[TS] - Attraction - Partie 2 (1/5)

Il se leva et se décida enfin à entrer. Qu'est-ce qu'il allait pouvoir bien dire ? Il entendait la télé bourdonner et sut que Bill était au salon. D'ailleurs, quand il s'avança, il le vit nettement se crisper, de dos. Il contourna un fauteuil et attaqua directement :

-Bill...

Et là, les mots se bloquèrent dans sa gorge. Son frère s'était levé et s'était jeté dans ses bras, l'enlaçant avec ferveur, la voix désolée :

-Pardon ! Pardon, Tom ! Je suis désolé...Excuses-moi !

Lui-même ne put s'empêcher de se raidir au contact, mais après quelques secondes d'hésitation, il passa aussi les bras autour de son frère et murmura :

-C'est bon. C'est pas grave.

-Si, tu...tu veux simplement m'aider et je me conduis comme un con. J'ai horreur qu'on se dispute !

Tom resserra son étreinte, c'était toujours son frère, son petit frère, et il l'aimait encore plus que tout :

-J'ai horreur de ça moi aussi !

Bill voulut s'écarter mais avant, il leva la tête pour regarder son jumeau :

-Frères ?

Tom lui sourit et répondit :

-Frères !

Ils se réconciliaient toujours comme ça. Mais cette fois-là, Tom se demandait si c'était vraiment la bonne chose à dire. Frères ? Ils l'étaient, sans aucun doute, alors pourquoi ce simple mot avait un goût de faux, de mensonge, de secret dissimulé ? Au lieu de lâcher Bill, il le regardait dans les yeux. Pendant un instant, le brun crût réellement qu'il allait...l'embrasser. Tom avança légèrement la tête et plaqua un baiser sonore sur sa joue. Ils faisaient toujours ça aussi. Bill sourit plus franchement et retourna s'assoir. Tom était encore plus étonné. Comment faisait-il pour être aussi...calme ? Aussi détaché ? L'air de rien ? Ah oui...il n'était pas censé savoir que le blond l'avait espionné...Il serait pas aussi calme sinon. Mais quand même, il avait légèrement rougit au baiser de son frère.

Tom fit demi-tour pour se diriger vers les escaliers et monter dans sa chambre. Ça c'était une première. Normalement, la conversation finissait quand l'un ou l'autre disait :

-On dort ensemble ?

Mais là, rien ! Aucun des deux n'osait. Bill avait repris sa place dans le canapé et ne regardait déjà plus son frère. Tom ne savait vraiment pas quoi faire. Il décida d'aller prendre une douche et expédia l'affaire vite fait. Il se sentait comme étouffé dans une si petite pièce. Quand il sortit, il n'y avait plus les bruits de la télé. Et à croire les mouvements qu'il entendait, Bill devait avoir regagner sa chambre. Le blond enfila un caleçon large pour la nuit et s'assit sur le rebord de son lit. Il avait envie d'aller voir Bill. Il en avait vraiment envie. Très fort. Il se releva brusquement, sortit de sa chambre et traversa le couloir d'un pas rapide, avant de changer d'avis, avant de trop cogiter. Il ouvrit la porte de son frère à la volée, s'arrêta, soudain timide et lança quand même :

-Je peux dormir avec toi ?

A son entrée fracassante, le brun avait relevé vivement la tête, il était en train de se dévêtir. La question arrêta tous ses gestes et il répondit simplement :

-Bin...ouais.

Tom, étant déjà prêt pour la nuit, se glissa sous les draps et observa son frère qui se changeait. Il laissait son regard glisser sur le corps longiligne de Bill et se rappela soudain l'avoir vu se masturber. Se masturber et jouir. Jouir son prénom. Il hoqueta presque quand il l'entendit dire, justement :

-Tom ?

Il mit quelques secondes à réaliser que son jumeau lui parlait. Il répondit en bégayant :

-Qu..quoi ?

-Tu veux pas te mettre de l'autre côté du lit ?

-Oh ! Oh...ouais...ok...si tu veux.

