[Fiction] Passion Destructrice - Chapitre 5

Bill était en cours de littérature. Et lui qui adorait ça d'habitude, là il s'ennuyait fermement. Il ne cessait de soupirer et de baîller et n'avait pris aucune note depuis que le professeur avait commencé son cours. Toutes ses pensées étaient tournées vers Tom. Il n'avait qu'une hâte, c'était de le retrouver. Il avait été convenu que le blond vienne le chercher en fin d'après-midi pour qu'ils aient le temps de se voir un peu. Et Bill trouvait le temps long sans lui. Oui, il était définitivement accro à ce type. Son téléphone vibra sur la table, il s'en saisit et lut le texto :

« Tu fais quoi ? Moi j'aide à changer les rayons, encore, ça me fait penser à toi... »

Il sourit grandement. Tom pensait à lui...Il répondit aussitôt :

« Je me fais chier en cours. Pressé de te voir. »

La réponse ne se fit pas attendre et il sourit encore plus quand il lut le message de Tom :

« Moi aussi. Vais pas pouvoir attendre ce soir. On mange ensemble ce midi ? Je viens te chercher »

C'était l'extase pour Bill, le blond était aussi emballé que lui, avait aussi du mal à être sans lui. Il répondit un bref « ok », lui donna l'heure et l'endroit où il l'attendrait et soupira de nouveau. Plus que deux heures...qui passèrent rapidement finalement. Bill se précipita vers la sortie, manquant de peu de se rétamer dans les escaliers qui menaient au portail de l'Université. Et bien-sûr, il avait déjà repéré la grosse voiture de Tom et surtout, son propriétaire qui était appuyé dessus, cigarette au bec. Son visage s'illumina quand il vit Bill avancer vers lui. Il s'avanca aussi et l'enlaça immédiatement, l'embrassant avidement :

-Oh putain...attends...laisses-moi faire ça...

Bill, enchanté, se laissa faire de bon coeur. Il pressa son corps contre celui de Tom et laissa tout son amour déborder dans ce baiser digne des plus grands affamés. Quand ils se séparèrent, les deux avaient des étoiles plein les yeux et le pantalon (surtout celui de Bill) un peu déformé. Il se hissa du côté passager et lança joyeusement à Tom :

-Alors, beau blond, tu m'emmènes où ?

-Tu reprends à quelle heure ? Comme ça on voit si on reste dans le coin ou pas.

Bill vérifia l'heure sur sa montre et réfléchit vite fait :

-Je reprends à 14H. Un cours d'amphi en plus, putain je sens que ça va être long !

-Bon, on va à la maison, alors. Si tu veux on prend de quoi déjeuner et on va chez moi, ok ?

Bill haussa son sourcil, fit un regard lubrique et se tremoussa sur son siège, il prit un ton suave pour dire :

-Hmmm...oh ouais, emmènes-moi donc chez toi...bonne idée, beau blond, bonne idée...

Tom éclata de rire suivit bientôt par Bill et ils arrivèrent chez le blond après avoir été acheter des sandwichs. Tom ouvrit la porte et s'effaca pour laisser passer le brun qui reçut une tape sur les fesses quand il passa devant lui. Il fit mine d'être outré :

-Tom ! Allons ! Un peu de retenue ! Vous ne pensez tout de même pas que je suis aussi facile ?

Le dreadé referma la porte à clef et attira Bill contre lui :

-Mais y a intérêt à ce que tu sois facile !

Bill avait déjà fermé les yeux. Il se laissait envelopper par l'odeur de Tom. Ca lui tournait la tête, et quand les lèvres du blond se refermèrent sur les siennes, ça lui fit l'effet d'une drogue puissante. La bouche de Tom...Il avanca, plaquant le blond dos à la porte d'entrée, sans pour autant cesser le baiser qui s'intensifiait. Bill oubliait de respirer, il oubliait tout quand il était avec Tom. Il laissait juste la vague de chaleur l'embraser et son cerveau se déconnectait. Il avait juste le temps de se dire que « ce n'était quand même pas normal... » et toute pensée rationnelle disparaissait.

