[Mini Fiction] - Mon delicieux fantasme (Partie 2/5)

Une semaine avait passée. Tom était toujours au même point, non, son problème avait empiré. Il était encore plus amoureux, encore plus dépendant de son frère et ce dernier ne s'en rendait pas compte. Ils étaient déjà extrêmement fusionnels, mais pour le blond c'était devenu une drogue quotidienne. Il se retenait lamentablement d'avoir des gestes déplacés, comme la fois où il s'était levé en pleine nuit, juste après avoir entendu la dernière conquête de son frère s'eclipser en pleine nuit. Le dreadé avait passé toute sa soirée à regarder plusieurs dvd montrant son frère dans des positions plus qu'indécentes, pendant que ce dernier s'envoyait en l'air avec un certain Manu dans sa chambre. Tom s'était enfermé à clé dans sa chambre et avait mis son casque, regardant son frère sur l'écran avec des yeux fous, l'écoutant avec ravissement gémir, ravissement mêlé à la jalousie d'ailleurs. Quand le fameux Manu s'était enfin décidé à partir, il avait entendu Bill descendre à la cuisine et l'y avait rejoint. Le brun avait juste enfilé un minuscule boxer et était appuyé dos à l'évier, buvant un grand verre de jus. Après avoir maté tout un lot de films, le blond était complètement excité et Bill n'avait jamais remarqué comment Tom s'était difficilement retenu de se jeter sur lui à peine entré dans la cuisine. Il n'avait pas remarqué comment Tom s'était évertué à le frôler plus que nécessaire en voulant prendre un verre d'eau à côté de lui. Il ne remarqua pas que Tom serrait sa mâchoire à en grincer des dents quand il s'exclama d'un ton satisfait :

-Bin putain, celui-là faudrait que je le rappelle, un de ces jours ! C'était un coup fameux !

D'ordinaire, Tom se serait forcé à sortir une réplique douteuse ou ironique. Seulement, depuis quelques temps, il ne s'en donnait même plus la peine. Un connard s'était envoyé en l'air avec SON Bill, avec SON amour...avec SON frère. Frère...il exécrait ce mot de plus en plus. Rappel constant de ce qui l'empêchait d'être plus que ça pour le brun. Néanmoins, il ne put s'empêcher de demander :

-Dis-moi, ce...ce type, là, comment déjà ?

-Manu.

-Ouais, Manu. Il a une nana lui, je me trompe ? Il est pas totalement hétéro ? C'est bien le Manu qui bosse au bar « le Rallye », non ?

-Ouais, c'est lui même.

-Donc c'est bien ce que je te disais, il a une nana et il s'est jamais intéressé aux mecs, il est définitivement hétéro !

Bill fit un sourire narquois et répondit :

-Ah bin il a dû l'oublier alors...Parce que y avait rien d'hétéro dans sa façon de faire, et il semblait pas non plus gêné par le souvenir d'une quelconque nana !

Voilà, c'était toujours comme ça, Bill avait toujours qui il voulait, quand il voulait. Le Manu n'était pas le premier qui avait succombé, et il était évident qu'il ne serait sans doute pas le dernier. Quand le brun avait jeté son dévolu sur quelqu'un, ça mettait très peu de temps pour qu'il arrive à l'avoir dans son lit. La seule chose qui aurait pu arrêter Bill, ç'aurait été une alliance sur l'annulaire de la personne qui lui plaisait. Parce qu'il estimait que le mariage c'était sacré et qu'il fallait pas pousser le bouchon trop loin. Et encore, c'était limite, parce que si la personne en question lui paraissait totalement bandante, il aurait été capable de fermer les yeux sur la petite chose qui brillait à son doigt. Heureusement, jusqu'à présent il n'avait pas eut à déroger à sa règle. Il était déjà tombé sur ce genre de spécimen mais comme le brun les trouvait moches, il les avait envoyé bouler sans regrets.

Les jours passaient donc et l'amour du blond grandissait encore plus, l'étonnant grandement, lui qui pensait être le plus amoureux possible, il voyait ses sentiments s'amplifier au point qu'il pensait perdre complètement la raison.