Il changea de côté, ne comprenant pas pourquoi Bill lui demandait cela. Ils dormaient toujours au même endroit quand ils étaient ensemble. La vérité, c'était que Bill avait noté le regard de son frère sur lui, il en était tellement mal à l'aise, qu'il avait voulu dire quelque chose, n'importe quoi, pourvu que ça occupe suffisamment Tom et qu'il enlève les yeux sur lui. Parce qu'il supportait difficilement, à ce moment-là, Tom avait les yeux...étranges, le regard bizarre, l'expression bizarre. Il s'allongea près de son frère et lui tourna directement le dos. Chacun, bien que contents d'être réconciliés, était gêné. Le pire, c'était qu'ils sentaient le malaise de l'autre, mais ils n'avaient aucune idée de ce que ça pouvait être. Bill, parce qu'il dormait à côté de celui pour qui ses sentiments commençaient à évoluer vers quelque chose de plus que fraternel, Tom parce qu'il avait vu son frère en position délicate et que quand il y pensait, ça éveillait ses sens. Ils avaient chacun envie de bouger dans le lit, changer de position, mais ils n'osaient même pas le faire. Et tous deux, sans savoir que l'autre pensait la même chose, se trouvaient cons. Ils évitaient même de respirer un peu fort. Bill avait l'impression de suffoquer. D'habitude, ils seraient en train de papoter gaiement, sur tout et n'importe quoi. Tom aurait même passer un bras sous la tête de son frère. Et Bill aurait dormi la tête penchée sur l'épaule du blond, jusqu'à ce qu'il ait mal et change de position. Bref, si ça avait été comme d'habitude, ils serraient serrés étroitement. Hors, là, ils mettaient une distance, distance qu'ils avaient remarquée mais qu'ils refusaient d'expliquer, qu'ils taisaient. Chacun finit par s'endormir, avec pour le brun, la dernière image en tête, le baiser de son jumeau et pour Tom, le cri de Bill quand il a joui.

La chambre était plongée dans une douce pénombre. Tom sentit qu'on caressait un peu le long de son bras. Une caresse douce, aérienne, légère. La main remonta son épaule lentement et il sentit le matelas s'affaisser un peu sous le poids d'un corps. Il mit quelques secondes à réaliser qu'en fait, il était dans le lit de Bill. Donc, cette main, cette main chaude et agréable, c'était celle de son frère ? Encore un peu dans le brouillard de son sommeil, il tourna la tête mais ses paroles furent coupées par des lèvres qui s'abattirent brutalement sur les siennes et un corps qui se pressa contre le sien. Un corps nu, tout aussi nu que le sien. Il ouvrit grand les yeux quelques secondes mais les referma automatiquement quand il sentit la même main caresser ses abdominaux. Bill détacha ses lèvres et Tom profita pour demander, d'une voix interloquée :

-Bill ! Bill, qu'est-ce que tu fous, putain ?

Il entendit son frère répondre d'une voix basse et sensuelle :

-Rien...Je fais rien...fais comme si j'étais pas là...

Mais il continua de demander, de plus en plus abasourdi :

-Mais...t'es là ! Tu fais quoi ?

D'un coup de hanches, Bill se retrouva sur lui et l'embrassa dans le cou, descendant jusque son torse en répondant :

-Chut...Je fais rien...

Il tenta encore de dire quelque chose, de protester, mais son jumeau appuya lentement son piercing sur son téton et tout ce qu'il pu faire c'est de gémir. Il sentait la langue de Bill faire le tour du petit bout de chair, le durcissant encore plus, tout comme son sexe se durcissait sous l'attention. Il avança une main et la posa à l'arrière de la tête de Bill, caressant les cheveux pendant que ce dernier retraçait une ligne invisible jusqu'à son nombril. Il se tortilla encore plus et souffla :

-Putain, Bill...Arrêtes...Arrêtes...Qu'est-que...

Son frère ne semblait pas l'entendre. Il pénétra le nombril de sa langue, les deux mains plaquant ses hanches contre le matelas, le tenant fermement. Il en avait besoin, il gigotait dans tous les sens, tellement son plaisir était grand. Puis, Bill passa le bout de sa langue sur tout le long de sa ligne de paradis. Juste sous son nombril, jusqu'à son pubis. Il pouvait même sentir son souffle chaud sur le bout de son sexe. Ses doigts se crispèrent dans la chevelure noire et il dit encore :

-Bill ! Putain...t'arrêtes pas...

