ca va ? T'as pas mal ?

- Ouais ça va. Ca fait pas vraiment mal...je...disons que c'est...un peu bizarre quoi.

Quelques allers retours après plutôt faciles, je le sens glisser son majeur pour rejoindre son premier doigt et là, c'est quand même autre chose. Il caresse tendrement mon dos et mes reins dans un geste rassurant mais je ne peux m'empêcher de gémir un peu de douleur. Sa voix se fait tendre :

- Shhhht...Tom, attends, tu vas voir...Fais-moi confiance, ça fait un peu mal au début mais ça va vite aller, tu verras.

- Putain, je sais pas mais...

Je sens qu'il fait des mouvements un peu bizarres en moi, ça me déchire un peu les entrailles, je sens pas encore que c'est bon, c'est même presque désagréable mais il commence à plier les doigts et au bout de la troisième fois qu'il essaie ce geste je sens comme une grosse décharge dans tout mon corps, me faisant tomber sur mes avant-bras, j'ai même l'impression de voir blancs derrières mes paupières closes. Ca me fait pousser un grand cri, putain c'était foutrement bon !

- AH ! Putain ! T'as...t'as touché un truc...je crois que c'est...

- Ta prostate Tom. C'était bon ?

- Oh oui ! La vache !

- Je t'avais bien dit.

Il recommence une fois encore, et ce geste manque me rendre aveugle et sourd tellement le plaisir m'envahit. J'avais jamais rien senti de tel, ça me fait pratiquement oublier la douleur que je sentais avec ses doigts. Il touche encore et encore mon point de plaisir, me faisant crier sans aucune honte. Je sens alors qu'il essaie de glisser un troisième doigt et malgré mon excitation et le plaisir que j'ai pu sentir jusque là, j'ai du mal à supporter la douleur, d'ailleurs, il le sent lui-même, je me suis crispé et c'est encore plus difficile pour lui :

- Tom...Tom, détends-toi, je vais pas pouvoir y arriver sinon.

- J'essaie, mais ça fait vraiment mal.

- Ok. Allonge-toi sur le dos, alors.

- Pourquoi ?

- Tu vas voir, allonges-toi je te dis, avant d'être moins...réceptif !

Je fais ce qu'il me demande et il ouvre très grand mes cuisses pour s'allonger entre et prend directement mon sexe en bouche, profondément, suçant avec rapidité pendant que ce bien-être me fait gémir à nouveau. Je sens bientôt qu'il pousse deux doigts à l'intérieur de moi, l'intrusion me fait légèrement mal mais ça reste encore supportable. Il vient rajouter son troisième doigt, la douleur est intense mais sa bouche tout autour de moi et son autre main à la base de mon pénis pour accompagner le mouvement enlève rapidement le malaise. Du plaisir, rien que du plaisir. J'adore sentir mon sexe dans l'humidité et la chaleur de sa bouche, il joue de son piercing sur mon gland et arrive à racler très légèrement ses dents sur toute la longueur de ma hampe. Putain, je pourrais jouir rien qu'avec ça tellement il est doué ! Quand il m'estime suffisamment prêt, il retire ses doigts et enduit sa verge lui-même de lubrifiant :

- Tom, remets-toi comme tu étais tout à l'heure, à quatre pattes, ça sera bien moins douloureux pour toi. Tu peux t'accrocher au lit, si tu veux.

Une fois remis dans cette position, je sens bientôt son gland venir buter contre mon entrée. J'ai dû instinctivement me crisper puisque je l'entends me chuchoter des petits « shhht » à répétition et je sens sa main me caresser gentiment la croupe pour me détendre. Alors que je le sens s'enfoncer en moi, je l'entends gémir :

- Je t'aime...je t'aime Tom...

Il entre pas totalement et amorce un mouvement de retour :

- Putain, t'es si serré...je...ça va ?

Je suis incapable de répondre, j'ai l'impression d'être déchiré en deux, c'est pas douloureux, c'est tellement plus que ça :

- Ça va, Tom ? Si...si tu peux pas, j'arrête...je veux pas te faire mal et là on dirait que-

- NON ! Ça va aller. Continue Bill, bouge, sinon...