Aujourd'hui le temps était maussade, les deux frères n'avaient plus cours et avaient décidé d'un commun accord de rester tranquillement chez eux à se détendre un peu aprés avoir rangé. Ils avaient décliné l'invitation à dîner de leur mère et étaient maintenant occupés à regarder un film d'horreur tout en se partageant une immense pizza qu'un livreur maussade était venu déposée, mécontent de devoir sortir par un temps qui avait vite tourné à l'orage.

Tom aimait particulièrement ce genre de soirée où son frère n'appartenait qu'à lui. Ils riaient, discutaient, se taquinaient, ils étaient ensemble et rien ne plaisait plus au blond. Il dévorait littéralement son frère des yeux, troublé par leur proximité et le brun toujours inconscient de son trouble en rajouta une couche en déclarant qu'il voulait s'assoir encore plus près parce que le film d'horreur commençait à être vraiment trop gore pour lui. C'était un film qui traitait des phénomènes paranormaux et c'était les seuls qui arrivaient à effrayer véritablement le brun qui s'accrochait à son frère comme un enfant. Tom avait choisi ce film exprès, il savait que Bill allait rechercher le contact et il réprima un sourire satisfait en même temps qu'il lui disait, feignant la moquerie :

-Bon, viens là, peureux ! Comment tu peux avoir aussi peur pour un film ! C'est seulement des images, je te rappelle !

Bill ne se le fit pas répéter, il se leva prestement et vint se coller à son jumeau en geignant :

-Je déteste ce genre de film, putain, t'as fait exprés d'en choisir un comme ça ou quoi ?

-Non, pas du tout, j'avais entendu dire qu'il était bien, et j'ai voulu qu'on le voit, c'est tout.

Il crut même bon de rajouter :

-Bill, tu me serres trop, là ! Avance un peu là-bas !

Mais au contraire, le brun se colla davantage à lui et grogna pour la forme :

-M'emmerde pas, t'as choisi un film pourri, tu me laisses faire maintenant !

Se laisser faire...Le dreadé ne demandait que ça ! Ils regardèrent le film, serrés l'un contre l'autre et machinalement, Tom commença à caresser la taille de son frère du bout des doigts. Et tout doucement, il sentit son frère s'endormir contre lui, son corps était plus lourd et il était carrément affaissé contre le blond qui était aux anges. Le film avait perdu tout intêret, surtout depuis qu'il sentait le velouté de la peau de Bill sous ses doigts. Il tourna un peu la tête et admira le visage endormi de son frère. Putain ce qu'il était beau, ce qu'il lui faisait envie à dormir comme ça, les lèvres entrouvertes qui laissaient passer un souffle régulier, l'air complètement détendu et serein. A le voir comme ça, personne ne se douterait que ça pouvait être une personne remplie de luxure et de vices. Tom le regarait et revoyait ce même visage tordu cette fois par le plaisir, exactement comme il était dans un des films en sa possession et un sentiment de possessivité s'empara de lui, il resserra un peu plus les doigts dans la peau des hanches de son frère et celui-ci gémit dans son sommeil. Tom crut devenir fou et déglutit péniblement, se retenant de toutes ses forces une fois de plus de poser violemment sa bouche sur celle de son jumeau ou d'avoir un geste déplacé vis à vis de lui. Ca devenait de plus en difficile, il n'arriverait pas à tenir longtemps mais la pensée de perdre définitivement son frère le ramena à la dure réalité et au moment même où il sortit de sa transe, il se rendit compte qu'il était en train de rapprocher sa bouche de celle de son frère. Un peu plus, et il l'aurait embrassé ! Qu'est-ce qu'il se serait passé ? Le film étant fini, le dreadé éteind la télé, laissant le salon uniquement éclairé par les lumières des lampadaires du dehors qui donnaient à la pièce un doux reflet orangé. Il secoua un peu le brun :

-Bill, réveille-toi, on va aller dormir, le film est fini.

