[Mini Fiction] - Mon delicieux fantasme (Partie 1/5)

Avant toute chose, cette histoire ne m'est pas venue au hasard, c'est Petit Canard qui me l'a inspirée, mon pti coin-coin a gagné le concours de design qui avait été lancé sur le forum de ma Reine de Coeur, YANITI, et donc Petit Canard, dans sa grande folie a estimé qu'elle me faisait suffisamment confiance pour lui écrire un pti truc d'après ses idées. Ca me touche qu'elle m'ait choisi moi pour ça, j'en ai bavé pour l'écrire et je jure que c'est angoissant pour moi d'attendre son avis, maintenant. Pitié, Canard, sois indulgente, fais comme si tu aimes...Non, juste, tu me diras ce que tu en penses.

Je commence à poster le début de ce que j'ai pondu en espérant vraiment que ça va te plaire mon vilain petit canard, j'ai une trouille pas possible, j'arrête pas de me dire "et si je me suis trompé, et si j'avais pas compris ce qu'elle veut, et si ça va pas, et si...", en plus, depuis le temps que je devais le poster, ça date depuis fin 2008, désolée d'avoir mis autant de temps.

Voici donc ce que ça donne...




MON DELICIEUX FANTASME



L'eau de la douche refroidissait, Tom sortit de la baignoire et empoigna une grande serviette dans laquelle il s'enroula et se frictionna longuement. Il chercha des yeux son caleçon et grogna quand il le retrouva à terre, sous le lavabo, un peu mouillé par l'eau qui s'était échappée de la douche :

-Et merde ! Bin tant pis, je le mets quand même, ça sèchera.

Il essuya la buée qui s'était formée sur le miroir et observa un instant ses traits. Délaissant un instant sa contemplation, il saisit le pot de wax sur l'étagère et entreprit de s'en enduire les dreads. Parce qu'il portait de très longues dreads blondes depuis son adolescence et il en prenait très grand soin. Quelques coups à la porte l'interrompirent dans sa tâche :

-Bon, Tom, t'en a encore pour longtemps ?

Il sursauta et répondit vivement :

-Non, non ! J'ai fini, attends, je te laisse la place.

Un soupir d'exaspération se fit entendre suivit d'une nouvelle remarque :

-J'espère que t'auras pas pris toute l'eau chaude, j'ai besoin de me laver les cheveux et grouille-toi, je sors ce soir !

« Oh quelle surprise... » se dit Tom en souriant narquoisement. Il se pencha un peu plus et observa plus intensément son visage. Il lui ressemblait tellement...

Lui ? Bill, son frère jumeau. Parce que le jeune homme qui venait d'échanger quelques mots avec lui à travers la porte était son frère jumeau, avec qui il partageait son appartement. Ils allaient tous deux à la fac et leurs parents leur avait offert pour leur majorité un appartement pas très grand mais très douillet, dans un quartier chic, ils pouvaient, ils étaient pleins aux as. Les parents n'avaient même pas cherché à leur prendre un appartement chacun, ils savaient que les jumeaux auraient refusé d'être séparés. Une fois, quand les jumeaux avaient 10 ans, ils avaient envoyé Tom chez la grand-mère pour une semaine de vacances, histoire qu'il l'aide dans différents petits travaux, et Bill était resté à la maison, étant puni pour avoir essayé de brûler la queue de leur chat Kasimir, parce qu'il avait osé mordiller sa ceinture fétiche et avait fait des trous dedans. Trois jours après, les parents allaient déposer Bill chez la grand-mère aussi. Il avait été encore plus insupportable, vexé d'être séparé de son frère. Il refusait de se nourrir, de sortir de la chambre de Tom dans laquelle il avait élu domicile, il refusait de se laver malgré les menaces de son père qui était horrifié de constater que son fils pouvait rapidement sentir mauvais. Il se contentait de gémir à voix haute qu'il « voulait voir Tom où il allait pleurer plus fort » et complètement désespérés, les parents l'embarquèrent dans la voiture après l'avoir obligé à prendre une douche et le déposèrent chez la mémé.

Ils avaient été néanmoins touchés de les voir s'étreindre presque en pleurant, la voiture à peine garée et personne ne pouvait ignorer l'étincelle qu'il y avait dans leurs regards quand ils se souriaient. Ils étaient enfin ensemble...Plus tard, Bill dira que « c'était pas pour Tom, mais pour profiter des vacances, lui aussi », explication qui ne dupa personne, puisque d'autres évènements montrèrent qu'ils n'arrivaient tout simplement pas à être séparés.

