[Fiction] Passion Destructrice - Chapitre 4 (1/2)

La fête battait son plein, les gens dansaient, parlaient et riaient un peu partout dans la maison. Bill était déjà un peu ivre. Pas trop, mais suffisamment pour se sentir excité, il avait juste envie de traîner Tom dans une des chambres et de les renverser tous les deux sur le lit. D'ailleurs, où était-il, celui-là ? Se demandait Bill. Ça devait faire au moins vingt bonnes minutes qu'il lui avait déposé un verre à la main et s'était vu entraîné presque de force par des amis pour voir « un truc ».

Cela faisait maintenant deux semaines qu'ils étaient ensemble et s'étaient vus souvent. Ils s'entendaient vraiment très bien, avaient beaucoup de points communs et Bill se sentait de plus en plus amoureux. Tom aussi appréciait énormément la compagnie du brun. Il aimait tellement être avec l'androgyne que pour la première fois, il se laissait complètement aller. Lui d'ordinaire si instable, incapable de s'attacher, se voyait encore longtemps avec Bill.

Et ce soir, Tom l'avait invité à une fête chez des amis. De riches amis, apparemment, la maison était somptueuse. Bill avait un peu hésité à l'accompagner, mais son petit ami l'avait tellement supplié, lui promettant pleins de délices en retour, qu'il avait cédé. Et il faut dire qu'il ne le regrettait pas, c'était vraiment une super fête. Ça dansait même jusqu'au dehors, autour d'une piscine d'une taille et d'une forme originale. Les filles étaient aguicheuses et les garçons plus qu'émêchés.

Bill scanna encore une fois la foule pour essayer d'y distinguer Tom. Une main accrocha son bras :

-Salut, t'es nouveau toi ! On t'a jamais vu chez Max...

Une blonde à forte poitrine lui souriait coquinement. « Yerk, se dit Bill, elle sort d'où celle-là ? D'un clip de Snoop Dog ? » La fille fit glisser un doigt tout le long de son avant-bras :

-Tu viens danser ? Moi c'est Lola...

-Euh...non merci...J'attends quelqu'un, là.

La dénommée Lola afficha une mine exagérément déçue et fit une moue ridiculement boudeuse, manquant faire éclater de rire Bill :

-Ça c'est pas de chance...Mais si elle t'a planté là, tout seul, c'est qu'elle doit être occupée ? Tu veux pas qu'on aille-

-T'enlèves ta main de suite, Lola, et tu vas jouer plus loin !

Le visage de Bill s'éclaira à l'injonction qui venait d'être lancée, d'un ton plus amusé qu'énervé. Tom se posta à côté de Bill et repoussa la main de la jeune fille qui s'exclama :

-Oh non, Tom ! Me dit pas que...putain, c'est chiant ! Tu prends tous les meilleurs, merde !

Elle rajouta néanmoins, en faisant un clin d'½il au brun :

-C'est con ça...Mais bon, connaissant Tom, quand il aura fini de jouer, ce qui dure jamais, dans pas longtemps tu seras libre, alors à ce moment-là, appelles-moi...euh...comment s'appelle ce petit c½ur d'amour ?

Tom s'était raidi aux mots de Lola, il répondit à la place de Bill, d'un ton sec :

-Il s'appelle pas.

Bill, qui s'amusait de cette situation, avait perdu son sourire au sous-entendu de Lola. Cette dernière ne remarqua pas le froid qu'elle avait lancé et s'éloigna soudain, appelée par une amie. Tom leva les yeux vers son petit ami et remarqua sa mâchoire serrée :

-Je suis désolé...Elle dit n'importe quoi, là. Fais pas attention...

Bill ne répondit rien. Il se sentait dégrisé, d'un coup. Cette fille venait d'insinuer que Tom allait rapidement le larguer quand il aurait fini de jouer avec lui. Une boule se forma dans son estomac, refusant de laisser sa respiration passer normalement. Tom vit son malaise et le prit par le bras, l'entraîna derrière lui. Ils avancèrent rapidement jusqu'à une pièce qui se révéla être une des nombreuses salles de bains que comportait la maison. Après les avoir fait entrer, le dreadé ferma la porte à clé et s'y adossa. Le brun gardait la tête baissée, gêné et un peu triste. Le blond prit la parole en premier, se rapprochant de lui :

-Bill, fais pas cette tête-là, je...elle a dit ça comme ça.

