[Fiction] La croisière - Epilogue (2/2)

-Je t'aime. Je t'aime Bill...putain, je suis fou de toi...

Ses mains sont toujours posées sur les miennes et il ouvre alors les yeux. C'est alors que je remarque qu'ils sont remplis de larmes. Il tente de sourire, déglutit visiblement avec peine et se rapproche de moi, posant les mains sur mes joues à son tour :

-Redis le.

-Je t'aime.

Il se rapproche encore plus et colle son corps contre le mien en faisant glisser ses mains sur mes épaules, mes bras et attrapent mes mains pour lier nos doigts les yeux toujours fermés :

-Encore...

-Je t'aime...

Il avance la tête et frotte doucement son nez contre le mien, j'ai fermé les yeux et laisse son odeur m'envahir de nouveau. Pendant un instant, il frotte son nez sur ma joue, effleure ma bouche de ses lèvres sans m'embrasser vraiment, lâche mes mains pour les poser dans mon dos et me rapproche encore plus de lui si c'est possible. J'entends qu'il me murmure plusieurs « encore » et je le lui répète avec plaisir, de plus en plus bas. Le moment est intense, j'entends mon coeur cogner à un rythme effréné et ma tête tourne tellement qu'il me faut me raccrocher à lui un peu plus pour ne pas tomber.

Il remonte une main dans mon dos et attrape ma nuque, collant nos deux fronts ensemble. Il caresse ma lèvre inférieure du bout de la langue et redessine lentement l'ouverture créée puisque j'ai entrouvert les lèvres. Je me laisse faire et apprécie la douceur dont il fait preuve à mon égard. Mes bras passent dans son dos maintenant et une de mes mains remonte pour agripper aussi sa nuque.

Et très lentement, sa bouche commence à bouger contre la mienne, la taquine, s'arrête pour mieux recommencer ensuite. Et enfin je l'entends chuchoter :

-Moi aussi...moi aussi je t'aime Tom...infiniment...oh putain, j'aurai dû te le dire depuis longtemps...

C'est tout ce qu'il me fallait pour que mon coeur éclate en morceaux, le bonheur m'envahit tout comme le soulagement, on se l'est enfin dit...

C'est le signal de départ, alors il presse un peu plus ses lèvres contre les miennes et m'embrasse vraiment, enfin...Je retrouve son goût délicieux, le même qui m'a fait tant de fois perdre la tête, le même qui m'étourdit de nouveau, je n'avais rien oublié mais ça me frappe de plein fouet. C'est indiscriptible ce que je ressens quand il enfonce doucement sa langue dans ma bouche. Je recule légèrement la tête pour l'attraper et la sucer et la laisse de nouveau s'enfoncer dans ma bouche pour trouver la mienne et une danse lente et sensuelle commence. Nos langues se caressent, nos corps se pressent l'un contre l'autre, nos mains caressent le corps de l'autre. Rapidement, le baiser s'approfondit et notre salive se mélange. Je lui dévore entièrement la bouche et pose une main sur ses fesses pour les serrer à travers son bermuda. Il gémit dans ma bouche et me donne un petit coup de bassin, faisant se rencontrer nos érections, me faisant par là même remarquer à quel point je suis en train de bander contre lui. Seul lui peut me faire un tel effet, rien qu'avec un baiser, ça doit être à cause de tout l'amour que je lui porte, à cause du sien que je peux ressentir.

Il casse le baiser et saisit ma main qu'il pose sur son buste, la fait glisser jusque sa poitrine où sous mes doigts je peux sentir son coeur cogner rapidement et sourdement. Je réouvre les yeux et le vois me fixer avec intensité, son regard noisette devenu noir à présent. Il était comme ça, exactement comme ça quand il avait envie de moi, ça n'a pas changer, je n'avais pas oublié, j'ai jamais pu...Et il me répète, avec plus de force dans la voix :

-Je t'aime Tom. Enfin je peux le dire, je t'aime. A un point que tu peux même pas imaginer...

Et il m'embrasse de nouveau, intimement, passionnément, caresse et explore tout l'intérieur de ma bouche de sa langue, me fait gémir encore et encore quand son piercing appuie contre mon palais. Mes mains sont partout sur lui, je revis...

