[Fiction] Passion Destructrice - Chapitre 3

Quand Tom se réveilla le lendemain matin, sa première pensée fut pour Bill. Il avait rêvé de lui toute la nuit. Il avait rêvé que le brun l'embrassait, le touchait, le caressait. Il l'avait vu nu dans son rêve, nu et gémissant contre lui. Il s'était imaginé lui faire l'amour pendant des heures, il s'était vu apprivoiser ce corps si tentant. Et il s'était réveillé avec une érection digne de ce nom.

-Putain ! Je suis bien parti...

Et quand il prit son téléphone pour vérifier l'heure, il paniqua franchement :

-Merde ! 9H ! J'ai à peine le temps d'être prêt, là ! Merde !

Il repoussa d'un geste vif ses couvertures et se leva d'un bond. Il n'aurait pas le temps de prendre son petit déjeuner, tant pis. Il avait déjà à peine le temps de se préparer, mais il s'en fichait, pas question de rater son rencard avec Bill.

Celui-ci, de son côté était levé depuis bien longtemps. Sa nuit avait été agitée, lui aussi avait fait des rêves érotiques et terriblement excitants. Comme une transmission de pensée, il avait rêvé des mêmes choses. Il avait pris une douche, un petit déjeuner rapide et attendait l'heure en tournant dans tous les sens. Sa mère était partie depuis un bon moment, non sans avoir proposer une fois de plus à son fils de l'accompagner mais se vit vite presque mise à la porte. Elle partit donc en riant, disant à Bill :

-Je sais pas ce que tu as, toi, mais il va falloir que tu me dises...Bon, j'y vais. Je rentrerais certainement un peu tard. Tu sais comment sont tes grands-parents, chaque fois que je passe les voir, ils veulent me faire rester jusqu'au dîner, donc ne m'attends pas. J'ai fait des lasagnes, il te suffira juste de les passer au four, à ce soir !

-A ce soir, maman. Vas-y, ne les fait pas attendre !

-Ne me mets pas à la porte ! Dis-moi, t'as rencontré quelqu'un, toi ? C'est qui ? Je le connais ?

-Rhooo, maman !

-Ça va, ça va, j'y vais ! Tu vas faire quoi, toi ?

-Rien de spécial, je vais aller me balader un peu et je verrais bien, j'improviserais...Passes une bonne journée !

-Ok, j'ai compris, j'y vais ! Au revoir mon fils ! Dis...

Bill se retourna en soupirant, alors que sa mère le rappelait de la voiture :

-Quoi, maman ?

-T'es tout beau, mon fils ! Et après, viens me dire que tu as rien de prévu pour aujourd'hui. J'ai pas le temps, là, mais crois-moi, on en reparlera demain. Je veux tout savoir...Tu me caches rien d'habitude.

Bill nota le ton légèrement reprochant et déçu de sa mère et dit simplement :

-Je...je te cache rien. C'est juste que...Bon, ok, je...je vois quelqu'un aujourd'hui, mais c'est tout neuf et je veux pas m'emballer trop vite, j'attends de voir avant de t'en parler. Je te raconterais quand tu reviendras.

-Je me disais aussi que je t'avais pas vu aussi épanoui depuis longtemps. Alors, il s'appelle ?
-Tom. Il s'appelle Tom.

-Tom ? Oh...C'est...c'est joli, Tom. J'y vais, cette fois. Passes une bonne journée, je t'aime...A ce soir.

Bill se pencha par la portière, fit un rapide bisou sur la joue de sa mère et la regarda s'éloigner. Son c½ur se remplit de tendresse envers la femme qui l'élevait. Il avait énormément de chance, elle avait d'emblée accepté que son fils aime les garçons. Elle était juste un peu déçue de se dire qu'elle n'aurait jamais de petits-enfants, rêve de toutes les mamans, mais seul le bonheur de son fils bien-aimé lui importait.

Bill baissa les yeux sur l'écran de son portable, Tom n'allait plus tarder maintenant. Il se rendit à l'intérieur pour choisir une veste à prendre avec lui quand il entendit klaxonner. Il se précipita à l'extérieur avec un grand sourire. Tom le regardait s'avancer vers lui, et comme la veille, il se pencha pour ouvrir la portière. Bill s'engouffra dans la voiture et une fois installé, sembla hésiter. Mais Tom ne lui laissa pas le temps d'en dire plus, il l'attrapa par la nuque, l'attira vers lui et l'embrassa directement profondément. Il relâcha un Bill totalement essoufflé, les joues rouges :

-Désolé...J'ai pensé à ça tout le temps depuis que je t'ai laissé. J'aurais pas pu attendre plus longtemps. Tu veux faire quoi ?