L'interpellé releva la tête brusquement et fixa son vis à vis dans les yeux, demandant sans détours :

-Tu joues avec moi ? Tu vas me larguer bientôt, hein ?

Tom eut l'air choqué et blessé :

-Quoi ? Comment tu peux penser un truc pareil ? Non...bien sûr que non !

-Écoutes, tu peux être franc avec moi...

-Si je jouais avec toi, je t'aurais déjà laissé depuis qu'on a...couché ensemble, chez toi. Et c'est pas le cas. Tu vois bien, je suis toujours là !

-Oui mais ça devrait pas tarder, apparemment...

Tom soupira un grand coup et le prit dans ses bras :

-Non. J'ai pas l'intention de te laisser. Je...je tiens à toi, j'aime être avec toi. Tu me plais, je te l'ai déjà dit, je suis bien avec toi...

Bill se laissa envahir par la chaleur qui émanait du corps de Tom. Il se maudissait de se laisser aller aussi vite, il se sentait faible et démuni en face de lui. Le blond lui caressait le dos en gestes circulaires, tendrement. Il sentait le brun se détendre dans son étreinte. Il lui chuchota encore :

-Je te veux...Depuis que je t'ai vu, je te veux...Et tu crois que maintenant, je vais te laisser filer comme ça ?

Bill releva la tête et plongea ses yeux dans ceux du blond :

-Embrasses-moi...

Tom ne se le fit pas dire deux fois, il avança la tête et captura la bouche qui s'offrait à lui. Il essaya de faire passer à travers ce baiser, tout ce qu'il n'arrivait pas encore à dire au brun, tout ce qu'il ressentait, combien il pouvait tenir à lui et combien il l'aimait. Ils s'embrassèrent longtemps, très longtemps, ayant perdu toute notion du temps. Cependant au bout d'un moment, Tom retira un peu sa tête, il ouvrit les yeux, essoufflé. Bill le regardait intensément. Il sentait de nouveau en lui cette bouffée de possessivité, cet amour violent. Il regarda le blond et murmura :

-Me quittes pas...

Tom caressa sa joue et lui fit un petit sourire :

-Hey...Arrêtes...j'ai pas l'intention de te quitter ! Crois-moi...

-Si tu me quittes...j'en mourrais...non, TU mourras...

Le blond rit un peu plus à ces mots, Bill avait pris un ton léger pour les dire. Mais au fond de lui, il sentait la véracité de ses paroles serrer son c½ur. Il s'en sentait capable...et ces sentiments nouveaux l'effrayaient...

Après s'être câlinés et embrassés longuement, ils allèrent rejoindre les autres de nouveau. Bill allait un peu mieux, hormis ce sentiment exaspérant qu'il ressentait toujours. Il regardait Tom et se sentait encore plus amoureux, de façon incontrôlable. Tom ne le lâchait pas d'une semelle, l'emmenant partout avec lui, le présentant à tout le monde. Quand il s'arrêtait pour parler à quelqu'un, il gardait Bill contre lui en le tenant par la taille et ce dernier était aux anges. Plusieurs fois, le blond se penchait à son oreille pour lui dire à quel point il le trouvait beau, à quel point il était content qu'il soit là, avec lui. Leurs verres étant vides, Bill se proposa pour aller en chercher d'autres. Il laissa Tom quelques instants et quand il revint avec deux nouveaux verres, il trouva son petit ami en pleine conversation avec un jeune homme, blond lui aussi, cheveux courts, très courts, carrure musclé, très mignon. Bill nota le regard énamouré que le blond posait sur Tom et fut immédiatement envahi d'une immense jalousie. Il s'approcha rapidement et mit un verre dans la main de Tom qui le présenta de suite :

-Mitch, je te présente Bill. C'est mon...copain.