Quand on arrive enfin à se détacher sans ressentir le manque que ces trois longs mois d'enfer ont laissé, il propose de retourner au salon pour terminer de discuter et emmène le plateau avec lui. Je le suis, les yeux rivés sur son arrière train, fasciné par le balancement de ses hanches quand il marche. Il nous sert et je commence à raconter :

-J'ai tellement voulu te dire tout ça quand on était sur le bateau, Bill, tellement ! Mais j'ai entendu quand tu as parlé à Gus, tu sais, le soir où...le soir du réveillon.

-C'est donc comme ça que tu as su ?

-Oui. D'ailleurs, en parlant de ce soir, il faut que tu saches qu'il s'est rien passé avec Lara.

Il se fige, détourne le regard et dit :

-Oh. Mais...j'avais vu...je vous avais vu vous embrasser, et j'ai cru-

Je le coupe avec autorité :

-Tu as mal cru. D'abord on s'embrassait pas, je veux dire, c'est elle qui m'a embrassé, je l'ai repoussée. En fait, c'était un coup monté.

-Un coup monté ? Comment ça ?

-Elle avait bien l'intention de coucher avec moi, c'est pour ça qu'elle m'a suivi. Quand elle a compris qu'elle avait aucune chance, elle a voulu te blesser. Elle avait vu que tu nous regardais, elle m'a rien dit. Elle a fait tout ça pour te faire croire qu'il se passait plus entre elle et moi et pour venger sa soeur que tu avais repoussée. Je l'ai su aprés, parce que quand je l'ai repoussée elle a rit et m'a dit alors que tu nous avais vu et était parti, bouleversé. Elle voulait te faire du mal, que tu croies qu'on allait coucher ensemble elle et moi. Tu es parti avant de voir que je l'ai repoussée. J'étais...je suis désolé de tout ça, Bill, j'aurais jamais dû la laisser faire.

-Tu l'as...tu t'es laissé faire, et ça m'a tué !

-Je sais. Je sais tout ça, pardon Bill. J'ai été con, je...c'est vrai que j'étais un peu lent à réagir, mais je te jure qu'il s'est rien passé. Elle voulait que tu la vois m'embrasser et que tu crois qu'il y aurait eu autre chose. Je voulais aller te retrouver et t'expliquer tout ça, mais j'ai dû aller voir mon père et le temps de te retrouver tu étais déjà parti avec Warren.

-Oh, Warren...

Il rougit au souvenir et dit d'une voix gênée :

-J'ai été plus con que toi, Tom. J'ai cru que tu étais parti pour...que tu allais coucher avec elle. Et je me disais qu'on était pas ensemble, j'avais aucun droit de te reprocher quoi que ce soit. Alors je me suis soulé et tout ce que je voulais c'était oublier la douleur qui me cuisait de l'intérieur. Warren discutait avec moi et...j'ai tellement bu que je savais plus ce que je faisais. Tu connais la suite.

-Ouais. Heureusement que je vous ai rattrapé dans le couloir !

-J'aurai pas couché avec lui, jamais Tom !

-Ecoute, n'en parlons plus. C'est pas arrivé, y a un des tas de malentendus, mais c'est plus important. Je suis là maintenant et je t'aime. Je veux rester avec toi, je veux qu'on sorte ensemble pendant le temps où je serai là et en fait ce que j'avais l'intention de faire, c'est de revenir aprés, quand je serai mieux organisé.

Il est franchement étonné, je vois pas pourquoi, il a pas encore compris que je peux plus me passer de lui ? Il me demande :

-Mais...tes projets ? Tes études ? Tu voulais faire pleins de choses, tu voulais aussi voyager avec ton père, voir le monde, pleins de pays !

Je me lève et viens m'agenouiller entre ses jambes. Il baisse ses yeux pour les plonger dans les miens et mes mains se posent sur ses cuisses :

-Je le veux toujours Bill. Mais je veux faire tout ça avec toi, sans toi ça a aucun intêret, je veux voyager, mais avec toi. Je veux toujours faire mes études et faire carrière dans le journalisme mais je te veux encore plus. Je peux revenir, et continuer mes études ici, d'ailleurs j'ai une meilleure idée, on pourrait terminer notre année, moi ici et aprés on prend une année sabbatique parce que le Gigantic, maintenant qu'il est lancé, son prochain itinéraire c'est un tour du monde. Je veux le faire, avec toi. Alors si tu veux de moi, si ça te dit, on ira tous les deux. C'est toi ma priorité, c'est toi le plus important pour moi, plus que tout le reste, le reste attendra, tout peut attendre, je veux être avec toi seulement...