Ils étaient de vrais jumeaux, complètement identiques si l'on occultait les différences vestimentaires de l'un et de l'autre. Tom était plutôt fan des vêtements très larges, style rappeur US et Bill était fan de tout ce qui avait rapport au rock, ses vêtements lui moulait souvent le corps, il s'affublait d'accessoires, se peignait les ongles en noir et se maquillait les yeux. Il avait délaissé le blond de son enfance pour une longue chevelure ébène qui retombait sur ses épaules, lui donnant un air plus doux, plus efféminé que son frère.

Tom se regarda encore dans le miroir, oui, il lui ressemblait tellement quand Bill n'était pas maquillé et affublé de tous ses artifices. Il étendit la main et effleura son reflet dans le miroir, se concentrant uniquement sur ses yeux qu'il savait complètement identiques à ceux de son double. Il faisait souvent cela, il observait son reflet, longuement, dans les yeux, s'étourdissant presque à imaginer que c'était Bill qui le regardait. Une fraction de seconde il le crut et son c½ur s'emballa. Son visage disparut et celui de Bill apparut, le fixant intensément, l'amour plein les yeux, et sa main toujours sur la vitre se crispa légèrement...Tout cet amour qu'il pouvait lire dans ce regard, c'était celui de Bill...l'amour que Bill lui portait.

Il sursauta encore quand un autre coup se fit entendre et que Bill tirait sur la poignée :

-Putain, Tom, sors de là-dedans ! Tu seras pas plus beau que ça, hein !

Il lâcha un soupir et ouvrit enfin la porte, faisant face à son frère :

-Ça va, t'excite pas, j'ai fini je t'ai dit !

Tom le contourna et se dirigea vers sa chambre. Il fut rattrapé par son frère qui saisit son bras pour le retourner et l'attirer contre lui. Il se raidit instinctivement et finalement se relâcha. Bill enfouit son nez dans le cou de son frère en murmurant, amusé :

-Attends, pars pas comme ça, j'aime bien ton odeur quand tu sors de la douche. Là au moins, tu sens bon !

Tom fit semblant d'être vexé, pour cacher le trouble qui l'envahissait comme à chaque fois que son frère le touchait :

-Parce que je pue, d'habitude ?

-Ouais, presque. C'est bon, tu peux y aller.

Et Bill repoussa son frère et partit dans la salle de bain, le laissant seul dans le couloir, frissonnant. Tom referma la porte de sa chambre derrière lui et alla s'assoir sur son lit. Il avait encore l'odeur de son frère dans son nez. Il se laissa tomber sur le dos et soupira pour la énième fois. Foutu, se dit-il, il était foutu.

Il se sentait perdu depuis qu'il avait compris qu'il aimait son frère plus que fraternellement, plus que de raison, plus que toute morale pourrait approuver. Il en était fou. Il ne savait plus quand ça avait commencé, quand ça avait changé, quand il avait dérapé. Il avait toujours eu un amour immense pour son jumeau, depuis toujours, il l'observait, fasciné, étudiait ses comportements, ses traits de caractère, essayant de déterminer leurs différences. Au début, il avait été horrifié de voir qu'il pensait à son frère dans des situations plutôt cocasses. Non, voir même érotiques. Depuis quand se permettait-il de telles pensées sur son frère, c'était son jumeau, putain ! Il n'était même pas gay ! Il avait eu deux trois aventures avec des filles mais rien de très spectaculaire. Alors que Bill, lui, maintenait un rythme sexuel intense, mélangeant filles et garçons, souvent ces derniers d'ailleurs, au grand désespoir de Tom qui taisait sa jalousie du mieux qu'il pouvait. Bill n'avait aucune pudeur, aucune retenue, il prenait le plaisir à bras le corps dès que celui-ci se présentait à sa porte, tout à fait conscient que son style androgyne l'aidait à appâter garçons et filles sans difficulté. Il avait un charisme incroyable, et toute son allure transpirait le sexe. Rares étaient les week-end où il dormait seul, il ramenait souvent ses partenaires d'une nuit et Tom devait alors supporter les cris de jouissance de son jumeau.

Ce soir n'allait pas faire exception. Bill était resté sage pratiquement toute la semaine, révisant pour des partiels, autant dire que ce soir, il avait véritablement le feu aux fesses et comptait bien y remédier. Tom l'entendit se changer dans sa chambre en chantonnant et se décida à se lever pour le rejoindre. De toute façon, Bill allait bientôt l'appeler pour lui dire de venir l'aider à trouver un truc qui lui permettrait de « se lever un cul d'enfer ». Il toqua à la porte de son frère :

-Je peux entrer ?

Derrière celle-ci, Bill lui cria :

-Ouais, viens !

