[TS] - Attraction - Partie 2 (2/5)

Deux semaines passèrent. Deux semaines pendant lesquelles les jumeaux passèrent leur temps à s'éviter, à se fuir, à se parler le moins possible, essayant de rester le plus possible en compagnie d'un ou plusieurs amis pour éviter un silence ou une explication embarrassante. Ils ne parlèrent pas de ce qui s'était passé dans la chambre de Bill. Le matin, le brun s'était réveillé et avait constaté avec soulagement que Tom avait déjà quitté sa chambre. Il ne le vit pas non plus dans la cuisine, le blond était déjà parti en cours, pour la première fois sans son jumeau. Bien que soulagé, Bill en fut néanmoins déçu. Après tout, Tom était toujours son frère, son jumeau, son meilleur ami, son tout. Il réalisa que ce qu'il ressentait pour le blond était en train de les éloigner et se maudit pour ça. Mais il était pris au piège, il ne savait plus quoi faire. Être aussi proche de Tom qu'avant le faisait souffrir, être éloigné de lui le tuait.

Ils s'étaient bien croisés une ou deux fois, à table, quand leurs parents exigeaient qu'ils prennent part au dîner en famille et ç'avait été...bizarre, gênant, embarrassant. Bill avait gardé le nez dans son assiette et Tom bougeait nerveusement les jambes sous la table. A un moment, son pied cogna celui de son frère, ils avaient tous deux sursauté au contact. Devant leurs parents, ils essayaient d'échanger deux trois mots, histoire de ne pas éveiller les soupçons, ils auraient bien du mal à expliquer pourquoi c'était si tendu entre eux. Mais là encore, ça ressemblait à une vaste plaisanterie. Les parents avaient bien remarqué, les avaient interrogé, ils avaient nié avoir un problème et s'étaient lancé un sourire vite fait, comme pour rassurer tout le monde. Et aucun des deux ne sut que l'autre avait été bouleversé par ce sourire, aucun des deux ne sut pourquoi ça les avait bouleversé, d'ailleurs.

Tom essayait de ne plus y penser. Il essayer d'occulter le fait que son c½ur s'accélère quand il croisait son frère, il essayait d'occulter le fait qu'il inspire à fond l'odeur de son parfum qui restait dans la salle de bains après son passage, il essayait de ne pas trop penser que justement il y pensait souvent, à son frère, et souvent c'était des pensées inappropriées...Il s'en voulait, il se méprisait pour ça, il se trouvait tellement sale, tellement fou, tellement horrible. Il avait aussi peur que Bill finisse par se rendre compte, il avait tellement l'impression que ça pouvait se lire sur sa figure !

Bill, lui, pensait plus ou moins la même chose. Il avait les mêmes terreurs. Tom avait toujours su si bien lire en lui ! Et si Tom savait ? S'il se rendait compte ? Il leur suffisait de se regarder dans les yeux pour qu'ils arrivent à voir ce que penser l'autre, et du coup, ils ne se regardaient plus. Bill était terrorisé que Tom devine et le déteste pour ça. En plus de tout ça, une autre pensée le perturbait. Le fait qu'il serait peut-être gay...Lors de sa petite séance solitaire, quand ils s'étaient disputé et que le blond avait quitté la maison, il avait imaginé des choses en se caressant. Des choses entre Tom et lui. Des choses que Tom lui faisait surtout. Et quand il repensait à tout ça, il avait été surpris de constater qu'il s'était attribué d'office la place du dominé. Putain ! Ça en faisait du changement ! Lui pourtant si coureur, si...attiré par les filles ! Et là, il s'était imaginé faisant l'amour avec Tom, et il s'était imaginé être pénétré...là, pour le coup, il ne savait plus quoi penser de lui !

Alors comme ça, il serait peut-être gay ? Ça le tourmentait à un point...Il tournait et retournait tout ça dans tous les sens, sans savoir quoi faire. D'habitude, quand un problème le chiffonnait, c'était vers son jumeau qu'il se tournait, ils en discutaient, ils se conseillaient. Là, il se voyait mal aller vers Tom et dire tranquillement :

-Oh, salut Tom ! Tiens, tu connais pas la dernière ? Bin figures-toi que j'ai comme l'impression que je deviens un peu pédé ! Et ouais ! Fou, hein ? Mais le plus drôle, c'est parce que je suis vachement attiré par toi ! Encore plus fou, hein ? Dis, tu veux pas qu'on essaye des trucs pour voir si c'est bien ça ?

Non, vraiment, c'était pas une bonne idée. Vraiment pas. Définitivement pas. Mais il fallait qu'il sache. Il regardait les garçons dans la rue, s'imaginant avec l'un d'entre eux, se laissant toucher par l'un d'entre eux et il ne savait toujours pas. Et comme il voulait comprendre ce qui lui arrivait, il se dit que peut-être, il devrait essayer. Il se souvint de...comment s'appelait ce crétin, déjà ? Celui qui avait failli l'embrasser, une fois, devant tout le monde ? Ah oui, Karl ! Ce Karl pourrait l'aider. Oui, voilà, Karl serait sa solution. Il allait sortir un peu avec, discrètement, et voir ce que ça donnerait. Et dès aujourd'hui, même !

