[Fiction] Passion Destructrice - Chapitre 2

La chanson prit fin et Bill se redressa de sur son lit pour changer le CD. Une autre chanson démarra aussitôt et il se rallongea sur le dos. Ça faisait trois jours qu'il avait fait la connaissance de Tom. Et il n'avait pas arrêté de penser à lui. Il revoyait son regard sombre et son c½ur se serrait. Il n'arrivait pas à comprendre ce qui lui arrivait depuis ce fameux jour pluvieux. Il avait fait mauvais pendant les deux derniers jours, Bill n'était pas sorti. Il était resté chez lui, à aider sa mère, regarder des vieux films à la télé, écouter de la musique et lire. Et penser. Surtout penser. Il avait pensé au blond qui lui souriait. Qui lui parlait. Il s'était même surpris à imaginer le blond qui se penchait vers lui, dans sa voiture, mais au lieu d'ouvrir sa boîte à gants, il lui prenait le visage, l'approchait de lui doucement et posait sa bouche sur la sienne. Il s'en voulait immédiatement à cette pensée, se reprochant à voix haute sa bêtise :

-Putain ! Je débloque grave ! Je le connais même pas...

Il se redressa soudain et alla à la fenêtre, il faisait beau dehors. Sa mère était sortie avec une amie pour aller « entre copines » faire les magasins. Bill commençait à s'ennuyer ferme. Il en eut soudain assez d'écouter de la musique et éteint d'un geste sec sa mini-chaîne. Son portable se mit à sonner, il décrocha distraitement :

-Bill ? Salut, c'est Tom. Tu te souviens ?

-Euh...oui. Oui. Comment ça va ?

Son c½ur s'était emballé quand il entendit la voix grave de celui qui troublait ses pensées depuis quelques temps.

-Ça va tranquille. Je me disais...il fait beau aujourd'hui, ces deux derniers jours ont été lamentables ! Alors...alors, je me suis dit que si t'étais d'accord, on pourrait aller...aller prendre ce fameux pot, enfin...enfin si t'es pas pris, si t'es pas occupé, si tu fais rien...

Bill n'hésita pas un seul instant :

-Non, je faisais rien. Cool, c'est une bonne idée. Je te rejoins où ?

-Si tu veux, je passe te prendre et on avisera, t'en dis quoi ?

-J'en dis que je t'attends !

-Ok, je suis là dans 10 minutes...

Ils raccrochèrent sans savoir l'un l'autre qu'ils eurent le même réflexe : se précipiter pour arranger en moins de temps possible leur tenue, retoucher son maquillage pour l'un et changer plusieurs fois de casquettes jusqu'à en trouver une bonne pour l'autre. Et Tom fut ponctuel, dix minutes après il se garait devant chez Bill qui sortit presque en courant de chez lui, énervé de ne pouvoir réfréner son impatience. Tom se pencha pour lui ouvrir la portière et Bill grimpa lestement en le saluant, l'air joyeux. Il ne s'était même pas rendu compte qu'il avait oublié son portefeuille, trop pressé de sortir à la rencontre de Tom. Ils décidèrent de l'endroit où ils voulaient se rendre et finalement optèrent pour un petit bar tranquille en ville, simple, chaleureux, discret mais douillet. C'est en arrivant devant le bar que Bill se frappa le front :

-Merde ! J'ai oublié mon portefeuille ! Oh non...

Tom sourit, visiblement gêné. Il sortit le portefeuille de Bill de sa boîte à gants et la tendit à Bill qui le fixa, étonné. Le blond eut un sourire d'excuse :

-J'ai vu après que tu l'avais oublié dans la voiture.

Il n'ajouta rien d'autre, Bill ne lui demanda même pas pourquoi il n'avait pas téléphoné pour dire que son portefeuille était avec lui, au moins. Ils s'installèrent face à face à une table du fond, il y avait très peu de personnes, l'endroit était serein. Ils commandèrent chacun une bière et trinquèrent à leur toute récente amitié. Ils parlèrent pendant un long moment, de tout et de rien. Ils recommandèrent des bières, en riant toujours et Tom finit par avouer à Bill qu'il était bisexuel. Le brun en fut secrètement ravi. S'il s'écoutait, il aurait sauté partout. Il avait donc des chances pour plaire au blond...Il parla donc de ses préférences sexuelles à lui, et pour la première fois, parla de son premier amour à quelqu'un. Il raconta à Tom comment il avait aimé cette personne, comment il avait été malheureux de devoir s'en séparer, comment il avait cru mourir devant l'indifférence de l'autre, comment l'éloignement physique avait finalement eu raison de cette relation devenue chaotique. Il parla pendant un bon moment, la tête baissée, la voix tremblotante parfois et Tom ne disait rien. Il l'écoutait juste et avait envie de le prendre dans ses bas, consoler cet être si malheureux à cause d'un « connard » et lui rendre le sourire.