Il est visiblement ému, ses yeux s'ouvrent grands et se remplissent de larmes de nouveau. Il s'avance pour m'enlacer et colle sa joue contre la mienne. Je sens son souffle chaud frapper mon oreille et sa voix enrouée par les larmes :

-Je veux ! Je te veux toi, je veux tout ce que tu veux, je veux tout de toi. Tes projets seront les miens, on fera tout ce que tu voudras, du moment que je peux te garder avec moi !

Je souris et le serre plus fort. Comment être encore plus heureux ? Je sais pas, j'ai tout ce que je veux, je l'ai lui...

-Ok, alors on fera comme ça. Je reste pour trois semaines, aprés je repars pour revendre mes affaires et rendre mon appartement. On profitera que je sois là pour m'inscire à l'université, s'ils veulent bien me prendre en cours de route. Je demanderais à mon père son aide pour les finances, de toute façon il est déjà au courant et m'a promis son soutien quoi que je décide de faire. Il m'a aidé à trouver le studio que j'ai loué d'ailleurs.

-Non, je...rends le, reste ici, Tom, je te veux avec moi, me laisse plus !

J'espérais bien qu'il me le demanderait, moi aussi je veux être avec lui le plus souvent possible, dormir avec lui, me réveiller avec lui, être auprés de lui tout le temps, lui faire l'amour dès que l'envie nous prendra et je sais d'avance que ça nous prendra tout le temps. Mais pour le taquiner, j'essaie de prendre un ton sérieux pour lui dire :

-Ouais mais je l'ai déjà loué, et je sais pas si c'est une bonne idée qu'on habite ensemble maintenant !

Il me repousse et me lance un regard blessé :

-Je croyais que ça...bon, ok, on fera comme tu voudras.

J'éclate de rire et me lève, il se lève à son tour et croise les bras, vexé. Sa moue boudeuse le rend encore plus craquant, il râle :

-C'est très marrant, vraiment, ton humour m'a manqué, tiens ! Idiot ! Bon, puisque c'est comme ça t'as plus le choix, tu restes. On ira voir le fameux studio et on préviendra le proprio que finalement tu y resteras pas, tu vas devoir me supporter pendant tes vacances !

Je l'enlace et dis :

-Je pense pouvoir survivre.

Je pose mon menton dans le creux de son cou et respire à plein nez son odeur suave qui m'enivre de nouveau et lui dis sérieusement :

-J'en ai tellement rêvé, Bill. J'ai pas arrêté de penser à toi, tout le temps, ça me rendait dingue. Tu crois vraiment que maintenant que je t'ai, je vais te laisser si facilement ? J'ai tellement attendu, alors maintenant que tu es complètement à moi, je te laisse plus, plus jamais, faudra me tuer pour ça !

Quand je relève la tête, je le vois avec un air gêné. Et d'un coup il s'excuse :

-Tom, je voulais...il faut que je te dise, excuse-moi.

-T'excuser ? Mais de quoi ?

-Tu sais, le soir où on a...le dernier soir qu'on a passé ensemble, quand tu m'as demandé...quand tu as voulu que je...

Je fronce les sourcils, je vois vraiment pas de quoi il parle, je l'encourage à continuer et il reprend :

-Bon, en fait, le dernier soir, tu as voulu que ce soit moi qui...te fasses l'amour. Tu sais, j'étais tellement étonné et tellement heureux de ça, que j'ai pas du tout réalisé que c'était ta première fois. Je te le dis parce que je veux pas que tu penses que ça m'était égal, c'est seulement ici que je me suis rappelé de ce que tu m'avais dit à propos de ça et je m'en suis voulu d'avoir négligé ce détail, alors que c'était si important. Ne doute jamais que c'est pas important pour moi, je...c'était un honneur que tu m'as fait, le plus beau des cadeaux, je regrette de pas avoir compris à temps. Mais tu sais, je suis revenu le soir, au port, mais le bateau était déjà parti et toi avec, j'ai cru mourir...