-Je sais pas trop, on pourrait aller se balader dans le parc, ou, je sais pas, rouler un peu...T'avais une idée, toi ?

-Non, ça me va. On va au parc, on marche un peu, on parle beaucoup, je veux tout savoir de toi, et après on ira déjeuner !

Il démarra et prit la direction du parc. Ils se baladèrent pendant un long moment, Tom lui posait une multitude de questions sur lui, sur sa vie et le brun répondait avec plaisir, sans aucune hésitation, ravi que quelqu'un s'intéresse autant à lui. Lui-même posait aussi pas mal de questions au blond et en un instant, ils eurent le sentiment de tout savoir l'un sur l'autre. Peu avant l'heure du déjeuner, en pleine conversation, le ventre du blond se mit à gargouiller, le brun le taquina :

-Bin dis donc, j'en connais un qui a faim, on dirait !

-Ouais, j'ai pas eu le temps de manger un bout ce matin. On va manger ? Tu veux qu'on aille où ?

Bill réfléchit quelques instants :

-Écoutes, ma mère est pas là pour la journée, de toute façon ça aurait pas posé problème et elle m'a laissé des lasagnes, toutes faites, y a plus qu'à réchauffer. Si tu veux, on va manger à la maison ? Les lasagnes de ma mère, c'est quelque chose, tu vas pas t'en remettre !

-Ok ! Si t'es sûr que ça dérange pas, je veux bien. Allons-y et après, on ressortira continuer notre ballade si tu veux.

-Va pour les lasagnes, alors !

Ils repartirent en direction de la voiture de Tom et arrivèrent bientôt chez Bill. Il fit entrer son petit ami qui, aussitôt la porte fermée, se jeta sur sa bouche avec voracité :

-Attends...

Comme la veille, Bill se sentit immédiatement décoller. La bouche chaude et humide de Tom suçait la sienne avec envie, le baiser fut long et une fois de plus passionné. Le ventre de Tom gargouilla encore, faisant rire Bill dans le baiser. Tom prit un ton maussade :

-Vas-y, moque-toi !

-Je me moque pas ! Viens, je vais te donner à manger, mon pauvre.

Il passa devant Tom et lança par-dessus son épaule avec un clin d'½il coquin :

-On reprendra où on s'est arrêté après...

Le dreadé sourit et suivit Bill dans la cuisine qui commença à sortir les assiettes après avoir enfourné le plat de lasagnes. Pendant qu'il aidait Bill, il regardait un peu partout, découvrait petit à petit l'univers du jeune homme. La maison était simple mais décorée avec goût. Sans prétention mais très bien entretenue. Le foyer avait l'air chaleureux. Tom se sentait bien. Il s'attabla en face de Bill qui commença à les servir et ils firent honneur au plat préparé par la mère. Une fois bien repus, ils passèrent au salon, après que Tom eut aidé son petit ami à débarrasser et à faire la vaisselle.

Tom s'affala sans plus tarder dans le confortable canapé et soupira d'aise :

-Bon sang, je suis plein ! J'ai super bien mangé, faudra féliciter ta mère de ma part ! Tu viens pas t'assoir ?

-Si. Dis, et si on restait là ? J'ai plus trop envie de sortir, j'ai le ventre trop plein. On regarde un truc à la télé tranquilles, et on voit plus tard si on veut sortir un peu ?

-Super programme, ça me va très bien !

Ils décidèrent ensemble du film qu'ils allaient regarder et Bill prit place à côté de son ami. Dès qu'il se fût assis, Tom l'attira contre lui et caressa ses cheveux. Il y plongea la tête et dit :

-Viens là, toi...Tu sens bon...tes cheveux sentent la pomme...

Il sentit encore un peu l'odeur du brun et celui-ci, pressé contre lui, planait complètement. Oui, c'était le cas de le dire, Tom lui faisait l'effet d'une drogue, une étreinte, même un effleurement, et il décollait. Et être là, tout contre lui, c'était plus que grisant. Il aurait pu rester comme ça pendant des heures...Mais bientôt, rester juste blotti contre le blond ne suffit plus.

