[Mini Fiction] - Mon delicieux fantasme (Partie 5/5)

Tom s'entendit bégayer stupidement :

-Non...Je...Je...faut que je...

Il cessa de parler et s'élança, contournant son frère pour se précipiter vers la porte d'entrée, dans son affolement. Mais Bill fut plus rapide et l'attrapa par le bas de sa chemise, le retourna et Tom, qui était lancé, fut projeté contre lui. Bill le rattrapa au vol et Tom paniqua encore plus en sentant les bras de son jumeau se refermer dans son dos. Il le repoussa fortement, recula vivement et alla se cogner directement contre le mur.

Il s'avança un peu et le regarda, les yeux noirs d'une colère feinte :

-Alors comme ça, tu me mates en train de baiser ? Dis-moi un peu depuis quand tu fais ça ?

Tom était totalement apeuré, honteux, il bégaya :

-Je...Tu...Bill, je voulais pas...Recule...Désolé, je...J'aurais pas dû...

Bill haussa un sourcil et dit :

-Non, t'aurais pas dû, c'est vrai...Dis-moi à quoi tu pensais en faisant ça, t'espérais quoi ? Que je le saurais jamais ? Dis-moi ce que ça te fais quand tu regardes toutes ces vidéos de moi ?

Tom était incapable de répondre, il avait bien trop honte. Bill était trop proche de lui physiquement pour qu'il puisse réfléchir et répondre convenablement, il ne pensait à rien. L'odeur de son frère l'étourdissait, il était persuadé d'avoir perdu l'estime et l'amour fraternel de son frère avant de remarquer soudain que le brun était nu. Il hésita, posant une main timide sur son torse pour tenter de le repousser encore et demanda :

-Qu'est-ce...Qu'est-ce que tu fous à poil ? Je suis désolé, Bill, mais m'en veux pas ! Je...J'y arrive plus, putain ! J'arrive pas à...Depuis des années je...pardon...

Sans se démonter, Bill s'avança encore plus près et posa ses mains sur le mur, de chaque côté de la tête de son frère. Il vit de suite que Tom était plus qu'angoissé, complètement apeuré et surtout honteux. La douleur qu'il vit dans les yeux de son jumeau lui fit mal et il leva une main pour la poser sur sa joue pour tenter de l'apaiser :

-Calme-toi, Tom. Hey...calme-toi ! Dis-moi pourquoi tu fais tout ça !

Tom secoua farouchement la tête et chuchota, les poings serrés :

-Recule, laisse-moi...Putain, Bill, recule...

Au contraire, Bill s'approcha plus et colla complètement son corps au sien, sa voix arrivant directement aux oreilles de Tom :

-Pourquoi ? T'as pas vraiment envie que je recule...

-Arrête...fais pas n'importe quoi...t'es mon frère...

-Et alors ? C'est à ça que tu penses quand tu mates toutes ces vidéos de moi ?

Tom ne put rien répliquer à cela, Bill se frottait à lui et bon sang, il ne pouvait s'empêcher d'apprécier le contact. Son fantasme devenait réalité, il se sentait durcir encore, si vite après avoir visionné le dvd et Bill le lui fit remarquer :

-T'en as envie, je peux le sentir...C'est pas grave, je suis pas fâché contre toi, Tom...Sens comme tu me fais envie aussi...Allez, dis-moi Tom, je veux te l'entendre dire...

Il appuya son bassin un peu plus et Tom sentit avec étonnement que Bill bandait tout autant. En effet, toute cette situation excitait déjà grandement le brun. Il était posté devant la porte depuis un moment, il avait entendu toutes les phrases que son frère avait laissé s'échapper, l'entendant gémir dans sa chambre les fameux « Pti salaud...Si tu savais, putain, comme tu me fais envie, tu ferais pas tout ça...Bordel, tu m'excites tellement...Putain, ce pti con me tue... » et il avait compris que Tom était complètement excité devant son écran, ça l'avait troublé tout autant et il n'avait pas tardé à se déshabiller, il savait qu'à la fin Tom allait sortir de sa chambre comme un diable de sa boîte quand il comprendrait que Bill savait désormais la vérité. Et il avait décidé que ce soir était le grand soir, il voulait Tom comme il n'avait jamais voulu personne, tant pis si leur lien fraternel et gémellaire faisait de ses envies quelque chose de « politiquement incorrect », il voulait Tom, il l'aurait, parce qu'il savait que Tom en avait autant envie.

Mais il voyait bien que son frère essayait désespérément de reprendre le contrôle de lui-même et de la situation, c'était trop brusque, trop nouveau pour lui, il l'entendit protester :

-Bill arrête ça c'est pas...Faut pas...on doit pas...recule, laisse-moi partir...Je suis désolé, je voulais pas...J'aurai pas dû...Merde, Bill, recule, arrête...

Ses plaintes faiblissaient de plus en plus, Bill bougeait indécemment contre lui, il sentait l'érection du brun se frotter à la sienne et il ferma les yeux sous le plaisir, c'était plus que bon, il était vraiment prêt de perdre pied. Et Bill lui porta le coup de grâce en avançant la tête pour poser sa bouche dans son cou et suçoter sa peau, il gémit faiblement en basculant la tête en arrière, il rendit tout simplement les armes. Il ne pouvait lutter plus, pas quand Bill lui embrassait la gorge, pas quand il sentait sa langue percée lui lécher la pomme d'Adam, pas quand Bill mordillait son cou. Il avait passé une main sous sa chemise et effleurait son flanc, faisant s'élever la chair de poule, le troublant encore plus. Bill ordonna encore, insistant :

-Dis le moi, Tom, dis-moi ce qui te plait autant à me voir baiser avec d'autres !

Tom secoua encore la tête mais répondit, presque malgré lui :

-C'est pas le fait de te voir avec d'autres, c'est parce que...

