[Fiction] Passion Destructrice - Chapitre 4 (2/2)

Tom bougea un peu dans son sommeil et sa main vint se poser sur Bill. Il regarda le visage serein et endormi de son compagnon et fut envahi de tendresse. Tout allait bien, mais le brun n'avait qu'une peur, c'était d'être largué bientôt. Rien ne laissait présager cela, et pourtant, il avait déjà mal. Sans raison. Il ferma les yeux très fort et soupira. Non, décidément, l'amour n'était pas censé faire mal.

Plus il le regardait, plus il se sentait amoureux. Il eut soudain envie de le réveiller. Il bougea d'abord doucement à côté du blond et un peu plus, de façon à le déranger dans son sommeil. Tom émergea doucement et lui sourit aussitôt, après avoir cligner plusieurs fois des yeux.

-Salut toi. T'es déjà réveillé ? Viens là...

Il enlaça Bill et lui butina le cou de plusieurs petits baisers. Le brun était enchanté, c'était tout ce dont il avait besoin. Après s'être câlinés et embrassés pendant quelques minutes, Tom décida de se lever pour leur faire le petit déjeuner et Bill se rendit dans la salle de bains. Il fut assez rapide et quand il arriva dans la cuisine, son petit ami était en pleine conversation au téléphone. Qui que ce fût, cela l'agaça. Tom était A LUI bon sang ! Pourquoi les dérangeait-on ? Il fut un peu horrifié de son comportement et prit place en face de Tom. La conversation, qui avait l'air un peu tendue, prit fin et Bill remplit leurs tasses. Ça lui démangeait de demander qui c'était mais il ne voulait pas passer pour un fouineur. Si Tom voulait le lui dire, il le lui dirait, c'est tout. Ils burent en silence et le blond déclara soudain :

-C'était Mitch...

Le sang de Bill ne fit qu'un tour. Il essaya de prendre un ton posé pour demander :

-Ah ? Le Mitch de hier soir ? Ton ex ?

-Ouais.

-Il voulait quelque chose en particulier ?

-Il voulait passer. Il ne savait pas que tu étais là. Il voulait me voir mais je l'ai remis à sa place.

Bill ferma les yeux quelques secondes et essaya de ravaler la colère qu'il sentait bouillir. Ce Mitch...Le dreadé ajouta rapidement :

-Bon, l'emmerde c'est qu'il a quelques affaires ici, il veut passer les récupérer. Il veut absolument le faire aujourd'hui. Ça t'embête ? Plus vite c'est fait, plus vite on sera tranquilles, non ?

Bill acquiesça lentement. Pas moyen de refuser. Et valait mieux qu'il soit là, il pourrait montrer à ce minable que c'était LUI qui était avec Tom et qu'il pouvait aller voir ailleurs.

-Dis lui de passer quand tu veux, comme ça c'est fait.

Il se leva pour déposer sa tasse dans l'évier et tendit l'oreille pour écouter son petit ami rappeler Mitch. Il fut convenu qu'il viendrait dans une heure à peu près. La conversation fut brève, heureusement pour lui, Bill était encore appuyé, les yeux fermés, face à l'évier, les mains sous l'eau qu'il n'avait pas fermée, les doigts crispés sur la tasse. Une partie de lui essayait de se raisonner, l'autre, la plus forte semblait-il, voulais tout casser...

Le blond vint se mettre dans son dos et l'enlaça, déposant un baiser mouillé dans sa nuque :

-Dis...T'as prévu quoi aujourd'hui ? J'ai vraiment pas envie de te ramener, tu restes encore un peu ?

Et tous ses sentiments négatifs disparurent comme par enchantement. Tom ne voulait que lui, c'était flagrant. Il se fit agréable :

-Bien-sûr que je peux rester...Tout ce que j'ai prévu, c'est d'être à ton entière disposition pour toute la journée...

-Oh...Je sens que je vais user et abuser de mon esclave, alors...

Bill réfléchit à toute vitesse, Mitch n'allait pas tarder à arriver...Ce serait bien qu'il les trouve tous deux, ébouriffés, essoufflés, rouges de plaisir. Oui, ce serait vraiment bien qu'il voit à quel point Tom était à lui et que lui était à Tom...De toute façon, il en avait envie, pourquoi ne pas joindre l'utile à l'agréable ? Et ce serait encore mieux si le blond mette du temps à ouvrir, ça indiquerait bien ce qu'ils seraient en train de faire.

Le brun se retourna et passa ses bras autour du cou de son amant :

-Abuses donc...Te prives pas...Et commences de suite, je me sens en forme, là...

