[TS] Je ne me laisserai plus faire... Partie 2

Bill soupira pour la énième fois. Tom était penché et recopiait studieusement les notes que le brun lui avait passé. Mais dans l'air flottait une drôle d'atmosphère. Une espèce de tension que Bill ne savait déchiffrer. Il lisait sur son lit pendant que Tom écrivait à son bureau. Il sentait le regard du blond sur lui, plusieurs fois, mais Tom détournait le regard dès qu'il levait les yeux et ça l'agaçait, à quoi Tom jouait ? Il essaya de se concentrer une nouvelle fois sur la ligne qu'il lisait et relisait, essayant désespérément de la comprendre et sursauta quand il entendit Tom lui dire, sans même se retourner :

-Hey, c'est marrant, je bosse, toi tu lis, tu trouves pas qu'on ressemble à un couple ?

Bill faillit s'étrangler avec sa salive. Il répondit sèchement :

-Bon, t'as fini de dire des conneries ?

Tom se retourna et lui lança un regard pénétrant qui le fit frissonner, il se détesta d'être aussi facilement ému devant le blond qui apparemment, lui faisait toujours autant d'effet :

-C'est pas des conneries. Je te dis ce que je pense, c'est tout.

-Bin arrête de penser et contente-toi de recopier. Luc va bientôt arriver et tu risques de pas avoir fini de tout copier.

Tom se remit face à sa feuille en grimaçant à la mention du prénom du petit ami de Bill. Quand il était arrivé, Luc était là. Tom n'avait eu qu'une envie, celle de faire valser le serveur, mais il ne pouvait tout simplement pas faire ça. Il avait dû assister aux au-revoirs fougueux que Bill et lui s'étaient fait, s'embrassant à pleine bouche, longuement, devant lui. Non, là il était de mauvaise foi, ils ne l'avaient pas fait devant lui, Bill l'avait gentiment invité à se servir à boire dans la petite cuisine, le temps de dire au revoir à Luc, faisant comprendre à Tom par là « va dans la cuisine, j'ai besoin d'embrasser mon mec et là tu vas nous gêner ». Mais Tom les avait espionné et avait senti la colère monter quand il vit Luc attirer Bill à lui, passer une main dans les cheveux soyeux du brun, l'embrasser dans le cou tout doucement et remonter jusqu'à sa bouche qu'il accapara pendant un long moment. Il avait l'impression de dévorer Bill tout entier et ce dernier fermait les yeux, comme si c'était la meilleure chose qui aurait pu lui arriver. Bill se laissait complètement faire, il se poussait un peu plus contre l'autre homme et lui caressait même le dos. Tom serra la mâchoire quand il entendit Luc dire, entre plusieurs baisers :

-Je vais y aller. J'y vais pendant que je peux encore, sinon je vais rester parce que là j'ai déjà trop envie de toi. Je serai capable de dire à ton pote, là de sortir, d'aller voir ailleurs si on y est pour que je m'occupe de toi.

Bill sourit et l'embrassa rapidement avant de dire :

-Tu vas pouvoir patienter jusqu'à ce soir, non ? Moi aussi j'aurai bien voulu que tu restes, mais j'ai promis à Tom de bosser avec lui, on a une interro demain et c'est important.

-Je sais. J'y vais, alors, on se voit ce soir, hein ?

Bill hocha la tête et se laissa de nouveau attirer contre Luc qui l'embrassa encore plus fort et gémit dans le baiser avant de dire encore d'un ton plaintif :

-Putain, comment je vais faire, je bande !

Bill resserra sa prise sur sa nuque et descendit la main entre leurs deux corps, Tom l'entendit souffler :

-Ah ouais ? Fais voir...Bin mince, c'est vrai, tu bandes, et pas qu'un peu...

Il le vit caresser lentement l'entrejambe de son compagnon qui gémit un peu plus dans sa bouche, ils s'embrassaient de nouveau et Tom dût serrer les poings dans ses poches pour éviter de s'élancer sur les deux pour les séparer sans ménagements. Bill se sépara de lui, rouge et essoufflé et dit avec un dernier sourire :

-Non, on arrête, il vaut mieux. Tom pourrait nous entendre et toi tu dois y aller de toute façon. On se voit plus tard.

Luc soupira et ouvrit la porte, il se retourna brusquement pour voler un dernier baiser au brun qui souriait encore. A peine la porte fut-elle fermée que Tom déboula devant Bill, le regard accusateur :

-Bin dis donc ! Je t'attends, je te signale ! Faudrait peut-être qu'on s'y mette !

Bill ne put s'empêcher de répliquer :

-Je suis pas à ta botte, je te signale, je disais au revoir à mon copain, je peux ?

Tom bougonna :

-Comme si tu demandes mon avis pour ça, d'après ce que j'ai vu tu m'as pas attendu !

Bill sursauta et demanda, éberlué :

-Pardon ? Tu...as vu ?

Tom se reprit immédiatement :

-Non, je veux dire, vu le temps que vous avez mis, je me doute de ce que vous faisiez !

-Bon, de toute façon ça te regarde pas. Écoute c'était une mauvaise idée qu'on se voit pour les cours, ça marchera pas. Je te laisse mes cours, fais en des photocopies et-

Il fut interrompu vivement pas un blond qui protesta immédiatement :

-Non, ça va, ok excuse-moi, c'est pas mes affaires, d'accord j'ai compris ! On révise ?

Bill le regarda longuement et soupira :

-Viens, je vais te donner ça.

Tom le suivit jusque dans sa chambre. Il était déjà venu chez le brun mais prêtait à peine attention au décor, tout ce qui l'avait intéressé à ce moment-là, c'était de basculer Bill sur le lit. Et là, il était étonné de se sentir avide de tous les moindres détails qui faisaient la vie et la personnalité du brun. Il détaillait discrètement la chambre de Bill, essayant de découvrir ses passions, ses goûts, ce qu'il aimait, ce qu'il était. Bill le regardait, ou plutôt regardait son dos, toujours depuis son lit. Et il comprit, à son c½ur qui se serra, qu'il l'aimait encore. Il l'avait toujours aimé, plus fort que tout, même sachant que Tom se servait de lui uniquement pour assouvir ses besoins sexuels, même après que Tom lui ait fait tout ce mal, il l'aimait. Il était sorti avec Luc juste pour se prouver qu'il pouvait passer à autre chose, le barman était sympa mais il n'en était pas amoureux. Il avait couché avec lui parce que Luc était son « petit ami » et pour se sortir Tom définitivement de la tête. Ça avait marché pendant un moment, il se persuada que ça marchait. Mais Tom avait vis à vis de lui un comportement étrange, alors ça foutait tout en l'air. Le blond avait l'air...jaloux qu'il sorte avec Luc.