Il revient en moi, toujours très lentement, ma tête est penchée entre mes deux bras et mes mains serrent à fond le montant du lit. Une de ses mains vient caresser mon pénis qui a dégonflé un peu sous la douleur et l'appréhension. Mais les mouvements doux et lents qu'il fait commencent à être un peu plus faciles et bientôt c'est tout son sexe que je peux sentir glisser en moi. La douleur est moins vive mais apparemment pour lui c'est l'extase, bien que je sais qu'il doit se faire violence pour y aller aussi doucement, il se retient de toutes ses forces et attend que je lui accorde le droit d'aller un peu plus franchement. Je commence moi-même à bouger contre lui et j'entends clairement son soupir de soulagement. Il fait des mouvements plus amples, entrant et sortant plus vite et plus fort, babillant d'une voix gémissante :

- Putain, Tom...C'est...hmm...c'est incroyable...t'es si chaud...haan..si étroit...je...je t'aime Tom...

Je le sens se pencher sur mon dos, il essaie de me tourner la tête pour m'embrasser mais on y arrive pas vraiment :

- Mets-toi sur le dos maintenant, Tom...je veux pouvoir t'embrasser...Tu peux ?

- Oui...Je crois que je préfèrerais aussi.

Il me repénètre de suite une fois allongé sur le dos, et entame des vas et viens profonds. Je comprends et connais enfin ce qu'il ressent. Et c'est bon, c'est même plus que ça. Je sens plus aucune douleur, juste un énorme plaisir. Il reproduit exactement les gestes qu'il m'a vu faire plusieurs fois et place une main sous ma hanche pour me remonter contre lui. Il atteint ma prostate à chaque accoups et je m'entends crier vulgairement sans retenue :

- OOOH...Bill...Haaan...Putain, c'est...bon...! Encore...t'arrêtes pas !

Je sens le doux tiraillement familier dans le bas de mon ventre, ma prostate est délicieusement malmenée, c'est un vrai régal. Cette première fois, je m'en souviendrais longtemps, toute ma vie, puisque c'est avec lui, j'aurais accordé ce droit à personne d'autre. Lui-même est dans un état similaire, il gémit, souffle à perdre haleine, la transpiration fait glisser encore plus nos corps l'un contre l'autre et sa bouche me dévore avec passion. Mes mains sont fortement accrochées à ses fesses et je bouge du mieux que je peux sous lui, calquant mes mouvements sur les siens. La jouissance n'est pas loin, l'extase est tout près. Il articule difficilement :

- Tu es trop bon...Tom...je savais pas que...haaan...c'était aussi bon...je t'aime...oh Tom...je...je suis en train de te faire l'amour...

- Oui...tu me fais l'amour...

- Je...j'y arrive plus...je...je vais venir...putain...dis-moi que...toi...aussi !

Effectivement je me sens de plus en plus approcher la délivrance suprême :

- Oui, Bill...je vais venir aussi...viens...allez, viens en moi...

- Oui...en toi...je vais jouir en toi !

Je glisse une main dans son dos et introduis rapidement deux doigts dans son étau de chair, les plie brusquement contre sa prostate pendant que de l'autre main j'attire sa tête à moi pour lui murmurer à l'oreille :

- Viens...jouis, bébé...jouis pour moi...

Mon geste l'a surpris mais lui a certainement apporté un surplus de plaisir puisqu'il pousse un grand cri et je peux immédiatement sentir à l'intérieur de moi son sexe tressauter un peu et lâcher sa semence en petits jets, me laissant l'impression d'avoir une petite explosion dans le ventre. L'orgasme me touche un peu par hasard puisque je me sens d'un coup aspiré comme vers le fonds, la tête me tourne, le sang bat mes tempes, mon corps raidit au maximum et mes jambes serrent fortement le corps de Bill entre elles. L'espace d'un instant je perds contact avec la réalité, ne sachant pas si je dois en rire ou en pleurer, je me laisse juste emporté dans une espèce de tourbillon comme un ouragan dévastateur. J'ai même l'impression de quitter ce monde pour le rejoindre dans celui où on est si bien lui et moi, celui qu'on s'est construit, celui où l'amour domine et où on domine l'amour à nous deux.

Bill doit sûrement ressentir la même chose puisqu'il éclate en sanglot dans mon cou, en me serrant convulsivement contre lui. Moi aussi je m'accroche désespérément à lui, on vient de vivre la chose la plus intense qui nous ait donné de vivre. Je lui caresse tendrement les cheveux, c'est la deuxième fois qu'il pleure pendant qu'on fait l'amour, la première fois c'était...justement quand on a pu le faire, pour la toute première fois, au chalet de sa famille. J'essaie de l'apaiser par des gestes tendres :

- Chuuuut....ça va aller, Bill...ça va aller...je t'aime...

- Désolé...désolé...je...je t'aime aussi...Tom, je t'aime...c'était si bon...

- Je sais, Bill. Pour moi aussi c'était bon.