Puis il fut temps de quitter le bar. Comme prévu, ce fut Bill qui paya, malgré les protestations de Tom. Un peu gris tous les deux, ils remontèrent dans la voiture et Tom roula jusqu'à la maison de Bill. Il cherchait quoi dire, il aurait voulu pouvoir aller ailleurs avec lui, rester encore un peu. Et Bill semblait vouloir la même chose. Il crevait d'envie de se rapprocher du dreadé mais n'osait le faire.

-Et puis, se dit-il, il me ramène. Il a beau être bi, je lui plais peut-être pas...Après tout, il veut peut-être juste être mon ami...Putain, quand je pense à tout ce que je lui ai dit. J'aurais mieux fait de fermer ma gueule...Il est beau quand même...Ouais...Il est beau...

Il sursauta quand une main se posa sur sa cuisse. Il tourna la tête vivement vers Tom qui lui dit :

-On est arrivé...Tu dormais ou quoi ?

-Non...Non. Désolé, je...

Il baissa le regard, Tom n'avait pas retiré sa main. Au contraire, son pouce commençait à caresser sa cuisse, doucement, presque imperceptiblement et pourtant Bill avait l'impression que ce doigt le brulait à travers son jean épais. Tom remarqua vite où le regard de Bill s'était posé. Il accentua la caresse. Il leva son autre main et releva le visage de Bill vers lui. Il tint son menton entre son pouce et son index, fit doucement glisser sa main sur sa joue, noya le bout de ses doigts dans la chevelure ébène et caressa la joue de son pouce. Bill était tétanisé. Il craignait ce qui allait se passer par la suite, mais en avait tellement envie en même temps. Il sentait son c½ur battre sourdement, semblant vouloir quitter sa poitrine. Tom continuait de lui caresser la joue et murmurait, fasciné :

-T'es beau, Bill. J'ai jamais vu ça. Ta peau est si douce...T'es si beau...

Et très lentement, comme au ralenti, le visage de Tom se rapprocha. Bill le vit fermer les yeux et fit de même. Son souffle se coupa d'anticipation, son c½ur s'emballa un peu plus, son corps entier frémit, ses sens s'éveillèrent...Tom l'embrassait...

Le blond aussi crut perdre la raison quand sa bouche se posa sur celle de Bill. C'était chaud, c'était doux, c'était exquis. Le brun répondit d'abord timidement au baiser mais sembla s'éveiller d'un seul coup et avança à son tour sa langue dans la bouche de Tom. Il lécha son palais, caressa l'arrière de ses dents, enroula la langue du blond de la sienne, frotta doucement son piercing sur la langue de Tom qui gémit à la sensation. Le brun se sentit plus audacieux et vient agripper le devant du tee-shirt du dreadé pour l'amener un peu plus à lui. Ils s'embrassaient toujours, encore plus. Il était hors de question qu'ils arrêtent, même pas pour respirer. Plus rien n'était important, plus rien hormis la sensation qui leur tournait violemment la tête. Le goût de l'autre dans la bouche. La salive de l'autre mêlée à la sienne.

Tom passa sa main dans les cheveux de Bill. Ils étaient doux et soyeux, il les fit glisser entre ses doigts et massa tendrement son cuir chevelu. Bill caressa le torse de Tom à travers son tee-shirt et remonta jusque son cou qu'il agrippa. Il enroula ses doigts derrière la nuque du blond, sous ses dreads et appuya un peu plus pour le serrer contre lui. Les bouches bougeaient ensembles, les langues bataillaient fermement, les doigts caressaient et frottaient, les c½urs étaient sur le point de lâcher. Jamais un baiser ne leur avait semblé si intense. Jamais ils n'avaient donné ou reçu un baiser de cette sorte. Jamais ils ne s'étaient emballés aussi vite pour quelqu'un.