Il laissa son regard glisser sur la silhouette de celui qu'il avait tant aimé et que certainement il aimait tant encore et des images lui vinrent à l'esprit. Des images d'eux, allongés ensemble dans ce même lit, Tom lui faisant des choses délicieusement obscènes et lui-même lui en faisant tout autant. Il fixait le dos légèrement courbé du blond, penché sur les copies et se voyait caresser ce même dos de ses doigts fins. Combien de fois s'y était-il tenu pendant que Tom le pilonnait avec ardeur ? Combien de fois s'était-il tenu aux épaules de Tom pour s'accrocher à un semblant de réalité alors que le blond lui faisait perdre complètement pied en heurtant violemment sa prostate ? Combien de fois avait-il griffé tendrement, parfois violemment ce même dos, quand le plaisir était trop fort pour lui ? Des tas de fois, des dizaines et des dizaines de fois. Il fut tiré de sa torpeur par la voix de Tom qui arriva enfin à ses oreilles et il rougit violemment en voyant que le blond s'était retourné et le regardait, étonné de le voir le fixer sans un mot :

-Bill ? Tu rêves ou quoi ?

Et le brun se sentit misérable en s'entendant bégayer :

-Hein ? N...Non...Je...Tu veux un truc à boire ? Ok, je vais te chercher ça !

Il se leva promptement sans même attendre une réponse de Tom qui le vit sortir presque en courant de la chambre. Bill était rouge, embarrassé de s'être fait surprendre en flagrant délit de « matage intensif ». Il récupéra une bouteille de coca dans le frigo et se planta devant l'évier quelques secondes pour reprendre ses esprits. Il soupira fortement et porta les mains à son visage, il sentait la migraine poindre et massait son front déjà douloureux.

Il prit deux verres et les lâcha dans l'évier quand il sentit deux mains attraper ses hanches et un corps se plaquer contre le sien, dans son dos, ainsi qu'une bouche humide embrasser sa nuque. Bill fut immédiatement paralysé et n'eut même pas l'idée de se dégager des bras de Tom qui se frottait lentement à lui. Le brun sentait une érection imposante contre ses fesses et ne se rendit pas compte qu'il appuyait lui aussi les mouvements du blond. Tom faisait jouer sa bouche dans la nuque et dans le cou de Bill, appréciant de le sentir s'abandonner contre lui aussi facilement. Il passa ses mains sur son ventre et les descendit jusqu'à la ceinture du brun pour la défaire rapidement, avant que Bill ne prenne conscience de ce qu'il était en train de faire. La ceinture une fois ouverte, il déboutonna rapidement son pantalon et ouvrit un peu plus les pans pour y glisser une main. Il caressa le sexe qu'il sentait extrêmement tendu, par-dessus le sous-vêtement et sentit le corps de l'androgyne se cambrer contre lui. Il n'hésita pas plus et passa la main à l'intérieur du boxer de Bill pour commencer à le toucher doucement. Bill haletait et lança son bras derrière lui pour attraper la nuque de Tom pour le rapprocher un peu plus pendant qu'il se faisait toucher si délicieusement. C'était plus que bon, la main de Tom lui avait manqué, le toucher de Tom lui avait manqué, il se souvenait encore plus maintenant de tout ce qu'ils avaient partagé. Bill avait complètement oublié Luc, il avait les doigts enfouis dans les dreads de Tom, il crispait parfois les doigts dedans quand Tom étalait de son pouce son liquide séminal sur tout son gland. Il fut involontairement ramené à la réalité quand il entendit le blond lui chuchoter, la voix lui arrivant directement dans l'oreille :

-Tu aimes ce que je te fais, Bill ? T'as toujours aimé ça...Tu peux pas m'avoir oublié aussi rapidement que tu veux bien le faire croire...Regarde dans quel état tu es, regarde dans quel état je te mets encore...Sens aussi l'effet que tu me fais...

Tom n'avait pas voulu se moquer de lui, il avait dit tout ça pour lui faire comprendre qu'il ne lui était pas indifférent, que Bill avait toujours aimé être avec lui de cette façon et malgré sa décision de tout arrêter entre eux, malgré le fait qu'il ait Luc, il était le seul à pouvoir faire se sentir le brun comme ça. Mais Bill le prit différemment, il sentit son désir s'évanouir, il eut l'impression de prendre une douche glacée. Il réalisa qu'il avait enroulé son bras autour du cou de Tom, dans son dos, se sentait encore trembler comme un misérable et il en fut horrifié. Il retira prestement la main de Tom de son boxer, se retourna vivement et le repoussa violemment. Il gronda, honteux, vexé, furieux, en se rhabillant :

-Fous le camp, Tom ! Barre-toi de chez moi, t'en as assez fait ! Et démerde-toi pour les cours, laisse-moi tranquille !

Tom fut désemparé un instant. Il regardait Bill reboutonner son pantalon, le rouge aux joues et tenta de se rapprocher. Il fut stoppé par une main que Bill posa sur son torse :

-NON ! Je t'ai demandé de partir !

-Putain, Bill, tu comprends rien ! Pourquoi tu te mets dans un état pareil ? Tu as aimé ce que je t'ai fais, dis pas le contraire ! Et putain, moi aussi j'étais dans le même état !

-Toi ? Bien-sûr Tom, me prends pas pour un con, dès qu'il s'agit de coucher tu décolles au quart de tour de toute façon, c'est pas bien difficile chez toi ! Mais j'ai quelqu'un, je te rappelle, je suis avec Luc et je veux pas que...on doit pas...Me touche pas, ok ? Me touche plus !

-Pourquoi ? T'as peur, c'est ça ? T'as peur de te rendre compte que t'aimes encore ça ?

-J'ai peur de rien du tout ! Depuis le début tu m'as toujours traité comme si j'étais ta pute de service, je croyais avoir été clair quand je t'ai dis que je voulais plus jouer à ça avec toi ! D'autant plus que j'ai Luc, maintenant ! Alors vas t-en, laisse-moi !

-Tu comprends vraiment pas !

Bill le regarda longuement, Tom avait les poings serrés, le regard furieux, la colère déformant un peu ses traits. Tom répéta :

-Tu comprends rien, Bill, rien du tout ! J'ai été dégueulasse avec toi, je me suis déjà excusé ! Je veux...je veux juste que tu me fasses confiance à nouveau !

Bill croisa les bras en s'appuyant contre l'évier, plus pour se soutenir parce que ses jambes tremblaient encore que pour prendre une pose nonchalante, il dit ironiquement :

-Qu'est-ce que je devrais comprendre ? Et puis excuse-moi, mais te faire confiance ? Elle est bien bonne celle-là ! Je veux rien de toi, Tom, rien du tout ! J'ai pas besoin de te faire confiance ! On n'a jamais été ensemble, t'es simplement vexé parce que c'est pas toi qui m'as jeté, tu veux juste pouvoir m'avoir à ta disposition comme avant, ça t'emmerde de savoir que ton joujou s'est fait la malle sans ton autorisation !