-Parce que quoi ?

-Parce qu'en regardant j'aime imaginer que c'est moi qui suis avec toi...

Bill gémit, ferma les paupières et enroula son autre main autour de sa nuque et tout en continuant de caresser son torse, il leva la tête pour poser sa bouche sur la sienne. Tom manqua d'air immédiatement et ferma malgré lui les yeux pour répondre violemment au baiser en enlaçant son jumeau, l'écrasant fortement contre lui. Il ne se rendit pas compte que Bill reculait et l'attirait dans sa chambre. Il sentit à peine qu'il basculait sur le lit du brun, il comprit réellement ce qui était en train de se passer quand il ouvrit un peu les yeux et que son regard rencontra leurs reflets dans le miroir du plafond. La vision était irréelle pour lui, il était allongé sur le dos, Bill complètement nu sur lui, l'embrassant dans le cou alors qu'une de ses mains caressait son flanc encore. Il luttait pour reprendre un semblant de contrôle, il savait qu'il aurait dû repousser son frère pendant qu'il était encore temps, mais il s'en sentait incapable.

Bill se redressa un peu et la peur de Tom refit surface, il se dressa aussi et recula contre la tête de lit, complètement paniqué de nouveau, il secouait la tête :

-Arrête, Bill ! Tu...tu sais même pas ce que tu fais...

C'était manifestement la mauvaise chose à faire, il s'était placé exactement comme Bill le voulait et celui-ci leva un sourcil :

-Bien-sûr que si je sais ce que je fais !

-On peut pas, on est des frères. Et-

-Et t'en as envie, comme moi !

Il s'approchait de Tom qui s'écria, à bout :

-Et même ! Joue pas avec moi comme ça, Bill !

Bill s'arrêta soudain et lui lança un regard pénétrant, son sourire disparut :

-Tu croies vraiment que je pourrais jouer avec toi ? Tu croies vraiment que c'est qu'une distraction de plus pour moi ?

Il s'approcha un peu plus, profitant du fait que Tom était tétanisé, les genoux remontés contre son torse, les yeux fous exprimant la douleur, la confusion et malgré tout l'envie :

-Je veux juste te montrer à quel point j'en ai envie moi aussi...Je veux plus que tu imagines, Tom...

Il se pencha sur Tom et l'embrassa dans le cou, souriant contre la peau de son frère qu'il entendait soupirer de plaisir, il continua :

-Laisse-toi faire, tu vas aimer...

Étourdi, Tom demanda, hésitant :

-Aimer ? Aimer quoi ?

Bill l'allongea et s'assit sur son bassin, il leva un regard rempli de désir sur son jumeau et celui-ci frémit quand il l'entendit :

-Je vais juste faire de tes fantasmes une réalité...Et ça va être meilleur que tout ce que tu as pu imaginer...

Avant que Tom n'ait eu le temps de répliquer quoi que ce soit, Bill attrapa ses bras et les amena contre les barreaux du lit. En un tour de main, le blond se vit menotté solidement et commença à se débattre :

-Merde, tu fous quoi ? Tu...des menottes ? Non, arrête ça, Bill, tout de suite ! Détache-moi !

Bill lui lançait un regard victorieux et un grand sourire, il secoua la tête et se pencha sur lui pour murmurer contre sa bouche avant de l'embrasser :

-Pas maintenant...T'es trop bien comme ça...

Tom ne put rien ajouter, la langue de Bill s'enfonçait dans sa bouche et le brun ondulait sur lui. Tous ses sens étaient en éveil, il ne pouvait s'empêcher de bander, avoir Bill sur lui de cette façon le rendait fou, il en avait tellement rêvé.

Bill ouvrit un à un les boutons de sa chemise, déposant des petits baisers sur chaque morceaux de peau qu'il découvrait au fur et à mesure et quand la chemise fut entièrement déboutonnée, Bill en ouvrit les pans impatiemment en se redressant. Il regardait le torse de Tom avec envie, il passa ses mains sur le ventre qui se crispa sous la caresse, les remonta lentement, pinça les tétons qui durcirent encore plus. Ils ne se lâchaient pas des yeux, Tom respirait fortement et se cambrait chaque fois que Bill appuyait ses caresses, le brun se mordait la lèvre inférieure, les yeux brillants. Ils étaient l'un et l'autre excités, l'atmosphère était lourde, leur peau était moite, leur respiration sifflante. Bill se penchait parfois pour embrasser son jumeau sur la bouche, dans le cou, sur le torse. Et Tom gémissait à son frère d'arrêter et de le détacher. Bill n'en avait que faire, il savait que le blond n'avait au fond nulle envie d'arrêter, il tentait seulement de se persuader que c'était sûrement la meilleure chose à faire vu qu'ils étaient frères.

Il voulut faire perdre la tête un peu plus à Tom alors il se pencha et mordilla un de ses tétons pendant qu'il titillait l'autre de son doigt. Il sentit son frère frissonner et gémir doucement. Il se releva et déboutonna le pantalon de Tom rapidement, glissa une main à l'intérieur de son boxer, nullement étonné de trouver son frère déjà si humide. Tom se tortillait, il en voulait plus, il n'en pouvait plus, il était frustré d'être attaché et c'était tellement érotique qu'il avait peur de jouir à tout moment.

Bill ondulait doucement sur lui pour maintenir son excitation, il n'en avait nul besoin parce que Tom était à bout, rien n'aurait pu le faire débander, pas même si le feu s'était déclaré dans leur appartement.

Le blond ouvrit les yeux et vit l'air pervers qu'avait son frère. Celui-ci lui sourit et souffla, se tortillant toujours :

-Oh putain, Tom...J'ai tellement envie de toi, jamais j'ai eu envie de quelqu'un comme ça...Haaaan...Regarde, regarde comme je bande pour toi...et toi ? Tu me veux, toi ? Allez, dis le que tu me veux...Je veux l'entendre...