Il enclencha la poignée et entra dans la chambre. Bill était en boxer et fouillait dans sa penderie, à la recherche du vêtement unique. Il râlait :

-Merde, je voulais mon tee-shirt noir, tu sais, celui avec le logo du groupe TH, là, mais t'as pas fait de lessive ou quoi ? Il est pas propre !

-Dis, t'a qu'à la faire un peu, la lessive si t'es pas content. Bon, attends.

Il s'avança vers l'armoire et repoussa un peu son frère, laissant l'odeur de celui-ci chatouiller ses narines. Il chercha un peu et en sortit un tee-shirt rouge ou seul une inscription « ICONE » figurait sur le devant.

-Tiens, ça c'est bien. Avec ça.

Et il lui tendit un jean bleu foncé pour aller avec. Bill lui prit les vêtements des mains en souriant et les enfila rapidement, manquant le regard que son frère laissait glisser sur ses courbes. Putain, oui, il en était fou, de Bill. Son c½ur se serra à l'idée qu'un autre allait posséder le corps de son double, ce soir encore. D'autres mains que les siennes glisseraient sur sa peau blanche et fine, une autre bouche le goûterait, un autre corps aurait le privilège de sentir les fines mains de Bill le caresser. Un autre que lui allait prendre le plaisir que Bill allait lui offrir...

Longtemps il avait essayé de lutter contre ses sentiments qu'il jugeait malsains, contre-nature, dégueulasses, immoraux. Mais plus le temps passait, plus ça empirait, plus il aimait son frère alors il avait appris à s'en accommoder. Penser à Bill dans des situations sensuelles n'étaient plus un problème, pour lui. Presque plus. Il laissait son imagination délirer et lui imposer toutes sortes d'images où Bill se donnait à lui complètement, où il était le seul pour Bill. C'était extrêmement frustrant, mais tellement plaisant. Mais il se gardait bien de montrer quoi que ce soit, si Bill découvrait ce qu'il pensait, il serait capable de l'envoyer en établissement de soins psychiatriques après lui avoir balancé son poing dans la gueule. Et il ne voulait pas perdre son frère, jamais. Ils étaient tout, l'un pour l'autre, plus que des doubles, des moitiés, ils étaient un tout.

-Santiags ou baskets ?

Tom fut tiré de ses pensées par la question que Bill lui posa :

-Hein ?

-Santiags ou baskets ?

-Santiags.

Il le regarda terminer de se préparer, Bill lui tournait maintenant le dos et cherchait dans sa collection de bijoux le collier idéal. Il le vit soulever un grand collier en argent en forme de chaîne et imagina un instant de quoi Bill aurait l'air nu, avec juste ça sur lui. Il eut une bouffée de chaleur. Bill se retournerait vers lui en souriant, s'avancerait lentement et lui, il l'attirerait encore plus à lui en saisissant le collier...Il écraserait sa bouche sur celle de son frère et resserrerait sa prise dans son cou, peut-être même que le collier laisserait une marque sur sa gorge...Il descendrait l'autre main et saisirait ses fesses, il le ferait gémir dans sa bouche...Il sentirait Bill bander contre lui et banderait tout autant, sinon plus, en sentant l'effet qu'il ferait à son frère...

-Ma veste en cuir noir et rouge ou celle toute noire ?

Tom réussit à répondre automatiquement :

-La rouge et noire.

A vrai dire, Tom s'en foutait, c'était à peine s'il avait compris la question de toute façon. Il avait pris l'habitude de répondre au vol, en reprenant certains des mots qu'il avait entendu prononcés mais Bill s'exécuta et après avoir minutieusement vérifié chaque détails dans le miroir de sa chambre, il sourit, satisfait :

-Et bin voilà ! Attention à tous, Bill est dans la place, ça va chauffer !

Tom ne put s'empêcher de rire à la réflexion de son frère. Bill se tourna vers lui et demanda :

-Tu vas faire quoi toi, ce soir ?

-Rien, je vais regarder un peu la télé et j'irai dormir. Je suis crevé, on a eu un entraînement difficile aujourd'hui.

Bill grimaça :

-Putain, je sais pas comment tu fais pour supporter. J'aime pas le sport ! Aucun intérêt, à moins que ce soit pour mater des corps musclés sous la douche, je vois pas pourquoi j'en ferai, du sport.

-Pfff, t'es vraiment qu'un obsédé, Bill. Jamais tu te calmes ?

-Si je me calme, le monde serait en perdition, frérot ! Je rends service, moi ! Comment feraient tous ces jeunes sans un peu de sexe torride dans leur vie ?

-Ils auraient peut-être une chance de réussir leurs études, justement, au lieu de s'amouracher de toi.