Bill marmonna quelque chose d'inintelligible et se pelotonna un peu plus contre son jumeau. Il avança une main dans son sommeil et la fit lentement glisser sur le bras de Tom, faisant s'élever la chair de poule. Tom tenta une nouvelle fois de le réveiller, sans succès. Bill devait être bien fatigué pour être aussi plongé lourdement dans son sommeil ! Tom gigota un peu pour se défaire de l'emprise de son frère, mais il n'arrivait pas à détacher ses yeux de la bouche qui continuait de marmonner des choses pratiquement incompréhensibles. Plus le blond le regardait, plus une idée folle grandissait en lui, et s'il osait ? Apparemment, Bill dormait profondément, il ne se rendrait même pas compte de ce que Tom allait lui faire...

Alors, les yeux toujours posés sur le visage endormi, Tom rapprocha sa tête, très lentement. Il allait oser, ça le rendait fou, anxieux, nerveux, mais il allait oser il en avait trop envie. Il s'assura que Bill dormait bien et n'eut plus aucun doute, plus aucune autre hésitation. Il avança encore un peu la tête et retint son souffle. Le salon était silencieux mais le blond avait l'impression que la pièce était remplie des bruits sourds que son coeur faisait à cogner sourdement dans sa poitrine. Il était sûr que Bill pouvait entendre, tellement il battait furieusement. Lui n'entendait que ça, son coeur qui battait dans un silence angoissant.

Il n'avait pas quitté son frère des yeux et était complètement abruti par l'odeur familière que Bill dégageait. Son odeur le rendait fou, et là c'était encore plus le cas. Il baissa légèrement la tête et effleura à peine les lèvres de Bill des siennes. Il recula presque brutalement mais le brun ne s'était pas réveillé, alors il osa un peu plus. Il reposa sa bouche sur celle du brun et la laissa un peu plus longtemps, sans trop appuyer tout de même et crut qu'il allait se mettre à pleurer. Ca y est, il embrassait Bill, enfin...Il entrouvrit un peu les lèvres en penchant la tête de côté et avança timidement le bout de la langue pour la passer très légèrement sur les lèvres de son frère. Il l'embrassait, à peine mais il le faisait, vraiment. Pour une fois, ce n'était pas un de ses fantasmes, il le faisait pour de bon, Bill ne répondait pas au baiser, n'en avait aucune conscience mais avait sa bouche contre la sienne et Tom se dit alors que rien ne devait être meilleur que ça. Les lèvres de Bill étaient douces et chaudes, avec un arrière goût de bonbons qu'il avait grignoté tout le long du film. Les lèvres de Bill étaient exquises et il se maudit soudain pour avoir osé l'embrasser, ça lui serait désormais difficile de ne plus recommencer, de vivre uniquement avec ce souvenir, avec ce goût de pas assez.

Inconsciemment, Bill ouvrit un peu la bouche à son tour, pour soupirer et loin dans son sommeil, il répondit malgré lui au baiser qu'il recevait en bougeant doucement ses lèvres contre celles du blond qui réalisait à peine ce qui lui arrivait. C'est toujours plongé dans le sommeil que Bill caressa doucement le bras de son frère de sa main et il lâcha même un minuscule gémissement dans sa bouche. Tom dût se faire violence pour arrêter là, il avait déjà énormément de chance de ne pas l'avoir réveillé, il ne fallait pas tout gâcher. Il n'osait penser à ce qu'il se passerait si jamais Bill se réveillait à ce moment-là, comment il expliquerait le fait qu'il soit en train de l'embrasser ? Embrasser son propre frère, son jumeau, comme s'il embrassait un amant ?

En colère contre lui, contre le monde entier, contre le Ciel qui avait de Bill son frère, contre son frère même d'être aussi attirant, il bougea plus fermement et finit par le secouer durement :

-Ok, réveille-toi maintenant, Bill, le film est fini je te dis !