-Dis pas n'importe quoi ! Putain, tu vois pas ? Tu comprends pas que moi non plus je sais plus où j'en suis ? Je...je me suis attaché à toi, Bill, tu vois pas ça ! En quelle langue il faut que je te le dise ? Ça me fait chier de te voir avec l'autre con, ça me fait chier de savoir que tu couches avec lui, ça me fait chier de savoir que tu l'embrasses, ça me fait chier que tu m'aies fait sortir de ta vie. Je...J'ai joué au con avec toi, je sais, je m'en veux pour ça ! Quand tu m'as dégagé de ta vie j'ai réalisé que j'ai déconné, tu me manques Bill, tu me manques depuis le jour où tu m'as envoyé bouler et c'est pas parce que c'est la première fois qu'on me jette, c'est parce que j'étais vraiment bien avec toi, t'es quelqu'un de super et c'est moi qui l'ai pas vu à temps et tu sais quoi d'autre ?

Bill avait blêmit pendant la tirade de Tom. Avant que le blond ne continue, il secoua farouchement la tête et secoua une main devant lui, s'écriant :

-Je veux même pas savoir ! Arrête, tais-toi ! T'en as assez fait ! Depuis quand j'existe, bordel ? Depuis quand tu...qu'est-ce que tu vas ajouter d'autre comme connerie ? Oh ouais, je sais, tu veux m'enfoncer un peu plus et tu vas me dire quoi ? Que tu as découvert que tu m'aimais ? Putain, Tom, tout ça c'était qu'un jeu pour toi et tu supportes pas de perdre, tu vas donc essayer de me descendre par n'importe quel moyen, quitte à me faire du mal un peu plus, t'es ignoble, ignoble, Tom !

Tom s'avança mais le brun se déroba en le contournant pour sortir de la cuisine non sans avoir lancé avant :

-Arrête tes conneries, Tom, vraiment ! Pars, maintenant ! Je veux plus rien entendre, je veux plus rien de toi, je...

Sa voix se brisa et il essaya de se reprendre en inspirant profondément :

-Arrête ton petit jeu maintenant, ça marchera pas. Vas t-en, s'il te plait, vas t-en tout de suite et laisse-moi tranquille !

Tom soupira longuement et alla récupérer toutes ses affaires dans la chambre pendant que Bill l'attendait dans le salon. Il avait ouvert la porte d'entrée et attendait que Tom revienne. Ce dernier s'avança vers lui et ouvrit la bouche pour parler encore mais se tût quand il vit le regard plus désespéré que froid que Bill lui lança.

Il secoua la tête et avança un peu pour sortir de l'appartement, quand pris d'une impulsion qu'il ne sût maîtriser, il se retourna et attrapa Bill par la nuque, approcha sa tête et posa sa bouche pour l'embrasser durement. Bill était trop choqué pour réaliser ce qu'il se passait, Tom, le Tom coureur, le Tom salaud qui n'embrassait jamais personne était en train de l'embrasser lui, en plein sur la bouche. Le baiser qui avait été violent au début, se calma soudain et Tom essaya de faire passer au travers tout ce qu'il ressentait pour le brun et que celui-ci ne voulait pas croire. Il profitait de la totale déconnexion du cerveau du brun pour avancer la langue dans sa bouche pour en caresser doucement l'intérieur. Bill frissonnait violemment et répondait bien malgré lui au baiser qui devenait de plus en plus passionné, complètement étourdi de sentir la langue de Tom caresser la sienne et ses doigts caresser sa nuque. Les bouches se dévoraient, leur salive se mélangeait et Bill crut que son c½ur était définitivement arrêté...Tom n'était pas dans un meilleur état et ne pouvait penser qu'à une seule chose, pourquoi ne l'avait-il pas fait avant ? Embrasser Bill c'était la meilleure idée qu'il ait pu avoir de toute sa vie, il connaissait son corps par c½ur mais les lèvres douces qu'il mordillait, suçait, léchait et embrassait de nouveau étaient encore meilleures que n'importe quoi d'autre. Oui, aucun doute, il était amoureux de Bill...il lui caressait doucement la nuque, remontait la main pour caresser son visage, enfouissait le bout de ses doigts dans ses cheveux et l'embrassait encore plus.

Et ce dernier, éperdu, attrapa Tom par le devant de son tee-shirt pour l'attirer à lui un peu plus, pour l'embrasser plus profondément encore. La tête lui tournait, ses jambes tremblaient, son c½ur battait furieusement. Il pencha la tête un peu plus et bougea encore les lèvres contre celles de Tom, avança la langue pour la faire se rencontrer avec celle du blond qui gémit dans sa bouche quand le piercing de Bill le frôla. Mais le gémissement sembla réveiller Bill qui réalisa alors qu'il avait les doigts crispés dans le tee-shirt de Tom, au niveau de la poitrine. Il le repoussa fortement, encore plus choqué, voulut parler mais ne put rien dire. Ils étaient tous deux essoufflés, Bill était ébouriffé, il regardait encore la bouche de Tom et finalement siffla :

-T'es même prêt à ça ! T'es ignoble, Tom...Ignoble !

Tom voulut répliquer mais Bill recula et lui claqua la porte au nez dans un grand bruit sec, alors il partit. Il se détestait d'avoir joué autant avec Bill, parce que maintenant il l'avait perdu, définitivement, Bill ne lui pardonnerait jamais, il se méfiait trop de lui et après tout, il avait raison, il avait été ignoble pendant ces longs mois. Et maintenant qu'il était amoureux, Bill ne voulait pas de lui. Il sourit tristement en se disant que Bill finirait bien par remarquer ce qu'il avait laissé sur son bureau dans sa chambre, peut-être qu'il changerait d'avis...

La porte à peine refermée, Bill s'y adossa et se laissa glisser contre jusqu'à s'assoir à terre. Il était profondément choqué, Tom venait de l'embrasser, comme ça, sans prévenir. Il ferma les yeux et porta une main à sa bouche, là où Tom l'avait embrassé. Il avait encore le goût du blond dans la bouche, le baiser avait été délicieux et il en voulait déjà d'autres et se maudit d'avoir cette pensée. Maintenant il était encore plus désemparé, il s'en voulait d'avoir laissé le blond poser ses mains sur lui, il s'en voulait de l'avoir laissé le caresser et surtout, il s'en voulait d'avoir aimé. Et maintenant, il ne restait plus qu'à s'en vouloir d'avoir répondu aussi passionnément au baiser que Tom venait de lui donner. Il n'avait plus aucun doute, il l'aimait encore, Tom l'avait certainement compris lui aussi et il allait en jouer. Il se rappela le regard qu'eut Tom pendant qu'il lui parlait, Tom avait l'air...sincère.