Après un long moment à s'embrasser, Tom rompit le contact et dit :

-On mange ?

Bill ouvrit les yeux, restant quelques instants hébété, ce qui fit rire le blond :

-Oh là ! Bill ! Reviens parmis nous...Je savais pas que je te faisais tant d'effet avec si peu...

Le brun le regardait encore un peu à l'ouest, il ouvrit juste la bouche pour dire, d'un ton hésitant :

-Hein ?

Tom rit plus fort et le prit par la main pour les diriger vers la cuisine :

-Rien, Bill, rien ! Viens, je vais te nourrir, et te donner à boire surtout, t'as besoin d'un remontant, là !

Cette fois il réagit quand il comprit que son état était critique. Il se mit à rire aussi et dit :

-Si tu restes devant moi, je vais avoir besoin de plus qu'un remontant, t'es prévenu !

-Tu me flattes, chéri, mais il va falloir mettre tes hormones sur « pause », là j'ai faim.

Il détailla le brun de la tête aux pieds en ajoutant :

-Après je m'occupe de ton cas...

A l'idée, Bill gémit involontairement doucement et plaqua aussitôt sa main sur sa bouche en rougissant fortement, ce qui fit hurler de rire Tom :

-Bill ! T'es incroyable ! On dirait que t'as rien fait depuis des mois pour être dans un état comme ça !

Le brun avait pris un air gêné mais se reprit bien vite. Il haussa les épaules et déclara :

-Et alors ? C'est toi qui me mets dans un état pareil ! Allez, on mange, parce que t'as promis de t'occuper de mon cas après. Fais vite !

Ils s'installèrent face à face pour déjeuner vite fait et parlaient de tout et de rien. Bill était détendu et plus qu'heureux, c'était un moment comme il les adorait, un moment avec Tom. Le blond aussi appréciait l'ambiance qui régnait et la compagnie de son petit ami. Il le regardait manger et s'extasiait intérieurement sur la beauté de Bill. Ce dernier sortait le bout de sa langue de temps en temps pour récupérer quelques miettes accrochées à la commissure des lèvres et ça l'attendrissait énormément. Pire, ça l'excitait de plus en plus aussi. Il connaissait le passé amoureux de Bill et ça le touchait de le voir si à l'aise, si heureux avec lui. Lui-même ressentait les mêmes choses, et il n'avait jamais vécu une relation aussi rapidement intense. Il découvrait ce que c'était que d'aimer sincèrement. C'était simple, ils étaient bien ensembles, ils ne pouvaient plus se passer l'un de l'autre et avaient le sentiment profond qu'ils ne vivraient jamais plus la même chose avec personne.

Ils rangèrent rapidement la petite cuisine et passèrent au salon. Tom préféra allumer la mini-chaîne et mit un CD de chansons langoureuses. Puis il prit place dans le canapé mais avant de s'assoir, Bill s'étira longuement, disant :

-Bon sang ! Toute une matinée assis bêtement en cours, j'ai le dos en compote !

Dans un élan de tendresse, Tom le fit s'assoir près de lui et posa ses mains sur ses épaules :

-Tu veux que je te fasse un massage ? Viens...

Il commença à frotter lentement ses épaules, ses omoplates, jusqu'à tout son dos. Bill avait baissé la tête et avait fermé les yeux, soupirant de plaisir. Les mains arrêtèrent de le masser et avant qu'il ouvre la bouche pour demander ce qu'il se passait, il sentit le blond déposer un baiser léger dans ses cheveux. Puis il sentit Tom se rapprocher dans son dos et l'enlacer, sans rien dire. Il n'osa pas rompre le silence, il était juste un peu étonné du brusque élan d'affection que le dreadé montrait. De son côté, Tom avait fermé les yeux, il respirait à pleins poumons l'odeur de son petit ami. Il avait posé la tête dans le creux de son épaule et ses bras encerclaient amoureusement le corps du brun. Tom sentit son ami se détendre complètement dans ses bras, son corps se relâchait contre lui et Bill posa doucement sa tête sur l'épaule du blond et ses mains sur les bras qui l'entouraient. Ils restèrent un long moment comme ça, silencieux, à profiter de l'accolade de l'autre. Une étreinte chargée de tendresse, de douceur. C'était agréable et ils n'avaient besoin de rien d'autre à ce moment.