Mais Tom secoua la tête, déglutit péniblement et répondit, mâchoire serrée :

-Détache-moi...

Bill sourit largement, secoua la tête et sortit de sur Tom pour lui retirer son pantalon. Il laissait ses mains le caresser partout où il pouvait et se pencha pour attraper un téton entre ses dents pour le mordiller un peu. Tom ne faisait que trembler et frissonner, il s'empêchait de gémir en se mordant la lèvre inférieure. Il était gêné d'être nu et dévoré des yeux par son frère. Ce dernier avait le regard noir d'envie, il respirait fort et était complètement excité. Il se pencha pour récupérer quelque chose sous le lit et Tom blêmit en le voyant ressortir sa valisette de sex-toys. Il protesta :

-Bill ! Qu'est-ce que tu fous avec ça ? Non, tu vas pas...Non !

Bill ne répondit pas et vint se jeter sur lui pour l'embrasser fougueusement, enfonçant sa langue loin dans la bouche jumelle à la sienne. Tom répondit au baiser, il perdait complètement la tête et tirait comme un fou sur ses menottes, il voulait à tous prix être détaché, il voulait pouvoir toucher Bill, le retourner et le plaquer contre le matelas.

Mais le brun en avait décidé autrement, il fit glisser sa bouche tout le long du corps de son frère qui perdait un peu plus la tête en sentant la douce barbe naissante de son visage piquer un peu sa peau chaque fois que son frère frottait sa joue contre lui. Bill continuait de le torturer avec ses caresses et s'arrêta près de l'anatomie de Tom qui releva un peu la tête. Il vit Bill le regarder en souriant perversement. Il sentit le bout d'une langue lui titiller le gland et il se cambra un peu et gémit longuement quand la bouche l'engloutit entièrement. Et là, Tom perdit le peu de raison qu'il lui restait. Il n'avait plus conscience de rien hormis la bouche de Bill qui montait et descendait sur son sexe, indécemment, l'affolant toujours plus. Bill s'appliquait à lui faire perdre la tête et y arrivait manifestement très bien. Il appuyait son piercing contre sa peau, serrait les lèvres, l'aspirait fortement et c'était déjà trop pour Tom. Ce dernier sentait les mains de son frère lui caresser l'intérieur des cuisses, le griffer légèrement, le pincer un peu et lui, il était à peine capable de gémir, de haleter, de soupirer ou même de tenter de prononcer quelque chose.

L'air frais de la chambre frappa son pénis et lui fit alors remarquer, avec stupeur et frustration, que Bill s'était arrêté. Avant qu'il n'ait eu le temps de dire quoi que ce soit, Bill prit la parole d'une voix rauque de désir :

-T'as jamais été avec un mec, toi ? Non, t'as jamais été avec un mec...Tu sais donc pas comme c'est bon, de se laisser dominer, hein Tom...Tu sais pas ce que ça fait de se laisser prendre...Je vais te montrer...

Tom voulut protester mais Bill enroula la main autour de son sexe et il ne put que lâcher un énième gémissement quand son jumeau lui appliqua un va et viens ferme, tout en continuant de l'exciter par des paroles qui le déphasaient toujours plus :

-T'as dû tellement l'imaginer...Hein, Tom ? Te faire prendre par moi...Parce que putain moi, je pense qu'à ça depuis des jours...Te prendre très fort et te faire crier...Te faire gémir et te faire jouir tellement fort que t'auras plus de cervelle après...Tu veux que je te montre de près ce que t'as pu voir sur tes enregistrements ? Je suis sûr que tu vas trouver ça encore meilleur...

Bill leva une main à hauteur de sa bouche et suça deux de ses doigts, regardant Tom intensément. Il s'assit à califourchon sur le bassin de Tom et commença à se caresser devant lui, la tête rejetée, se tortillant un peu. Il passait son pouce sur gland pour étaler le liquide séminale et gémissait fortement, tenant à son comble l'excitation de Tom. Ce dernier, trop étourdi ne comprit pas de suite mais tressaillit quand il le vit se retourner et se mettre au-dessus de lui, à quatre pattes et descendre la main dont les doigts étaient humides de salive, jusque ses fesses. Il se caressa la raie des fesses avec son index et Tom ne pouvait détacher ses yeux de son frère. Il respirait fortement et n'en pouvait plus de voir Bill le faire languir à ce point. Il ne put s'empêcher de s'écrier, comme devant son écran :

-Putain, mais fais-le donc ! Fais-le, bordel...

Bill tourna la tête pour lui lancer un regard coquin avec un sourire en coin et se mordit la lèvre inférieure en introduisant son index en lui, faire quelques va et viens avant d'ajouter rapidement son majeur en creusant le dos, comme dans la vidéo. Il gémissait des « Oh Tom...Oui...Comme ça...Encore... » et Tom grognait, de débattant plus fort, tellement que les menottes marquaient vivement ses poignets. Le brun se laissa tomber sur le torse et enfonça ses doigts un peu plus, criant quand il trouva sa prostate mais dût bien vite arrêter avant de jouir violemment. Il retira ses doigts et se retourna rapidement, soufflant :

-Faut que je te prenne, Tom, faut que je te prenne tout de suite sinon je vais jouir ! Et je veux pas jouir comme ça...Je veux jouir en toi...

