[TS] - Attraction - Partie 1 (3/4)

Alors, le brun se laissa faire, c'était juste un câlin, n'est-ce pas, rien de méchant, une étreinte fraternelle comme ils avaient l'habitude de le faire, si Tom le demandait, pourquoi pas ? Et il devait bien s'avouer que c'était agréable. Il était vraiment bien dans les bras du blond. Il aimait sentir la force et la protection dans chacune des étreintes de son frère. Mais là, il devait bien s'avouer qu'il inspirait le plus discrètement possible l'odeur douce et musquée de son jumeau. Celui-ci, ne semblant pas remarquer le trouble de son frère continuait de papoter en embrassant distraitement le front ou la joue du brun :

-Eh bin voilà ! Tu vois, quand tu veux ! Là je préfère, c'est mieux, un gentil câlin pour son gentil grand frère, t'avais pas besoin de te débattre comme ça, tu vois, je suis tout doux là, contre toi !

Bill ne put s'empêcher de rire à la connerie de son frère. Mais Tom relâcha peu à peu son étreinte et le brun frissonna, il faisait froid quand il n'était plus dans les bras de Tom...Ils restèrent allongés sur le dos, l'un à côté de l'autre et Bill avait tourné la tête pour admirer le profil de son double. Soudain, Tom tourna la tête vers lui pour dire quelque chose mais la voix se coinça dans sa gorge quand il vit son frère le fixer si étrangement. Il resta là, la bouche entrouverte, comme s'il allait parler mais regardait Bill. Ce dernier voulut baisser le regard, mais ne put le faire. Avec surprise, il vit les yeux de Tom descendre de ses yeux à sa bouche et la fixer longuement. Il ne savait pas quoi faire. Il avait l'impression que les yeux de Tom le brûlait.

Il eut soudain envie d'avancer la tête et de coller sa bouche à celle de son frère. Alors, pour éviter un dérapage qu'il aurait du mal à expliquer, il se leva d'un bond, roulant sur le côté opposé à Tom et lança :

-Ok, c'était cool ce moment fraternel, mais lèves-toi, les parents sont là.

Il sortit sans regarder plus son frère, et ne remarqua donc pas que celui-ci était resté comme paralysé sur le lit. En effet, il était en train de fixer son frère, enfin, plutôt sa bouche quand il eut d'un coup un flash. Il se vit vaguement embrasser cette jolie bouche pourtant si semblable à la sienne. Il se vit l'embrasser profondément, longuement, jouant avec sa langue percée et ouvrit grands les yeux. Mais à quoi pensait-il donc ? L'image avait l'air si réelle pourtant...Puis, il éclata d'un rire nerveux, putain voilà qu'il s'imaginait embrasser son jumeau, elle est bien bonne, vivement qu'il trouve une fille, hein, ça peut plus durer, il commence à craquer un boulon, là ! Sa bouche sur celle de Bill...Sa langue tournant avec celle de Bill...De quoi l'envoyer consulter si ça se sachait !

Il se leva d'un bond et enfila vite fait un large pantalon de toile et un débardeur. Bon, procéder par étape, descendre, voir un peu ses parents, après on verra au fur et à mesure. Il rejoint donc le reste de sa famille qui bavardait gaiement autour de la table, pendant que la maman finissait de déposer les ingrédients sur la pâte qu'elle avait étalée. Quand il entra dans la cuisine, Gordon eut un sourire narquois et tança son fils :

-Tiens ! Ma fille aînée est réveillée ! Bonjour ma jolie ! Tu daignes enfin te joindre à nous ?

Tom prit un air blasé et répondit :

-Oh papa, très drôle ! Ton humour est juste...délicieux ! Vraiment, je comprend pas pourquoi tu te lances pas dans le spectacle ! Ça mériterait ! T'aurais un public monstre, ça cartonnerait, vraiment !
Bill avait rougit en voyant son frère, alors il plaisanta aussi, histoire de se donner une contenance :

-Laisses papa ! Ma s½ur est de mauvaise humeur ! Elle doit avoir ses règles, c'est pour ça !
Simone eut un cri horrifié et se retourna, fronçant les sourcils :

-Bill ! Oh, t'es dégoûtant ! Espèce d'indélicat, va !

Les trois hommes rirent et Tom passa dans le dos de son frère, se penchant à son oreille pour souffler :

-Ta s½ur a tout ce qu'il faut, là où il faut pour te prouver que ça a rien de féminin, crois-moi ! Mais ça, tu dois déjà le savoir...