Il pressa ses lèvres dans le cou du blond qui pencha la tête de côté pour lui faciliter l'accès. Bill chuchota contre son oreille :

-Emmènes-moi dans ta chambre...

Il le persuada un peu plus en lui léchant l'oreille et Tom ne tint plus. Il le souleva par les fesses pour que Bill puisse enrouler ses longues jambes autour de sa taille mais il ne put retenir une légère plainte. Le brun fronça les sourcils :

-Ça va ?

-Oui. C'est juste que...que...tu m'as serré, hier soir, avec tes jambes...C'est un peu sensible apparemment.

-Oh merde, désolé. Je m'étais pas rendu compte que je serrais si fort.

-Dis donc, t'as de la force dans les jambes toi, on dirait pas comme ça ! J'espère ne jamais avoir à subir tes foudres, ça doit faire mal !

-Tu subiras mes foudres si tu m'emmènes pas tout de suite dans ta chambre pour me faire l'amour comme un fou...

Pendant leur échange, Tom les avait dirigé dans la chambre où commença de longs, très longs préliminaires. Le blond avait déshabillé son amant qui se tortillait, nu contre lui, soufflant et gémissant sans cesse. Sa langue, sa bouche et ses mains exploraient, honoraient et caressaient le corps de Bill, le rendant totalement fou de plaisir, faisant tout tourner autour de lui. Et lui même allait lentement pour faire grimper Tom, c'était juste délicieux pour tous les deux, ils s'accordaient si bien sexuellement...Ils prenaient leur temps, Bill surtout, et ça durait tellement que bien-sûr, Mitch finit par arriver. Alors que Tom s'apprêtait à pénétrer Bill, il s'arrêta et grogna :

-Et merde ! Je l'avais oublié celui-là...

-Oh non ! Ouvres pas...restes...continues...il finira par partir, il reviendra une autre fois...

-Je peux pas, je lui ai demandé de passer, ce serait pas très cool de ma part. Je vais faire vite.
Il ajouta en embrassant Bill langoureusement une dernière fois :

-Allez, je lui donne ses trucs et on reprendra là où on s'est arrêté...J'ai vraiment trop envie de toi...

-Bon, enfile un peignoir et va lui ouvrir, alors. Je m'habille aussi.

-Et j'ai même pas mis ses affaires dans un sac. Bon, de toute façon y a pas grand chose, quelques CD, DVD, euh...je crois un ou deux tee-shirts et c'est tout.

Bill se leva pour ré enfiler son tee-shirt et demanda nonchalamment pour cacher son agacement :

-Il habitait ici, ou quoi ?

La sonnerie de la porte d'entrée reprit de plus belle, pendant que Tom était allé enfiler son peignoir, le brun l'entendit répondre au loin :

-Non. C'était des trucs qu'il m'avait prêté. Bon, t'es visible, toi ? Je veux pas qu'il te voit tout nu ! Mets un truc...

-Bin évidemment !

Tom alla ouvrir en soupirant. Bill les entendit échanger quelques formalités et fut ravi d'entendre son petit ami répondre assez sèchement. Et ça lui plût encore plus de noter le ton de Mitch qui se refroidissait pendant qu'il disait :

-Oh ! T'es...en peignoir...Je dérange ou quoi ?

Le dreadé n'eut pas le temps de répondre que Bill arriva au salon, une serviette nouée à la taille. Il avait changé d'avis et avait troqué son tee-shirt contre une simple serviette. Il avait fait exprés, il voulait montrer à ce Mitch que là il les dérangeait en pleine intimité. Il vint saluer Mitch et répondit :

-Pas que tu déranges, mais là tu vois, on était assez occupé...

Mitch pinça les lèvres et reporta son attention sur le blond qui lui dit de s'assoir et d'attendre qu'il revienne avec ses affaires. Pendant qu'il s'affairait, Mitch regardait Bill, qui ne lâchait pas son regard, un peu méprisant. Le brun finit par demander, un peu agacé :

-Bon, pourquoi tu me regardes comme ça ? C'est ma tenue qui te gênes ?

-Bin vous auriez pu vous habiller, au moins...

-De quoi je me mêle ? Là, tu vois, on attend juste que tu repartes, pour continuer ce que tu as interrompu.

-Tu fais le malin parce que t'es avec Tom, maintenant ?

-Et toi le con parce que t'es plus avec lui, justement ?

Mitch regarda longuement le brun et ricana un peu :

-Profites-en, va. Si tu savais, mon pauvre...On va voir si tu ris autant dans pas longtemps...