Bien que l'idée soit tentante, Tom était tout de même un peu affolé. C'était vrai, il avait imaginé tout un tas de scénarios mais dans la plus grande majorité il s'était vu dominer Bill et là, être attaché, complètement soumis à l'esprit pervers de son fantasme le déstabilisait. Mais le brun, qui pouvait deviner son angoisse, mettait tellement de ferveur dans ses caresses et ses baisers que très vite, toutes les dernières réticences de Tom se résumèrent à « que ce soit vice, que ce soit versa, je m'en fous, pourvu que ce soit toi, putain dépêche-toi, fais quelque chose mais fais le vite ! »

Tout se mélangeait dans sa tête, rien n'avait plus d'importance, il n'avait même plus peur, seule l'envie dominait. Et il l'aimait tellement fort qu'il était prêt à le laisser faire de lui n'importe quoi. Il gigotait sur le matelas, tirait comme un fou sur ses menottes, haletait sévèrement, gémissait à s'en assécher la gorge et Bill avait repris son membre en bouche, étalant de la langue le liquide séminal qui arrivait dangereusement.

Et Tom sentit bientôt un doigt humide le pénétrer, il hoqueta bruyamment. Bill avait, sans qu'il s'en aperçoive tellement il était perdu dans son plaisir, lubrifié ses doigts et poussait son index à l'intérieur de lui. Il fit aller et venir son doigt pendant qu'il le suçait toujours et qu'il resserrait son autre main à la base de son sexe. Tom était très étonné de ne pas encore avoir joui, c'était plus qu'il ne pouvait en supporter. Il grimaça un peu quand le majeur s'ajouta au premier doigt et après quelques va et viens, il s'arqua à l'extrême et ouvrit grand la bouche, bloquant l'air dans sa gorge, quand Bill trouva sa prostate et appuya fortement dessus sans pitié. Un éclair de pur plaisir venait de traverser tout son corps et déconnecta son cerveau. Il eut à peine le temps d'avaler goulûment une grosse gorgée d'air qu'il ressentit de nouveau la décharge qui lui fit voir blanc derrière ses paupières closes. Il comprit soudain pourquoi Bill aimait tant le sexe, ce qu'il venait de ressentir était tout simplement extraordinaire en puissance, il n'avait jamais ressenti cela avant, avec aucune de ses partenaires. Et le fait que ça soit Bill qui lui fasse tout ça décuplait encore plus son plaisir. Il jura fortement et entendit le brun lui dire, d'une voix rauque d'envie :

-Ouais je sais ! Alors ? T'as jamais ressenti ça, hein ? T'as vu comme c'est bon ? Oh putain, Tom, tu peux même pas t'imaginer ce que ça me fait de te voir comme ça...

Bill n'en pouvait plus, voir son jumeau dans cet état le mettait en transe totale, il gémissait bruyamment lui aussi et devait réunir toutes ses forces mentales pour ne pas jouir ou alors pour s'empêcher de retirer ses doigts et le prendre brutalement, de suite. Le bruit que faisaient les menottes le rendait dingue. Il termina de détendre le blond en insérant un troisième doigt en lui caressant le corps de l'autre main pour le relaxer un peu plus et en lui chuchotant des paroles salaces pour l'exciter encore mieux. Il n'en avait nul besoin, Tom était à son comble.

Quand Bill sentit que Tom était à bout, il retira ses doigts et remonta à hauteur de son visage pour embrasser profondément son jumeau tout en saisissant rapidement un cockering qu'il referma tout aussi rapidement autour du sexe de Tom. Celui-ci se mit à geindre plus fort :

-Putain, non...Bill, non...

Tom le vit attraper rapidement quelque chose dans la petite valise et quand il vit que c'était un gode que son jumeau lubrifiait, il protesta :

-Non, Bill...Tu vas pas...Arrête...

Le brun le coupa :

-Laisse-toi faire, je te ferai pas mal. Et putain, arrête de te débattre comme ça, ça m'excite encore plus...

Encerclant ses épaules d'un bras, Bill le suréleva un peu et introduit lentement...un gode de taille moyenne à l'intérieur de son frère. Il frottait son érection contre la cuisse de Tom et embrassait son visage en poussant le sex-toy et Tom se cambrait à chaque pénétration, il se cambrait et suppliait :

-Putain...Détache-moi, Bill...Détache-moi...

Et parmi tous ses gémissements à lui, Bill répondait :

-Oh putain, Tom...Tu me fais tellement envie toi aussi...Regarde comme t'es déjà prêt pour moi...Regarde comme tu m'accueilles déjà...Ouvre les yeux, Tom...Regarde nous dans le miroir...

Tom ouvrit les yeux et tomba immédiatement sur leur reflet dans le très large miroir du plafond de la chambre de Bill. Le reflet était surréaliste, il était dans les bras de Bill, les jambes écartées, suant, ils étaient nus tous deux et il voyait les doigts de Bill disparaître à l'intérieur de lui. Il l'entendait gémir contre son oreille et le voyait onduler contre sa cuisse. L'image très érotique était quasiment insupportable pour lui. Son jumeau prenait manifestement un pied d'enfer à lui faire ça et lui-même en voulait encore plus. Il articula difficilement :

-Bill...Dé...Détache-moi...

Tom voulait être détaché afin de pouvoir toucher Bill à son tour, il rendait les armes, il les avait rendues depuis longtemps, même. Il tourna la tête et enfouit son nez dans le cou de son frère, inspira à pleins poumons l'odeur unique qui le rendait fou et se mit à lécher la gorge de Bill en fermant les yeux et en gémissant avec délectation. Bill pencha la tête sur le côté et enfonça un peu plus le gode dans les fesses de son jumeau. Il crispait les doigts dans son épaule et frissonna violemment quand il sentit Tom lui mordiller le cou. Il abaissa un peu la tête pour aller mordre le cou de Tom et celui-ci profita du fait que la tête brune soit à portée de bouche pour mordre le lobe de son oreille et se délecta du gémissement de Bill. Il n'avait qu'une envie, le faire gémir encore plus, lui faire gémir son prénom... C'était brutal et passionné, ils s'embrassaient à tour de rôle, se léchaient la gorge, se mordaient dès que possible, Bill accélérait les mouvements à l'intérieur de Tom et Tom tirait comme un damné sur ses menottes, les yeux toujours fixés sur leur image, dans le miroir. Tom souffla :

-Bill...Putain...Détache-moi...Je veux...