Le visage du dénommé Mitch se ferma d'un coup, mais il serra néanmoins poliment la main que Bill lui tendait en disant :

-Salut. Donc tu es le nouveau copain de Tom ? Je suppose que t'as déjà entendu parler de moi ? Je suis son ex...T'en as de la chance, dis moi ! Tom est très demandé...

Le brun crut qu'il allait exploser de rage, décidément, ce n'était pas sa soirée ! Tom ne remarqua pas l'éclat dangereux qu'avaient pris les yeux de Bill qui fut heureux de répondre :

-Sûrement oui. Mais il est avec moi...Et non, j'ai jamais entendu parler de toi. Ça a pas dû marquer Tom autant que ça...

Là Tom remarqua le changement d'humeur de Bill. Il jeta un coup d'½il sur le visage de Mitch qui s'était renfrogné à la réplique cinglante et chercha à détendre l'atmosphère :

-Et donc, tu disais que t'avais pu avoir une place dans cette grande école ? C'est génial, ça !

Ils discutèrent encore un petit moment, Bill restait silencieux. Il se sentait devenir de plus en plus énervé, exclu de la conversation. Pourtant, Tom faisait tout pour l'y mêler mais Mitch l'ignorait superbement. Bill en eut soudain assez, il posa sa main sur le bras de Tom et dit :

-Je suis fatigué, j'ai envie de partir.

Et sans plus de manières, il tourna les talons et se dirigea vers la sortie, ignorant les appels de son petit ami qui s'était élancé après lui. Le blond ne mit pas longtemps à le rattraper à l'extérieur et ils arrivèrent rapidement à la voiture de Tom. Ce dernier attrapa le brun par le bras et le retourna face à lui :

-Hey ! Qu'est-ce qu'il y a ? Tu fais la gueule ?

-Non, je fais pas la gueule, je suis juste fatigué. Et j'en avais marre d'écouter ton connard, là !

-C'est pas mon...Bill, c'est juste un ex...je pouvais pas l'envoyer balader, il est juste venu me parler, t'as bien vu ? J'ai fait quelque chose qui t'a pas plût ?

Bill s'écria :

-J'étais planté là, comme un con, tu crois que ça me plait, ça ? T'es avec moi, et lui, il...il faisait comme si j'étais pas là !

-Tu te trompes...Bon, ok, on va y aller...Tu dors toujours chez moi ce soir ?

-Bien sûr, pourquoi ? Tu veux plus ?

Bill avait répondu d'un ton effrayé. Tom posa sa main sur son épaule et prit un ton rassurant :

-Pourquoi je voudrais plus ? Je veux que ça...Allez, viens, on rentre.

Ils grimpèrent dans la voiture et Tom démarra. Ils firent le chemin, silencieux. Bill sentait les coups d'½il furtif que le blond lui lançait. Il se sentait confus, honteux, dépassé par les évènements, mais c'était plus fort que lui. Il avait détesté cet idiot qui avait l'air de vouloir s'approprier SON petit ami. Tom était A LUI. Il ne se reconnaissait pas dans cette nouvelle relation. Ils arrivèrent rapidement à l'appartement de Tom. Un appartement tout neuf qu'il avait eu de ses parents depuis peu. Et ce soir-là, c'était la première fois que le brun venait y passer la nuit. Bill récupéra dans le coffre le sac qu'il avait préparé pour passer la nuit chez son amant. Quand ils passèrent la porte d'entrée, le blond lui dit de se mettre à l'aise, lui montrant le porte manteau pour y accrocher sa veste en cuir et lui fit rapidement visiter les lieux. L'appartement n'était pas très grand mais très joliment décoré et confortable. Il fut convenu que Bill utiliserait la salle de bain en premier, tandis que Tom allumait la télé et fumait une cigarette tranquille. Le malaise était dissipé, la bonne humeur était revenue et Tom était plus que content. Il vit le brun réapparaître dans le salon, démaquillé, uniquement vêtu d'un long tee-shirt et d'un boxer. Il se leva du fauteuil et s'approcha de lui, le prenant par la taille :

-Je t'avais jamais vu sans ton maquillage, t'es bien comme ça aussi...