Bill fit glisser sa main sur tout l'avant-bras de Tom, la posa sur celle du blond et entrelaça leurs doigts. Il tourna la tête et ils se regardèrent dans les yeux pendant un moment, toujours silencieux. Ils étaient tellement proches que Bill louchait pratiquement et le dreadé sentit une bouffée de tendresse le submerger. Il dégagea une main pour venir retracer le contour du visage de son petit ami caressa tendrement du doigt la joue du brun. Il était si doux sous sa main...

La caresse se fit insistante et il vit Bill fermer les yeux, un léger sourire aux lèvres. Il ne put se retenir plus longtemps et sa tête parcourut la distance restante pour sceller leurs lèvres dans un baiser lent et paresseux. Leurs lèvres bougeaient ensembles doucement, les langues s'enroulaient gentiment mais les coeurs s'emballaient comme jamais. Bill se retourna lentement de façon à faire face à son petit ami qui cessa le baiser pour le regarder de nouveau dans les yeux. Il lui caressa la joue de son pouce, encore, noyant le bout de ses doigts dans les cheveux soyeux du brun et vint l'embrasser encore. Il repoussa un peu le brun, sans cesser de l'embrasser, de façon à se retrouver allonger sur lui. Bill promenait ses mains dans son dos, remontant peu à peu son tee-shirt pour pouvoir enfin toucher sa peau. Tom aussi avait passé sa main sous la chemise de Bill et il sentait son ventre se contracter sous ses doigts qui caressaient tendrement le corps qui frémissait. Le brun enroula une jambe autour de la jambe de Tom et le resserra un peu plus contre lui.

Le dreadé descendit la bouche dans le cou du brun pour y déposer de multiples baisers. Il passa le bout de sa langue sur la pomme d'Adam et mordilla un peu la gorge qui s'offrait à lui. Bill commençait a gémir doucement, son petit ami pouvait le sentir durcir contre son ventre. Lui aussi était dans le même état, mais ils ne voulaient pas se presser, ils voulaient juste se donner un moment de tendresse, juste faire ressentir à l'autre combien il l'aimait. Mais le désir montait, inévitable.

Tom passa son pouce sur le téton qui pointait sous le plaisir que Bill ressentait. Il frotta lentement et longuement le petit bout de chair et l'androgyne haletait et soupirait, se tortillant sans cesse dans les coussins du canapé. Alors que Tom lui mordillait et lui suçait le lobe de l'oreille il entendit :

-T'es si beau Bill, regardes-toi...j'aime te voir comme ça, complètement abandonné sous mes caresses...

Bill voulut articuler quelque chose, lui dire à son tour combien il aimait se sentir comme ça grâce à lui mais Tom souffla encore contre son oreille, avant de s'emparer fièvreusement de sa bouche :

-Je t'aime tellement...

Il oublia complètement ce qu'il allait dire, de toute façon, il n'en était plus capable. Il s'embrasait totalement de l'intérieur, plus que le désir, il ressentait une véritable passion pour le blond, il se sentait comme jeté en chute libre, ou entraîné vers le fin fonds d'un puits interminable. Son coeur battait furieusement, il avait même l'impression que son sang circulait à grande vitesse. Sa tête, son coeur, son corps, son âme, tout lui voulait se fondre en Tom, il n'était même plus amoureux...il avait dépassé largement ce stade-là...Et il adorait ça. Il adorait ressentir ce sentiment violent, troublant, enivrant. Il adorait Tom...