Sur ces paroles sa voix se brise et je me sens encore plus ému par tout ça. Il se souvient de tout, il avait tout compris et avait voulu me retenir. On a simplement pas eu de chance. Mais je compte plus la laisser filer, la chance, je suis là, je l'ai, je vais le garder.

Je suis sûr d'être aussi gêné et rouge que lui à ce souvenir. Putain, on a fait tellement de choses ensemble, ça fait bizarre d'être comme tout timide l'un en face de l'autre. C'est tellement pas moi, et pourtant il a réussi à me changer, à faire de moi quelqu'un de profondément amoureux. Je le rassure :

-Ca va, t'inquiète pas. Je voulais vraiment que ce soit toi. Je pouvais pas te dire que je t'aime, j'ai utilisé un autre moyen. Je regrette pas que ça ait été toi, je t'aime tellement que ça m'a parut naturel de me donner à toi, complètement, entièrement.

Et je rajoute, taquin :

-Et puis, en plus t'as géré ça comme un pro.

Il pouffe et me donne une tape. J'approche ma bouche de son oreille et dis :

-Sérieusement, c'était bon, je m'en rappelle encore, j'oublierai jamais. Tu m'as donné plus de plaisir que n'importe qui d'autre, plus de plaisir que j'aurai jamais avec personne d'autre. Et d'ailleurs, j'espère bien renouveller l'expérience. Je suis à toi, maintenant...à toi pour toujours.

Un baiser fougueux est de nouveau échangé et je le sens dur contre moi. Si je me retenais pas, je le coucherai sur le dos sur son canapé et lui ferais l'amour le reste de la journée. Mais j'ai besoin d'une douche. On s'arrête et on se rassoit pour continuer de parler un peu en terminant nos boissons. La conversation dérive sur Georg, ok j'avoue c'est moi qui ai emmené la conversation là-dessus. Il me raconte que le lendemain de son arrivée ils se sont vus et que Georg lui a expliqué qu'il était enfin décidé à sortir avec lui. Enfin, sortir est pas vraiment le mot, puisqu'il a voulu apparemment que ce soit une relation discrère, secrète même, uniquement basée sur le sexe. Il a dit à Bill qu'il voulait continuer de sortir avec des filles, mais il savait que Bill était amoureux de lui et il avait vraiment envie de savoir ce que c'était que de coucher avec mon Bill, ça l'obsédait depuis un moment. Mes mâchoires se serrent quand je l'entends me raconter tout ça et il le remarque, ça l'amuse :

-Fais pas cette tête-là, tu penses bien que je l'ai jeté ! Je m'étais jamais rendu compte à quel point ce mec est con et inintéressant ! Et dire qu'à une époque, il m'aurait fait ce genre de proposition, j'aurai accepté tout de suite !

-Tiens, d'ailleurs, je suis surpris de voir que t'as pas tapissé tes murs de ses photos !

Il me regarde et secoue la tête :

-Pfff, n'importe quoi, toi ! Si tu veux tout savoir, j'ai jeté toutes ses photos depuis le bateau. Je les ai jeté à la mer et j'ai jeté celles que j'avais ici ! J'ai finalement compris que j'avais jamais été amoureux de lui, je l'ai cru mais ce que j'ai vécu avec toi m'a prouvé que je me trompais sur toute la ligne. Je me trompais depuis toutes ces années.

Je crois pas pouvoir être plus heureux un jour. Je souris un peu quand il me dit que Georg continue de revenir à la charge de temps en temps, il tente sa chance sachant que Bill est toujours célibataire. Je renifle dédaigneusement et le préviens :

-Ouais bin maintenant tu l'es plus ! J'espère bien le croiser pendant mes vacances, et qu'il sache qu'on est ensemble ! Et qu'il s'avise pas de t'emmerder encore, ou ça va chier pour lui, vous êtes tous prévenus !

Il rit un peu, on termine de discuter et j'ose enfin lui demander si je peux utiliser sa salle de bains. Il me montre où c'est et me laisse prendre une douche. Quand j'ai fini, je remarque alors que j'ai oublié de lui demander une serviette, je l'appelle en ouvrant un peu la porte :

-Bill ! Bill, j'ai pas de serviette, tu peux m'en passer une s'il te plait ?