Bill faillit s'étouffer avec sa salive et ses joues se teintèrent violemment. Il regarda rapidement vers leurs parents qui n'avaient pas entendu, occupés à s'aider mutuellement à terminer le dîner et reposa son regard sur son frère qui s'assit en face de lui, un grand sourire satisfait sur la figure. Il parlait en fait de leur gémellité, et du fait qu'ils soient deux garçons, sans savoir qu'il avait troublé son frère plus que ça, celui-ci pensait que Tom commençait à se souvenir, il voulut mourir...

Il l'évita pendant le reste du temps. Il fut bientôt l'heure de passer à table et Tom ne pût s'empêcher de dévisager son frère tout le long. Bill avait plongé le nez dans son assiette et n'avait pas encore remarqué l'examen minutieux qu'il subissait en silence. Il se contentait de manger, le plus vite possible, comme ça il pourrait regagner sa chambre et se détendre enfin. Voilà, ne plus être en présence de Tom, c'était sa priorité pour l'instant. Gordon et Simone discutaient entre eux et Tom se mêlait parfois à la conversation. Mais il avait noté le silence inhabituel de son frère. Le téléphone sonna et Simone se leva pour répondre, quelques instants après, elle appela son mari, c'était la mère de celui-ci qui appelait pour leur parler à tous deux. Les jumeaux furent donc seuls dans la cuisine, assis l'un en face de l'autre et Bill voulut encore plus disparaître sous la table. Tom l'observait un peu plus intensément, sans s'en rendre compte même. Son jumeau avait un grain de beauté sous la lèvre inférieure et il était recouvert de sauce tomate. Pris d'un impulsion, il avança la main et retira la sauce avec son index. Quand son doigt se posa sur sa peau, le brun sursauta et recula vivement, levant un regard largement étonné. Tom, le fixant toujours, porta son doigt à sa bouche et le suça pour enlever toute trace de sauce qu'il restait. Il ne savait pas pourquoi il faisait cela. Mais il le faisait et vit Bill rougir violemment. Le blond haussa les épaules et dit simplement :

-T'avais de la sauce.

Bill aurait voulu répliquer mais s'en sentait incapable. Son frère lui fit un petit sourire en coin et demanda :

-Qu'est-ce que t'as, Bill ?

Celui-ci, mort de honte, s'entendit bégayer :

-R...rien ! J'ai rien !

Mais Tom insista, il sentait bien qu'il y avait quelque chose qui perturbait son jumeau et il voulait savoir. Ils ne se cachaient rien d'habitude, et d'ailleurs, lui aussi ressentait une sensation de malaise, sans même savoir pourquoi :

-Si t'as quelque chose ! T'as vu la tête que tu fais ?

Bill s'énerva, il en eut soudain marre, marre de lui, de ses sentiments, de ses réactions, marre de son frère qui n'avait aucune idée de ce qu'il pensait et qui jouait comme ça avec lui, marre de tout. Il se leva, repoussant sa chaise, qui tomba au sol et s'écria :

-Putain, lâches-moi un peu, merde ! J'ai rien je te dis, tu veux pas me foutre la paix deux secondes ? Tu te prends pour quoi ? Pour une serviette de table ou quoi ? C'est bon, je me casse, je monte !

Tom se redressa vivement aussi et essaya de retenir son frère qui arriva à se dérober et fila rapidement pour s'enfermer dans sa chambre. Il savait qu'il avait été dur avec Tom mais c'était plus fort que lui. Il l'entendit immédiatement essayer d'ouvrir la porte et frapper fortement dessus en remarquant qu'elle était fermée à clef. Il nota l'énervement dans la voix du blond quand celui-ci cria :

-Bill ! Ouvres bon sang ! Qu'est-ce qu'il y a ? Je t'ai fait un truc ? Putain, ouvres cette porte ! Je veux te parler !

Bill se laissa tomber sur son lit et cria aussi pour se faire entendre :

-Et moi j'ai rien à te dire ! Laisses-moi !

Il y eut un silence pendant lequel le brun pensa que son jumeau avait déserté le couloir. Puis il entendit Tom reprendre, la voix un peu plus basse :

-Ok, si tu veux pas parler pour l'instant, je te force pas. Mais tu pourras pas m'éviter bien longtemps.

Quelques secondes après il l'entendit claquer la porte de sa chambre, rageusement et souffla de soulagement. Un répit. Un répit momentané, mais un répit quand même. Mais il savait que Tom était tenace et allait chercher à savoir ce qu'il avait. Et non, expliquer à son jumeau que pendant leur petite baise à trois, il avait plus apprécié sentir ses mains sur lui que celles de la fille, n'était pas une option. Lui dire qu'il avait aimé, et qu'il en était troublé depuis, c'était totalement impensable. Tom ne se foutrait pas de lui, non, pire que ça, il le détesterait, il lui en voudrait, il le trouverait immoral, fou et dégueulasse. Et il ne voulait pas perdre son frère, il n'imaginait pas vivre sans leur lien fraternel si fort. Jamais, pour rien au monde, pas même pour ça. Mais ça, c'était quoi ?