De son côté, le blond était comme complètement transporté. L'odeur et les caresses de Bill l'étourdissaient, il aimait sentir son corps contre lui, il aimait sentir le brun perdre tous ses moyens au plus petit attouchement. Il se sentait fier d'être le responsable de tant de bien-être, et ce qu'il aimait par-dessus tout, c'était de sentir l'immense amour inconditionnel que Bill lui portait. Il se sentait le roi du monde d'être aussi adoré. Il avait l'impression d'être précieux et important dans le regard de Bill.

Ils continuèrent encore un long moment à se caresser, à se toucher sous les tee-shirts relevés haut sur leur torse. Les langues tracaient des sillons invisibles sur la peau qui frissonnait. Ils sentaient leurs coeurs s'emballer et leurs baisers s'intensifiaient davantage. Entre deux baisers passionnés, Bill réussi à murmurer :

-Tom...Tom...je vais devoir y aller...

Le blond s'arrêta un instant pour répondre :

-Non...restes...j'ai envie de toi...

Et pour une fois, ce fut Bill qui fut le plus fort des deux. Il embrassa le blond encore et finit par dire :

-On n'a pas le temps, Tom...il faut...vaut mieux qu'on arrête là...ça va être l'heure pour moi...

Ils avaient du mal à arrêter de s'embrasser mais se calmèrent petit à petit. Ils avaient passé un très long moment câlin, tellement doux et agréable que Bill se sentait en totale sécurité. Il lui semblait reprendre les rênes de ses émotions et il était apaisé.

Tom le réposa à l'université malgré tout un peu en retard, les aurevoirs dans la voiture étant longs, très longs...Et Bill regagna l'amphithéatre où il avait cours avec la tête encore dans les nuages et le goût de Tom sur la bouche.

*Ellipse d'une semaine*

Bill était complètement fébrile. Il devait sortir ce soir avec Tom, ils allaient dîner au restaurant. Le blond avait absolument voulu lui présenter son meilleur ami. Un certain Georg, son pote de toujours apparemment et le brun était heureux d'être présenté officiellement aux personnes de l'entourage de Tom. A ce qu'il savait, jamais le blond ne s'était donné la peine de présenter les personnes avec qui il sortait. Et d'après ce qu'il avait compris, Georg comptait beaucoup pour Tom, alors qu'il veuille lui présenter le brun, c'était plus qu'un honneur.

Inutile de préciser qu'il s'était fait tout beau, et quand Tom klaxonna, jamais il ne se serait douté, en le voyant marcher vers la voiture, magnifique et plein d'assurance, que Bill avait été près de l'hystérie et que le sol de sa chambre était jonché d'une multitude de vêtements qu'il avait essayé.

Ils échangèrent un long baiser et prirent la direction du restaurant. C'était un petit restaurant tranquille, pas huppé, simple mais confortable. Peu de personnes y dinaient ce soir et c'est tout ce dont ils avaient besoin. Quand ils passèrent le seuil, Tom scanna les environs et son visage s'éclaira. Il avait repéré la table où se trouvait déjà le fameux Georg qui leva un bras dans leur direction pour attirer leur attention.

Georg était plus petit que les deux jeunes hommes. Il avait les cheveux mi-longs, une carrure athlétique, un nez fin et pointu et des yeux rieurs. C'était ce qu'on pouvait appeler un « beau gosse ». Quand Tom et Bill arrivèrent à la table, il se leva et prit le blond dans ses bras pour une franche accolade.

-Salut vieux ! Tu changeras jamais, toi ! Tu sais depuis combien de temps je t'attends ?

-Pas depuis si longtemps, puisque t'es encore là !

Il se tourna vers Bill :

-Bill, fais pas attention à ce gros râleur, ça c'est juste Georg, mon pote de toujours. Georg, je te présente Bill. C'est...on est ensemble, voilà.