Il arrive rapidement et m'en tend une. Le temps de la nouer à ma taille et il se faufile dans la pièce avec moi. Il me détaille de haut en bas et ses yeux brillent, il me bouffe des yeux et dit :

-Et si tu l'enlevais, plutôt ?

J'hausse un sourcil, amusé :

-Ca a pas changé, ça, hein ? Toujours aussi nympho, Bill, ça s'améliore pas de ce côté-là ?

-Non, pas quand t'es comme ça, devant moi.

Je fais comme si j'ai rien compris et le contourne pour sortir de la pièce. Je demande :

-Bon, attends je récupère des affaires dans ma valise. Tu veux qu'on fasse quoi aprés ?

Il me rattrape et me pousse contre le mur où il m'écrase avec force, son corps contre le mien :

-Tu récupères rien du tout. Je veux qu'on reste là et que tu me montres ce que tu sais faire avec ça...

On se fixe toujours et il se décolle de moi un peu plus, saisit ma main et la pose sur son coeur qui tambourine et la fait lentement glisser jusqu'à la poser sur son entrejambe. Il se mord la lèvre inférieure quand je l'attrape à travers son bermuda et dit :

-Sens l'effet que tu me fais, Tom, sens le. Ca m'a toujours fait ça...Sens comme je t'aime aussi...Sens comme j'ai envie de toi encore...

Je perds tous mes moyens. Je sais maintenant que mes sentiments sont partagés, je l'aime il m'aime, on s'est retrouvés et on a tout notre temps pour parler encore et sortir un peu. Là, j'ai besoin de lui confirmer avec mon corps ce que je viens de lui déclarer.

Je l'ai jamais vu si entreprenant, il arrache ma serviette et pose sa main sur mon membre qui durcit à son contact. J'ai jamais eu besoin de grand chose avec lui, il déborde de sensualité, il m'excite avec peu. Mais il me touche à peine et commence à m'embrasser. Je le retourne et le plaque à son tour contre le mur, appuyant mon bassin contre le sien pendant que mes mains baissent son bermuda. Putain...il était nu dessous...Heureusement que j'ai pas su ça avant, j'aurai été incapable de discuter sereinement sinon. Je faufile ma langue dans sa bouche et le fouille avant de lui retirer son tee-shirt. Je ne peux m'empêcher de gémir quand ma peau rencontre la sienne, toujours aussi électrisante, ça m'avait tellement manqué...

Il se frotte à moi et halète pendant que je lèche sa gorge, traçant des lignes invisibles dans son cou, jusque sa mâchoire et mordille sa peau. Des frissons apparaissent sous mes doigts et moi aussi je frissonne de plaisir quand je le sens me griffer le dos. Il envoie valser son bermuda du pied et remonte une jambe contre ma hanche. J'attrape une de ses mains et la plaque à côté de sa tête sur le mur pendant que je mordille le lobe de son oreille. Il m'attire au plus près avec sa jambe et mon sexe se colle au sien. Je donne un coup de bassin involontaire et il gémit en rejettant la tête en arrière, les yeux fermés :

-Oui...putain, oui...ça fait si longtemps, Tom, si longtemps...j'avais presque oublié ce que ça faisait de t'avoir contre moi...

J'enfourne ma langue dans son oreille et chuchote :

-Tu veux que je te rappelle ?

-Haaan...ouais, rappelle-le moi...rappelle-moi ce que ça fait de t'avoir en moi...

J'écrase un peu plus mes hanches et pendant que je l'embrasse, je donne quelques petits coups de reins contre lui. Son sexe glisse contre le mien et mes doigts sont toujours liés aux siens. Il lâche ma bouche, embrasse tout mon visage, mordille mon menton et se cambre contre moi, manquant de me rendre un peu plus fou.

J'ai envie de l'emmener dans la chambre mais j'ai envie de le prendre ici et maintenant, tout de suite, j'en peux déjà plus. Lui-même tremble déjà un peu. Il descend les mains sur mes fesses et les caresse. Puis, il attrape une de mes mains et la remonte à hauteur de sa bouche pour sucer et lécher mes doigts. Quand il la relâche, il me souffle :

-J'ai envie de toi, j'en ai trop envie, je veux pas attendre plus longtemps...

Je maintiens comme je peux sa jambe sur ma hanche de ma main libre et mon autre main, celle dont il a humidifié les doigts, je viens trouver le chemin de ses fesses et titille son orifice pendant quelques petites secondes. J'introduis un premier doigt en lui et fais quelques vas et viens, il murmure :

-Plus...j'en veux plus...