Il posa sa bouche sur la sienne et l'embrassa doucement. Bill sentit un bien-être total l'envahir, des frissons naître sur son corps et son c½ur s'emballer furieusement. Le baiser prit fin et il souffla au blond :

-Va prendre ta douche, alors...Je t'attends dans ta chambre, ok ?

-Ok. J'y vais. Si t'as besoin de quelque chose, fais comme chez toi, je serais pas long.

Il se dépêcha d'aller prendre sa douche, pressé de retrouver son amant qu'il avait de plus en plus de mal à quitter. Sous l'eau, il se mit à réfléchir. La soirée avait été super, mis à part les deux fausses notes qui avaient changé l'humeur de Bill...Il ne voyait là aucun gros problème, pour lui, le brun avait juste besoin d'être rassuré. Et Tom culpabilisa un peu :

-J'en suis sûr maintenant. Je l'aime et je le lui ai jamais dit...je devrais le faire, il verrait qu'il est pas juste une passade. Oui, je vais lui dire...Ce soir...

De son côté, le brun ruminait, un peu inquiet :

-Je suis con, vraiment con ! D'une connerie sans borne ! Mais qu'est-ce qu'il me prend, putain ! Il a rien fait et je suis là, à m'énerver...mais ce connard, là qui le...Tom est à moi ! A moi !

Il était tout à ses pensées quand le blond entra dans la chambre. Il sursauta en l'entendant l'interpeller :

-Bill ? Tu dors déjà ?

L'interpellé tourna la tête vers lui en souriant :

-Non, je t'attendais...viens...

Il tapota le lit à côté de lui et fit son plus beau sourire, le plus aguicheur qu'il puisse faire. Il n'en avait nul besoin, Tom avait déjà très envie de lui. Quand il se coucha, le brun vint se blottir contre lui. Ils étaient tous deux en sous-vêtements. Bill nicha sa tête dans le cou du blond et commença à léchouiller son cou. Il fit glisser sa main doucement sur tout son torse, le caressant lentement, très sensuellement. La peau de Tom le rendait complètement fou. Il leva la tête pour le regarder dans les yeux et vit son amant, les yeux mi-clos. Un brasier envahit tout son être, il pouvait même se sentir étouffer tellement il l'aimait. Trop, depuis peu pourtant, mais ç'avait l'air ingérable pour lui. Il lui suffisait de poser les yeux sur le blond pour qu'il sente un grondement à l'intérieur de lui, quelque chose qui lui donnait envie de mordre, de faire mal...de nouveau...

Bill délaissa un instant ses pensées bizarres et passa sa main, sans hésiter dans le boxer, empoignant le sexe dressé. Il se redressa un peu, s'appuyant sur son coude, de façon à surplomber Tom et posa sa bouche sur la sienne en pompant le sexe de son petit ami qui commençait déjà à gémir dans sa bouche. Il ne l'embrassait pas, il laissait juste le souffle de Tom passer sur sa bouche. Et ça le bouleversait.

Tom ne resta pas inactif très longtemps. Il retira la main qui s'activait dans son boxer et bascula le brun sur le dos, s'installant entre ses cuisses écartées. Il fit un sourire en coin et commença à se frotter, faisant se rencontrer leurs sexes à travers le tissus de leurs sous-vêtements. Il regardait son amant, sous lui, qui avait fermé les yeux et qui avait l'air déjà rendu tellement loin...Il était subjugué par l'érotisme et la beauté qui se dégageait de Bill. Il se pencha pour lui murmurer à l'oreille :

-Je t'aime...