Ils se serrèrent la main chaleureusement et prirent place autour de la table. Un serveur vint prendre leur commande d'apéritifs et ils se mirent à discuter. Georg ne manqua pas de montrer son étonnement au fait que Tom lui présente pour la première fois la personne avec qui il était. Il était sincèrement heureux pour son meilleur ami. Il pouvait voir rien qu'à son regard à quel point Tom était heureux et amoureux et c'était manifestement réciproque. Ces deux-là se dévisageaient sans cesse, ç'en devenait presque gênant. Et ils avaient l'air de si bien s'entendre. Ca faisait plaisir à voir. Bill s'était mêlé à la conversation, riant aux anecdotes racontées par Georg sur un Tom plus jeune et les quatre cents coups qu'ils avaient fait ensembles. C'était vraiment une soirée agréable...Ils étaient tous les trois détendus, Bill surtout, et ça faisait longtemps qu'il ne s'était senti aussi détendu, aussi maître de lui, aussi calme et serein.

Le serveur avait non seulement ramené les boissons mais aussi les plats qu'ils avaient choisis. Tom était en train de raconter une histoire de match de basket disputée avec Georg et faisait de grands gestes avec les bras. Il tapait dans le dos de son meilleur ami ou dans sa paume quand la blague était trop drôle et Bill les écoutait, souriant toujours. La tendresse l'envahit de nouveau quand il vit Tom si heureux.

Le blond porta son verre à sa bouche pour avaler une gorgée et les yeux de Bill fixèrent sa pomme d'Adam qui bougeait sous la déglutition. Il eut envie de la lécher et d'y planter les dents...Il regardait son homme rire et discuter et perdit peu à peu le sourire. Georg avait l'air de si bien le connaître...il pouvait raconter des tas d'histoires partagées avec Tom, un passé dont Bill n'avait pas fait partie...Son estomac se noua. Aucun des deux jeunes hommes ne remarquèrent qu'il s'assombrissait, perdu dans de noires pensées...le changement était encore trop subtil, ils étaient toujours en train de rire et de plaisanter.

Bill regardait Tom et fut de nouveau balayé par un souffle d'amour puissant. Tout. Il aimait tout de Tom...De la racine de ses cheveux, jusqu'à la pointe de ses pieds, il n'y avait rien qui ne soulevat d'émotion chez Bill. Le blond fit un geste pour gratter son avant-bras, tout en continuant de discuter et Bill laissa ses yeux glisser jusqu'à cet endroit. Il eut envie de poser sa bouche sur le bras de Tom. Pour l'embrasser doucement mais plus fort que tout, il eut envie de le mordre violemment. Et de nouveau, il ressentit cette sourde douleur dans la poitrine, au niveau de son coeur qui se serrait sans raison.

Il avança la main pour entrelacer ses doigts à ceux de Tom qui les prit sans hésiter et qui lui fit une caresse rapide avant de le relâcher pour discuter de plus belle avec son ami. Bill retint son souffle...Il essaya de se rappeler si Tom lui avait parlé des préférences sexuelles de Georg, il n'eut pas ce souvenir. Il commença à se dire que Georg était peut-être bisexuel, lui aussi, et qu'il y avait peut-être plus qu'une franche camaraderie entre ces deux-là...et peut-être même se foutaient-ils de sa gueule ? Qui sait ?

Il se faisait ces reflexions et son coeur s'emballait. Ses paumes devenaient moites et ses oreilles bourdonnaient. Il se mit à haïr silencieusement le meilleur ami de Tom, il jalousait cette complicité sans en connaître la raison. Il eut peur de lui-même...Il se détesta tout aussi fort. « Tout va bien...tout va bien...Tom t'aime idiot...arrêtes tes conneries... » Il se répétait cela en boucle mais la partie malsaine de lui semblait une fois encore avoir pris le dessus. Cette voix criarde et haineuse qui lui faisait perdre pied, qui le déstabilisait, qui lui criait « Idiot ! Il joue ! Et quand il aura fini de jouer, tu vas te retrouver tout seul, comme d'habitude...Regardes-les, ils sont trop proches pour n'être que de simples potes... »

Les deux jeunes hommes continaient leur débat, sans se douter une seule seconde de la torture morale que s'infliger Bill à côté d'eux et sans avoir remarqué qu'il avait arrêté de se mêler à la discussion. Ce dernier luttait de toutes ses forces, pris dans un tourbillon d'émotions qui lui tordaient les entrailles et lui coupaient la respiration. Il avait mal au coeur, mal à la tête, mal au ventre. Il se calma quelques secondes, le temps d'intercepter un clin d'oeil que son petit ami lui lança en pleine conversation mais Georg posa sa main sur l'épaule de Tom pour dire quelque chose qu'il n'entendit pas et à nouveau un brasier terrible traversa ses veines et l'enflamma tout entier. Il se sentit perdu, dérouté, dévasté...