De suite, il sentit un coup de langue furtif sur son gland et tressauta. Bill taquinait de sa langue son gland, dilatant la fente avec son piercing, enroulant sa langue tout autour du gland, retraçant le contour. Il commençait à gémir plus fort sous les caresses du brun et leva un peu la tête pour regarder. Ce qu'il vit faillit l'achever, Bill planta ses yeux dans les siens, arrondit joliment la bouche et l'abaissa lentement tout autour de son gland, le suçotant avec gourmandise. Puis, il le vit fermer les yeux, le prendre en bouche complètement et remonter la tête en l'aspirant fortement, gémissant avec volupté tout autour de son sexe, envoyant des vibrations qui faillirent le rendre encore plus fou. Il laissa retomber sa tête, trop étourdi pour supporter cette vision et se laissa prendre par la bouche chaude et humide de son jumeau. Pendant quelques secondes, il n'entendit plus que ses propres gémissements et ceux de son frère, étouffés par le sexe qu'il englobait. Étouffés comme il avait entendu plus tôt, alors que le brun se suçait le doigt en se masturbant. Ce son l'excitait tellement, et là, ce son était rien que pour lui, à cause de lui ! Il se sentit venir...et certainement Bill dut le sentir aussi parce qu'il arrêta brutalement, le faisant grogner de frustration mais avant qu'il ait pu dire quoi que ce soit, le brun remontait son corps et vint l'embrasser avec fougue, s'interrompant juste pour souffler contre ses lèvres :

-Sens...Sens ton goût dans ma bouche...

Et c'est exactement ce qu'il fit, il répondit au baiser avec passion, sentant son propre goût mêlé à la salive de son frère et c'était foutrement bon. Il l'encercla de ses bras et descendit les mains pour malaxer les fesses rondes, petites et fermes de Bill. Celui-ci gémit dans sa bouche et il serra les doigts plus forts. Délicieux, exquis, ces bruits que le brun faisait étaient si excitants !

Il fut pris de froid quand Bill cassa le baiser et se détacha un peu de lui pour lui dire :

-J'ai envie de toi, Tom...

Il pencha un peu la tête et lécha ses lèvres, disant encore :

-Envie de toi...en moi...

Et de nouveau, tout ce qu'il put faire, c'est de gémir. Encore. Et encore plus quand le brun saisit une de ses mains pour l'amener dans le bas de son dos, la posant sur ses fesses et murmurer encore suavement :

-Envie de te sentir là...

Sa dernière pensée cohérente fut « je vais le faire ». Parce que de suite après, il pivota, basculant Bill sur le dos qui ouvrit largement les cuisses pour qu'il puisse s'y installer entre. Il regarda le visage de son frère sur lequel on pouvait lire un plaisir évident et ses yeux semblaient hurler « prends-moi ». D'une main, il écarta un peu plus les cuisses de son jumeau et se dit encore :

-Putain, oui, je vais le faire !

Il entendit le brun lui répondre alors :

-Tu vas faire quoi ?

Il resta quelques instant déconcerté, voulut parler encore mais une main le secoua un peu et Bill répéta :

-Tom ! Tu vas faire quoi ? Putain, avances un peu là-bas, tu m'écrases presque, là !

Il réalisa soudain qu'il était en train de se réveiller ! Il avait rêvé ! Et son premier sentiment fut d'être déçu. Déçu que ça ne soit qu'un rêve. Le second sentiment se trouvant être la colère. La colère d'avoir été réveillé juste à ce moment ! Il grogna, furieux :

-Putain, Bill ! T'es vraiment...pourquoi tu me réveilles !?

Ce dernier, n'ayant aucune idée de ce qui venait de traverser les songes de son frère râla immédiatement lui aussi :

-Bin bien désolé, mais là, t'es pratiquement sur moi !

Sur moi ! En plus ! Tom en aurait pleuré de frustration, et faillit vraiment le faire quand il sentit la trique qu'il avait. Il se frotta involontairement à son frère en voulant changer de position et celui-ci ne put s'empêcher d'être amusé en le sentant :

-Bin mon salaud ! Je sais pas de quoi tu rêvais, mais ça avait l'air d'être intéressant ! Je comprends ta mauvaise humeur, tu devais être bien là où tu étais !