Hébété, le brun se réveilla enfin et regarda partout pour repérer les lieux avant de reconnaître son frère. Puis, il râla :

-Oh Tom, c'était pas la peine de me réveiller comme ça, hein ! T'as aucune douceur, merde, j'ai failli tomber du canapé, là !

-Ouais bin ça fait un moment que j'essaie de te réveiller, va dormir dans ta chambre !

Bill se leva et s'étira de tout son long, manquant une fois de plus le regard que Tom laissait machinalement glisser sur tout son corps. Mais le brun se retourna brusquement vers lui, le faisant sursauter. Tom lui demanda :

-Quoi ?

Le brun semblait se souvenir de quelque chose, il amena lentement sa main à sa bouche et fronça un peu les sourcils. Tom sentit son sang se glacer dans ses veines, se pouvait-il que Bill ait senti ? Surtout que le brun dit d'une voix songeuse :

-J'ai...C'est bizarre, j'ai rêvé qu'on m'embrassait !

Tom essayait de prendre un air nonchalant, voulant à tout prix cacher sa nervosité et son air coupable. Il bougonna :

-Ouais et alors ?

-Non, bin rien. Ca avait l'air tellement réel, c'est ça qui est bizarre !

Tom déglutit et passa devant son frère pour éviter d'avoir à affronter son regard :

-Mon pauvre Bill, même dans tes rêves tu penses qu'à ça ! T'es vraiment grave !

Le brun rit un peu dans son dos et s'élança après lui dans les escaliers. Une fois en haut, alors que Tom posait déjà sa main sur la poignée de la porte de sa chambre, le brun l'attira à lui et le serra fort en enfouissant sa tête dans son cou :

-Attends ! Pars pas comme un salaud comme ça, et mon câlin du soir alors ?

Tom prit un ton un peu moqueur pour tenter une fois encore de dissimuler son émoi :

-T'es pas un peu grand pour les câlins toi ?

Le brun ne répondit pas, trop occupé à inspirer profondément l'odeur familière et rassurante de son frère. Il aimait faire ça, il aimait se blottir dans les bras de son frère, il s'y sentait en sécurité. Mais sans qu'il sache pourquoi, il avait tout de même remarqué que cela faisait un moment que Tom ne répondait plus à ses étreintes, il se laissait tout simplement faire, les bras pendant le long du corps. Mais Bill n'avait jamais cherché à comprendre pourquoi, il n'avait jamais posé de questions. Le blond se sentait tellement gêné de ressentir tous ces sentiments pour son frère qu'il n'osait pas le toucher, même fraternellement, il dérapait si vite, son imagination lui renvoyait toute sorte d'images après, alors il préférait se laissait faire. Quelques secondes passèrent comme ça et aussi vite qu'il l'avait attrapé, Bill le repoussa et lui tourna le dos :

-Voilà, c'est bon, tu peux y aller. Bonne nuit mon frère !

Il laissa le blond médusé dans le couloir et referma la porte de sa chambre. Après un instant d'hébétude, Tom aussi alla se coucher, se maudissant une fois de plus d'avoir apprécié au delà du raisonnable l'étreinte de son frère. Il vivait une torture au quotidien, et le fait que Bill soit toujours autant à la recherche et avide de son contact ne lui facilitait pas la tâche. Et il tomba dans un sommeil lourd après avoir encore imaginé toutes sortes de choses qu'il aurait pu se passer si seulement il avait été dans la chambre de Bill, surtout si celui-ci n'avait pas été son frère...

Le lendemain était un samedi et Tom était levé depuis longtemps, leur mère avait appelé pour lui demander de passer, elle voulait lui faire faire quelques petits travaux dans la maison. Il avait laissé son jumeau dormir, il savait bien que Bill était incapable de réparer quoi que ce soit, mais il alla quand même le voir dans sa chambre pour le prévenir qu'il serait absent toute la journée.