-T'es bien exigeant...mais t'auras tout ce que tu veux...tout...

J'ai répondu sur le même ton, on est tellement excités, on l'a toujours rapidement été l'un par l'autre. J'ajoute un deuxième doigt et aprés l'avoir détendu et apprécié la chaleur qui entoure mes doigts, je les plie et trouve sa prostate que je masse avec insistance. Il se cambre brusquement contre moi et gémit :

-Oh...Tom...comme ça...fais-le encore...

Il est accroché à moi, ses ongles me griffent le dos, mon troisième doigt termine de l'étirer, le faisant haleter plus encore et son sexe tressaute contre mon ventre. Il vascille sur sa jambe et supplie alors :

-Assez...prends-moi, Tom, prends-moi tout de suite ou je vais venir ! Prends-moi bordel !

Je retire mes doigts et souffle sur ses lèvres rouges et gonflées tellement je l'ai embrassé :

-On a pas de lubrifiant.

-Si, attends...

Il se laisse glisser à genoux et avant que j'ai le temps de protester, il passe un coup de langue appuyé sur toute ma longueur, me faisant oublier tout ce que j'allais dire. Il lappe mes testicules et les suce doucement, ses mains posées sur mes hanches que j'ai du mal à empêcher de bouger. Je retrouve la chaleur et l'humidité de sa bouche qui m'avaient manqué, il aspire doucement mes bourses et je bascule la tête en arrière tellement le plaisir est immense. Puis il remonte un peu la bouche pour suçoter mon gland et ça me fait presque jouir. Il embrasse ma verge tout le long et remonte englober le bout de nouveau, dilate la fente avec le bout de la langue, me faisant gémir plus fort :

-Haaan...Bill...

J'ai posé une main sur le mur et l'autre sur sa tête. Sans prévenir, il me prend entièrement dans sa bouche et je peux pas m'empêcher de pousser un peu plus en guidant aussi sa tête. Je grogne quand il arrête et il lève les yeux vers moi, faisant un sourire coquin et me regarde en titillant de nouveau mon gland de sa langue en faisant de petits bruits délicieux avec sa gorge.

J'attrape alors sa tête et le force presque à me reprendre en bouche, tellement il me rend dingue et j'accompagne ses mouvements pendant qu'il monte et descend la tête sur mon sexe. Je baisse la tête pour regarder mon pénis qui entre et sort de sa bouche et l'aide à aller et venir avec mes mains qui encadrent son visage. Il retire sa bouche rapidement pour souffler :

-Oui, Tom...Montre-moi ce que tu veux que je te fasse...tu aimes ? Tu aimes quand je te fais ça ?

J'ai la voix hachée quand je réponds :

-Ouais...ouais putain...t'es tellement...doué pour ça...

-C'est parce que c'est pour toi...

Et de nouveau, il me suce, encore et encore, mes jambes flanchent, mes hanches bougent toutes seules et la vision m'est insupportable. Il s'arrête de nouveau aprés avoir laissé un maximum de salive et et se lève face à moi. Il me saute dans les bras et noue ses bras autour de mon cou :

-A moi...Fais-moi du bien, maintenant...

De par sa position je suis directement contre son intimité que je sens déjà brûlante. Je frémis d'anticipation à l'idée d'être bientôt en lui. Il me faut seulement pousser un peu pour que mon gland le pénètre et je regarde attentivement son visage se crisper sous la douleur. Je me retire et recommence, m'arrêtant à chaque fois au point de résistance pour mieux le repénétrer encore. Je suis rapidement enfouis en lui, jusqu'à la garde et m'arrête quelques secondes pour l'habituer et lui souffler :

-Je t'aime Bill, je t'aime plus que tout...

Son dos est appuyé contre le mur et il se lève un peu pour s'abaisser sur mon sexe gorgé de sang et d'envie de lui. Pendant que je lui donne des coups de reins appuyés, il monte et descend sur moi en gémissant. Il vient mordre mon épaule et mon cou et je lèche sa pomme d'adam et le contour de son oreille. Je donne un coup de rein plus fort que les autres et comprends que j'ai heurté son point de plaisir quand il crie mon prénom en cognant sa tête dans le mur. Alors, me retenant d'une main sur le mur, l'autre le portant contre moi, je le pénètre le plus fort possible et lui aussi bouge sur moi, complètement en transe.