-Tu veux quoi ?

Tom n'hésita pas et articula difficilement :

-Je veux te toucher aussi, putain...J'en ai tellement envie...J'en peux plus, détache-moi...

Bill sourit et dit :

-Bin tu vois, suffisait de demander...

Il retira le gode et en quelques mouvements, récupéra la clé qui allait donner à Tom sa délivrance. Mais Bill n'avait pas prévu ce qui arriva, une fois libéré, Tom se jeta sur lui en un seul bond, tellement rapidement et brutalement qu'ils tombèrent du lit tous les deux, Bill dos au sol, Tom sur lui. Ni l'un ni l'autre ne s'en formalisa, les mains de Tom étaient partout sur Bill, sa bouche se colla immédiatement à celle du brun et il enfonça sa langue dans la bouche jumelle pour l'embrasser furieusement. A ce moment, Bill eut une pensée reconnaissante pour la moquette qu'il avait tenu à faire poser, elle avait amortie leur chute.

Bill les fit pivoter pour se retrouver au-dessus de Tom et de nouveau ils s'embrassèrent comme des assoiffés, n'arrivant pas à apaiser la soif que l'un avait de l'autre. Pendant un moment, ils se frottèrent, se dominant chacun à son tour, se mordant et se suçant la langue. L'échange était féroce, bestial, vulgaire et désordonné. Par moment, Tom tentait, à tâtons, de retirer l'anneau qui encerclait son pénis et Bill attrapait alors sa main pour la plaquer brutalement au sol avant de recommencer à se frotter à lui, lui tirant des gémissements plus longs.

Tom était complètement en transe, il avait tellement imaginé ce que ça faisait de coucher enfin avec Bill mais était étonné de voir à quel point il avait été en-dessous de la vérité. Tout était beaucoup plus intense, beaucoup plus jouissif, tous ses sens étaient exarcerbés et en éveil, il sentait Bill partout et sa tête lui tournait. Bill ressentait exactement les mêmes choses, personne ne lui avait procuré le plaisir qu'il pouvait ressentir avec son jumeau et il ne l'avait même pas pénétré !

Il se redressa, entraînant Tom avec lui, soupira fortement pour récupérer un peu de self-contrôle et dit :

-C'est cool par terre mais là, faut que je te prenne, Tom. Faut que je te prenne tout de suite, avant de devenir complètement dingue.

Il se sentit poussé et plaqué sur le ventre sur le matelas, en travers du lit et tenta de se débattre un peu. Tom s'était jeté sur lui et vint murmurer à son oreille avant de la lécher :

-Et qui te dit que j'ai envie que tu me prennes, petit frère ? Hein ? Parce que là, dans ta position, je pourrais bien te faire tout ce que je veux, tu pourrais rien dire...Je pourrai te baiser comme ça et t'aimerais ça...

Il bloqua les mains de Bill et plongea la tête dans son cou, le torturant de la langue et de la bouche pendant qu'il frottait son sexe entre ses fesses. Mais l'anneau toujours présent l'empêchait de faire plus et Bill profita d'un moment où Tom s'était légèrement écarté pour se retourner vivement et le plaquer dos au matelas à son tour. Il captura la bouche de Tom et engagea un baiser sensuel qui laissa le blond pantelant dans ses bras.

Tom avait fini par s'habituer à l'idée d'être pris par Bill, de toute façon il voulait tout ce que Bill voulait, il ne s'arrêterait pas, il ne l'arrêterait plus...C'était lui et Bill, à partir de maintenant, peu importe ce que la petite voix raisonnable lui criait depuis le début « c'est ton jumeau... » il ne l'écouterait pas. D'ailleurs, il ne l'entendait plus, elle avait cessé de crier...

Tom recula contre la tête de lit et Bill s'avança vers lui, le regard lubrique, à genoux. Tom comprit immédiatement ce à quoi son jumeau avait pensé, ils étaient tellement pareil finalement, ils se comprenaient et se déchiffraient si bien, étaient aussi pervers l'un que l'autre quand ils avaient trouvé celui qu'ils estimaient être « le bon, le seul, l'unique », la moitié qui complétait l'autre, le yin qui dépendait du yang, une symétrie parfaite...

Le blond avança les mains et saisit les hanches de son frère pour l'amener à lui. Bill se mordait les lèvres et frémit quand il avança le bassin jusqu'à ce que son sexe disparaisse dans la bouche de Tom. Il posa une main manucurée sur la tête de son jumeau et l'encouragea, rejetant la tête en arrière sous l'afflux de plaisir :

-Oh oui, Tom...Oui...Comme ça...Haaan...Suce-moi encore...

Tom n'avait aucune idée de ce qu'il faisait, ne l'ayant jamais fait à un homme, mais il savait ce qu'il aimait et savait ce que Bill aimait, il lui avait fait un peu plus tôt la même chose. Il se sentait fier de pouvoir lui procurer du plaisir, lui qui en avait tant rêvé, il voyait Bill se liquéfier à vue d'oeil, trembler sur ses genoux, avancer les hanches dans des mouvements de plus en plus saccadés. Et Bill était totalement vulgaire, il se caressait le torse, se pinçait les tétons, se léchait les lèvres, provoquait Tom d'une voix enrouée de plaisir par des paroles encore plus indécentes. De tous les films que le blond avait vu, il ne l'avait jamais vu dans un état comme ça et en était plus que fier, il était sûr d'être le seul à pouvoir mettre Bill dans cet état là et comme si le brun avait deviné ses pensées, il lui souffla :

-Tom, putain...Jamais avant j'ai...Bordel, tu m'excites tellement...Tu me tues, Tom...Arrête-toi ou je vais venir dans ta bouche...