-Hey ! Je leur ai rien demandé, moi ! J'ai toujours été très clair, de la baise et puis c'est tout, si y en a qui tombent amoureux c'est pas de ma faute !

-N'empêche que parfois c'est le cas, ça te fait rien de savoir qu'il y en qui tombent amoureux de toi et que...ça fait mal ?

Bill haussa nonchalamment les épaules :

-Pas mon problème. De toute façon, y en a pas tant que ça. Commence pas à me faire la morale, Tom, c'est pas parce que t'as pas de vie sexuelle que tu dois critiquer la mienne !

Tom fut outré par les propos de Bill :

-Bien-sûr que si, j'ai une vie sexuelle, qu'est-ce que tu crois ?

Bill lui lança un regard ironique, et demanda :

-Ah ouais ? Et c'est quand la dernière fois où tu t'es fait une meuf ?

Il observa son jumeau se débattre visiblement avec sa mémoire et sourit en coin :

-Voilà, c'est bien ce que je pensais. Ça fait tellement longtemps que tu t'en souviens même plus ! Tu devrais sortir un peu et coucher, Tom, fais gaffe, un trop plein de sperme ça peut monter à la tête, tu sais, comme chez les vieux chiens et ça rend dingue, hein ! Vide-toi un peu, tu vas voir comme ça soulage !

Tom fut exaspéré :

-Bill, dès fois je me demande comment ça se fait qu'on soit jumeaux, t'es tellement...

-Tellement quoi ?

-Tellement con que ça fait plaisir de voir ça !

Bill éclata de rire et s'avança vers lui rapidement pour lui voler un baiser qu'il déposa sur sa joue :

-T'en fais pas, va, je retrouve bien ce trait de caractère chez toi ! Allez, je file ! Laisse pas la clé derrière la porte, hein !

Tom lui cria quand même :

-Dis, si y a moyen, essaie de te déchaîner ailleurs, s'te plait, j'suis fatigué et j'aimerais bien dormir tranquille !

-Rhoooo ! Je verrai ce que je peux faire !

Bill tournait déjà les talons et se précipitait vers la porte d'entrée, laissant Tom dans sa chambre dans un état second quand son odeur était parvenue à ses narines. La porte claqua et un bruit de clé se fit entendre, preuve que Bill avait bien refermé derrière lui. Tom était toujours assis sur le lit de Bill et saisit son oreiller qu'il amena à son visage pour inspirer l'odeur suave de son jumeau encore ancrée dans les fibres du tissus. Les yeux fermés, il respirait à pleins poumons. C'était comme s'il étreignait Bill, ça avait encore l'odeur de ses cheveux. Il étreignait Bill et enfouissait ses mains dans ses cheveux pour attirer sa tête à lui...Il embrassait son front, ses yeux, ses joues, son nez fin et pointu, la commissure de ses lèvres, il effleurait sa bouche et lècherait alors doucement les lèvres que Bill entrouvrirait légèrement...Ses longs cheveux noirs glisseraient entre ses doigts et il rejetterait la tête en arrière dans un mouvement sensuel et gracieux, l'invitant silencieusement à prendre possession de sa gorge...Et il embrasserait encore et encore sans se lasser ces lèvres pleines et charnues, jusqu'à ce qu'elles rougissent et gonflent sous ses baisers...Il embrasserait sa mâchoire et mordillerait son menton...Sensation des ses mains sur le corps fin de son frère, sensation de son piercing à la langue dans sa bouche, sensation de son corps qui se frotterait au sien...

Il ouvrit brusquement les yeux et se dressa d'un coup en lançant l'oreiller sur le lit. Une légère douleur dans son bas-ventre lui indiqua que ses dernières pensées avaient réveillées chez lui une certaine partie. Trop, une fois encore c'était trop. Chaque fois c'était pareil, il lui suffisait de quelques secondes passées avec son frère pour imaginer tout un tas de choses plus ou moins violentes qu'il lui ferait. Et ça se terminait toujours de la même façon, il se touchait. Il se touchait parce qu'il n'y avait rien d'autre qui le calmait. Ses pensées étaient tellement perverses, le brun le mettait tellement dans tous ses états que les douches froides ne lui faisaient plus grand-chose depuis un moment.

Et ce soir, il était tout seul, il savait ce qu'il allait faire. Il avait dit à Bill qu'il allait regarder un peu la télé, il n'avait pas menti, c'est bien ce qu'il allait faire. En revanche il n'avait pas précisé ce qu'il allait regarder...

Il s'assura que la porte était bien fermée et malgré les recommandations de son frère, il mit sa clé dans la serrure. Ca empêchera Bill d'entrer si jamais celui-ci arrivait pendant qu'il...Il sera obligé de sonner et ça lui permettra de reprendre une allure innocente. Il serait mort de honte si jamais Bill débarquait alors qu'il mattait certains films sur l'écran installé dans sa chambre.