-Putain, je débloque, n'importe quoi ! Lui, sincère ! Il manquerait plus que ça ! Il veut juste voir si je l'aime encore pour pouvoir mieux me jeter après ! Comme ça, il gagne, et ça, pas question putain ! Je me laisserai plus faire ! Et pourquoi il m'a embrassé, ce con ? Merde, à quoi il joue ?

Il ouvrit de grands yeux quand l'idée d'un Tom réellement amoureux de lui lui passa dans la tête. Non, ça n'était pas possible, le blond n'avait jamais aimé personne d'autre que lui-même. C'était un jeune qui aimait le sexe mais pas les gens. Et là, s'il l'avait embrassé c'était pour mieux le troubler, c'est tout. Il essayait de se persuader que c'était tout ça, sinon il allait perdre le peu de bon sens qui lui restait.

Il se releva et décida de remettre un peu d'ordre dans sa tenue, Luc allait bientôt arriver et bizarrement l'idée ne l'enchanta guère. Il se dirigea vers sa chambre et commença à se déshabiller, il voulait changer de tee-shirt, il avait l'impression que l'odeur de Tom était partout sur lui, s'il gardait son haut il allait penser sans arrêt à ce qu'il venait de se passer.

-De toute façon, je pourrai jamais oublier ça ! Espèce de salaud, tu peux pas me laisser tranquille ?

Il retira rageusement son tee-shirt et le lança sur son bureau avant de faire quelques pas vers son armoire pour en prendre un autre. Mais il se retourna et récupéra le tee-shirt, parlant à voix haute, encore plus furieux :

-Non, je vais le foutre dans la machine, pas question de garder son odeur là-dedans plus longtemps !

Quand il saisit le linge, il le fit tellement brusquement qu'il ne vit pas une feuille pliée en quatre, sur laquelle était posée le tee-shirt, virevolter pour tomber à terre sous son bureau. Il ne vit pas que Tom lui avait en fait laissé un mot...

***

Le lendemain Tom voulut aller s'assoir à côté de Bill, comme d'habitude, il avait la ferme intention de continuer ce qu'il avait commencé. Il aimait Bill, il en était fou, il en était sûr et voulait se faire pardonner. Il voulait aussi savoir si Bill avait lu le mot qu'il lui avait laissé. Mais il eut la désagréable surprise de voir que le brun avait changé de place et s'était assis à côté de...Georg. Il sentit le venin de la jalousie s'infiltrer doucement dans ses veines et n'eut qu'une envie, celle de pousser Georg pour s'assoir à sa place. Il tenta plusieurs fois d'attirer l'attention du brun mais celui-ci regardait obstinément devant lui. Il ne prêtait même pas attention à ce que Georg lui murmurait parfois, il ne lui répondait même pas. Tom fronçait les sourcils, il avait remarqué au sourire de Georg et à la tête qu'il faisait qu'il était en train de draguer Bill et cela lui déplut fortement, il eut tout simplement l'envie de lui taper dessus. Pas énormément, mais suffisamment pour défigurer le châtain, rien que ça. Écraser son sourire moqueur et éventuellement crever ses yeux de façon à ce qu'il ne puisse plus les poser sur Bill. Voilà.

Une fois les cours finis, il essaya de rattraper Bill mais ce dernier voulant l'éviter à tous prix se dépêcha de filer le plus vite possible et Tom décida d'abandonner pour le moment. Il se tourna vers Georg qui l'avait rejoint et demanda sèchement :

-Dis, toi ! A quoi tu joues avec Bill ?

Georg fit un sourire un coin et haussa plusieurs fois les sourcils :

-Bin tu sais, il est vraiment pas mal ce mec ! Je me le ferai bien, moi ! Et puis, t'as tellement dit que c'était un bon coup que ça me dirait d'essayer, donc je tente ma chance mais c'est pas franchement gagné il m'a même pas parlé pendant le cours !

Plus qu'énervé Tom répondit méchamment :

-Fous lui la paix, ok ? J'aurais pas dû dire tout ça sur son compte ! Écoute-moi bien, l'approche plus, tu m'entends, parce que toi t'es pas un bon coup mon pauvre et je m'en voudrais si je faisais rien pour empêcher qu'il se passe un truc entre toi et lui !

Georg cligna des yeux et recula sous la surprise d'être agressé de la sorte. Il avait perdu son sourire et commençait à être fâché. Il siffla :

-Et depuis quand ça t'intéresse ce qu'il fait et avec qui il le fait, Bill ?

Tom s'avança, menaçant et Georg eut un instant peur de se prendre un coup de poing dans la figure :

-T'occupe, fais ce que je te dis, tu lui fous la paix et c'est tout, t'auras pas d'emmerdes comme ça !

-T'as quand même pas oublié qu'il sort avec Luc, rassure-moi !

-J'ai pas à m'expliquer. Souviens t-en aussi, toi, au lieu de dire ça ! Juste, fous-lui la paix, le reste ça te regarde pas !

Il n'ajouta rien de plus, n'accorda plus un regard au châtain et se retourna pour quitter l'université. Il se dirigea vers sa voiture, il ne voulait plus rester, il allait simplement rentrer chez lui dormir un peu, pour oublier l'immense déception et le goût amer de la défaite qu'il avait dans la bouche.


***

Plusieurs jours étaient passés et Tom essayait sans cesse d'approcher Bill. Le brun l'évitait toujours méthodiquement et Tom avait le c½ur meurtri. Mais il persévérait, il ne comptait pas en rester là, il fallait que Bill comprenne qu'il ne jouait plus, il ne voulait plus le blesser, il l'aimait réellement. Et aujourd'hui, Bill n'était même pas venu en cours.

En effet, Bill était durement éprouvé par le manège de Tom, il ne savait plus où il en était, il commençait à croire que Tom était sincère et était horrifié de penser qu'il était en train de se faire avoir en beauté, il faiblissait. Il évitait Tom depuis des jours, mais chaque fois qu'il avait pu le regarder à la dérobée il avait envie d'aller le voir, d'aller lui parler, d'aller le toucher. Son c½ur s'emballait, il pouvait sentir toute l'étendue de son amour pour le blond et il en avait peur. Alors il avait décidé de ne pas se rendre en cours, il se sentait de moins en moins fort, si ça continuait, il rendrait les armes devant Tom et ça voudrait dire qu'il serait alors foutu. Tom lui rirait au nez après avoir couché avec lui et lui dirait :

-Tu vois ? Ça a pris le temps que ça a pris, mais t'es encore accro à moi, Bill, arrête de te mentir, t'en as que pour moi mais tu sais, moi je t'aime pas, tu sais comment je suis, hein ? Bon, allez, on est quitte maintenant, sans rancune.