A ces mots, Bill ouvrit grands les yeux et resta interloqué quelques secondes. Il voulut voir dans les yeux de Tom si ce qu'il avait entendu était vrai, mais le blond avait plongé la tête dans le creux de son épaule et lui mordillait la peau. Alors Bill se laissa faire. Le blond lui embrassait tout le visage, le cou, il léchait sa gorge offerte et venait mordiller sa clavicule. Ils s'arrêtèrent juste pour arracher les boxers devenus encombrants et Tom prit le lubrifiant pour s'en enduire les doigts. Bill comprit qu'il allait le préparer mais arrêta son geste, prenant le tube dans sa main pour y mettre un peu de gel. Il dit juste :

-Pas besoin. Je te veux toi, tout de suite.

Le dreadé allait protester mais quand Bill caressa toute sa longueur pour y étaler le lubrifiant, ses paroles moururent dans sa gorge. Il baissa un peu la tête pour regarder la main qui le caressait et quand il releva les yeux, il croisa le regard de son amant. Un regard intense, un éclat effrayant...Un éclat qui le fit frissonner...A moins que ce ne soit la main qui s'activait sur son sexe, il ne savait plus trop. Bill s'allongea et laissa le blond se placer confortablement entre ses cuisses. Tom s'appuya sur son avant-bras et prit son sexe en main pour le diriger entre les fesses de Bill. Celui-ci accrocha ses mains aux épaules du blond et ferma les yeux, inspirant profondément. Il se sentit bientôt pénétré et eut envie de pleurer. Néanmoins, il se retint, pas question d'effrayer le blond.

Tom colla sa joue à celle du brun et poussa encore un peu, lentement, jusqu'à la garde. Il était étroitement enserré et se retenait de toutes ses forces de prendre Bill sauvagement, il voulait lui laisser le temps de s'habituer à sa présence à l'intérieur de lui. Bill avait crispé un peu trop les doigts dans les épaules de Tom qui gémit un peu de douleur :

-Bill...Bill, tes mains...

Le brun desserra les doigts automatiquement. Ses ongles étaient profondément ancrés dans la chair du blond...Alors que Tom commençait les premiers vas et viens, lents, doux, pleins d'amour et d'attention, Bill commença lui aussi à onduler sous Tom. Les mouvements se firent plus profonds, plus amples, et Bill ouvrit les yeux pour voir le plaisir sur le visage de son amant. La sueur faisait glisser leurs corps parfaitement, leurs jambes étaient entremêlées et leurs bouches avaient du mal à se détacher l'une de l'autre. Tom venait parfois sucer la langue du brun, alors qu'il commençait à intensifier ses coups de reins. Un mouvement particulièrement brutal fit crier Bill et celui-ci resserra encore plus les jambes autour des hanches de son ami. Il plaqua ses mains autour du visage du blond pour attirer son attention et lui souffla :

-Vas-y...plus fort...Baise-moi...plus fort...

Ce qui fit redoubler le blond d'ardeur. Il allait toujours plus profondément, ondulant toujours plus, il heurtait la prostate de Bill à chaque à-coups. Sans savoir pourquoi, Bill se mit à penser à Tom faisant les mêmes choses à un autre que lui, il eut la brève vision de Tom et Mitch, son ex, dans la même position et à nouveau, une sourde colère, un fort sentiment de possessivité enveloppa tout son être. Il attrapa deux poignées de dreads, du côté de la tempe et attira un peu brutalement le visage de Tom près du sien. C'est les dents serrées, les mâchoires crispées qu'il siffla, tout contre son visage, détaillant chaque syllabe :

-Tu m'a-ppar-tiens, Tom...T'es-à- moi...

Tom était bien trop perdu dans son plaisir pour noter le soudain changement de comportement de son petit ami. Il ouvrit juste les yeux et acquiesça brièvement. Bill sembla se détendre légèrement. Il laissa de nouveau le bien-être l'envahir tandis qu'il encourageait Tom à le prendre plus fort, beaucoup plus fort. Il se sentait venir, sans que le blond eut besoin de le caresser. Il entrouvrit les yeux et admira le visage de Tom qui luisait sous la sueur. Une goutte glissait tout le long de sa gorge, passant sur sa pomme d'Adam et sous ses doigts, le dos de Tom était mouillé. Depuis le début il l'avait trouvé beau, et plus que ça. Et là, quand il prenait son pied, il était encore plus magnifique pour le brun. Il se sentit de nouveau submergé par un immense amour, un amour qui lui broya le c½ur, qui le fit presque suffoquer, il eut d'un coup l'impression d'étouffer, d'avoir un coup de poing dans l'estomac et c'est alors qu'il remarqua que Tom s'était immobilisé et s'était redressé sur les paumes de ses mains, le regardant difficilement et gémissant de douleur :

-Bill...Bill, tu me...desserres...un peu...les jambes...peut pas...respirer...