Il décida qu'il allait arrêter d'y penser pour le moment. Et maintenant, leurs parents savaient qu'il y avait un problème entre eux, ils s'étaient engueulés suffisamment fort pour qu'ils les entendent. Bon, ils étaient habitués aux coups de gueule entre eux, et savaient que ça ne durerait pas. Mais il connaissait sa mère, elle allait vouloir, comme d'habitude, savoir de quoi il s'agissait. Et il ne savait pas mentir à sa mère. Alors l'urgence était de trouver quelque chose de « banal » à avoir à reprocher au blond, quelque chose de plausible, une histoire crédible, parce que dire la vérité allait tuer sa pauvre maman. Et ça non plus c'était pas une option. Il s'insulta encore d'avoir été à cette soirée, d'avoir cédé à la demande de la fille, d'avoir laissé Tom le toucher, d'avoir aimé...

-Oh putain ! Je suis vraiment trop...

Il soupira à fendre l'âme, il ne trouvait même plus de mots pour se qualifier. Pendant un très long moment, il resta étendu sur son lit, les bras croisés derrière la tête, les yeux au plafond, s'empêchant de toutes ses forces de se remémorer cette soirée. Il entendait aussi Tom, qui avait pris sa guitare et qui jouait des airs qu'il connaissait, grattant furieusement les cordes, montrant par là son énervement à lui aussi. Puis, au fur et à mesure, les mélodies ralentirent, se firent plus douces, plus mélancoliques, plus tristes. C'était toujours comme ça quand ils se disputaient. Tom jouait des airs rapides, forts, brutaux et se calmait doucement, laissant place à son chagrin de s'être disputé avec son jumeau. Et le brun s'en voulut encore plus. Tom se sentait triste par sa faute. Mais il ne pouvait pas lui dire, non, il ne pouvait vraiment pas...

Les mélodies s'arrêtèrent et laissèrent place à un silence pesant. Bill entendait ses parents s'agiter en bas, ils devaient certainement finir de ranger et devaient se préparer pour rejoindre des amis au théâtre, laissant les frères occuper normalement le salon pour regarder le programme de leur choix. Sauf que ce soir, personne ne descendrait.

Un long moment silencieux fit penser au brun que Tom devait s'être endormi. Il décida d'aller prendre une douche dans leur salle de bain qui se trouvait en haut. Une autre avait été aménagée en bas, pour leurs parents, ils en avaient eu marre de se retrouver sans eau chaude, en retard, disputant sans cesse leurs fils parce qu'ils mettaient toujours du temps pour se préparer. Maintenant, les deux frères étaient les seuls à utiliser la salle d'eau du haut. Et comme il pensait que Tom dormait, il pouvait aller tranquille prendre sa douche, ça lui fera du bien. Il se dévêtit dans sa chambre, et décida de se rendre à la salle de bains en boxer. Il ouvrit silencieusement sa porte et voulut risquer un ½il dans le couloir. Personne. Aucun bruit non plus. Il traversa rapidement le couloir et s'enferma dans la douche, où il essaya de faire vite, histoire de pas croiser Tom. Quand il eut finit, il reprit le même chemin pour aller jusque sa chambre, toujours vêtu d'un boxer et soupira de soulagement quand il referma enfin la porte de sa chambre. Et là, il eut un gros choc. Tom l'attendait, assis sur son lit, un sourire narquois aux lèvres :

-Tu pensais vraiment que j'allais laisser tomber ?

Il resta bouche bée quelques secondes. Et merde ! Il décida d'attaquer le premier. Voilà, utiliser l'attaque comme défense, ça marche toujours :

-Sors, Tom. S'il te plait. Tu veux quoi ? Je t'ai dit que j'avais rien à te dire ! Tu me lâches ?

-Non, je te lâche pas. Merde Bill ! On se dit tout d'habitude, je vois très bien que tu vas pas bien, et tu veux pas m'en parler ! Tu crois que ça me plait de te voir comme ça ? Je t'ai fait un truc ? Tu me fuis, et tu m'expliques pas !

Bill resta interloqué. Il s'était attendu à ce que Tom crie, soit furieux, hors il parlait d'une voix triste. Et c'était pire que tout pour Bill. Il ne pouvait pas en vouloir à Tom à cause de sa propre connerie à lui. Il s'approcha de son frère et se laissa tomber à côté de lui. Tournant la tête vers lui, il souffla doucement, hésitant un peu, choisissant ses mots avec soin :

-Écoutes...C'est pas ta faute, ok ? C'est...c'est rien, ça va passer. Je suis un peu fatigué en ce moment et un peu de mauvaise humeur. Désolé si je me suis emporté.