Mes bras me font mal, nos corps sont mouillés par la sueur, il halète encore plus que moi et je ne peux détourner mon regard de son visage, pour le voir prendre du plaisir avec moi. Mais j'en peux vraiment plus, j'ai besoin d'aller plus fort. Je le dépose et sans rien dire, il fait face au mur en cambrant les reins dans une invitation explicite :

-Encore...Viens, Tom...

Je m'enfonce dans sa chaleur une nouvelle fois, mais involontairement de manière brusque. Sa tête bascule dans mon cou et ses mains attrapent les miennes. Je voulais lui faire l'amour, je me retrouve à le baiser contre ce mur, savourant chacune de mes entrées en lui pendant qu'il pousse à contre-sens pour mieux me prendre. Je perds complètement la tête, chaque fois que je glisse hors de lui, j'ai encore plus besoin de me ré enfoncer encore plus loin, encore plus fort. Un cercle sans fin. Il gémit, crie parfois, tremble carrément.

Il descend deux de nos mains encore liées jusque son sexe et à nous deux, on applique un rapide va et viens, le masturbant délicieusement pour lui apporter un surplus de plaisir. Il devient une épave gémissante dans mes bras, presque sans force, moi-même je sens plus mes muscles mais redouble d'ardeur. Mes coups de reins sont encore plus puissants, et nos mains vont plus vite sur lui. Il sanglote pratiquement :

-Oui, Tom...Comme ça...plus fort...prends-moi encore...

Je penche la tête et me regarde le pénétrer avec une force et une rapidité affolante, manquant jouir à tout moment. Et d'un coup, il resserre son anus autour de moi et je plonge ma tête dans son cou pour le mordre durement. Mon ventre se réchauffe encore plus et se serre, mes orteils se crispent sur le sol, la sueur dégouline dans mon dos. Bill est à bout de force, il peut à peine crier, il laisse juste sortir de longues plaintes en continuant de m'encourager et de me dire ce qu'il ressent par des paroles indécentes, voire même vulgaires. Je lui sors aussi tout un tas d'obscénités qui l'excitent encore plus et l'achèvent même puisque d'un coup, il se déverse dans ma main aprés avoir cambré une dernière fois son corps contre le mien.

De suite après il perd le peu de force qu'il lui reste et tombe au sol, à genoux. Incontrôlable, je me réenfonce en lui quelques dernières fois et c'est en lui criant plusieurs « je t'aime » que je déverse toute ma semence en lui, jouissant comme jamais, au point que je crois même m'évanouir tellement mon orgasme est fort.

Je me laisse tomber sur lui carrément et essaie de respirer convenablement, je suis en train de suffoquer. Lentement, je me retire et sens mon sperme couler hors de lui, il frissonne. Je me déplace et toujours allongés à même le sol, on se met face à face. J'embrasse le bout de son nez doucement, sa bouche et le regarde essayer de calmer sa respiration saccadée, tout comme la mienne.

C'est une fois un peu remis qu'on arrive à se relever un peu et il m'invite à le suivre dans sa chambre, qui était en fait juste à côté. Mon regard se pose sur ma semence qui coule le long de l'intérieur de sa cuisse quand il marche et je lance mon bras en avant pour l'attraper par l'épaule et le stopper.

-Tom ?

Sans rien dire, je passe mon bras sur son ventre pour le tenir un peu contre moi et me place un peu de côté pour enfouir deux doigts en lui. Il sursaute et se raidit instinctivement en se plaignant :

-Tom...non, arrête, j'en peux plus, là...assez...tu vas me...tu vas me tuer...

-Mourir de plaisir, ça te dis pas ? T'es excitant comme ça, rempli de moi...

Je le taquine encore un peu et l'écoute gémir encore et encore. Mais je suis bien obligé de le lâcher, il tremble trop et défaille pratiquement. Je l'aide à s'allonger sur le lit et il vient se blottir contre moi. Aucune parole n'est échangée, on apprécie le silence et le corps de l'autre. Nos yeux se croisent de temps et on se sourit en se murmurant des « je t'aime » encore et encore. Maintenant que je peux le lui dire, je m'en prive pas, lui non plus d'ailleurs. On est simplement heureux. Je le regarde cligner des yeux jusqu'à ce qu'il s'endorme, le sourire, la sérénité et la satisfaction sur le visage. Je suis comblé. Mais il dort pas encore vraiment puisque je l'entends murmurer

-Merci Tom, de faire de moi le plus heureux des hommes...