Il détestait cette complicité qui se déroulait sous ses yeux, au même titre qu'il avait envie de la trouver attendrissante, il détestait les souvenirs évoqués, parce qu'ils faisaient partis d'un passé dans lequel il n'avait aucune place, il détestait Georg parce que Tom lui souriait, riait avec lui, avait l'attention détournée par lui. Il n'avait aucune raison et pourtant il détestait tout cela. Mais par-dessus tout et plus fort que tout cela, il se détestait lui-même de pas arriver à se maîtriser, il se détestait d'aimer et d'avoir mal.

Il regarda le blond encore et fut pratiquement étouffé sous un brasier d'amour pur et féroce. Il l'aimait, il l'aimait trop violemment. Son coeur était trop petit pour cet amour trop grand, jamais il ne pourrait tenir longtemps comme ça. Son coeur battait si vite et si sourdement qu'il avait l'impression que tout le monde pouvait l'entendre. Il ferma les yeux et se massa les tempes, essayant de reprendre ses esprits quand il sentit une main lui attraper le poignet et il entendit la voix inquiète de Tom traverser le brouillard de sa confusion :

-Bill ? Ca va ? T'es tout pâle d'un coup !

Le brun n'avait même pas remarqué que Georg s'était levé de table et s'était éloigné on ne sait où. Il répondit d'une voix étranglée, bien malgré lui :

-Oui...je...Non...Ca...C'est...je suis...j'ai un peu mal à...la tête.

-Merde ! Comme ça ? Comment ça se fait ?

Il ne répondit pas, se contentant de froncer les sourcils, les yeux toujours fermés. Tom dit encore quelque chose qu'il n'entendit pas, trop pris par les émotions qui l'enveloppaient et contractaient son estomac. Cette passion féroce était tellement douloureuse...tellement immense...

Et petit à petit, la colère le gagna. Une colère sourde, mais qu'il savait puissante. Une colère contre lui pour être si amoureux, si naïf, si stupide, si peureux, contre Georg, pour être si proche de son amour, si désinvolte, si...beau, si à l'aise et contre Tom lui-même, pour lui cacher peut-être des choses, pour être si attirant, pour le déstabiliser autant pour lui faire ressentir tout cela. Une colère dévastatrice mêlée à sa peur la plus immense. La rage montait lentement, il sentait ses mâchoires se serrer, son corps trembler et ses doigts se crisper sur les couverts, sans que personne ne le remarque. Il fallait qu'il sorte de là, il fallait qu'il parte, tout de suite. Et Tom allait venir avec lui...

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.92.163.188) if someone makes a complaint.

Comments :

  • chaos87th

    31/07/2011

    Je pense que Bill devrait parler à Tom de ce qui lui arrive avant qu'il ne fasse une connerie.
    Tom l'aime tellement que si Bill lui en parle, il ne lui en voudra pas et pourra l'aider.
    Je comprends que ça inquiète Bill, mais il faut qu'il se ressaisisse avant que ça n'aille trop loin, qu'il ne se laisse pas faire.

  • Pucca97217

    11/09/2009

    "J'aide à changer les rayons, encore, ça me fait penser à toi"
    C'est trop mignon.
    J'ai l'impression que Bill va faire une betise

  • blidin

    21/08/2009

    C'est vraiment étrange comme histoire et je t'avoue que c'est pas ma préférée ^^ Les sentiments de Bill sont tellement bizarres !