Il avait équipé son domaine d'un véritable matériel de pro, prétextant que ça leur éviterait de se disputer la télé du salon. Il avait même prévu un casque sans fil de la meilleure marque, pour un son pur et parfait, pour pouvoir regarder tout et n'importe quoi depuis son lit sans déranger son frère et il utilisait souvent ce moyen quand le brun ramenait quelqu'un chez eux, avec le casque sur la tête il n'entendait plus rien et de fait, avait moins mal, même s'il ne pouvait ignorer ce qu'il se passait dans la chambre au bout du couloir.

Il entra dans sa chambre, récupéra au passage sur son bureau une règle et se dirigea directement vers son lit, s'agenouilla pour regarder dessous. Il repéra immédiatement la cachette qu'il avait fabriquée. Il n'avait pas voulu faire poser de la moquette, préférant un parquet vitrifié, alors que Bill avait fait poser une épaisse moquette sombre, trouvant fabuleux de « baiser à même le sol sans que ça écorche la peau ». Délicat, le gars !

Tom glissa le bout de la règle dans une petite fente qu'il avait faite dans une des séparations des lattes et souleva. Il y avait un creux dans lequel il cachait...certaines choses. En avançant la main, il attrapa la première chose qu'il toucha et tira vers lui. C'était un boîtier de DVD. Sans titre, sans photo, comme vierge. Bien que « vierge » ne fut pas vraiment le mot qui pourrait s'associer avec le contenu du DVD. Il n'hésita pas un seul instant et nerveux, il enfourna le disque dans le lecteur et se précipita sur son lit, se jetant presque dessus, télécommande en main.

Il se sentait fébrile, anxieux et pourtant, rien n'aurait pu le dissuader de regarder ça. Il se sentait tellement sale, tellement pervers, et pourtant il adorait ça. Il tripota un instant les touches de la télécommande et bientôt le film démarra.

Une pièce d'abord sombre qui s'éclaire faiblement par la lueur de la lampe de chevet...Un lit à deux places dont les draps seront bientôt défaits par des ébats fougueux...Une pièce sobre mais bientôt remplie de bruits plus obscènes et érotiques les uns que les autres...

Pourquoi tant de précautions pour cacher une collection de DVD pornos ? Rien d'anormal à ce qu'un jeune de son âge se matte ce genre de truc ! Et pourtant...

Deux personnes qui entrent, la deuxième étant tirée par la main de la première...Un corps qui plaque un autre contre la porte de la chambre, la faisant claquer bruyamment...Une tête blonde qui plonge dans le cou de l'autre...qui le soulève et le jete sans ménagement sur le lit...Des mains envieuses qui déshabillent des corps frémissants et impatients...

Bin ouais, pourquoi tant de mystère pour un film de cul, c'est pas Bill qui se moquerait, lui si obsédé ? Il serait même fier de voir son frère s'intéresser à ces choses-là, lui si...moins...bref, pas comme lui !

Une pénétration violente, un cri rauque, un visage aux yeux mi-clos par un trop plein de plaisir, une voix grave qui souffle le prénom de celui qui le pilonne avec ardeur :

-Bill...encore...


Voilà pourquoi...

Tom regardait un film dont l'acteur principal était son propre jumeau. En pleine action. Le dreadé avait eu un jour cette idée après une nuit particulièrement torride de son frère. Il avait tellement hurlé, que Tom s'était demandé ce qu'on pouvait bien lui faire pour qu'il crie comme ça. Mais on le tuait ou quoi ? Alors, à force de s'imaginer à quoi pouvait bien ressembler Bill quand il prenait du plaisir, ce qu'il faisait, ce dont il était capable, il en eut marre et se décida à mettre en action un plan machiavélique. Il attendit que son frère soit en cours et se faufila dans sa chambre et chercha le meilleur endroit pour cacher une mini caméra déstinée à filmer le brun indécent. Bill avait mis son bureau face à son lit, Tom eut alors la brillante idée de cacher la toute petite caméra (très chère, mais papa n'avait même pas hésiter à faire un chèque conséquent sans chercher à connaître l'achat) dans un faux livre glissé parmi tout ceux de son frère. La couverture étant fausse, un petit trou laissait passer l'oeil inquisiteur, au pire si Bill l'ouvrait, il tomberait sur une boîte vide. Parce que le livre était une boîte vide. Il fallait avoir l'oeil averti pour remarquer ce détail, et heureusement pour Tom, son jumeau ne s'était jamais aperçu du livre-espion, son bureau étant toujours recouvert de livres en pagaille pour ses cours de littérature.