Tom faillit répliquer vertement et se sentit rougir dans le noir. Il marmonna tout de même :

-Ouais. J'étais bien, ouais...

Le ton toujours amusé de Bill lui parvint :

-Tu racontes ?

Il fut pris d'un frisson de peur à l'idée que Bill sache mais réalisa que c'était impossible, alors il dit seulement :

-Non. Non, je te raconte pas. Dors, maintenant.

Il se remit sur le côté, dos à Bill et ferma les yeux, essayant de retrouver le sommeil qu'il avait perdu. Bill, lui, était toujours un peu amusé, mais son amusement fut bien vite remplacé par la gêne. La gêne d'avoir senti son frère bander. De quoi pouvait-il bien avoir rêvé ? Il se mit une grande claque mentale quand il s'entendit penser :

-J'aurais aimé que ce soit de moi qu'il ait rêvé, pour avoir une trique pareille !

Il ne croyait pas si bien dire, mais sur le coup, il se trouvait encore plus fou, plus malsain, plus dégueulasse. Pas normal, quoi. Non, c'était pas normal de souhaiter aussi fort faire bander son jumeau ! Quelle idée ! Quelle putain de délicieuse et bonne idée...

Derrière lui, Tom essayait vainement de se rendormir. Difficile, il avait encore les images de son rêve qui revenaient, lancinant son cerveau, sans pitié. Dès qu'il fermait les yeux, il revoyait Bill. Bill nu, Bill gémissant, Bill le prenant dans sa bouche. Il le revoyait tellement clairement qu'il pouvait presque le sentir. A cela, venait se mêler les images réelles de Bill se donnant des caresses intimes, jouissant dans sa main en gémissant son prénom. Nu, ébouriffé, suant, sexy, sexuel...Bandant...Putain , ça allait pas l'aider à se calmer, tout ça ! Tom était là, depuis quelques bonnes minutes, une douleur dans le bas du ventre réclamant le soulagement immédiat. Oui, il fallait qu'il se soulage, il en avait besoin. Il allait mourir sinon. Et mourir dans d'atroces souffrances, c'est sûr ! Se lever et aller prendre une douche ? Non merci ! Il était bien, là, au chaud. Au chaud dans le lit de son frère et à côté de lui. Entouré par son odeur et la chaleur qui se dégageait de son corps. Et Bill ne devinerait que trop bien ce qu'il serait parti faire en le voyant se lever. C'était déjà assez embarrassant de savoir qu'il bandait, pas la peine de lui donner d'autres bâtons pour le battre, il allait certainement se foutre de lui pendant un bon moment !

Il prit sa décision. Il tourna légèrement la tête et appela :

-Bill ! Bill ! Tu dors ?

Ce dernier ne répondit pas. Bien-sûr que non, il ne dormait pas ! Trop perturbé pour ça ! Il avait senti Tom bander et ça l'avait non seulement gêné, mais un peu émoustillé. Alors, il se fit complètement silencieux, rendant sa respiration la plus régulière possible et continua de se taire quand Tom demanda encore :

-Hein ? Tu dors ? Bon. Ok.

Au silence du brun, Tom se sentit soulagé. Il allait rester sur le côté et se débarrasser de cette trique et de cette douleur qui ne voulaient pas partir. Il faufila sa main dans son caleçon, saisit son membre et commença un va et viens paresseux d'abord. Il faillit soupirer fort tellement le soulagement était grand. Il ferma les yeux et laissa son esprit vagabonder entre ses souvenirs et son imagination. Entre ce qu'il avait vu et rêvé. Entre ce qui lui faisait peur et ce qui lui faisait envie. Entre rêve et réalité. Et putain, c'était plus que bon. Jamais il ne s'était senti autant excité. Par personne. Par aucune fille. Bill avait su éveiller chez lui quelque chose d'intense, de fort, tellement fort que ça semblait insurmontable. Là, il était seulement capable de fermer les yeux le plus fort possible et se passer ces images provocantes en boucle.