Il entra dans la chambre de son frère et dût attendre quelques secondes que ses yeux s'habituent à la pénombre. Il s'approcha silencieusement jusqu'au lit en souriant tendrement, Bill ronflait légèrement, la bouche entrouverte, étendu sur le côté face à lui. Tom adorait l'expression détendue de son visage, ça lui donnait l'air enfantin qu'il aimait tant revoir, parce qu'éveillé Bill avait plus l'air de quelqu'un trop sûr de lui, un peu pervers même. Là, il était simplement Bill, son petit frère. Son petit frère si mignon, duquel il était complètement fou, amoureux jusqu'à la folie. Il s'agenouilla près du lit, à hauteur de son jumeau et le regarda dormir encore quelques instants. Il était si physiquement proche de lui, il se rappela alors de la veille, quand il l'avait embrassé. Il avait tellement envie de recommencer encore, ses yeux fixaient la bouche de son frère, il ne voyait que ça. Une nouvelle lutte, toujours la même, douloureuse et lancinante s'imposa à lui. Se pencher et l'embrasser encore...Il baisserait un peu la tête et fermerait les yeux pour n'avoir que la seule sensation des lèvres de Bill contre les siennes, encore. Il glisserait sa langue dans sa bouche et Bill se réveillerait doucement en enroulant ses bras autour de son cou pour l'attirer sur lui, sans jamais cesser le baiser, qui s'intensifierait davantage...En quelques secondes, les mains de Bill arracheraient ses vêtements et passeraient partout dans son dos pendant qu'il abaisserait son corps sur celui du brun, entre ses cuisses qu'il aurait largement ouvertes pour qu'il puisse s'y installer avec aise, avant de commencer à se frotter doucement à lui...Il poserait sa bouche dans le cou de Bill, suçoterait sa peau fine et sucrée et laisserait sa main caresser le corps tout aussi nu que le sien, sous lui...La peau de Bill serait chaude, chaude de son sommeil encore, chaude de désir aussi...Le désir que Bill aurait pour lui...Il sentirait le jeune homme resserrer les jambes contre ses hanches et lui murmurer à l'oreille des paroles certainement vulgaires mais qui montreraient parfaitement toute l'envie que le brun avait de lui à l'instant...Et il perdrait complètement la tête à se glisser dans sa chaleur, la main crispée sur une des jambes de Bill qu'il remonterait un peu plus contre lui..Il le ferait gémir son prénom, gémir jusqu'à ce que cela se transforme en sanglots...Et il sentirait le corps en dessous de lui s'arquer contre le sien, il sentirait ses ongles s'ancrer dans sa peau et ses lèvres chercher les siennes pour s'y accrocher avec ferveur...Il jouirait au creux des reins de son jumeau en lui gémissant des paroles d'adoration et en écoutant les siens...Après avoir mélangé leur souffle, leur sueur et leur salive, il amènerait avec lui le brun à l'orgasme, un orgasme puissant et jamais vécu auparavant, mêlant à présent leur semence, souillant avec délectation le ventre plat et auparavant immaculé de son frère, du fruit de son plaisir...

Tom réouvrit des yeux qu'il ne s'était même pas rendu compte avoir fermé. Son souffle était légèrement erratique, il avait été tellement pris dans un autre de ses fantasmes qu'il pensait réellement être en train de faire ce qu'il imaginait. C'est complètement dépité qu'il remarqua que Bill dormait toujours et que lui même était toujours agenouillé près du lit, comme plus tôt. La trique en plus. Ca ne prendra jamais fin, ça sera toujours comme ça, il lui suffira toujours de peu pour s'imaginer posséder son frère et il se sentait tellement misérable quand il se rendait compte que ça ne sera jamais le cas. Parce qu'ils avaient beau s'aimer plus que la moyenne normale, il avait beau aimer Bill comme un malade, son jumeau l'aimait aussi, mais seulement comme un frère et il en crevait.

Il soupira imperceptiblement et avança la main pour secouer un peu l'épaule de son frère, en appelant doucement :

-Bill ! Bill, réveille-toi !

Ce dernier grogna un peu dans son sommeil et cligna des yeux plusieurs fois avant de les ouvrir et de les poser sur le blond. Sa voix était toujours un peu cassée au réveil, il demanda, toujours un peu vaseux :

-Quoi ? S'qu'il y a ? Laisse-moi dormir !