Depuis, Tom avait une jolie collection de films de son frère. Ses préférés étaient ceux où Bill y figurait seul, bien-sûr. Parce que le beau brun n'hésitait pas à se toucher sans aucune retenue, complètement nu sur son lit, allant même parfois jusqu'à utiliser une panoplie complète de sex-toys tous plus affolants les uns des autres. Il avait même fait installer un grand et large miroir au plafond pour pouvoir mieux profiter de ses ébats, la vue l'excitant particulièrement plus qu'autre chose. Quand il l'avait fait installé, Tom l'avait engueulé et traité de « pervers incurable, définitivement atteint et sexuellement irratrapable » ajoutant même "et te faire soigner servirait à rien, t'es foutu mon vieux, la médecine peut plus rien pour ton cas, t'es trop grave !" mais il avait ri en lui disant d'essayer lui aussi, au lieu de crier, Tom ne savait pas ce qu'il ratait. Alors que si, justement, Tom était tout à fait conscient de ce qu'il ratait, ça le tuait de savoir que d'autres que lui pouvait profiter de l'esprit dément de son frère.

Mais il avait aussi plusieurs DVD où Bill évoluait tranquillement dans sa chambre, étudiant, lisant, écoutant de la musique, dormant, bref Tom l'admirait sous toutes les coutures. Et chaque fois, ça le mettait dans le même état, il restait là, devant l'écran, bloqué, presque paralysé par l'amour et l'envie. Son coeur se serrait douloureusement à l'idée qu'il ne l'aurait jamais comme il le voulait vraiment. Il le trouvait tellement beau, même si c'était son jumeau, il l'avait toujours trouvé plus beau que lui. Un corps fin et anguleux, de longues jambes, une peau plus pâle que la sienne, qui semblait douce au toucher, une espèce de féminité mélangé à une virilité qui peinait à se montrer mais qui donnait un mélange complètement surréaliste, tellement il trouvait son frère beau. Et plus que ça, il connaissait toutes ses qualités et ses défauts et tout en Bill lui plaisait. Sa douceur, sa joie de vivre, son humour, Tom arrivait même à faire des défauts de Bill des qualités.

Si Bill savait combien il aimait le regarder, détaillant chacun de ses gestes les yeux grands ouverts, le coeur battant à tout rompre, les mains moites, la bouche bavante...

Tom se redressa un peu dans son lit et avança la scène en grimaçant. Les moments où son frère était accompagné n'étaient pas ses moments préférés, oh que non, mais ça lui permettait de savoir ce que son frère aimait qu'on lui fasse. Bien qu'il n'ait pas réellement besoin d'avoir une idée, il savait ce qu'il lui ferait lui si jamais il devait...Il avait eu maintes et maintes fois l'occasion de s'imaginer en train de le caresser lentement, partout, imaginer que sa bouche, sa langue, ses mains infligent à Bill les pires des tortures jusqu'à l'entendre supplier en sanglotant de le prendre enfin. Il aurait rendu le brun complètement fou de plaisir, putain, il l'aurait fait hurler jusqu'à l'exctinction de voix, jusqu'à l'abrutir complètement, jusqu'à le laisser presque pour mort dans les draps. Son imagination se perdait entre des moments tendres où il lui faisait l'amour en douceur et d'autres moments plus hard où c'était de véritables parties de défonce à l'intérieur de son jumeau.

Il remit une scène où son frère se faisait prendre à quatre pattes et il se sentit durcir un peu plus. Bill gémissait de façon obsène, les yeux fermés, il se mordait et se lèchait les lèvres et incitait son partenaire à le prendre plus fort et plus vite. Ses mots étaient crûs et excitaient Tom terriblement.

C'est sans s'en rendre compte que la main du blond trouva rapidement le chemin de l'intérieur de son caleçon et il commença à se prodiguer les premières caresses, imaginant sans mal être à la place de celui qui pénétrait son frère. Il avait chaud, très chaud, son frère le rendait complètement fou et bordel, il aimait de plus en plus ça. Jamais il n'avait été autant excité que par son propre frère, même si ce dernier en était inconscient. Et chaque fois, Tom avait des orgasmes puissants, après avoir imaginé quelques scènes où Bill et lui se donnaient un plaisir mutuel infini.

Il avait couché avec une fille au cours d'une soirée chez des potes et avant qu'il monte dans une des chambres avec elle, ses amis eurent le temps de le féliciter, apparemment il s'agissait d'une fille très convoitée et réputée pour avoir un véritable don au lit. Une fois l'affaire réglée, la fille sortit de la pièce, apparemment comblée, mais lui resta un instant à penser à ce qu'il venait de vivre.