Il se retira de la bouche de Tom et prit quelques secondes pour enduire son membre de lubrifiant. Tom le regardait faire sans appréhension, il en avait trop envie, il fallait absolument que ça se concrétise où il allait devenir cinglé, l'anneau l'enserrait, mettant son excitation à son comble, son souffle était erratique, la sueur dégoulinait de ses tempes.

Bill attrapa le haut de ses cuisses et les remonta sur ses épaules, ancra ses yeux dans les yeux de son frère et avança le bassin jusqu'à l'entrée de son jumeau. Il poussa et quand son gland pénétra Tom, ses yeux se révulsèrent avant de se fermer, dans un mouvement lent, complètement. Sa tête bascula doucement vers l'arrière et il se mordit les lèvres, ne pouvant s'empêcher de gémir.

Tom avait bloqué sa respiration et quand il sentit Bill entrer enfin en lui, il se retint de pleurer. Ca dépassait vraiment tout ce qu'il avait imaginé, c'était encore mieux, ça dépassait tout. Ils retrouvaient leur état originel, ils étaient de nouveau un, avec ce sentiment de complet abandon et d'union parfaite.

Bill ouvrit les yeux et pendant un long moment, ils ne lâchèrent pas le regard de l'autre, lisant avec fierté et pouvoir le plaisir de l'autre, faisant passer au travers leurs ondulations de bassin tout l'amour que l'un ressentait pour l'autre et l'envie de l'emmener avec lui dans les fins fonds de l'extase.

Bill se pencha, pliant presque Tom en deux et sans cesser ses accoups il vint réclamer sa bouche qu'il prit avec fièvre, les yeux toujours ouverts, regardant avec adoration son jumeau qui prenait du plaisir. Tom gémissait son prénom et accrochait les doigts dans sa peau. Non, Tom n'était pas nul en matière de sexe, se dit brièvement Bill, Tom était tout simplement le meilleur...

L'étau de chair qui enserrait Bill lui serrait les entrailles, lui faisant ressentir encore plus de plaisir, plus fort à chaque coup de reins qu'il donnait et qui faisait cambrer Tom contre lui, un feu vicieux grondait dans son ventre, traçant le chemin d'un orgasme explosif et Bill accélérait de plus en plus pendant que Tom sentait de nouveau sa prostate être giflée violemment. Le cockering était toujours autour de son sexe et ce fut trop pour Tom. Ne pouvant jouir, étant trop excité, il ne put que haleter, devenant incapable de crier quand Bill heurtait son point de plaisir. Avant de fermer complètement les yeux, il regarda, encore fasciné, le reflet de son jumeau qui lui donnait de grands coups de reins, son dos luisait de sueur et ses fesses se serraient chaque fois qu'il entrait puissamment en lui.

Le brun relâcha ses cuisses qui tombèrent mollement de chaque côté de lui et accéléra encore. Tom était juste le plus étroit, le plus chaud, il le ressentait de partout et voulait que ça dure mais s'affola légèrement quand il sentit le corps de son jumeau trembler violemment sous lui, jusqu'à presque convulser, avant de se relâcher entièrement et Tom fut complètement immobile. Il se laissa gagner par des coups de reins qui l'enivraient totalement, trop sonné pour réagir, le cockering lui ôtant toute rationalité. Bill comprit qu'il était vraiment à bout et retira l'anneau qui enserrait la base de son sexe avant de replonger dans le corps de Tom, profitant de leurs derniers instants de luxure.

Tom souleva difficilement une main pour la poser derrière la nuque de Bill, l'attira à lui pour un baiser passionné qui les bouleversa. Et ce fut à ce moment, à ce moment précis où Bill ouvrit les yeux et qu'il croisa le regard ému de Tom qui lui murmura :

-Je t'aime Bill...Je t'aime tellement...

Et Bill comprit enfin ce qu'il n'avait pas remarqué avant. Il l'aimait lui aussi, de la même façon, avec la même intensité, avec la même dévotion. Ses bras, passés de part et d'autre de la tête de Tom se mirent à trembler fortement, il eut du mal à se soutenir et le feu qui grondait dans leur ventre se propagea partout dans leurs corps. Bill posa son front contre celui de Tom, ses yeux toujours dans les siens et lui dit :

-Je t'aime aussi, Tom...Jouis...Jouis avec moi...

Ce fut trop pour le blond qui se sentit soulevé et fracassé contre un mur de plaisir pur, le plaisir brut dévalant ses veines et déconnectant son cerveau. Bill venait de lui dire qu'il l'aimait aussi...

Voir autant de plaisir et d'émotion sur le visage jumeau amena Bill à la jouissance puisque dans un dernier coup de bassin lui-même eut la sensation d'étouffer tellement son orgasme fut puissant. Les muscles de Tom qui se refermaient encore tout autour de lui, le serrant encore plus, prolongèrent leur orgasme à tous deux et Bill gémit plaintivement.

Doucement, la tête brune se posa contre l'épaule du blond qui le serra farouchement contre lui et embrassa de baisers légers sa tempe et caressa son dos amoureusement. Ils restèrent de longues secondes enlacés, sans rien dire, bouleversés par ce qu'ils venaient de vivre, émus aux larmes, apaisés et heureux. Tom était terrassé, complètement retourné, affaibli comme jamais il ne l'avait été, à peine capable de respirer convenablement. Il peinait à retrouver un rythme cardiaque paisible et n'arrivait même pas à inspirer fortement quand l'air lui manquait trop.