Bill releva la tête et happa les lèvres de Tom. Et quand il sentit de nouveau la douceur de la bouche du blond, son corps entier s'enflamma violemment. Il eut l'impression qu'une main l'attrapait de l'intérieur et le secouait, sans merci. Il passa une main sur la cuisse du blond et la caressa longuement, allant jusqu'à la griffer. Tom se raidit un peu et gémit dans la bouche du brun qui s'enhardit. Il remonta un peu sa main, la posa franchement sur son entrejambe et entreprit de caresser le sexe qu'il sentait dur à travers le baggy. Tom glissa un peu plus dans le canapé pour que Bill puisse le caresser mieux à son aise. Celui-ci captura de nouveau la bouche de Tom tout en dégrafant le baggy. Il aimait la chaleur du ventre du blond contre ses doigts, il aimait sentir qu'il lui faisait de l'effet, Tom était dur, extrêmement dur...Le brun passa une main dans le sous-vêtement, sans hésiter, caressa toute la longueur du sexe qui s'offrait à lui, attrapait les bourses à pleines mains pour les malaxer et reprenait tout le sexe entre ses doigts. N'y tenant plus, Tom repoussa le brun en haletant :

-Je...j'ai envie de toi, Bill. Alors arrêtes, parce que moi, j'en peux plus...

Bill regardait son petit ami affalé dans les coussins, complètement débraillé, la peau moite, le visage un peu luisant, le souffle court, les jambes encore ouvertes, le tee-shirt remonté haut sur le ventre, il le trouvait beau comme ça. Très beau. Son c½ur se serra d'un sentiment familier mais assez dérangeant vu leur relation toute nouvelle. Une voix criait en boucle dans sa tête, comme la craie crisse sur le tableau :

-Il est magnifique, il est à moi...Je l'aime, il est à moi...Et moi, je suis complètement à lui aussi...

Il essayait de se raisonner, absurde, n'est-ce-pas ? Ils commençaient tout juste à sortir ensemble...Il ne pouvait pas être déjà si amoureux ? Pas quand il se l'interdisait depuis longtemps. Bill sembla réaliser la situation. Il secoua un peu la tête et sourit légèrement à Tom.

-T'as raison, on devrait peut-être pas jouer avec le feu. On...vaut mieux qu'on arrête là.

-Je crois aussi, oui. Pas que j'ai pas envie, putain regarde mon état ! Mais...je veux pas qu'on aille trop vite et que t'aies l'impression de faire une connerie, ok ?

-Ouais. Ok. Je...

Tom mis sa main sur la bouche du brun et se releva pour l'embrasser par-dessus, Bill sourit sous la main, ça se voyait même dans ses yeux. Tom s'amusa à embrasser le dos de sa main jusqu'à ce qu'il cesse de sourire, il se mit à fixer Bill, la main toujours sur sa bouche. Il desserra un peu sa prise, et commença à caresser les lèvres de Bill lentement. Il passait et repassait son pouce sur la bouche qui le tentait. Il frissonna violemment quand les dents de Bill se refermèrent gentiment sur son pouce. Il observa la langue percée se frayer un chemin pour lécher le pouce par petits coups. Les lèvres rougies se refermèrent sur le pouce et il sentit une succion. Bill lui suçait le pouce d'une manière indécente et ça relança son excitation. Il leva le regard vers celui de Bill et vit le désir dans les yeux du brun. Bill le regardait avec envie...et Tom frémit. Il gronda un :

-Putain ! Je vais jamais me calmer si tu continues...

Bill ne mit que quelques secondes à prendre sa décision. Ils venaient tout juste de se rencontrer, ils commençaient tout juste à sortir ensemble, mais il lui semblait qu'il avait été fait rien que pour Tom. Et ça l'effrayait de se sentir si férocement attaché à lui. Jamais il n'avait ressenti tout ça, pour personne, même pas pour son premier amour. Ca le dérangeait mais en même temps ça le fascinait. C'était comme la suite logique des choses. Il posait juste les yeux sur le blond, et il se sentait étouffer d'amour et d'envie pour lui. Il regarda son petit ami encore dans les moindres détails et dit très sérieusement :

-Te calmes pas, ok ? Je...je veux pas que tu te calmes...Écoutes...je...je suis pas comme ça d'habitude, mais là, vraiment j'ai envie de toi aussi. Pourquoi attendre ? Alors fais-moi l'amour, Tom. Fais-moi l'amour tout de suite, là, dans ce putain de canapé ! Ou je réponds plus de rien...