Sa main allait et venait sur son sexe, son pouce passait quelques fois sur son gland humide et il se retenait de gémir en se mordant la lèvre. Peu à peu, il perdait conscience de tout ce qui était autour de lui. Il n'avait conscience que de l'odeur de Bill qui avait l'air d'être partout dans la chambre, partout autour de lui, partout sur lui. Il voulut sentir encore un peu plus son odeur suave et si foutrement sensuelle à ce moment-là, il tourna la tête contre l'oreiller et inspira à fond, s'étourdissant de l'odeur des cheveux de Bill encore ancrée dans le tissus. Ses yeux toujours fermés, c'était comme s'il avait le nez dans son cou. C'était ce qu'il se disait.

Il laissait échapper quelques petits soupirs à peine retenus et faillit maintes fois laisser passer un gémissement quand un mouvement se faisait plus précis et plus plaisant qu'un autre. Il aurait tant voulu plus, à travers son brouillard de plaisir, il réalisa qu'il voulait plus. Il voulait se retourner et toucher son frère. Toucher sa peau, sa bouche, ses hanches, ses cuisses, le toucher tout entier. Jamais il n'avait été excité à ce point, jamais il n'avait voulu quelqu'un à ce point, jamais personne ne lui avait fait autant d'effet, surtout avec si peu ! Il était saoul, saoul de désir, de plaisir, d'amour.

Et Bill, de son côté, n'était pas dans un meilleur état. Il était tout aussi excité que son frère, tout aussi dur, tout aussi désireux. Il savait ce que Tom faisait, et l'imaginer se caressant l'émoustillait au plus haut point. Lui aussi commençait à bander au point d'en avoir mal. Il ne pouvait pas bouger, il n'était pas supposé être réveillé, Tom en mourrait de honte. Et puis, c'était tellement excitant cette situation, écouter Tom se donner du plaisir, imaginer que c'est lui qui envahissait ses pensées, imaginait les mouvements qu'il faisait, imaginer que sa main remplace celle de Tom.

Tom lui, n'en pouvait plus. Étourdi, éperdu, frissonnant de plaisir, il voulait plus. Il voulait désespérément plus. Il voulait sentir la douceur de la peau de son frère contre la sienne. Il voulait le caresser, ou qu'il le caresse, il ne savait plus. Il voulait Bill. A mort. Comme jamais. Comme ça sera le cas à partir de maintenant. Alors, il rejeta doucement la tête en arrière, les yeux toujours fermés et effleura de sa tête celle de son jumeau. Premier contact le grisant un peu plus. Il la laissa reposer contre celle de Bill, c'était bien mais extrêmement frustrant. C'était tout ce qu'il pouvait se permettre. Le contact faillit faire sursauter le brun qui ouvrit grand les yeux dans le noir. Il n'en pouvait plus, lui non plus, et amena discrètement sa main à son entrejambe, tressaillant quand sa paume entra en contact avec son sexe douloureusement tendu. Il glissa une main à l'intérieur et se promit de rester silencieux. Il avait envie de se toucher, non plus que ça, il en avait besoin. Alors, il posa plus franchement sa main, enroula ses doigts autour de son sexe et pompa, le plus discrètement possible, pour ne pas éveiller l'attention de Tom. Et c'était tellement bon, qu'il lâcha bien malgré lui un léger gémissement. Il ne s'en aperçut même pas. Tom si. Il stoppa quelques secondes quand il comprit que son frère faisait la même chose que lui et n'en fut absolument pas gêné. C'était encore plus érotique comme ça. Ils faisaient les mêmes gestes, ayant les mêmes pensées sans le savoir.