Bill finit par se dégager doucement et s'allongea aux côtés de Tom, le prenant directement dans ses bras pour cajoler les dreads humides. Tom déposait des baisers paresseux dans son cou et sur son torse et finit par dire pour casser le silence qui commençait à le gêner :

-Bon...Voilà, ça y est, tu m'as baisé !

Bill rit doucement et dit :

-Dis pas ça comme ça !

-C'est pourtant ce qu'on vient de faire, non ?

Bill se dégagea et releva sa tête pour le regarder sérieusement dans les yeux :

-Ecoute, ce qu'on vient de faire, c'est...je sais pas trop, en fait, je sais juste que...Tom, t'es mon frère, mon jumeau, t'es la personne la plus importante pour moi, ça changera pas. J'ai plus besoin de personne maintenant, puisque je t'ai toi...

-Ouais mais...

-Ouais mais rien ! Et puis, à partir de maintenant, si jamais tu dois filmer, c'est nous deux que tu vas filmer...

Tom se sentit rougir et voulut s'excuser :

-Oh, tu sais, à propos de ça, je...

-T'excuses pas ! T'es un vrai pervers, mon frère, mais tu l'aurais pas fait, j'aurais jamais su ce que tu ressentais, et j'aurais jamais compris non plus que c'était toi que j'attendais depuis tout ce temps. T'aurais dû me dire ça depuis longtemps. Mais je t'en veux pas.

Bill surplomba Tom un peu pour poser sa bouche sur la sienne. Leurs lèvres se mouvèrent ensemble un instant avant que Bill ne reprenne la parole :

-Et puis, on a tout un tas de trucs à rattraper...

-Ah ouais ?

-Ouais, on n'a pas encore réalisé tous tes fantasmes...

Les yeux de Tom brillèrent et il sourit, imaginant déjà, se sentant avec un grand étonnement déjà durcir, il répéta :

-Ah ouais ?

-Ouais...Parce que là, tu vois, j'ai une furieuse envie de me faire prendre...Par toi...

-Putain, Bill...

Tom s'installa entre les cuisses grandement ouvertes de Bill qui avait fermé les yeux, se laissant dévorer par la bouche que le blond avait posée sur sa gorge et surpris de sentir le plaisir qui montait, déjà grand et inévitable, comme jamais il l'avait ressenti auparavant. Il caressa le dos de Tom et lui souffla, avant d'en être incapable :

-Dis...

-Hmm ?

-Et si t'allais allumer cette putain de caméra, qu'on ait un souvenir...

Fin

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.162.133.222) if someone makes a complaint.

Comments :

  • chaos87th

    25/07/2011

    En fin de compte, ils sont aussi pervers l'un que l'autre.
    Mais c'était gnéial.
    J'ai adoré

  • coco69

    08/03/2011

    Eeeh ben, moi qui avais envie d'un twincest, je suis servie là je crois x)
    Franchement c'est du hard tout ça hein o.o Entre Tom qui espionne son frère avec ses vidéos, Bill qui ramène ses conquêtes presque chaque soir, Tom qui l'embrasse 2 fois en croyant que Bill en est pas conscient alalaa.
    Aaah puis le mieux, quand il l'attend à côté de la porte de la chambre de Tom à poil, lui qui croyait s'enfuir de la maison, il a bien été retenu par son frère ;) Et même les lemons sont bien écrits, quand je dis "même les lemons", j'veux dire que ton écriture est précise, ça colle avec l'ambiance générale de la fic et tout.
    Puis y'a quand même une petite touche mignone, les "je t'aime" de la fin (a)

    Je viendrai lire plus tard tes fictions même si je crois que t'as pas posté depuis quelque temps ..
    Bisous, à bientôt.

  • Drei-Sterne

    09/02/2011

    Oui j'ai trouvé ton blog! =)

    Je commente "Mon délicieux fantasme" uniquement sur ce chapitre, j'espère que tu m'en voudras pas. J'ai adoré! Sincèrement c'est juste.. t'as un talent dingue! C'est incroyable. Tom m'a beaucoup touché, j'angoissais avec lui pour la réaction de Bill. Mais finalement, tout se passe bien, et tant mieux. J'avoue que jusqu'à la fin je me suis dit "est-ce que Bill est sincère". Apparemment oui, j'espère! Je ne sais pas trop quoi dire de plus. A part bravo, merci. Tu écris.. plus que bien.

  • th-in-disney-world

    05/10/2010

    Hey bien... Tom est tordu d'avoir filmé Bill, mais comme le dit ce dernier... Sans ça il n'aurait peut être jamais su.
    Tom faisait de la peine au début en tout cas. Heureusement Bill ne s'est pas enervé en trouvant les DVD et il a pu réaliser ce qui se passait.

    Bonne continuation.
    Laura67

  • Des-Bill-Ich-Th

    23/07/2010

    salut
    je viens de lire ta ts hey ba j'en reviens pas tellement c'est génial du pur bonheur à lire et des lemons brulant et la derniere scène je suis morte grillée hâte d'en lire d'autre comme ça a+ bisou

  • xFURxIMMERxJETZTx

    17/07/2010

    Mamaaa *_*
    Tu veux nous faire mourir devant notre pc c'est sa hein ? Avoue ! mdr '--
    Suuuuuuuuuuuuper ! J'aaaime ! =D ♥

  • tounzig

    26/01/2010

    waouw...j'ai du mal à m'en remettre! Je pense que c'est la première fois que je lis un truc aussi... pervers, dépavé, excitant... Je pensait pas qu'il était possible de décrire cela aussi précisément!
    Tu as vraiment beaucoup de talent, non seulement pour les lemons qui sont divins, mais aussi pour toute la partie "sentiments", c'est tout simplement fantasmagorique!
    C'était la première fois que je lisais quelque chose de toi en dehors de la YAC et putain, si j'avais su, il y a longemps que j'aurais dévoré chacun de tes écrits!
    Un tout grand merci et à bientôt! (parce que là, il est tard et je travaille demain, faut absolument que j'aille me coucher!)