Il était tout à ses réflexions, la tête baissée dans son bol de lait, il n'entendit pas sa mère lui demander plusieurs fois de lui passer le sucrier. Tom avait levé la tête et fronça les sourcils quand il le vit perdu dans ses pensées et d'un coup, le regard illuminé, le visage souriant. Il reconnut ce regard. C'était celui que Bill avait quand il avait trouvé une idée qu'il jugeait « fabuleuse ». Et généralement, ses idées « fabuleuses » se révélaient souvent foireuses ! A quoi pouvait-il penser ? Il fila un coup de pied au brun sous la table et marmonna :

-Bill ! Maman te parle !

Celui-ci le regarda, incertain et dit :

-Hein ?

Tom reprit :

-Maman te demande le sucre.

Le brun le regarda, sidéré :

-Et...tu pouvais pas le lui passer ?

Oui, là pour le coup, Tom se retrouvait comme un con. Bill n'ajouta rien, passa le sucre et se leva de table, lançant :

-Bon, moi j'y vais, j'ai des trucs à faire.

Sa mère l'appela, avant qu'il sorte complètement :

-Tu attends pas ton frère ?

Le blond allait prendre la parole pour dire quelque chose qui ressemblerait à « non, ça va, c'est bon » quand il fut coupé par Bill :

-Euh...Bin là, je peux pas, je dois voir quelqu'un avant les cours. A toute !

Il sortit avec un geste de la main et Tom le regarda se précipiter vers la porte, pressé. Il fronça encore plus les sourcils. Qui est-ce que son frère devait voir ?

***


Bill arriva rapidement devant l'enceinte du lycée. Quelques élèves s'y trouvaient déjà, mais très peu, après tout il était encore tôt. Mais il ne savait pas dans quelle classe se trouvait Karl, ni à quelle heure celui-ci arrivait d'habitude. Et il voulait éviter d'avoir à demander. Il chercha un peu du regard parmi les visages s'il y avait quelqu'un de l'entourage du Karl en question mais ne reconnut personne. Les élèves finirent par arriver peu à peu et ce fût bientôt l'heure de commencer les cours. Il n'avait toujours pas vu le garçon qu'il cherchait. Il avait vu Tom arriver, de loin, et les battements de son c½ur s'accélérèrent. Il l'observa de loin se diriger vers les personnes de sa classe, les saluer, rire et plaisanter avec eux. Tom était si beau quand il souriait...

En pleine discussion avec un garçon, Tom leva la tête et le reste de sa phrase se coinça dans sa gorge. Son regard tomba immédiatement sur son frère. Bill le regardait, de loin, une expression indéchiffrable sur le visage. Leurs yeux se croisèrent et Tom resta la bouche grande ouverte, dans son élan. Pendant quelques secondes, ils se fixèrent, avant que le brun se détourne et s'éloigne d'un pas rapide. Oui, Bill courrait presque, le c½ur affolé. Il sentit, dans son dos, les yeux de Tom le brûler.

Quand l'androgyne entra en cours, le professeur leur expliqua :

-Bon, vous devrez, pour la semaine prochaine, faire un exposé. Choisissez un livre, lisez-le, résumez-le et vous le présenterez devant vos camarades. C'est pas nouveau pour vous, ce genre de procédé. Sauf que là, pour cette fois, on va travailler en binôme, avec une autre classe. La classe de M. Keller. Il y a exactement le même nombre d'élèves que la vôtre. Donc, un élève a été placé pour faire équipe avec chacun de vous. Les exposés seront présentés dans la salle de théâtre. Ça va vous préparer pour la fac, travailler devant plus de monde, dans une plus grande salle, vous pourrez même interpréter une scène du livre, si vous le voulez. Bon, je vais vous donner le nom de celui qui vous secondera.

Il commença à énumérer les noms des élèves et son co-équipier, Bill attendant de savoir avec qui il serait. Il ne connaissait même pas la classe dont il était question. Puis, le professeur lança son nom :

-Kaulitz, tu seras avec Brandt, Karl Brandt.

Il tressaillit. Karl Brandt...Non ? Karl ! Il connaissait le nom de Karl et c'était bien de lui dont il était question ! Et bien ça, pour une coïncidence, c'en était une bonne ! La chance était de son côté, il allait pouvoir se « mettre en relation » avec Karl sans provoquer de curiosité de la part de ses amis. Ça tombait vraiment bien. L'heure et la matinée passèrent rapidement et Bill n'avait pas parlé à son frère encore. Chacun restait dans son coin. De toute façon, le brun n'avait pas cours l'après-midi, il décida de rentrer déjeuner chez lui, au lieu de rester avec ses amis comme il le faisait d'habitude. Il avait cherché du regard le fameux Karl, sans succès. Alors qu'il allait sortir du lycée, une main l'agrippa, il se retourna vivement et tomba nez-à-nez avec...Karl ! Ah ben il tombait bien celui-là ! Karl lui dit :

-Dis, il paraît qu'on est ensemble pour faire un expo ?