Tom déglutit en entendant cela et hocha simplement la tête. Alors qu'il allait pour l'embrasser, il vit le brun hausser très haut un sourcil, lui faire signe d'attendre et disparaitre rapidement. Il revint tout aussi rapidement et exhiba fièrement un tube de lubrifiant en se rasseyant à ses côtés. Tom rougit un peu à ce que ça impliquait réellement mais n'hésita pas une seule seconde. Il vit son brun déposer le tube sur la table basse du salon en bois épais et vernis et il avança ses mains tremblantes pour commencer à déboutonner la chemise de Bill. Celui-ci ne disait rien, seul son souffle trahissait son excitation. Son souffle et ses yeux exorbités. Une fois la chemise ouverte, Tom le prit par la main et les mit debout tous les deux. Bill retira le tee-shirt du blond et attendit. Son petit ami le regardait, comme s'il allait le dévorer, et ça lui plaisait de se sentir si désiré. Tom écarta un peu les pans de la chemise et attira Bill contre lui pour sentir la sensation de cette peau lisse et diaphane contre la sienne. Quand le torse de Bill s'écrasa contre le sien, il gémit :

-Oh putain...ta peau...

Il passa sa main sous la chemise, dans le dos de Bill et le caressa lentement. Il engouffra son autre main au niveau de l'épaule et la retira lentement. Ça y est, le brun était complètement torse nu contre lui maintenant et cela grisait Tom, plus que n'importe lequel des plus forts alcools. Comment pouvait-il perdre la tête pour si peu ? Il sentit des mains s'affairer sur sa ceinture, faisant tomber son baggy sur ses chevilles. Il enjamba son pantalon rapidement et retira prestement ses baskets avec ses orteils. Il finit par retirer ses chaussettes et se retrouva en boxer devant le brun qui se mordait les lèvres en explorant son corps des yeux. Tom lui fit un sourire en coin et dit :

-Je te plais ?

-Oh oui...t'es...bien fait...

-Enlèves ton pantalon, enlèves-le de suite !

Le brun sentit un frisson d'excitation à l'ordre lancé. Il n'aimait pas particulièrement se faire dominer de cette façon, mais là c'était Tom et ça lui plaisait au plus haut point d'avoir l'air de lui « obéir » au doigt et à l'½il. Il retira lentement son pantalon sous le regard de Tom, après avoir lui aussi retiré santiags et chaussettes. Ils étaient maintenant face à face, en sous-vêtement. Sous-vêtements plus que tendus. D'une main habile, Tom l'attira à lui et le plaqua contre son torse en le tenant par les fesses. Il murmura contre la bouche de Bill :

-Tu m'excites comme pas possible...putain, je te veux ! Tu peux même pas savoir à quel point je te veux...

-Tu m'as...me fait pas attendre plus longtemps.

Ils avancèrent la tête et leurs bouches se rencontrèrent, leurs dents s'entrechoquèrent. Tom enfonça sa langue dans la bouche de Bill qui faillit se sentir étouffé mais pour rien au monde il s'en serait plaint. Tom le serrait contre lui, un bras pendant le long de son corps, l'autre massant son postérieur à l'intérieur du sous-vêtement. Ils se laissèrent tomber à genoux sans casser le baiser qui avait pris depuis un moment une allure sauvage et érotique. Pendant qu'il l'embrassait dans le cou, Tom plongea sa main dans le boxer de Bill, s'étonnant de le trouver déjà si humide. Le sexe pulsait sous les doigts de Tom et celui-ci s'amusait à le frustrer en passant juste le bout du doigt sur le gland qui perlait. Bill s'impatienta et donna quelques coups de bassin faisant rire le blond dans le baiser :

-Impatient, hein ? T'inquiètes pas, je vais bien m'occuper de toi...

-Alors dépêches-toi, fais quelque chose mais fais-le !