Sans y avoir prêté attention, Bill avait violemment resserré les cuisses autour de la taille de son amant et ce dernier, surpris de la force qu'avait le brun dans les cuisses, était compressé et était pratiquement en train de suffoquer. Il paniqua légèrement et relâcha ses jambes, Tom prit quelques secondes pour respirer librement et reprit immédiatement ses poussées en Bill, augmentant la cadence, et dans un dernier coup de rein bestial, se déversa au plus profond du brun. Il n'en fallut pas beaucoup plus à celui-ci pour jouir à son tour entre leurs deux corps. L'avoir senti jouir en lui, lui avait donné un sentiment grisant d'appartenance et ce fut assez.

Ils restèrent emboités l'un dans l'autre, le temps de pouvoir récupérer un souffle normal et Tom se retira doucement, faisant gémir Bill plaintivement une dernière fois. Ils se caressèrent le visage et le corps encore un peu pendant que le blond s'appropriait la bouche qui s'offrait avec plaisir à lui. Ils se sentaient tellement bien qu'ils ne voulurent même pas se lever pour aller à la douche. Avant de s'endormir le premier, Tom eut le vague sentiment que quelque chose d'important lui avait échappé, alors que dans ses bras, Bill essayait d'ignorer cette facette déroutante qu'il avait laissé s'exprimer pendant leur ébat...

Ils dormirent tard, ils étaient tous deux très fatigués. Bill avait mis plus de temps que Tom à s'endormir. Il ne cessait de le regarder. Longtemps, sous toutes les coutures. Tout ce qu'il ressentait, c'était une douleur sourde dans la poitrine. Et il ne comprenait pas. Il ne SE comprenait plus. Depuis quand aimer faisait aussi mal ? Surtout quand tout allait bien ? Qu'est-ce-que Tom avait de plus que les autres ? Il n'en savait rien. Il se remémora leur rencontre, les rendez-vous qu'ils avaient eu jusque là. Il se souvint qu'ils n'avaient même pas utilisé de préservatifs la première fois...Depuis quand était-il devenu si imprudent ? Et pourtant, il aurait été hors de question pour lui d'utiliser du plastique entre eux. Il lui faisait aveuglément confiance, non, pire que ça, il se fichait totalement d'attraper quelque chose que le blond aurait pu lui refiler.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.162.173.119) if someone makes a complaint.

Comments :

  • chaos87th

    31/07/2011

    C'est quoi cet amour que porte Bill à Tom.
    Pourquoi est-il si possessif et cherche à faire mal, même sans le faire intentionnellement.

  • Pucca97217

    11/09/2009

    Waouw TU mourras c'est deja trop.
    Han han Bill calme toi.
    L'amour qui fait mal j'espere que sa vas pas mal se finir!!

  • x-pas-sur-la-bouche-x

    13/04/2009

    Ah mais aaaaaaah...j'adore! J'en peux plus à chaque chapitre c'est de mieux en mieux...et en plus il était super long ce chapitre! ^^
    Je le sentais gros comme une maison que bill allait deveir méga posséssif comme ça!
    J'ai bcp aimé le lemon, on voit que Bill devient presque fou tellement il aime que Tom soit à lui! Tom, je pense qu'il ne se rend pas compte pour l'instant mais j'ai hate de voir comment ça va se passer!
    Merci Lalou! *-*
    Des Bisous!

  • nirvana-angelTH83

    16/03/2009

    inquietant voir mm éfrayant
    là jsui crevée je reviendrais demain
    bizoux

Report abuse