-Ouais, mais je dois y aller, là. Maman veut que je passe pour réparer deux trois trucs à la maison, je serai pas là de la journée. C'était juste pour te prévenir parce que je suppose que tu viens pas ?

Bill marmonna à peine, refermant immédiatement les yeux et plongeant un peu plus sous la couette :

-Non. Bonne journée. Amuse-toi bien. A ce soir. Ramène du pain quand tu viens. Et y a plus de yaourts non plus.

Tom rit doucement et voulut se relever pour sortir de la chambre. Mais son frère fut plus rapide que lui et alors qu'il se mettait debout, Bill avait saisi son bras et l'avait fait tomber sur lui, refermant ses bras tout autour du blond et murmurant :

-Attends. Câlin du matin...

Nouvelle émotion pour le blond, déjà durement éprouvé depuis qu'il était entré dans la chambre. Il se raidit un peu et se détendit plus rapidement qu'il ne le faisait d'habitude. Est-ce que c'était encore son dernier fantasme en tête qui le troublait encore ? Il n'en savait rien, toujours est-il qu'il se laissa aller dans cette étreinte et apprécia la chaleur qui dégageait du corps de Bill, malgré la couette. Il osa même, pour la première fois depuis longtemps, rendre le câlin. Il enfouit doucement sa tête dans le cou de son frère et inspira discrètement à plein nez son odeur. Il alla loger une de ses mains sous l'épaule de Bill et l'agrippa. Il eut aussi envie de poser sa bouche dans le creux de son cou, mais il garda cette pensée pour lui, jamais il n'oserait. Il se rappela qu'il bandait encore un peu et pria tous les saints de tous les cieux réunis que la couette soit suffisamment épaisse pour que Bill ne le sente pas. De son côté, Bill frottait gentiment son dos et ne disait rien. Il avait bien noté que pour une fois, Tom réagissait. Il n'avait jamais su pourquoi le blond se raidissait à chaque contact, pourquoi il n'y répondait pas, pourquoi il semblait presque les fuir même. Et là, il était un peu étonné de le sentir s'abandonner contre lui et il sourit, ravi de sentir cet abandon, le visage enfoui dans les dreads blondes de son frère. Et comme d'habitude, il le repoussa :

-Voilà, c'est bon. Tu peux y aller.

Mais cette fois, Tom ne bougea pas, au contraire il s'accrocha un peu plus et murmura seulement :

-Attends...

Ou du moins, c'est ce qu'il crut comprendre. Tom qui réclamait un peu plus ? Encore plus étonnant ! Mais Bill se laissa faire avec plaisir. Il adorait son grand frère, il ne pourrait jamais se passer de ses étreintes, Tom était tout pour lui. Ils restèrent enlacés encore quelques secondes, de très longues secondes où le blond profitait et se blottissait encore plus contre lui, sans rien dire, une main agrippant son épaule et l'autre jouant timidement avec une mêche de ses cheveux. Finalement, Tom se leva en soupirant et lui tourna le dos de suite pour sortir rapidement de la chambre non sans avoir lancé avant :

-Bon, j'y vais. A ce soir.

Il entendit Bill lui répondre « ok » avant de qu'il ne sorte de la pièce et ensuite de la maison. La matinée passa rapidement mais douloureusement pour le blond à qui Simone avait confié tout un tas de travaux à effectuer. Il avait déjeuné avec sa mère et fut tenté de faire une sieste mais oublia rapidement l'idée quand il croisa le regard noir de sa mère quand il prononça le simple mot « dormir ». C'est en soupirant et se lamentant qu'il reprit la réparation du robinet de la salle de bains, qui fuyait.