L'émotion m'étreint, ma gorge se serre d'un coup, je me savais pas si facilement troublé. Mais c'est Bill, et depuis lui, rien n'est plus et ne sera plus jamais pareil. Non, merci à toi Bill...

FIN

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.162.173.119) if someone makes a complaint.

Comments :

  • DarkAngel917

    07/03/2013

    Ok non... Je crois vraiment que c'est une de mes histoires préférés, elle est aussi bonne après deux lectures. Merci d'écrire aussi bien! :D

  • RenFiction

    16/01/2013

    Wow <3 j'ai pleuré durant toute ma lecture , il faut que tu le sache ! j'aime vraiment beaucoup ton style d'écriture et les personnages sont rendus encor plus attachants ( si possible ) qu'ils ne le sont en réalité . On se sent proche d'eux , on apprend et comprend leurs peurs , leurs sentiments et leurs humeures , Ce qui est rare dans la plupart des fictions. Bref, je suis fan ;)

  • Milla-Nekorelo

    07/06/2012

    c'est pas que mais...woaw :'$ tu écris vraiment bien, cette fiction était super!

  • chaos87th

    13/08/2011

    Ah, c'était génial.
    j'ai énormément adoré lire cette fic aussi.
    Franchement j'adore ta façon d'écrire qui met direct dans l'ambiance.

  • supersibylle

    01/01/2011

    Coucou!
    Juste pour te dire que ma meilleure amie et moi en lisant cette fiction, on s'est rendu compte qu'en fait on n'était pas vraiment amoureuses des mecs qu'on pensait aimer, un peu comme Bill avec Georg quoi, donc on voulait juste te remercier d'avoir écrit cette fiction, preuve qu'elle est géniale! Un peu, voir beaucoup comme toutes tes autres fictions quoi! Et tous les écrits qu'il y'a sur ce blog.
    Thaaaaanks again! :DDD

  • th-in-disney-world

    02/10/2010

    Très belle minin fic. J'espérai qu'elle finirait bien, alors je me demandais comment ça allait se passer quand la croisière se finirait.
    Je ne suis pas déçue ! C'est mignon et triste quand Bill se rend compte des sentiments de Tom pour de bon mais que c'est déjà trop tard.
    Le coup de Georg qui serait là à son arrivé, je ne sais pas pourquoi mais je m'y attendais. Il est très con dans cette fic !
    Warren... J'aurais bien aimé que sa femme découvre le salop qu'il est quand même.

    En tout cas j'ai beaucoup aimé, l'évolution des sentiments et de la relation avec la fin de la croisière qui bloquait tout espoir.

    Bonne continuation.
    Laura67

  • tounzig

    04/02/2010

    Et encore une superbe histoire!...je suis pas très originale dans mes coms, je sais, mais je trouve rien d'autre à dire que "WAOUW!"

  • 26JUIN1992

    30/12/2009

    Rah, putxn...
    Ta fic' est vraiment bien.
    Quand ils se sont dit au revoir, & qu'après Bill est revenue sur le port mais Tom était déjà partie, j'avais vraiment les larmes aux yeux
    & avec la musique ça aide pas.
    & quand Tom est venu le retrouver, par contre, c'était magnifique.
    Toute la fic' était vraiment génial.
    J'ai vraiment adoré.
    Merci <3

  • Pucca97217

    16/09/2009

    J'adore quand Tom lui dit je t'aime et que Bill repète "encore encore et encore"
    Super lemon pour la fin de l'histoire j'adore autant te lire t'est géniale

  • auro-fanart

    28/08/2009

    Ok, d'accord, j'ai raté la fin, elle était ici!!!
    Mais elle est géniale avec ce petit lemon en plus!!!!
    Enfin ils sont ensemble pour de bon!!!
    Bref, tout ça pour dire que j'adore ta façon d'écrire, géniale, tu es géniale !!!!
    Merci encore...

Report abuse