Bill hocha la tête mais dégagea son bras :

-Ouais, faut qu'on travaille ensemble. Il faudrait qu'on se voit, pour qu'on puisse en parler.

Il ne vit pas que Tom, posté un peu plus loin, les regardait, l'½il mauvais. Le blond avait reconnu celui qui avait voulu embrasser son frère de force. Ça l'avait fait bien rire, sauf que là, il ne riait plus. Il les voyais se parler, apparemment ça se passait bien, Bill hochait même la tête. Ils discutèrent comme ça pendant un instant et Tom les vit partir ensemble hors du lycée. Son sang ne fit qu'un tour. Où est-ce qu'ils allaient, comme ça ? Ensemble ? Karl était même pas un pote à son frère ? Et là, là ils...parlaient et partaient ensemble...! Et il savait que Karl était toujours intéressé par son frère, c'est sûr, il allait encore essayer quelque chose, et rien que l'idée, ça lui filait la nausée.

Tom se sentait furieux, curieux, jaloux. Oui, jaloux. Les rapports entre lui et Bill étaient au plus bas et voir son jumeau parler avec quelqu'un d'autre ça l'énervait. Non, plus que ça, il s'agissait de quelqu'un qui voulait son frère, qui le montrait dès que possible, c'était ça qui l'énervait. Il rumina pendant un long moment sur ce que les deux jeunes hommes pouvaient avoir à se dire, encore plus en colère, encore plus jaloux. Putain, il était jaloux ! Il avait encore du mal à réaliser. Il avait encore cours l'après-midi, alors il était coincé ici pendant que Bill et Karl avaient disparus il ne savait où, faire il ne savait quoi. Tom reprit les cours, morose, répondant à peine à ses amis, les pensées tournées vers son frère et sur ce qu'il pouvait bien faire à cette heure.

En fait, Bill avait invité Karl chez lui pour le fameux exposé. Il avait dans la tête de mettre son idée à exécution. Il saura si les mecs l'intéressent ou pas. Karl était ravi, il discutait gaiement et riait beaucoup en chemin. Il avait enfin une chance d'approcher son fantasme de près. Il n'était pas amoureux de Bill, il en avait plutôt beaucoup envie. C'était le cas depuis longtemps. Et là, l'exposé tombait bien, il allait pouvoir passer du temps avec le brun. Vraiment super !

Ils arrivèrent chez Bill, la maison était vide. Les parents travaillaient et Tom était en cours pour le reste de l'après-midi. Bill proposa quelque chose à boire et à manger à Karl et ils partagèrent donc des sandwichs et du coca, avant de monter directement dans la chambre de Bill. Ce dernier dit :

-Bon, attends, je récupère une chaise pour toi et on s'y met.

Il revint avec une chaise et vit que Karl regardait le tableau de photos accroché au mur. Des photos de lui et Tom pour la plupart :

-N'empêche, malgré vos styles différents, vous vous ressemblez vachement toi et ton frère, hein ? De vrais jumeaux !

Bill marmonna :

-Ouais.

Faire l'accent sur leur lien n'était pas spécialement apprécié, en ce moment. Ça rappelait constamment à Bill que la personne qui l'obsédait autant était son jumeau, sa famille, son sang. Karl se tourna vers lui et dit doucement en se rapprochant :

-Mais moi, je te préfère. T'es le plus beau des deux.

Bill haussa un sourcil bien haut, presque amusé de la situation. Puis, il se rappela pourquoi il avait fait venir Karl et répondit, un peu hésitant :

-Merci...euh...t'es...pas mal non plus.

Le visage de Karl s'éclaira d'un grand sourire, il se rapprocha un peu plus :

-Ah ouais ? Tu me trouves pas mal ?

Le brun hocha encore la tête et fit mine de s'assoir, l'autre se rapprochait un peu trop :

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.92.163.188) if someone makes a complaint.

Comments :

  • chaos87th

    19/07/2011

    Tel est prit qui croyait prendre mon Billou.
    Je sens que Karl ne va pas faire de vieux os s'il s'approche trop ou même pire... si Tom arrive. ^^

  • xx-gothiqua-arwena-xx

    20/05/2011

    En effet cet exposé tombe bien.

  • Pucca97217

    09/09/2009

    Bill et ces idées lumineuses

  • Ah-t0miik-x3

    04/08/2009

    Ça va partir en couilles à un moment, je le sens. U__U"

  • Thunderbolt-Real-Ya0i

    11/07/2009

    Karl est lourd XD

  • love-hina83

    20/03/2009

    O VIOL!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!XD il é fou
    bsx

Report abuse