Tom dirigea Bill à l'aveuglette et le retourna pour se retrouver dans le dos du brun et pour qu'il s'appuie, toujours à genoux, les avants-bras posés sur le canapé. Comme ça, il était à quatre pattes, les fesses offertes, le corps frémissant. Tom fit glisser ses mains sur le dos de Bill qui frissonna violemment. Il sentait les mains de Tom partout sur son corps et bientôt, il sentit que le blond enlevait son boxer. Il sentit son amant lui embrasser la nuque, le dos, passer le bout de la langue le long de sa colonne vertébrale. Les mains du dreadé n'étaient pas restées inactives, non plus, elles cajolaient la moindre parcelle de peau, faisant cambrer le dos du brun. Il sentit Tom passer et repasser un doigt dans la raie de ses fesses, le taquinant, le frustrant, lui donnant envie de plus. Le doigt vint titiller son entrée. Bill ne sut ni quand, ni comment Tom avait pris le lubrifiant mais il sentait les doigts humides retracer coquinement le contour de son orifice. Il gémit en sentant deux des doigts de Tom le pénétrer. Le blond bougeait habilement le poignet, il savait si prendre, et Bill en perdait complètement la tête. Il haletait, il frissonnait, il gémissait. Ses jambes avaient du mal à le porter, il eut juste le temps de se dire qu'heureusement il était appuyé contre le canapé, ou il se serait laissé glisser par terre, comme une loque. Il sentit les doigts toucher sa prostate et n'eut plus aucune pensée cohérente. Juste du blanc derrière ses paupières. Du blanc et des pleins de petits points qui indiquaient qu'il fermait les yeux à s'en faire mal. Tom était doué...

Il sentit alors un gland humide butter contre son entrée. Tom allait lentement, pour rien au monde il voulait faire mal à Bill. Il introduit juste le bout de son sexe et voulut attendre. Mais de son côté, Bill voulait l'avoir en entier, il ne se comprenait pas lui-même, jamais dans aucune des ses relations il avait eu autant envie à ce point. Ce qu'il ressentait était fort, très fort, limite violent. Ca le prenait aux tripes, il avait désespérément envie de plus. Il donna un coup de rein vers l'arrière et prit tout le sexe de Tom en lui. Et dans la pièce, juste deux cris raisonnèrent. Plaisir pour le blond, douleur pour le brun. Tom bloqua ses hanches :

-Putain...putain t'es fou ?

-Ça va...Vas-y, Tom, vas-y, bouges...Prends-moi...

Tom se retira un peu et se ré enfonça à l'intérieur de Bill. Il essayait de se contrôler, en vain. Il se sentait enserrer dans l'étroit anneau de chair du brun. Il amorça de longs mouvements de vas et viens, claquant sèchement son bassin contre les fesses de Bill et celui-ci gémissait et bloquait sa respiration à chaque coup de rein de Tom. Il sentit le blond lui ouvrir un peu plus les cuisses et onduler du bassin un peu plus. L'effet fut immédiat, il atteignait sa prostate à chaque fois maintenant. Bill se mit à crier, sans pouvoir se retenir. Il avait enfoui son visage dans le canapé, sa tête entre ses bras repliés sur ses cheveux. Tom regardait les doigts de Bill se crisper dans ses propres cheveux et tirer dessus. A chaque accoups, il se tirait les cheveux, pas trop fort mais le voir comme ça excitait grandement Tom. Les gémissements et les cris de Bill étaient étouffés par le coussin, mais il ne s'en plaignait pas. Il accompagnait les coups de bassin que le blond lui assénait sans relâche. C'était bon, vraiment bon pour tous les deux.

Bill se sentit relever par les épaules et plaqué contre le torse de Tom. Une main caressa son visage et descendit jusqu'à son ventre qui se contracta sous la caresse chaude. La main descendit encore un peu et empoigna directement son sexe tendu. Tom essayait de continuer ses coups de bassins dans cette position pas très facile pour lui. Bill envoya un bras par-dessus son épaule et attrapa une pleine poignée de dreads qu'il serra entre ses doigts. Tom avait un peu mal mais ne se plaignait pas. Il suçota le cou du brun et y laissa sa marque, une marque violette, un suçon magistral. Il caressa Bill jusqu'à ce qu'il sente le brun arriver à l'orgasme, il sentait l'anus se contracter en petits spasmes autour de lui. Il pencha légèrement Bill en avant, se retira lentement et envoya un puissant coup de rein sans arrêter de branler le brun qui cria à pleins poumons et jouit longuement dans la main de Tom. Épuisé, encore groggy, il se laissa tomber en avant dans le canapé pendant que Tom ré augmenta la cadence de ses à-coups. Il tourna difficilement la tête pour le regarder et croisa brièvement le regard du blond. Il lui souffla :

-En moi, Tom...Viens en moi...