Et quand Tom lui dirait ça, il serait vaincu, à jamais. Il ne pourrait le supporter et ne s'en relèverait jamais. Donc il préféra rester chez lui. Il resta allongé une bonne partie de la matinée et finalement, se leva pour ranger un peu, manger quelque chose et prit un long bain. Il sécha et lissa ses cheveux, enfila un jean et un tee-shirt noir et s'installa devant sa télé pour refaire sa manucure. Il avait envie de se détendre et sourit quand il vit que le film qui passait était un comique qu'il avait déjà vu mais qu'il allait prendre grand plaisir à revoir :

-Bin voilà, comme ça, ça va me distraire un peu.

Il s'appliqua du vernis noir soigneusement et laissa sécher le tout en soufflant parfois dessus et en secouant les mains tout en éclatant parfois de rire devant le film. Au bout d'un moment, quelqu'un sonna à la porte. Il jeta un ½il sur son portable, il était déjà 16h30, qui donc venait le déranger ? Luc devait passer mais plus tard. Il était toujours avec le barman, mais ça lui plaisait de moins en moins. Leur relation était un peu tendue ces derniers temps, surtout depuis que Bill avait refusé de coucher avec son petit ami, prétextant être trop fatigué et malade. En fait, depuis le baiser de Tom, il n'aspirait qu'à une chose, recommencer. Et aller même plus loin...

Luc était toujours aussi parfait avec lui, il s'en voulait de le repousser mais ne pouvait faire autrement, il n'avait pas envie. Tom le perturbait trop et ça le bouffait. La personne sonna encore et il se décida à se lever pour aller ouvrir, ça devait être Luc, il arrivait qu'il passe un peu en avance. Bill ouvrit la porte sans se douter une seule seconde de ce qu'il allait voir, Tom se tenait debout devant lui, l'air gêné mais déterminé. Bill chancela un peu et crispa les doigts dans la poignée avant de demander, la gorge serrée :

-Tom ? Qu...Qu'est-ce que tu fous là ?

-Je veux te parler, Bill. Et je partirai pas tant que tu m'auras pas écouté...

Bill ne réfléchit même pas et ouvrit simplement la porte, se poussa un peu et le laissa entrer. Tom souffla intérieurement, si Bill le laissait entrer, ça voulait dire qu'il avait une chance de s'expliquer, il était venu persuadé de se faire encore jeter. Il était monté, anxieux, stressé comme jamais, les mains moites mais malgré tout déterminé. Il voulait lui parler et ferai comme il a dit si jamais Bill avait dans l'idée de ne pas l'écouter, il resterait encore et encore, jusqu'à pouvoir enfin le convaincre qu'il l'aimait vraiment.

Bill referma la porte et se tourna vers Tom en demandant sèchement :

-Bon, t'as cinq minutes, pas une de plus et je trouve que c'est déjà trop. Fais vite, dis ce que tu as à dire et pars.

Tom expira longuement et demanda :

-T'as lu ma...ce que je t'ai laissé, l'autre fois ?

Bill fronça les sourcils et répondit, sincèrement étonné :

-T'as laissé un truc ? Bin je l'ai pas trouvé alors, ça disait quoi ?

Bill le vit rosir un peu, cela l'étonna davantage, il n'avait pas l'habitude de voir Tom si peu sûr de lui, ni être aussi gêné :

-Oh, ok...Je comprends, t'as pas trouvé la lettre alors...

-Une lettre ? T'avais laissé une lettre ?

-Ouais.

-Pour moi ?

-Ouais.

-Qui disait quoi ?

-Bin...que...que je...putain, c'est dommage que tu l'aies pas vu parce que là j'ai l'air un peu con !

Bill se retint à temps de sourire, voir Tom comme ça l'émouvait. Il se reprit quand il remarqua qu'il était en train de craquer et se répéta mentalement « ne pas baisser la garde, ne plus se laisser faire » mais devait reconnaître que c'était franchement mal parti. Tom le regarda pendant quelques instants tellement intensément que le brun en fut mal à l'aise. Il voulut garder le contrôle et mima le balancier d'une horloge avec son doigt en faisant :

-Tic tac, tic tac, tic tac...Reste plus beaucoup de temps...

Tom, loin de se laisser démonter, haussa un sourcil amusé et fit mine aussi de protester :

-Peut-être mais j'ai encore quelques minutes, t'as pas le droit de me foutre dehors avant, c'est pas légal.

Il bondit de joie mentalement quand il vit le sourire de Bill. Mais il fallait qu'il lui dise enfin tout ce pourquoi il était là. Il souffla un bon coup et se lança :

-Bon, ok. Alors voilà, je...je voulais te dire encore une fois que j'étais désolé de...d'avoir été...

Bill l'aida et proposa, ironiquement :

-Un tel salaud ? C'est le terme que tu cherches ?

-Euh...Ouais, voilà. Je suis désolé d'avoir été vraiment salaud avec toi.

-Bon, ok. Je t'en veux plus, tu peux dormir tranquille si c'est ça qui t'inquiétait. Plus besoin de te torturer l'esprit avec une crise de conscience. Allez, au revoir.

Il se retournait déjà pour ouvrir la porte mais Tom s'écria :

-Putain les cinq minutes sont pas finies, Bill, ferme-moi cette porte de merde !

Le brun se retourna face à lui et croisa les bras. Tom fut soudain exaspéré de se voir traiter aussi froidement alors qu'il sentait, qu'il savait qu'il n'était pas indifférent à Bill. Il était sûr que Bill n'avait pas pu l'oublier aussi rapidement, il était sûr que Bill l'aimait encore. Il fit un pas en avant et parla sans s'arrêter :

-Bill, tu veux pas m'écouter mais là va bien falloir que tu le fasses, t'as jamais voulu comprendre que...quand on était...quand on couch...bref, ouais c'est vrai que j'avais pas de sentiments pour toi, enfin si, enfin...je sais pas, j'ai rien remarqué moi non plus, j'ai pas l'habitude, tu vois et je...bref j'ai été con, très con je le sais. Mais putain, j'ai compris maintenant, je veux que tu me croies quand je te dis que depuis que tu m'as jeté c'est plus pareil. Et c'est pas parce que c'est un jeu pour moi ou que je suis blessé dans ma fierté, j'en ai rien à foutre de ma fierté. Si je prêtais un tant soit peu attention à ma fierté, tu crois que je t'aurais couru après tout ce temps, surtout après m'être fait jeter à chaque fois ? Non, tu me connais quand même mieux que ça ! Alors voilà, je suis prêt à te courir encore longtemps derrière, suffisamment pour que tu comprennes que je t'aime. Je t'aime vraiment. Et...je veux être avec toi. Voilà.