Il reste encore un peu, le sexe toujours niché à l'intérieur de moi, mais se retire bientôt pour se laisser rouler sur le côté. Cette déconnection me laisse une sensation de froid et de grand vide, horrible à vivre. Putain, je m'attendais pas à m'y habituer si vite ! Cette nouvelle expérience me rend si vulnérable que pour une fois, c'est moi qui vient me blottir dans ses bras qu'il passe autour de moi. Il me sert fort en embrassant tout mon visage, s'attardant sur ma bouche. J'essuie ses dernières larmes avec mes pouces et il me sourit tendrement :

- Ma première fois avec la personne que j'aime le plus au monde. Je suis tellement heureux que ce soit toi, Tom. Et être ta première fois aussi c'est...le plus beau cadeau que tu pouvais me donner.

- Oui. Je me disais la même chose aussi. Maintenant, on s'appartient encore plus l'un l'autre, hein ?

- Ouais, c'est vrai. Je te lâcherais plus jamais, Tom, je te l'ai promis. Je peux plus me passer de toi. Je t'aime trop fort.

J'aurais jamais pensé être si heureux. En l'espace de quelques mois il m'a rendu plus que dépendant à lui et le pur bonheur c'est qu'il l'est autant de moi. Tous les nuages noirs sont derrières nous, je vois que du bonheur qui nous attend. Il me manque rien, si ce n'est mon pote Gus, pour partager tout ça avec lui, avec Bill j'ai déjà tout gagné. Ce moment qu'on vient de partager lui montre encore plus mon attachement, mon amour. C'est simple, je l'aime à la folie. Et c'est encore meilleur de savoir que tout ça c'est partagé.

Je me tais un instant, le temps de réfléchir à une chose à laquelle je pense depuis quelque temps mais que je n'ai jamais osé lui demander. Mais là, je tiens plus, il faut que je lui demande :

- Bill ?

- Mmmh ?

- Tu...tu veux...

- Vas-y Tom ! Je veux quoi ?

Je souffle un bon coup et me lance :

- Tu veux venir vivre avec moi ?

Il me fixe avec des yeux tous ronds et ouvre la bouche de surprise. Merde ! J'ai l'impression d'avoir dit une connerie, je continue très vite :

- Ok, je sais que mon boulot me prend pas mal de temps, mais je demanderais à pas aller trop loin, et pas trop longtemps, tu continueras ton boulot avec ton père. D'ailleurs, dans pas longtemps j'ai quelques semaines de vacances. On peut même changer d'appartement si tu préfères. On peut en prendre un pas trop loin de chez tes parents. Et on ira chez eux dès que t'en auras envie. Prends le temps d'y réfléchir si tu veux, hein ? Mais si tu veux pas c'est pas grave, je comprendrais, on peut voir ça une autr-

- TOM !!!!

Pour une fois, c'est lui qui m'interrompt en criant. Je m'arrête brusquement et j'essaie de lire sur son visage, anxieux comme je l'ai jamais été. Un grand sourire orne ses lèvres :

- Là c'est toi qui parles trop...Idiot ! Bien-sûr que je veux !

Je me jette sur sa bouche avec ardeur et l'enlace avec toute la passion que je peux lui faire sentir. Lui aussi s'accroche à moi.

Le soulagement m'envahit. L'amour emplit encore plus la chambre. Mes yeux débordent de larmes. Bill va venir vivre avec moi...

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.196.26.1) if someone makes a complaint.

Comments :

  • chaos87th

    30/07/2011

    Les rôles ont été inversé. Pas seulement au lit, mais Tom qui se met à parler sans avoir le temps de reprendre sa respiration et Bill qui le coupe. lol
    Tom devient plus sensible ce qui est pas plus mal je pense.

  • th-lucky-fic

    18/01/2010

    et ben decidement on est vraiment gaté avec tes bonus
    il était comment dire
    pluto mouvementé celui la ^^

  • Pucca97217

    06/09/2009

    Cette première fois pour tout les deux étaient très belle c'étaient vraiment intense comme à chaque fois

  • Thunderbolt-Real-Ya0i

    11/07/2009

    Hiiii j'adore ! l'accepte de v'nir

  • nirvana-angelTH83

    18/06/2009

    magnifique, habituellemnt c'est vraiment pas mon truc mais la c'était un acte d'amour et de confiance
    juste magnifique

  • yaoi-TH-powa

    27/03/2009

    re-woaw
    c'était beau et tendre mais tout en étant hot ( l'anulingus j'm'en remets pas )
    et puis la fin *.* ta dernière phrase était juste superbe

  • tom-th-tom

    20/03/2009

    c'est trp chou =)

  • love-hina83

    15/03/2009

    c cool sa XD nn srx c genial bsx

Report abuse