Bill avait prévu une réplique cinglante mais elle resta coincée dans sa gorge à ces mots. Tom arriva sur ces entrefaites et ne remarqua nullement la tension entre les deux jeunes hommes, il n'avait rien entendu de leur petite joute verbale. Il tendit un sac à Mitch :

-Tiens, normalement y a tout. Tu me diras si il manque un truc.

Mitch avait repris un visage normal, il prit le sachet et annonça qu'il devait repartir sur le champs. Il avait bien noté que Bill avait viré au blanc, et partit sans rien ajouter de plus, le sourire au lèvres. Le poison avait été infiltré...et il faisait doucement son effet...Bill était bien malgré lui au plus mal...

Quand la porte se referma sur lui et fut refermée à clefs, Tom s'assit à côté de Bill, l'enlaça et voulut l'embrasser dans le cou. Il releva la tête, étonné de son manque de réaction et remarqua son visage blafard :

-Quoi ? Y a quelque chose qui va pas ?

Le brun le regarda comme s'il était fou, il secoua plusieurs fois la tête et s'exclama :

-Non mais t'as pas entendu ce que ce con vient de me dire ?

-Bin...Non ! Quoi ? Il t'a dit quoi ?

Bill le regarda longuement, essayant de retenir la colère qui montait en lui. Il finit par répondre d'une voix serrée :

-Non, rien. Laisses tomber...

-Si, je vois bien qu'il y a un truc qui va pas ! Il a dit quoi ?

Bill se leva et alla dans la chambre pour commencer à s'habiller. Tom l'avait rejoint et tentait encore de le faire parler :

-Mais réponds moi, bon sang ! Je te dis que j'ai pas entendu ! Il t'a dis quoi ?

Mais le brun restait toujours silencieux. Ses lèvres étaient pincées, son c½ur battait furieusement, ses peurs refaisaient surface, comme sa colère et il luttait de toutes ses forces pour ne pas laisser tout cela éclater au visage du blond. Il essayait de se raisonner, après tout, ce n'était pas la faute de Tom, non ? Puis il se disait que si, c'était de sa faute, il jouait avec lui, il jouait forcément, apparemment c'était dans ses habitudes, sinon pourquoi le lui rappelait-on sans cesse ? Tom le regardait s'habiller sans comprendre, puis s'énerva un peu de son silence. Il haussa la voix :

-Ok ! Tu veux pas répondre ? Bon, je vais l'appeler, il me dira, lui !

Alors qu'il faisait un mouvement pour prendre son téléphone, Bill se jeta sur lui et cria :

-Non ! L'appelle pas ! Pas la peine ! A moins que tu veuilles lui dire que c'est bon, qu'il peut revenir ?

Le blond leva vers lui un regard plus qu'étonné :

-Qu'il peut rev...Mais...Putain ! De quoi tu parles ? Je veux pas qu'il revienne ! C'est quoi ce bordel ? Tu vas me dire à la fin ?

Le brun avait enfilé son tee-shirt et son pantalon. Il se laissa tomber sur le lit en soupirant fortement. Tom vint prendre place à côté de lui et avança une main pour lui caresser les cheveux. Bill hésita un peu et finalement lui raconta, d'une voix blanche l'échange verbal qui avait eu lieu entre eux. Le blond se dressa sur ses jambes, furieux :

-Oh mais quel...Putain ! J'y crois pas ! Il t'a dit ça ? Je vais l'appeler !

Bill arrêta son geste :

-Non, pas la peine. Il a cru bien faire en me mettant en garde...

Là, Tom cria carrément :

-En garde ? Tu vas pas me dire que tu le crois ? Tu vas pas me dire que...Bill !

Le dénommé Bill eut un petit rire sans joie :

-C'est pas la première personne qui pense que je vais être...que tu...que bientôt...

-Oui ? Bientôt quoi ? Quand j'aurais assez joué, je vais te jeter ? Merde, je croyais qu'on en avait parlé !

-Peut-être que pas assez, alors.

Il se leva et se mit face à Tom, les mains sur les hanches. Il fixa son petit ami dans les yeux et demanda très sérieusement :

-Maintenant, dis-moi, Tom. Tu joues ? Ça finit quand ton jeu ? Que j'ai le temps de me préparer...

Le blond se leva aussi et le considéra un instant, interloqué, furieux, sa mâchoire tressautait sous la colère qu'il ressentait, contre Mitch, et contre Bill de l'avoir cru si facilement. Il regarda le brun qui attendait une réponse, secoua encore longuement la tête et lui tourna brusquement le dos pour sortir de la pièce :

-Je vais même pas répondre à ça, Bill !