De son côté, Bill avait glandé toute la matinée. Son seul effort avait été de se lever quelques fois pour récupérer d'autres choses à manger dans le frigo et le placard. Il n'avait pas voulu sortir et attendait impatiemment le retour de son frère qui lui manquait déjà beaucoup. Il décida finalement de sortir un peu voir quelques amis, ça fera passer le temps plus vite et finit par monter dans sa chambre pour se préparer. Mais avant de sortir, il voulut prendre son Ipod et le chercha un peu partout dans le bordel organisé de sa chambre. Sans succès. Il n'était pas patient et commençait déjà à s'énerver. Finalement, il retrouva son Ipod quand il entendit sous la semelle de basket le bruit caractéristique du plastique qu'on écrase. Il ouvrit grand les yeux et bégaya :

-Oh merde ! Oh non ! Putain, j'ai quand même pas marché dessus !

Il se pencha et fut soulagé de voir qu'il n'avait marché que sur ses écouteurs. Tant pis, il emprunterait ceux de son frère. Il chercha dans la chambre de Tom mais ne trouva nulle part les écouteurs de celui-ci et son énervement revint à grands pas. Il sortit son portable et appela le blond qui mit un peu de temps avant de répondre, soupirant immédiatement quand il vit le nom de son frère s'afficher, il était accroupi sous le lavabo et ses mains étaient occupées :

-Ouais ? Tu veux quoi ?

-Dis, tes écouteurs, ils sont où ? J'ai pété les miens, tu me passes les tiens ?

-Tu m'appelles pour ça ? Tu sais que je bosse, là ? Tu crois que j'ai que ça à faire ?

-Réponds ! Passe-les moi, je te les rends quand je reviens !

-Pfff...T'as pas intêret à me les péter, Bill, t'es averti ! Regarde dans...euh...quelque part dans le salon, je crois, ça doit être là.

-Ok. Merci.

Tom allait raccrocher quand Bill s'écria :

-Dis ?

-Quoi encore ?

-T'oublie pas le pain et les yaourts ?

-Putain, t'es assez chiant quand même ! Mais vas-y donc, toi ! Je bosse je te signale, je serai crevé et j'aurai pas le temps, tu fous rien, va chercher tout ça, toi !

-Oh ça va ! C'est bon, j'irai ! Et puisque tu seras fatigué, je ferai à manger ce soir, alors !

Tom fut touché mais le taquina quand même :

-Putain non, s'te plait, fais rien ! La dernière fois j'ai eu mal au ventre pendant trois jours, ça va aller, ramène juste du pain ! Je le mangerai sec s'il le faut, mais au moins je resterai vivant parce que tes inventions culinaires, ça va une fois, après ça peut être dangeureux et j'aimerais juste éviter !

Il entendit le brun rigoler :

-T'es con ! Bon, j'y vais, à ce soir et dépêche-toi de revenir, je me fais chier !

-Ouais, j'essaie de finir tout ça, maman me file que des trucs pas réparables et en plus elle râle quand j'y arrive pas ! A ce soir et fous pas le bordel, j'ai rangé ce matin !

Ils raccrochèrent et Bill farfouilla partout dans le salon pour trouver les fameux écouteurs qui finalement n'étaient nulle part. Il décida d'aller chercher dans la chambre de Tom, peut-être qu'il les trouverait là-haut. Il farfouilla de nouveau un peu partout mais rien. A un moment, il se pencha par hasard pour vérifier quand même sous le lit et vit les écouteurs dessous, bien au fond, il secoua la tête, amusé :

-Ca m'étonne pas de lui, ça ! Mais qu'est-ce que ça fous là-dessous ? Après il dit que c'est moi le plus bordélique !

Il étendit le bras pour essayer de les saisir et passa sa main sur le parquet, tâtonnant pour attraper le fil, mais dans son mouvement, son doigt accrocha une latte du parquet et une écharde lui entra dans le doigt. Il retira la main vivement et gémit fortement :

-Putain ! C'était quoi ? Ca fait mal, merde j'ai une épine dans le doigt maintenant !