Alors, tout doucement, le blond recula légèrement jusqu'à frôler le dos de son frère avec le sien. Ils étaient torses nus, tous deux, et leurs peaux entrant en contact les fit frissonner violemment. Tom prit un peu peur, quand même, quand il s'appuya plus franchement contre Bill. Il le sentit tressaillir et craint un instant de se faire repousser ou insulter, mais Bill ne dit rien. Il reprit ses mouvements et chacun maintenant était pleinement conscient que « l'autre savait ». Ils s'entendaient, se devinaient, s'imaginaient mais ne disaient rien, se contentant d'appuyer leurs dos l'un contre l'autre, grisé par le contact de l'autre, excité, troublé, enivré, bouleversé de sentir la tension sexuelle qui flottait dans la pièce. Ils sentaient leur chaleur mutuelle qui se dégageait, ils fermaient leurs yeux très forts sur des images sensuelles et érotiques où les principaux acteurs étaient eux-même. Sans le savoir, ils avaient les mêmes fantasmes pour les conduire à la jouissance. Ils n'avaient qu'une envie, plus forte que tout, c'était de se retourner et mettre à exécution tout ce à quoi ils pensaient. Toucher l'autre, le caresser, l'embrasser, se frotter à lui, lui faire l'amour...Suant, haletant, gémissant, criant le prénom de l'un et de l'autre...

Oui, maintenant ils savaient que « l'autre savait » ce qu'il était en train de faire et ils avaient oublié la gêne et la culpabilité pour se concentrer sur l'orgasme puissant qu'ils sentaient venir du plus profond de leurs entrailles. Parce que jamais une telle branlette n'avait si intense, si bonne, si satisfaisante, et ce rien qu'avec la pensée de la peau, de la bouche, de la langue et du corps de l'autre. Le seul contact qu'ils s'étaient permis, c'était le blond qui en eut l'initiative, il caressait un peu le pied du brun avec le sien et Bill se laissait faire.

Dans leurs ventres, la chaleur se concentrait, le fourmillement grondait, le feu s'intensifiait. Leurs têtes tournaient et leurs c½urs étaient sur le point de lâcher. Leurs mains terminèrent de se donner les caresses qu'ils avaient envie de donner à l'autre. Sous leurs yeux fermés défilaient les images les plus érotiques, sensuelles, alléchantes et troublantes. Quelques dernières caresses et quelques dernières pensées osées amenèrent Tom à se libérer, le plus silencieusement possible, en parfaite osmose avec son frère qui fit de même, au même moment. Ils le sentirent, leurs corps s'était raidi l'un contre l'autre, leur respiration s'était faite plus saccadée, plus rapide et au moment où leur semence coula sur leurs doigts ils coupèrent pareillement leur respiration dans un petit hoquet légèrement bruyant. Tom avait même avancé sa jambe jusqu'à la poser sur celle de Bill et appuyer sa cheville sur la sienne au moment où il se sentit jouir, ses membres se crispant et le contact avec son frère l'étourdissant un peu plus.

Tom fut le premier à s'essuyer la main avec un coin de drap et peu après, Bill se décida à faire de même. Ils ne parlèrent pas, ne se retournèrent pas non plus. Ils n'osèrent pas. Pour dire quoi ? Il n'y avait rien à dire, ça leur avait plut. Ça les avait fait grimper. La pensée de l'autre les avait fait jouir et ils n'en étaient même plus honteux. Ils profitaient du bien-être qui les enveloppait et du sommeil qui peu à peu les gagnait.

Mais juste avant de s'endormir, Tom sentit son c½ur s'accélérer une dernière fois à une réalité qui lui apparut claire comme de l'eau de roche. Il était irrémédiablement attiré par son jumeau...

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.92.163.188) if someone makes a complaint.

Comments :

  • chaos87th

    18/07/2011

    Wouah, il lui a fallut longtemps à Tom pour comprendre que Bill l'attirait. MDR
    Je me demande comment ça va se passer le lendemain quand ils se seront réveillés.

  • Pucca97217

    09/09/2009

    Aaaaaaaaahhhhhhhh non un rêve c'est ceux que je deteste le plus surtout quand je dois me reveiller.

  • Ah-t0miik-x3

    04/08/2009

    Enfin il le remarque ça, il commence à comprendre xD

  • Thunderbolt-Real-Ya0i

    11/07/2009

    Waouh ! Le cerveau de Tomi fonctionne =D
    Il réalise enfin lol

  • Helacide

    11/06/2009

    L'extase x)

  • love-hina83

    20/03/2009

    c tro cool pr eux bsx

  • TH-jeux-interdits

    08/03/2009

    Génial ;-)

Report abuse