Là, Bill perdit tous ses moyens. Il sentit une vague de fureur prendre possession de tout son être, courir dans ses veines et ravager son cerveau. Il s'élança derrière Tom, le prit par le bras et l'envoya fortement valser contre le mur d'à côté. Tom alla s'écraser lourdement contre le mur en gémissant de douleur pendant que Bill lui sifflait, le visage tordu par la fureur :

-Tu me tournes pas le dos ! Réponds !

Plus que surpris, Tom était furieux, il se redressa et repoussa Bill des deux mains, le faisant reculer de quelques mètres, sans le faire tomber pour autant :

-Putain ! Ça va pas ? Tu m'as fait mal !

Le brun perdit complètement les pédales. Son amour, son immense amour, sa passion incontrôlable même, sa fureur, sa jalousie, sa peur, tout ça mélangé le prenait aux tripes, enveloppait son cerveau et il ne put plus se contenir. Il s'élança de nouveau et...gifla magistralement le blond qui en resta estomaqué. Le bruit sec que cela fit sembla réveiller le brun qui laissa pendre son bras, étonné de son geste lui aussi, complètement perdu, sans voix, les yeux écarquillés, l'esprit hors service. Toute sa fureur venait de s'estomper...Tom aussi était hébété, il leva lentement sa main à sa joue et la frotta lentement, ne sachant quoi dire, tellement la situation leur semblait irréelle à tous deux. Bill vit les yeux de son amant se remplir de colère contenue et il regretta immédiatement son geste. Il se jeta sur le blond et le serra dans ses bras à l'en faire mal. Il sanglotait dans son cou :

-Pardon...Pardon, Tom...Je...Je sais pas ce qui m'a pris...Excuses-moi...Pardon...Je voulais pas...

Encerclé par ses bras, Tom ferma les yeux et oublia toute sa colère lui aussi. Il enlaça Bill et murmura :

-Arrêtes...C'est bon...C'est pas grave...

Le brun pleurait toujours, misérablement, il s'en voulait tellement :

-Non, je...j'aurais jamais dû faire ça...je suis désolé...vraiment désolé...pardon...s'il te plais, Tom, pardonnes-moi...Je t'ai fais mal...pardon...Je te jure que je voulais pas...je suis nul...pardon...

Il semblait sur le point de convulser tellement ses sanglots étaient forts. Tom, bien-sûr, ne lui en voulait pas. Il le voyait assez malheureux comme ça. Et il l'aimait...Tout ce qu'il lui vint à l'esprit, c'est de s'excuser à son tour et le rassurer le mieux possible, il recula un peu pour le regarder dans les yeux :

-C'est bon, je t'ai dit. Et je t'ai bousculé aussi. Désolé. On s'est tous les deux emportés. On...on est un peu sur les nerfs, là. Excuses-moi de t'avoir imposé Mitch. Je savais pas. J''ai vraiment pas entendu qu'il t'a parlé comme ça, crois-moi, j'aurais pas laissé passer ça. Je suis désolé pour tout ça. Bill, regardes-moi, je t'aime. Je t'aime...Je joue pas avec toi, peu importe ce que disent les autres, ok ? Ils savent pas ce qu'on vit, nous deux. Je...J'ai peut-être pas bonne réputation en matière de relations mais toi, je t'aime, vraiment. Je veux pas te quitter. Ok ? Je t'aime...regardes-moi, Bill, je t'aime...

Bill renifla un peu et caressa la joue qu'il avait frappée. Elle était légèrement teintée de rose, il n'y avait pas été de main morte. Quand le blond vit ses larmes recouler à ce geste, il le reprit dans ses bras en lui chuchotant des paroles apaisantes entrecoupées de plusieurs « je t'aime » alors que Bill pleurait toujours dans son cou en lâchant plusieurs petits « pardon » désespérés.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.92.163.188) if someone makes a complaint.

Comments :

  • chaos87th

    31/07/2011

    Au comportement de Bill, on a l'impression qu'il souffre de schizophrénie (trouble de la personnalité). Il est si changeant.
    Passa du Bill aimant au Bill violent et possessif.

  • th-lucky-fic

    08/02/2010

    un super chapitre 4
    la violence de bill se révèle
    je snet que sa sera pas la derniere fois

  • Pucca97217

    11/09/2009

    Première grosse dispute c'est qu'il a de la force le petit Bill

  • Binoouh

    03/06/2009

    Woooh...
    Sa devient grave!!!

Report abuse