Tom ferma les yeux à ces paroles et gémit longuement en crispant ses doigts dans la peau des hanches de son amant. Ce dernier resserra très fortement ses muscles fessiers sur le sexe qui le maltraitait si délicieusement et après quelques secondes de ce traitement il sentit Tom se raidir dans son dos et une petite giclée en lui, indiquant que le blond jouissait. Tout de suite après, Tom s'affala sur le dos de Bill en haletant bruyamment, attendant que son sexe dégonflé, glisse de lui-même hors du corps de son amant. Celui-ci, coincé dessous, se mit à remuer un peu et finit par rire doucement. Le dreadé se releva légèrement et demanda :

-Qu'est-ce-qu'il y a ?

-Tu m'écrases...

-Oh, merde ! Désolé !

Il se releva vivement pour laisser Bill se redresser et se retourner. Il attrapa son tee-shirt pour s'essuyer sommairement et se leva pour se laisser lourdement tomber dans le fauteuil. Tom l'attira à lui pour dévorer sa bouche avec ferveur, pendant un long moment. Bill se sentait fondre. Quand le baiser prit fin, il détailla un instant le visage du blond qui s'était affalé aussi dans le canapé et le regardait, les yeux encore embués du plaisir qu'il venait d'avoir. Tom avança la main pour caresser la joue de Bill et il murmura :

-T'es un putain de bon coup, toi...Tu le sais, ça ?

-T'es doué aussi dans ton genre...

-Il faudra remettre ça...

-Y a plutôt intérêt...

Ils se regardèrent encore un instant et Bill imprimait chaque détail du garçon assis devant lui. Il regardait et sentit une bouffée violente de possessivité dévaler ses veines. Il baissa un peu les yeux pour regarder le torse du blond qui se soulevait sous sa respiration qui se calmait. Il eut d'un coup l'envie d'embrasser et de lécher cette peau mais aussi l'envie de la mordre et la griffer. La peau parfaite et hâlée avait l'air de l'appeler, la peau de Tom sur laquelle la sueur luisait... et sans savoir pourquoi, autant qu'il voulut l'embrasser amoureusement, Bill eut envie de faire mal...

Mais Tom se leva brusquement, interrompant ses pensées et dit :

-Je peux emprunter ta salle de bains ? Ou mieux encore, viens avec moi...

-Ok, viens je vais te montrer où c'est...

Il les dirigèrent tous deux pour se doucher, après avoir récupérer leurs vêtements par terre. Ils s'amusèrent à s'éclabousser sous la douche, à s'embrasser beaucoup, ils s'amusaient, ils étaient bien ensemble, mais dans un coin de sa tête, Bill n'arrivait pas à oublier ce sentiment étrange qui l'avait frappé plus tôt, l'envie de blesser, l'envie de faire mal...

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.161.108.58) if someone makes a complaint.

Comments :

  • chaos87th

    31/07/2011

    C'est quoi ces pensée que commence à avoir Bill.
    Il devient sadique, à vouloir faire mal ?

  • th-lucky-fic

    02/02/2010

    une drole de fin pour ce chapitre trois
    j'en était sur c'etait trop beau pour duré
    je me demande bien ce qu'il va nous faire le petit billou

  • Pucca97217

    11/09/2009

    J'adore leur première fois.Mais par contre Bill ressent deja de la possessivité

  • x-pas-sur-la-bouche-x

    13/04/2009

    Han mais c'est...c'est argggh...*meurt*

    Nan Laloumine c'est vraiment excellent...ce lemon était trop bien *-*!
    Mais je le sentait rien qu'au titre que cette fic n'aller pas être trop joyeuse nan plus...là ça n'est que le début...j'éspère juste qu'il y aura une HaPpY End...ouais ça vient à peine de commencer et je parle déjà d'HaPpY End mais c'est pour être rassurée! xD

    J'ai adoré! En plus je ne pensais pas que tu posterais donc je suis ravie!
    Des Bisous!

  • Leben-deine-Traume

    06/04/2009

    Hummm...Tu serais pas un peu SM sur les bord billou ? XD

  • tom-th-tom

    20/03/2009

    il serait pas un peu maso le billou ? Oo'

  • nirvana-angelTH83

    16/03/2009

    wouhhhhhhh!!!!!!!
    ça comence fort entre eux, très fort
    mais le tit bill il débloque complet

Report abuse