Ils essayaient désespérément d'arrêter pour reprendre un semblant de souffle mais dès que l'un s'éloignait légèrement, l'autre lui mordillait la lèvre et ça repartait de plus belle.

Tom glissa une main dans le dos du brun par-dessus son tee-shirt et sous la caresse, celui-ci gémit et cambra le dos. Le blond crut qu'il allait devenir fou à ce moment-là. Bill avait l'air tellement candide et tellement indécent à la fois. Il aimait comment le brun bougeait sous ses doigts. Tom arriva au bas du tee-shirt de Bill, légèrement remonté, laissant apparaître le bas de son dos. Le blond y glissa les doigts et sentit de suite la peau se couvrir de chair de poule. Il engouffra directement un peu plus la main et caressa toute la longueur du dos de Bill. Qui se cambra encore plus et gémit plus fort dans sa bouche. Les doigts sur sa peau étaient si chauds, il avait l'impression de se consumer. Lui-même passa une main sous le tee-shirt large et caressa le torse de Tom, griffant légèrement les pectoraux finement dessinés du blond. Ils étaient à mi-chemin des deux sièges, affalés l'un contre l'autre, se caressant comme ils pouvaient et s'embrassant comme si leur vie en dépendait.

Ils finirent par s'arrêter, difficilement mais ils essayèrent. Tom appuya son front contre celui de Bill et essaya de reprendre son souffle. Les yeux toujours fermés il souffla :

-Putain...putain tu me plais...Tu me plais trop...J'ai pas envie d'arrêter...Bill...Sors avec moi...

Bill lui lécha les lèvres en réponse et sa bouche se vit immédiatement capturée en guise de représailles. Un baiser plus que passionné s'ensuivit, les laissant haletants, ébouriffés, les yeux brillants. Cette fois, c'est Bill qui s'éloigna :

-Ok, ok, je vais y aller. Je...je vais y aller, Tom...

-Ouais...D'accord...Ok...Écoutes...je voudrais pas que tu croies que...que j'ai l'habitude de sauter sur les gens, comme ça mais...toi, je sais pas...Y a un truc...Alors, tu...t'as pas répondu...

Bill répondit, la voix à peine plus haute que celle de Tom :

-Ouais, y a définitivement un truc...répondu à quoi ?

Mais il compris immédiatement ce dont Tom parlait. « Sors avec moi... » Il se pencha vers Tom et déposa un dernier baiser sur sa bouche rougie et gonflée :

-Oui, je veux bien sortir avec toi...

-Ok. Cool. Ouais. Cool, vraiment. Vas-y, ou je vais plus pouvoir te laisser partir. Je t'appelle ce soir, ok ?

-Ok. Salut.

Ils s'embrassèrent une dernière fois, comme pour se dire « n'oublie pas » et Bill rentra chez lui. Il s'adossa à la porte d'entrée une fois refermée et écouta la voiture de Tom qui semblait prendre un temps fou à démarrer. Puis, il entendit le bruit du moteur qui commençait à tourner et en un instant la voiture s'éloignait. Tom était parti. Bill sourit bêtement en passant ses doigts sur sa bouche que Tom avait si délicieusement maltraitée. Il avait maintenant un petit ami...

***


Bill attendait fébrilement l'appel de son nouveau « petit ami ». Il avait été complètement ailleurs toute la soirée, répondant à peine à sa mère qui s'impatienta et finit par le réprimander, mécontente :

-Bill, ça fait trois fois que je te demande de me passer le bol de salade ! Tu ne m'écoutes même pas ! Qu'est-ce qu'il y a, tu as l'air ailleurs !

-Excuses-moi. Y a rien, maman. Rien du tout. Je...je suis un peu fatigué, je vais monter prendre une douche et me mettre au lit.

-Oui ça vaudra mieux.

Bill aida tout de même sa mère a débarrasser la table, à faire la vaisselle et après un rapide baiser il alla prendre une douche chaude, enfila son pyjama et se mit directement au lit, le téléphone en main. Il ne cessait de le regarder, de le tripoter, de vérifier qu'il était en bon état de marche. Après une attente insupportable, il finit par sonner, faisant sursauter le brun. Bizarrement, il hésita un instant et décrocha. La voix de Tom, chaude et grave, lui parvint :

-Bill ? C'est moi...