Il retira avec peine l'épine et se repencha sous le lit. Il repéra l'endroit qui avait « accroché » son doigt et nota que le parquet avait l'air...comme un peu déplacé. Intrigué, il se pencha un peu plus et regarda plus attentivement. C'était comme si le parquet était légèrement décalé, une sorte de...creux dessous. Il avanca la main et cela lui fut confirmé, le parquet avait bien un jeu à cet endroit-là, Tom avait fait en sorte qu'on puisse enlever cette partie, mais pourquoi donc ? Pendant quelques instants, il essaya de soulever la latte et se redressa, rouge sous l'effort, vexé de ne pas y arriver et surtout furieux de constater que son frère avait un secret qu'il dissimulait sous le parquet. Mais qu'est-ce que c'était donc ?

A force de réfléchir et regarder partout, il finit par voir la règle sur le bureau de Tom et la saisit, espérant pouvoir faire bouger la latte de bois et la relever. Et c'est ce qui se produisit. Il poussa une exclamation victorieuse quand il réussit à lever le bois et en glissant sa main dedans il trouva...une multitude de dvd. Bill en saisit plusieurs et fut encore plus étonné de ne voir aucun titre, il s'agissait apparemment de dvd gravé ou autre. Il se parlait à lui-même :

-C'est quoi tout ça ? Me dis pas que c'est des films de cul quand même ? Y a que ça qu'il peut cacher là, ce pti salaud ! Mais pourquoi il les cacherait ? C'est quand même pas honteux de regarder des films de cul, je le fais souvent et il le sait très bien ! Faut que je vois c'est quoi qu'il regarde ! C'est des films de cul spéciaux ou quoi ?

Il eut une idée et ouvrit plus grand les yeux :

-Putain ! C'est quand même pas des trucs dégueu genre avec des animaux quand même ?! Pas Tom ! Putain, même moi je fais pas ça, alors lui !

Il fallait qu'il sache ! Pourquoi Tom avait pris tant de précaution pour cacher des dvd. Il décida de regarder sur l'écran de son frère un des disques qu'il avait en main. Il était anxieux et avait l'impression de trahir son frère, mais sa curiosité était la plus forte. Et si ces films montraient Tom avec des nanas ? C'était peut-être ça, Tom était peut-être le genre à se filmer pendant le sexe ? Il n'en avait jamais rien su, étant persuadé que la vie sexuelle du blond était lamentable, limite quasi-inexistante. Il appuya sur les touches pour lancer le film et quelques secondes aprés une première scène apparut, la qualité était très bonne. Il ne lui fallut que quelques secondes de plus pour reconnaître sa propre chambre. Il fut encore plus étonné et fronça même les sourcils, murmurant toujours :

-Putain...C'est...c'est ma chambre, ça, on dirait...mais...mais...OH PUTAIN !!!

A suivre...

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.162.133.222) if someone makes a complaint.

Comments :

  • chaos87th

    24/07/2011

    Oh putain !! Oui je suis d'accord avec Bill.
    Je sens que ça va chauffer pour le matricule de Tom.
    Je pensais pas que Bill découvrirait ça aussi vite.

  • sarah

    08/02/2010

    OMG OMG OMG OMG!!!! Tom est vraiment mais vraiment dans une merde pas possible. Je savais que ça allait mal tourner.

  • Pucca97217

    18/09/2009

    Oulala je savais que cette histoire d'ecouteur la sa poserai un soucis je le sentais

  • BillKaulitzBlogfic

    24/08/2009

    Dès que Bill a pété ses écouteurs je m'en doutais !!! Tom Kaulitz-tümper va mourir dans d'atroce souffrance ! Niark niark !

  • blidin

    21/08/2009

    xD

  • Ah-t0miik-x3

    03/08/2009

    Oh merde merde merde T______T

  • Thunderbolt-Real-Ya0i

    11/07/2009

    Surprise XD

  • x-pas-sur-la-bouche-x

    23/03/2009

    Hannnnnnnnnnnnn mein gott OO""""!!!!
    Olala moi je dis heureusement que j'ai la suite...je vais lire de ce pas! *-*

  • tom-th-tom

    22/03/2009

    bon qu'est-ce qui va se passer maintenant ? T_T

  • tom-th-tom

    22/03/2009

    j'en étais sûre U_U

Report abuse