Il avait couché avec elle et pourtant c'était le visage de son frère qu'il avait vu derrière ses paupières closes. Elle l'avait touché et il s'était imaginé que c'était les mains de Bill qui s'ancraient dans la peau de son dos. Tout le long, il s'était imaginé prendre son jumeau et c'était ce qui l'avait amené à la jouissance. Tout ça le bousillait lentement. Lentement mais sûrement, il se sentait perdu. Comment avoir une vie sexuelle et amoureuse normale, si tout ce qu'il imaginait et faisait était centré sur son frère ?

Depuis, il n'avait plus eu aucune aventures. Il sortait avec ses amis et son jumeau, ils avaient leurs amis en commun mais il évitait tout ce qui avait rapport à la drague. Et de toute façon, personne n'arrivait à la cheville de son jumeau. Personne. Et Bill n'avait jamais remarqué à quel point il troublait son frère. Ou sinon, il ne laisserait plus Tom l'approcher, il ne se jetterait plus dans ses bras pour un câlin fraternel, il ne dormirait plus avec le dreadé comme ça leur arrivait de le faire, il ne vivrait plus avec Tom, tout simplement.

Et Tom en mourrait. Perdre Bill ça serait comme le tuer. Pas uniquement parce qu'il en était amoureux, mais c'était plus que son frère, c'était son double, son âme soeur, Bill était tout autant attaché à lui, que lui l'était de Bill. Seulement, le brun ne l'aimait uniquement que comme un frère. Il s'intéressait de très près à la vie amoureuse de Tom, il ne comprenait pas pourquoi il refusait de sortir, pourquoi Tom ne couchait pas, il se moquait souvent de lui pour déconner, il lui disait souvent :

-Tom, mon vieux, ta vie sentimentale est d'un pathétique...putain, t'aurais pas été mon jumeau, et t'aurais été gay, ou même bi, j'aurai réglé ton cas en quoi, une bonne heure maxi...Tu te laisses pas aller, je sais pas pourquoi, mais bon...le sexe c'est juste pas ton truc.

Il se détourna prêt à partir et soudain se retourna et lança :

-Dis, au fait, ce serait pas plutôt parce que t'es toujours puceau ?

Tom faillit s'étrangler dans sa propre salive et Bill partit en éclatant de rire. Le dreadé le regardait, encore estomaqué par les dernières paroles qu'il avait entendu. Il marmonna pour lui-même :

-Puceau...C'est ça...J't'aurai bien montré, moi...

Et pour son grand malheur, Bill l'entendit marmonner et revint sur ses pas, riant toujours :

-Quoi ? T'as dit quoi ?

Horrifié à l'idée que le brun ait pu entendre ce genre de chose sortir de sa bouche, il s'écria rapidement :

-Rien ! Je disais simplement que...je suis pas puceau !

Voilà, encore plus pathétique ! Bill le regarda narquoisement et secoua la tête :

-Tu devrais sortir avec moi plus souvent, comme ça, tu aurais un bon modèle devant les yeux !

-Non merci, chacun son truc...je suis pas comme toi, moi !

-Et ça veut dire quoi, ça ?

-Je couche pas avec tout ce qui bouge !

-Bin c'est bien ça ton problème !

-Ok, Bill, lâche-moi maintenant avec ça !

-Ca va, t'énerve pas, moi je veux juste t'aider un peu !

-Je t'ai rien demandé, merde fous-moi la paix et vas-y ! Tu sers à rien !

Bill sourit encore plus grandement :

-Oh si, je sers, demande à-

Cette fois-ci Tom le coupa, énervé :

-Oui, ok, c'est bon, t'as gagné, t'es le meilleur ok ? T'es le meilleur à ce jeu-là ! Maintenant vas-y !

Bill eut un mouvement de recul face au ton plus qu'énervé qu'avait pris son frère. Il voulait simplement le taquiner, mais Tom semblait blessé et inexpliquablement furieux. Et Bill ne supportait pas que son frère soit en colère aprés lui. Sa lèvre inférieure trembla un peu et il murmura, décontenancé :

-Hey...t'es fâché ? Désolé, je plaisantais...Je voulais pas te...

Il se tût quelques secondes et ajouta simplement dans un souffle :

-Excuse-moi...

La colère du blond disparut aussi vite qu'elle était arrivée. Ses épaules s'affaissèrent et il baissa la tête en se retournant pour bougonner un petit :

-Pas grave.