-Alors tu veux vraiment pas me dire ce qui te tracasse comme ça ? T'as des emmerdes avec quelqu'un ? Une meuf ? Un gars te cherche ?

Bill rit doucement et rassura son jumeau. Celui-ci s'emballait très vite dès qu'il s'agissait de Bill. C'était simple, Bill, on n'y touchait pas. Et l'inverse était réciproque :

-Non. Personne m'emmerde en ce moment. Personne à part toi, mon frère. Alors ça va.

Tom avança la main et la posa sur la cuisse dénudée de Bill, la caressant lentement dans un geste affectif et lui dit doucement, cherchant son regard :

-Tu me dirais, hein, si t'avais un problème. Tu m'en parlerais ?

Incapable de répondre, le brun hocha la tête. Il s'était raidit inconsciemment à la caresse de Tom, il eut d'un coup l'impression que la main lui brûlait la peau. C'était doux, c'était chaud et il se rappela de nouveau combien il avait aimé ce genre de caresse l'autre soir...Il ne put s'empêcher de frissonner et pria silencieusement pour que Tom ne remarquât rien. Mais ce dernier était comme...tétanisé...

Il avait baissé les yeux sur la main qui bougeait lentement et ne vit pas Tom avoir le même réflexe. Et le blond eut d'un coup un flash où il voyait sa main caresser moins fraternellement cette cuisse. Il crut défaillir. Il retira sa main immédiatement, persuadé d'être repris d'un de ses délires et se leva brutalement. Putain, il avait de ces pensées sur son frère, c'était embarrassant ! Bill se leva aussi et ils restèrent face à face, chacun essayant de trouver quelque chose à dire, craignant surtout de faire remarquer à son jumeau le trouble qu'il ressentait. Tom se gratta la nuque et dit à son frère :

-Bon j'y vais alors. Tu me dis, hein si ça-

Bill le coupa rapidement. Pourvu que Tom s'en aille vite :

-Oui, je te dirais. T'inquiètes, ça va.

Tom tourna le dos pour sortir et ouvrit la porte. Mais, au moment de sortir complètement, il se retourna soudain, fronçant les sourcils :

-Putain ! Je sais ! Je sais ce qui te fout en rogne !

Le brun fronça lui aussi les sourcils et son c½ur loupa un battement. Non...Tom n'avait pas pu deviner, si ? Il demanda hésitant :

-Ah ouais ? Et c'est quoi ?

Le blond le considéra un instant et lança :

-T'es en rogne parce que tu m'en veux d'avoir participé l'autre soir avec toi et-

Il fut brutalement interrompu, Bill s'était élancé en avant, le tirant à l'intérieur de la chambre et poussant la porte d'une main, la faisant claquer en la refermant. Ses yeux étaient grands ouverts, son c½ur battait à cent à l'heure. Il siffla, rouge de colère :

-T'es malade ? Pourquoi tu cries pas plus fort, putain ! Ça va pas ? Tu veux peut-être que les parent soient au courant ?

Tom haussa les épaules et continua :

-C'est ça ? T'es en colère après moi pour ça ?

Oh non...Si Tom commençait à parler de ça, il sentait qu'il allait mourir...Pitié pas ça, qu'il parle de tout, qu'il imagine tout mais qu'il arrête de faire allusion à cette soirée ! Il répondit rapidement :

-Non. Non, Tom, je suis pas en colère pour ça, ok ? Je suis pas en colère tout court. C'est bon.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.162.133.222) if someone makes a complaint.

Comments :

  • chaos87th

    18/07/2011

    Il est vraiment lent Tom à se souvenir ou à comprendre que ce qu'il imagine faire à son frère s'est réellement passé.
    Je sens que ça risque de lui faire un choc quand il le comprendra.
    Mais surtout comment il réagit.

  • xx-gothiqua-arwena-xx

    08/04/2011

    J'adore le <<Ma soeur est de mauvaise humeur>> j'étais explosée de rire.Je m'immagine la scène! C'est trop fort!

  • Pucca97217

    09/09/2009

    Et non c'est pas une envie c'est un souvenir.
    Oulala Bill calmos.

  • Ah-t0miik-x3

    03/08/2009

    C'est bien Tom de s'en rappeler mais le crier ça le fait un peu moins.. XD
    Et Bill, c'est pas bien de mentir XD

  • Thunderbolt-Real-Ya0i

    11/07/2009

    Tom the boulet =D

  • nirvana-angelTH83

    20/03/2009

    OO i'm very shoked!!!
    tu m'étone qu'il est perturbé billou

  • love-hina83

    19/03/2009

    c bizare tt sa mé bi1 bsx

Report abuse