  • x-pas-sur-la-bouche-x

    13/04/2009

    laloumine a écrit:
    Ah lillou, tu tombes bien toi, viens ici que je te bécote férocement ! Alors comme ça tu m'emmènes des nouvelles lectrices ? Allez, encore une bise et plusieurs merci...

    Voilà un commentaire comme je les aime, j'ai bien lu et fait attention à chacune de tes pensées. Je suis tout à fait d'accord avec toi concernant tes reflexions sur le coeur, mais là c'est plutôt la façon de voir de Bill. Est-ce qu'il changera d'opinion ? Quand on dérape à ce point, difficile, hein ?

    Une happy-end ? Avec un tel thème, comment pourrait être la "end" tout simplement ? Happy ? Sad ? J'ai déjà une petite idée, on verra bien...Vous savez juste que Bill ne sera pas enceint (j'ai promis, et j'ai pas envie de faire rire le forum entier) et ce sera pas non plus une death-fic, je crois qu'il aurait fallu le préciser dès le début de la fic si ç'avait été le cas, il me semble.

    Mais dès fois, certaines situations sont tellement...spéciales, qu'on préfèrerait une fin en "death-fic"...

    Je veux juste que vous passiez un bon moment en ma compagnie et que vous vous en rappeliez, de cette histoire...

    Merci pour ton comm, merci ma lillou, pour tout...


    Moi aussi j'te fait un calinou pour tout ce que tes fics m'apportent!
    Oui je conseille tes fics tout simplement parce que ...ben WouaWw quoi! mdr...ça c'est du com' =="!
    Non mais sincerement tes fics sont prenantes et trés bien écrites...j'me souviens avoir lu ton premier lemon (il est posté sur le fo ) et j'avais senti un truc quoi...pis quand j'ai lu ta fic ben j'ai de suite aimé!
    T'as un talent fou pour les histoires rythmées et remplies d'émotions en tout genre! xD!
    Tu ne réponds pas à ma question concernant la fin de la fic...lol...t'as bien raison ça laisse du suspens comme ça! Hihi!
    Nan mais déjà ça va c'est pas une death fic... >.<...
    Je suis sûre que tu sauras toutes nous satisfaire concernant la fin *no idées perverse* mdr!
    Mais bon on y est pas encore et heureusement!
    On a encore tout pleins de chapitres!

    Des Bisous!

  • x-pas-sur-la-bouche-x

    13/04/2009

    Hanlala ce chapitre!
    Le moment où ils sont chez Tom et qu'ils se calinent est juste trop beau! *-*
    Les mots que tu utilises sont les plus appropriés. on le ressent cet amour...il nous traverse à travers tes phrases...vraiment un des plus merveilleux moments de cette fic pour l'instant! ^^
    Et puis le moment du diner...je m'y attendais à ce que Bill soit jaloux...mais ce qui est fou c'est que tu ne laisses rien au hasard... tu parles de la colère qu'il ressent pour Georg et Tom à cause de leur complicité et du fait qu'il ne sache rien de la vie passée de Tom mais tu fais aussi passer la colère qu'il a pour lui même...et ça c'est trés important. ça veut dire que Bill est conscient de son resssentiment. J'ai vu il en a même peur à un moment donné... mais il ne le contrôle pas...mais le pourra-t-il un jour?
    ça je crois que c'est la question de la fic! ^^
    Parce que tu ne nous as pas dit ci ça allait être une HaPpY End!
    Il y a une phrase qui m'a retourné le ventre...
    Citation:
    Son coeur était trop petit pour cet amour trop grand, jamais il ne pourrait tenir longtemps comme ça.

    Un coeur trop petit pour un amour trop grand, trop fort...c'est possible? moi j'aimerais que Bill se rende compte que selon l'amour que l'on porte à une personne c'est le coeur qui grandi avec l'amour et pas l'amour qui s'adapte à la taille du coeur...je sais ça parait con ce que je dis mais voilà...c'est ma pensée de la nuit...

    Merci pour ce beau chapitre qui a soulevé pas mal de question en moi!

    Des Bisous!

Report abuse