Il souffla un bon coup et regarda Bill qui était estomaqué devant lui, les yeux et la bouche grande ouverte. Bill secoua un peu la tête comme pour se persuader de se réveiller et souffla :

-Pourquoi ? Pourquoi tu fais ça ?

-Comment ça ?

-Quand est-ce que tu vas arrêter, Tom ? Hein ? Ça a tellement d'importance pour toi de gagner ?

Tom le regarda à son tour étonné et s'écria :

-Putain, je viens de te dire que je me fous de gagner quoi que ce soit ! Je suis pas en train de jouer, je suis sincère Bill, merde quand est-ce que tu vas le croire enfin ? Je t'aime et je veux être avec toi, comme un...comme un petit ami, comme ton mec, comme...comme la personne la plus importante pour toi ! Arrête de penser que c'est un jeu ou une vengeance de ma part, je sais que c'est de ma faute si t'y crois pas mais-

-Tom...Arrête...Arrête et s'il te plait, vas t'en...

-Voilà, j'en étais sûr ! En fait, c'est pas que tu me croies pas, c'est que tu as peur ! Ouais, je suis sûr que c'est ça, t'as peur que ce soit vrai, pour de bon, cette fois !

Bill avait ouvert la porte et luttait visiblement pour ne pas pleurer. Il était tellement près de se laisser convaincre et voulait tellement résister que c'en était douloureux.

-Je...préfererais que tu partes, maintenant...s'il te plait...

Son ton était suppliant, il était sur le point de craquer, d'éclater en sanglots, et Tom s'approcha doucement de lui et parla d'une voix rauque et basse :

-Tu me fous dehors, même après que je t'ai dit tout ça, je te comprends pas, Bill, vraiment pas. Pourquoi tu me croies pas ? T'as pas à avoir peur, laisse-moi rester, laisse-moi te montrer que je t'aime, je t'aime vraiment, j'ai arrêté de jouer Bill, ça fait un moment que je joue plus. Et tu verras que même si...tu verras qu'après je serai encore là.

Ce n'était pas la meilleure chose à dire, du moins Bill le prit très mal, il comprit simplement que Tom lui disait qu'il voulait coucher une fois de plus, même s'il disait qu'après il serait encore là. Il se raidit et le poussa à l'extérieur :

-Tu es là pour la baise, encore, comme toujours et moi je t'ai dit que je veux plus ! Je...Laisse-moi tranquille, Tom, laisse-moi enfin t'oublier bordel et j'y arriverai pas tant que tu...

Tom profita du trouble qui envahissait le brun pour prendre la parole à son tour en s'écriant :

-Tu m'aimes aussi ! Tu m'aimes aussi, putain, alors arrête de me dire de partir !

-Non...

Bill avait voulu crier mais seul un gémissement plaintif sortit et Tom le regarda encore avant de lancer :

-Ok, je vais partir, mais je lâche pas Bill, je reviendrai, je te le redirai jusqu'à ce que tu me croies et jusqu'à ce que tu arrives à surmonter ta peur. Tu finiras bien par comprendre !

Il se retourna pour partir mais fut arrêté par le brun qui l'attrapa par le tee-shirt et le retourna vers lui sans plus de cérémonie. Il leva un regard étonné vers Bill et demanda :

-Quoi ? Y a deux secondes tu voulais que je parte ! Tu m'as pas assez-

Mais il s'interrompit en voyant le regard mi-deséspéré mi-énervé que lui lança Bill :

-Ok, j'en ai marre !

Il se jeta sur Tom et l'embrassa avidement faisant trébucher le blond qui l'encercla de ses bras et le serra à l'en faire mal. Bill écrasait ses lèvres sur celles de Tom et ne le ménageait pas. Il recula, entraînant l'autre jeune homme avec lui en l'embrassant toujours et s'arrêta juste pour lui enlever son tee-shirt. Tout allait très vite, tellement vite que c'en était suspect. Tom se perdait déjà dans la bouche de l'androgyne qui l'embrassait enfin et de sa propre initiative, il ne pouvait rêver mieux. Et là, Bill semblait vouloir plus. Mais pourquoi d'un coup ? Alors que tout juste avant il le mettait à la porte ? Il trouva tout ça tellement louche, le manque de douceur de Bill ne lui ressemblait pas du tout. Il dût mettre toute son énergie pour casser le baiser et quand il ouvrit les yeux, il remarqua enfin l'extrême nervosité du brun. Il repoussa un peu plus Bill et plissa les yeux :

-Qu'est-ce qui se passe, d'un coup, là ?

Bill tremblait légèrement, il respirait fort et ne pouvait s'empêcher de dévorer le torse de Tom des yeux. Il se maudissait pour ce qu'il allait faire mais il était persuadé que c'était le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou à continuer d'avoir Tom lui courir après comme ça. Il soupira et dit enfin, fuyant son regard :

-Bin rien...Enfin, si, tu veux coucher ? On va coucher, si ça a tellement d'importance pour toi de gagner, après tout je m'en fous. Je suis d'accord, on couche et après tu me laisseras enfin tranquille, je peux plus supporter ton petit manège, ça va finir par me rendre dingue. Alors t'as gagné, ok ? T'as gagné ! Viens...

Il se retourna mais fut stoppé par la voix de Tom qui avait l'air...énervé :

-T'as rien compris, Bill, rien compris du tout ! Je...putain, là c'est moi qui ai failli me laisser avoir ! C'est pour ça que tu veux qu'on couche ? Mais je veux pas de ça, moi ! Je veux que tu me croies quand je te dis que...bordel, c'est si difficile à imaginer pour toi que je puisse t'aimer vraiment ?

Bill s'était retourné et fixait Tom, la bouche ouverte, sans un mot. Le blond avait l'air plus blessé que furieux finalement et ça le perturbait encore plus. Il avait pensé coucher enfin avec lui pour que Tom se sente vainqueur de toute cette vaste « foutaise », comme ça il aurait enfin la paix, même s'il allait souffrir encore plus après mais au lieu de profiter de l'opportunité qui s'offrait à lui, Tom le...repoussait à son tour.

Il regarda Tom remettre son tee-shirt rageusement, celui-ci continuait de tempêter :

-Je vais partir. Parce qu'il est hors de question qu'on fasse ce que tu as dit, je veux pas juste « coucher », je veux te « faire l'amour » Bill, être avec toi, rester là, quoi ! Je te l'ai dit, faut quoi ? Que je le gueule ? Je joue pas ! C'est pas un défi, ni une vengeance, putain fais un effort pour comprendre ! Je veux plus te faire du mal de cette façon, et je veux pas non plus avoir mal et c'est ce qui va se passer si on le fait maintenant pour que tu me demandes de me tirer après et de plus chercher à te revoir, c'est pas ce que je veux ! Penses-y !