-Je sais. Ça va ?

-Ouais. J'ai pas arrêté de penser à toi. J'avais pas envie de partir. Putain, on se connait à peine et j'ai l'impression d'être déjà accro ! Qu'est-ce que tu m'as fait ?

Bill rit un peu, son stress s'envola soudain, laissant place à une douce euphorie :

-C'est plutôt à moi de te poser la question. Tu...on se voit bientôt ? J'aimerais bien...

-Demain. Si tu peux, et si tu veux bien, j'aimerais passer te voir demain.

-Demain c'est bien. A quelle heure ?

-Demain 10H. Ça fait trop tôt pour toi ? On pourrait, je sais pas, aller se balader un peu. Et manger ensemble. Et rester un peu ensemble l'après-midi. Je te ramènerais quand t'en auras marre de me voir...

-Oh, je pense pas que j'en aurais marre. T'auras plutôt envie de me ramener plus tôt que prévu même, je crois. Va pour 10H. En plus, ça tombe bien, ma mère est pas là demain. Elle va chez mes grands-parents passer la journée. J'ai pas voulu y aller, donc ouais, demain c'est parfait.

-Super ! Je passe te prendre à 10H alors. Je te laisse, mon père a besoin du téléphone, bonne soirée Bill et au fait...

-Oui ?

-Tu embrasses vachement bien. J'ai eu du mal à m'en remettre...je m'en suis pas encore remis, d'ailleurs...Je suis pressé d'être à demain, j'aimerais remettre ça...

Bill se sentit rougir et lui d'habitude si timide, s'entendit répondre sans aucune honte :

-Y a pas de problème. Et pour toi, je peux faire encore mieux...Si t'es sage, je te montrerais...

-Putain ! Arrêtes ! Arrêtes, ou je viens de suite !

Ils rirent tous deux et après s'être souhaité une bonne nuit ils raccrochèrent. Bill était heureux et de son côté, Tom se disait qu'il allait être difficile d'attendre le lendemain. Ce brun lui faisait un tel effet...C'était la première fois qu'il allait aussi vite, il était moins entreprenant d'habitude mais là, il était juste fasciné par sa personne, il le voulait, il ne savait pas si c'était déjà de l'amour mais comme il l'avait dit plus tôt à Bill, il sentait qu'il y avait quelque chose de spécial qui s'installait et il refusait de laisser passer cela. Il le voulait, il voulait son corps, il voulait son c½ur, et Tom s'endormit avec dans la tête les images de son brun et le souvenir de sa bouche.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.92.163.188) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Vie-amours-emmerdes-du14

    28/12/2011

    c'est mignon =)

  • chaos87th

    31/07/2011

    Ca y est, en a peine un baisé, ils ne peuvent plus se passer l'un de l'autre.
    Surtout en si peu de temps. Ils se connaissent depuis seulement 3 jours.
    Mais bon c'est génial, j'adore.

  • th-lucky-fic

    02/02/2010

    chapitre 2 plutot interressant
    sa va vite entre ces deux la
    hate de lire la suite

  • Pucca97217

    11/09/2009

    Waouw sa comence fort peut etre tro fort car toute passion est destuctrice

  • x-pas-sur-la-bouche-x

    13/04/2009

    Han Oo'! J'adore déjà!
    C'est vraiment ce qu'on appelle la Passion! Mais justement ton titre de fic me fais dire que ça va devenir de plus en plus terrible peut-être même à un point de non retour! *hum dsl ... je m'emporte! >.<*
    En tout cas j'ai déjà hate de lire la suite...ça me fait trop plaisir que tu écrive une autre fic! ^^
    Des Bisous!

    Voilà le coum' du chap 2!!!

  • x-pas-sur-la-bouche-x

    13/04/2009

    Han pétard! Oo' une autre fic déjà! J'avais pas vue
    *mais qu'est-ce que je fou bordaaal... ah ui je lis les citrouilles c'est vrai! >.<*
    Faut absolument que je lise ça...j'le ferais t'à l'heure!

    Et oui l'était court ce com'...tu vois j'en fais pas toujours trois tonnes!!! lol

  • nirvana-angelTH83

    16/03/2009

    soooooooooooo cute!!!
    on a du mal acroire que ces deux là vont se déchiré
    car c bien ça le problème non???

Report abuse