De suite après, il sentit deux bras l'enlacer fermement, Bill le collait contre son torse, posant son menton sur son épaule. Il se laissa faire et ferma les yeux. Rapidement, comme toujours, son esprit divagua, imaginant un autre de ses scénarios les plus fous. Bill le retournait lentement et glissait ses mains jusque ses hanches qu'il caressait doucement...Il fermait les yeux et avançait la tête pour caresser sa joue de son nez, effleurait la peau de son visage avec ses lèvres et lui, il appréciait la chaleur du souffle du brun qui frappait son visage...Et pendant que le brun avançait les hanches pour qu'un doux mouvement de friction se fasse entre leurs deux bassins, les faisant durcir à une vitesse affolante, Bill l'embrassait déjà éperdument, avant de l'implorer de le prendre sur le champs tout en le reculant vers le lit où ils se laisseraient tomber, frissonnant de désir l'un pour l'autre...

Tom rouvrit les yeux, déboussolé, remarquant que Bill avait déjà terminer son câlin fraternel et s'était déjà reculé. Foutu, se dit-il encore une fois, je suis complètement foutu, encore plus que ce que je pensais. Chaque fois que le brun le touchait, l'effleurait à peine, il se mettait immédiatement à délirer. Et une fois de plus, il ne pouvait ignorer à quelle vitesse son coeur battait à cause des étreintes de son frère. Il se retourna et regarda Bill sortir de la chambre, sans un mot pour lui, sans même un regard et se dit :

-Putain, pourquoi est-ce que ça fait si mal d'aimer quelqu'un ?



Voilà, point trop n'en faut, la suite après si vous aimez déjà ce début...Canard, à toi !

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.234.0.2) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Visiteur

    13/09/2013

    Mais ça existe en vrai les gens amoureux de leurs frères et soeurs ?

  • chaos87th

    24/07/2011

    Je me demande lequel est le plus pervers des 2.
    Bill qui va jusqu'à mettre un miroir sur son plafond pour mieux apprécier ses ébats, ou Tom qui film son frère durant la vie de tous les jours, pendant qu'il est accompagné ou seul à se faire plaisir ?

  • xx-gothiqua-arwena-xx

    22/05/2011

    Tom l'espion, non mais c'est pas possible ça, il peut même pas laisser son frère tranquille pour faire ses trucs personnels, non il faut qu'il regarde. Et en plus il sait que ça lui fait du mal mais il le fait comme même.

  • Pucca97217

    18/09/2009

    J'aime beaucoup en plus le pauvre il doit entendre son frère dont il est amoureux avec d'autre homme c'est triste

  • BillKaulitzBlogfic

    24/08/2009

    Je continue cela m'a l'air intéressant. [j'ai pas prévenu que je voulais tout lire ?]

  • blidin

    21/08/2009

    Love love love love love <3

    Trop génial la première partie, pour une fois ça change !

  • Thunderbolt-Real-Ya0i

    11/07/2009

    Oh j'étais carrément choquée en lissant celui-ci ! Choquée pas trés bon mot mais bon surprise voilà ! OUais j'étais surprise XD

  • x-pas-sur-la-bouche-x

    23/03/2009

    Han nan mais ce TS là non plus je ne l'avais pas vu!!! Mais qu'est-ce que je fouttai moi pendant que tu postais??? lol
    J'adore! *-*
    Par conre j'avoue je préfère lorsqu'ils ne sont pas jumeaux mais c'est tellement bien écit! *-*
    Pis en plus c'est Tom qui ets transi d'amour pour son frère qui lui ne voit que dalle! C'est trop bon xD!!!
    <3

  • croate-powaaa

    11/03/2009

    haaaaaaaaaaaaaan l'OS pour ma mamie!!!!
    mon dieu lalalalalala
    j'ai vu ca ce midi mais j'avai pas eu le temps de finir ce qui était déjà posté!!!

    pour connaitre l'idée, je sais déjà qu'il va être sublime comme toujours
    et puis, ce début est déjà très bien, j'aime trop trop trop la personalité de Tom
    pour une fois que c'est pas lui la marie couche toi la lol

    et Bill super salope en mode tendage de fion ptdr
    j'aime aussi!

    arf... j'me fais baver a déblatérer mes débilités lol
    mais quand c'est toi qui écrit, je peux pas faire autrement!!!

    alors viement la suite parce que...

    héhé l'idée est trop bien mdr

    et je vais être jalouse tu sais!! ou c'est qu'il y a un concours pour gagner un OS de toi??
    lol

    Ju.

  • Petit Canard

    11/03/2009

    haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan
    à moi à moi à moi !!!

    bon je te le dis tout de suite j'adore beaucoup beaucoup
    j'ai pas le temps maintenant de te decortiquer tout ça je le ferais ce soir ^^

    mais merci c'est vfraiment trop génial

    <3 <3 <3

Report abuse