Bill restait toujours immobile, complètement retourné, confus. Il ne savait plus quoi penser, se pouvait-il que Tom soit sérieux, finalement ? Il avait vraiment l'air d'être sincère ! Il aurait pu profiter et là, il partait ! Il fallait être sacrément tordu s'il faisait cela uniquement pour le tromper un peu plus, ça n'avait pas l'air d'être hypocrite, il ne semblait pas faire du cinéma et Bill se surprit à espérer que tout ce qu'il avait dit fut vrai. Il ne fit rien pour retenir Tom qui, une fois rhabillé, se dirigea à grandes enjambées vers la porte pour l'ouvrir et sortir en la claquant. En effet, Tom était plus qu'énervé, Bill refusait de voir et de comprendre à quel point il était sérieux dans ses sentiments, c'était la première fois qu'il était amoureux, aussi amoureux, il regrettait tellement d'avoir blessé Bill pendant ces derniers mois, il payait chèrement ses actes irréfléchis aujourd'hui.

Il tourna le dos et partit à grands pas vers l'ascenseur. Il était furieux, contre le brun, contre lui-même, c'était de sa faute, il avait tellement traumatisé Bill que celui-ci ne voulait rien entendre, par sa connerie il l'avait peut-être perdu. Il se demanda un instant s'il avait raison de continuer de vouloir persuader Bill qu'il l'aimait et pris dans ses pensées, il ne se rendit pas compte que quelqu'un avançait vers lui. Il lui rentra dedans violemment et leva la tête pour insulter l'inconnu quand il reconnut Luc. Sa fureur augmenta. Ce dernier lui fit un grand sourire et demanda :

-Tu reviens de chez Bill ?

Tom hocha la tête et fit un mouvement pour continuer sa route, il n'avait rien à dire au serveur et savoir qu'il allait rejoindre celui qu'il aimait le tuait de l'intérieur. Mais la voix de Luc l'arrêta :

-Dis, Tom, ça te dirait qu'on se voit, un soir ?

Le dreadé se retourna vers lui en fronçant les sourcils :

-Qu'on se voit ? Pourquoi faire ?

Luc eut un sourire malsain :

-Depuis qu'on s'est parlé la première fois, au bar, tu m'as beaucoup plût...

-Tu veux dire quoi par là ?

-Bin...tout simplement que ça me dirait bien une soirée avec toi, c'est ton truc ce genre de choses, ça te plairait forcément...

Tom ouvrit de grands yeux, Luc, le Luc qui sortait avec Bill, qui avait l'air d'y tenir, qui avait l'air d'être tellement...idéal, était en train de le draguer. Il rétorqua hargneusement :

-Tu sors pas avec Bill, toi ?

Il détesta le sourire moqueur que le serveur lui servit ainsi que la réplique qui lui glaça le sang, montrant que Bill était en train de se faire avoir :

-Ouais, je sors avec lui, mais il est pas obligé de savoir ce je fais quand il est pas avec moi !

Tom secoua lentement la tête, médusé par ce qu'il entendait, réalisant que lui-même était comme Luc il n'y avait pas si longtemps :

-T'es un vrai salaud, ma parole ! C'est ce que tu fais dans son dos ?

-Epargne-moi tes jugements et tes remontrances, Tom, t'es mal placé pour ça, est-ce que je dois te rappeler que t'es pareil ? Tu te faisais pas d'autres personnes en même temps que tu te faisais Bill ?

Il sourit grandement quand il vit Tom tiquer et continua :

-Oh, j'ai touché la corde sensible apparemment ! Tu croyais que je le savais pas ? Désolé de te décevoir, mais je suis au courant. Et avant que tu me le demandes, c'est pas par Bill que je le sais, de toute façon il a même pas eu besoin de me le dire, j'ai compris pas mal de choses tout seul, suffisait de voir dans quel était il était à chaque fois que tu sortais de chez lui !

-Tu mériterais que j'aille lui dire ce que tu vaux !

Luc sourit encore plus et Tom dût se retenir de se jeter sur lui, ce type était encore plus exécrable, encore plus méprisable et savoir qu'il couchait avec le brun le rendait encore plus furieux. Luc continuait :

-Oh ça va, fais pas cette tête là ! C'est pas comme si on était marié, avec Bill, on est jeune, tu sais ce que c'est !

-Je sortais pas avec lui, moi ! Je lui faisais pas croire que j'étais...Il savait ce qu'il faisait en étant avec moi ! Toi, tu te sers simplement de lui, c'est dégueulasse !

Luc haussa les épaules :

-Qui pourrait me reprocher de vouloir être avec lui ? Et puis, tu sais ce que ça donne, Bill au lit ! Putain ce mec est une vraie salope, une vraie chaudasse, il baise comme personne comment tu veux que je veuille pas être avec lui ? Et sa bouche, tu sais ce qu'elle me fait sa bouche, ouais tu le sais sûrem-

Tom s'élança sur Luc et le saisit à la gorge pour le plaquer contre le mur, l'interrompant parce qu'il ne pouvait en supporter davantage. Le jeune homme ne se débattit même pas, continuant de le regarder ironiquement et le blond n'eut qu'une envie, celle d'effacer ce sourire malsain sur ce visage si méprisant. Il lui feula au visage :

-Espèce de salopard ! Je vais tout raconter à Bill !

-Il te croira pas ! Il va t'envoyer chier comme il le fait déjà et c'est ça qui t'emmerde, hein ! Oh, parce que ouais, ça aussi je le sais, tu pourras remercier ton pote Georg, c'est une vraie pipelette celui-là mais un mauvais coup, par contre ! Il m'a tout dit, pour toi et Bill ! Il te jette pour moi et ça te fait chier !

Sans réfléchir Tom resserra les doigts un peu plus et cette fois Luc prit un peu peur. Un éclair d'effroi passa dans ses yeux et il essaya de décrocher les doigts de Tom dans son cou. Il commençait à rougir un peu et à étouffer aussi. Le dreadé avait l'air plus que furieux, pratiquement incontrôlable et il eut peur de ne pas réussir à l'éloigner. Alors, pour le repousser enfin, il leva le genou et frappa violemment dans l'entrejambe de Tom qui le relâcha et se plia en deux sous la douleur en gémissant. Luc reprit de plus belle :

-Tu ouvres ta gueule et ça va chier pour toi, tu entends ? Alors t'avise même pas d'aller dire quoi que ce soit, de toute façon Bill veut même plus que tu l'approches et je vais m'assurer que ça continue, il m'écoutera ! C'est mort, Tom, tu devrais te faire une raison !

Tom lutta pour reprendre son souffle, la douleur dans son bas ventre était horrible, cuisante, exactement comme l'humiliation qu'il ressentait. Mais la rage lui donna un sursaut d'énergie et il réussit à articuler :

-Connard ! Tu vas me payer ça ! Si jamais j'apprends que...putain...fais un seul truc à Bill...fais lui du mal et...et t'auras à faire à moi...