  • aimer-a-en-mourir

    12/12/2009

    oh putain *_*

    je crois qu'il y a pas de mot pour décrire ça o_o
    c'est parfait, ouai, parfait, génial

    déjà la fin T_T

  • FaiTH-it

    22/10/2009

    Bon,

    alors il va falloir que je me rassemble en moi même pour arriver à te laisser quelque chose d'un minimum cohérent.

    J'avoue, excepté ton OS de Noël pour la YAC, que je n'avais rien lu de toi. Et Twinsexe m'a tellement dit et répété que je devais absolument te lire, que ce soir, je me suis lancée.

    Putain qu'est ce que j'ai bien fait.

    J'ai commencé par Dévorante Passion, Traces de Pas, puis enfin Mon Délicieux Fantasme.
    Et bordel.
    On lit souvent en commentaire "c'est le meilleur os/Ts/lemon que j'ai jamais lu". Et bien là putain je peux le dire : c'est le meilleur Four Shot que j'ai jamais lu. En toute sincérité.
    J'avais déjà lu des textes sur ce thème, mais jamais rien de tel.
    Ton écriture est dense, précise, riche, claire. Et c'est un putain de bonheur. J'me suis laissée entraînée, ligne après ligne, j'avais l'impression de lire toujours plus vite, toujours plus fort.
    L'obsession de Tom est parfaitement décrite, cette envie, cette frustration, qui le mène à devenir voyeur. Et les sentiments sont déjà tellement fort, qu'ils passent par l'envie de sexe, d'être toujours plus près de son jumeau, de se connecter, de ne faire plus qu'un, le yin et le yang.
    La réaction de Bill pourrait sembler étonnante, rapidement positive, mais ce qu'il n'a pas compris, et que moi j'ai mis du temps à comprendre, c'est qu'il l'aime, d'amour, de tous les formes d'amour possible, et qu'il avait besoin d'un déclencheur pour s'en rendre compte.

    La scène filmée, la dernière, celle que Bill fait pour Tom est incroyablement décrite. Je suis assez exigeante avec les lemons que je lis, dans le sens où un mot peut tout gâcher même si je suis à fond dedans. Et là...c'était naturel, c'était excitant, c'était intense. Je ne saurais pas te dire ce que j'ai pu ressentir en le lisant, mais je l'ai dévoré, avalé, de manière quasiment boulimique. Bill est la décadence même. Il est luxure. Une définition à lui tout seul du sexe.
    Je me demande encore comment tu as pu faire un truc aussi génial. Pas que je doute de ton talent ! Non, non, surtout pas ! C'est juste que...j'ai lu pas mal de lemons, notamment avec des sex toys, et que je n'avait jamais adhéré. Jamais la façon dont c'était écrit et décrit ne me plaisait. Mais là, tu as réussi avec grandeur !

    Quand au lemon final...grands dieux. C'était...wow, je vais tenter de trouver mes mots. Tu vas penser que je ne commente que le côté sexuel du Four Shots, mais pour moi, pouvoir écrire des lemons aussi parfaits, c'est preuve d'un superbe talent. Parce que écrire ça, sans foncer dans le chiant, gênant, sans un mot de trop, sans un mot de travers, c'est juste...! Alors même si j'ai adoré l'ensemble, j'ai du mal à me défaire de cet aspect là.
    La littérature érotique est difficile à mon sens, et putain tu as tellement tout défoncé. Oui, je parle de littérature, parce que franchement, ça a beau être de la fan fiction, ça a beau être Tokio Hotel, tu m'as bluffée.

    Donc, je disais, le lemon final : impérial.
    Jamais, je n'avais lu un truc d'une telle intensité. C'est du sexe, du vrai, comme dans la vraie vie, et à mon sens, ton âge et ton expérience de la vie (je n'insinue rien du tout ^^, on sait toi comme moi, que la plupart des filles qui écrivent son plus jeune que toi, c'est tout à ton honneur), font complètement la différence.
    L'appel des corps et de sens et parfois tellement fort qu'il est impossible de le contrer, que les barrières n'existent pas. La recherche du plaisir est enivrante, en donner comme en recevoir, et il est absolument impossible d'aller à l'encontre de ça. Et là, les sentiments font tout, Tom a tellement attendu, et Bill se rend compte que Tom a tant attendu, au final, c'est une explosion, l'explosion alchimique de la rencontre de leurs deux corps, de leurs deux âmes.

    Je n'avais jamais rien lu de tel, et je suis franchement déstabilisée. Tu m'as étonné et ravie. C'est un bonheur de t'avoir lue, alors merci pour ça.
    Je regrette de ne pas l'avoir fait avant.

    Ce FourShot vient de rentrer dans mon top perso, je sais c'est pas très intéressant, mais tu viens d'amener quelque chose de très nouveau et très fort dans mon monde yaoi-th.

    Et là, je me dis sincèrement que je voudrais être capable d'écrire de telles choses, aussi puissantes et belles.
    Et également que je souhaiterai te dire toutes ces choses que je n'ai pas réussi à te dire dans ce commentaire.

    A bientôt sur la YAC, sur msn et pour tes autres écrits évidemment.
    Pour le moment, il est 00H50 chez moi et les obligations désagréables m'attendent demain matin, je reviendrai te lire dès que possible.

    Merci encore.

    Yuliie.

  • Pucca97217

    18/09/2009

    J'ai adorer c'etait tout simplement superbe une fin parfaite c'est tout

Report abuse