Luc éclata d'un rire sadique et demanda, la voix tellement douceureuse que c'en était écoeurant :

-Oh, pauvre chouchou, et tu comptes me faire quoi ? T'as presque plus de couilles, là !

-Couilles ou pas...Si jamais Bill est malheureux par ta faute, je...je te tue, putain !

Luc rit encore et regarda Tom se redresser difficilement, s'appuyant sur le mur pour s'aider à se relever. Tom dit encore :

-C'est un mec bien, comment tu peux lui faire ça ?!

Le serveur haussa encore une fois les épaules et rétorqua :

-De toute façon c'est pas ton problème ! Ouais, comme si toi, ça te gênait !

-Moi c'est pas...espèce de...

-Te fatigue pas, va ! Bon, je te laisse, j'ai des trucs plus importants à faire, Bill m'attend, et là tu vois, je sens que je vais prendre encore plus de plaisir à le baiser aujourd'hui ! Je le ferai en ton honneur, t'inquiète pas ! Et peut-être même que je penserai à toi, pendant que-

Il se retourna brusquement quand il entendit une voix froide claquer dans son dos et l'interrompre :

-Plaisir que tu vas aller prendre ailleurs, la « salope » est plus disponible pour toi !

Luc blêmit à vue d'oeil quand il reconnut Bill qui s'avança vers eux en continuant de le fixer. Le regard du brun se posa un instant sur Tom qui eut l'air soulagé de le voir. En effet, Tom était plus qu'heureux de son intervention, Bill avait tout entendu et même s'il se faisait jeter, au moins il ne se laisserait plus approcher par l'être malfaisant que faisait Luc. Il ne méritait pas d'être blessé à ce point ni humilié de la sorte. Luc tenta de se défendre, mais tellement lamentablement que c'en était pathétique :

-Bill ! Chéri, laisse-moi t'expliquer, tu as mal compris, si j'ai dit ça c'est pour-

Bill l'interrompit sèchement :

-A mon tour de te dire « te fatigue pas » j'ai tout entendu, t'as voulu te faire Tom et j'ai entendu ce que tu penses de moi, ça me suffit. Fous le camp, Luc, ou rentre chez toi, vu que t'habites dans l'immeuble. Mais fous-moi la paix, maintenant !

Luc voulut s'approcher mais s'arrêta quand Tom se redressa et agrippa son bras en lui soufflant :

-Il vient de te dire de lui foutre la paix. Je vais mieux, maintenant, fais un truc, un seul, et c'est à moi que t'auras à faire !

Bill se tourna vers lui et dit :

-Je peux me défendre tout seul contre ce gros con !

Le blond, se voyant rejeté une fois de plus, baissa la tête et manqua le sourire moqueur de Luc qui était malgré tout ravi de le voir repoussé une fois de plus. Mais il perdit son sourire quand Bill s'approcha de Tom et lui prit le bras :

-Ca va vraiment mieux, toi ?

Tom, très surpris, releva la tête et acquiesça simplement. Bill le regarda un peu et dit alors :

-Tom, si t'as du temps faut...faut que je te parle...Viens, s'il te plait...Viens chez moi...

Luc s'écria, oubliant presque que Bill venait de le jeter :

-Tu vas quand même pas te mettre avec lui !

Mais ni Bill, ni Tom ne le regardaient déjà plus. Un reste de douleur faisait se courber un peu Tom et Bill l'aida à se relever un peu mieux pour l'accompagner à l'ascenseur. Ils avaient déjà oublié le serveur qui enrageait de les voir partir ensemble. Il avait compris ce qui était en train de se produire, il semblerait que Bill avait décidé de laisser sa chance au blond, il l'avait compris en voyant le regard qu'avait posé Bill sur Tom, il l'avait lu dans ses yeux et dans l'expression de son visage. Il les regarda s'éloigner, se persuadant que ça ne lui faisait rien mais bouillait intérieurement, Tom avait finalement gagné et lui, il avait lamentablement échoué...Il s'était grillé tout seul...

Voilà, c'est presque fini, vous vous doutez bien de ce qui viens par la suite...

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.162.173.119) if someone makes a complaint.

Comments :

  • chaos87th

    24/07/2011

    J'aime énormément cette partie.
    Le jeu de Luc a été découvert et heureusement Bill l'a entendu de lui-même.
    Heureusement Bill laisse une nouvelle chance à Tom, espérant que celui-ci ne gâche pas celle-ci

  • Deliciiousx

    11/06/2010

    Oh s'il te plait dis moi qu'il y a une suite!
    j'adore j'adore j'adoooooooooore

  • FaiTH-it

    27/10/2009

    Lalou, il y a une suite...?

  • Pucca97217

    16/09/2009

    J'ai apprécier cette yaoi elle est un pti peu triste kan même mais j'était bien contente que Bill est tout entendu de la conversation entre Tom et Luc BIEN FAIT POUR LUI!!!!!

  • auro-fanart

    06/09/2009

    OHHHHHHHH j'adore ce TS il est génial !!!!!
    Oui, on sait ce qui va se passer après mais je veux la suiiiiiiite!!!!!
    Enfin, Bill va se rendre compte des sentiments de Tom!!!! Et il va enfin y avoir un lemon, enfin j'espère!!!!
    Je peux même te faire un dessin sur celle-la si tu veux...je vois bien le moment où Bill prend Tom par le bras à la fin pour l'aider...j'essaierais bien de la faire cette scène là...Ben, tiens, si j'ai du temps demain, entre mes maths et mon exposé, je te fais ça mais je promets rien, en attendant, j'ai trop l'inspi là!!! oH, j'ai encore une autre idée, là...kyyyyyaaaaaaaaaaaaaaahhhh, c'est génial!!!!! La suite et fin, S'IL-TE-PLAIT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Je t'adore, c'est définitif...XD
    PS: Bill et Tom, assis sur le canapé de Bill s'apprêtant à s'embrasser et Tom avec un sachet de glaçons sur les cacahuètes !! XD
    bonne idée, nan??????

  • Zerstorerische-Ferien

    02/09/2009

    Hann j'espère que tu va bientôt reposter la suite !

  • x-ensemble-c-est-tout

    08/05/2009

    J'ai trop hâte de lire la fin *-*

  • x-ensemble-c-est-tout

    08/05/2009

    Ah désolé j'avais pas vu la deuxième partie ^^'

  • PetitCanard269

    02/05/2009

    nan mais nan mais crois pas que je vais t'oublier ^^

    * plante une deuxième tente par içi *

  • LoveLetterA

    30/04/2009

    Le lemooooooooooooooon :P

Report abuse