[Fiction] Reviens-moi!!! - Chapitre 1

Voici la collabo que j'ai faite avec £illou, ça a été un plaisir de travailler avec cette fille, allez voir son blog c'est dans mes favoris "Pas sur la bouche", vous comprendrez. En attendant, c'est avec fierté qu'on vous présente notre bébé commun :

REVIENS-MOI !!!



Chapitre 1


Déjà 17h. Baissant les yeux de l'horloge, Bill soupira profondément. Il allait bientôt être l'heure de rentrer chez lui et non, ça n'était pas un soupir de soulagement qu'il poussait, c'était un soupir d'embarras. Rentrer chez lui était devenu un tel...problème ces temps-ci, il appréhendait tellement ! C'était comme ça depuis quelques temps, c'était presque à reculons qu'il rentrait chez lui, parce qu'il savait ce qui l'attendait. Et ce qui l'attendait, la personne qui l'attendait plutôt s'appelait Tom...

Trois lettres pour une rivière de bonheur autant qu'une source d'emmerdements. Tom, son petit ami, son compagnon, l'amour de sa vie et en même temps, celui avec qui il avait tant de mal à discuter depuis un peu plus d'un an. Ils s'éloignaient...Rien à faire, ils s'éloignaient. Peut-être que le temps avait fini par avoir raison d'eux, peut-être qu'ils étaient comme tous les couples, le leur avait aussi une durée de vie déterminée ? Bill avait lu un jour que la durée moyenne de la vie d'un couple était de huit ans. Après, le psychologue de thérapie familiale qui avait écrit cet article parlait de « désamour ». Eux en étaient à sept, sept ans de vie commune, sept ans que Bill aimait Tom et Tom aimait Bill, inconditionnellement, passionnément, comme jamais ils n'avaient aimé auparavant, alors qu'est-ce qui avait changé ? Et pourquoi ? C'était déjà difficile, en tant que gay, d'avoir une relation, et une relation longue était encore plus rare, eux avaient réussi à combiner les deux, c'était comme s'ils avaient trouvé leur moitié, et voilà que depuis un peu plus d'un an, ils se disputaient de plus, ils s'insultaient comme du poisson pourri, ils se faisaient la gueule pendant des jours.

En pensant à tout cela, Bill soupira de nouveau. Il se rappela leur dernière dispute, elle datait de la veille d'ailleurs. Et elle avait été particulièrement violente, blessant Bill au plus profond de lui-même, il avait cherché de quoi blesser Tom en retour et y était très bien parvenu. Tout ça à cause d'une fichue conduite. Ils allaient souvent manger chez les parents de Tom le dimanche, ils ne rentraient que chez eux après avoir dîné. Et Tom, ayant arrosé le copieux repas de sa mère de plusieurs verres de vin, voulut quand même prendre le volant.

Flashback :

-Tom, donne moi les clés, je vais conduire, comme ça tu pourras te reposer !

-Non, pour quoi faire ? Je me reposerai à la maison !

-Oui mais avec tout ce que tu as bu, c'est pas trop prudent, donne-moi les clés !

Tom l'ignora totalement et se retourna vers ses parents :

-Merci pour cette journée, maman c'était très bon, tu n'aurais pas dû nous donner tout ça !

Mme Trümper leur préparait toujours des boîtes de nourriture à rapporter chez eux, Bill adorait sa cuisine et elle aimait les gâter le plus possible. Elle sourit et embrassa son fils, prenant néanmoins un ton de reproches :

-Tu devrais laisser Bill conduire, c'est pas raisonnable, Tom, de prendre le volant, c'est vrai que tu as bu quelques verres de vin et si vous vous faites contrôler, tu risques de perdre ton permis.

-Oh mais non ! J'ai pas bu autant que ça, et ça va super bien ! Crois-moi, si tu voyais Bill conduire, tu serais d'avis qu'il vaut mieux que je le fasse moi-même, même étant un peu ivre !

Bill l'entendit et loin de le faire rire, il râla immédiatement :

-Ah ah ah Tom ! N'importe quoi ! Mais vas-y, conduis si ça te fait plaisir, tu riras moins si les flics te font souffler dans le ballon !

Tom ne répondit pas et grimpa derrière le volant après avoir embrassé une dernière fois ses parents. Bill s'installa à côté de lui, un peu de mauvaise humeur, vexé par sa réflexion sur sa conduite. Pendant quelques minutes, le trajet se fit dans le silence. Bill regardait obstinément devant lui et Tom sentait bien qu'il avait fait une bourde, mais il ne savait pas où. Il se concentrait sur la route, s'il se trompait de chemin ou autre, Bill allait le lui rappeler éternellement, mieux valait pour lui que le trajet se passe sans incident. Au bout d'un moment, nerveux par le silence que lui imposait son compagnon, il demanda :

-Tu fais la gueule ?

Bill ne put s'empêcher de répondre sèchement :

-Non.

-Si, je vois bien que tu fais la gueule !

-Bon, bin alors me pose pas la question, elle est conne ta question.

Tom soupira et demanda en prenant son air de martyr :

-Ok, qu'est-ce que j'ai fais cette fois ?

Interloqué, Bill se tourna vers lui et s'écria :

-Ah parce qu'en plus tu sais pas ? Bin putain, bravo ! Non mais t'as vu comment tu me parles ? Je te dis gentiment que je vais conduire et toi, même bourré tu prends le volant sous prétexte que je conduis mal ? Ca t'a jamais gêné ma conduite, c'est un comportement nul, ça ! Tu seras bien avancé si les flics t'arrêtent ! Ce sera bien fait pour ta gueule, tu viendras pas te plaindre !

-Oh commence pas Bill, s'il te plait ! Ca va, on est plus très loin maintenant et je suis pas aussi bourré que tu le croies ! J'ai toujours conduis avant, et c'est tout ! Et puis...

Il hésita un instant, le temps de mettre le clignotant et de tourner à droite après avoir regardé des deux côtés s'il pouvait le faire en toute sécurité. Il était un peu ivre, c'est vrai, et une parole malheureuse lui échappa, avant même qu'il ne puisse la retenir :

-Et puis, c'est moi l'homme, c'est moi qui conduis !

Il ne remarqua pas tout de suite le silence glacial dans la voiture. Il tourna la tête pour sourire à Bill, inconscient de l'énorme gaffe qu'il venait de faire mais son sourire disparut immédiatement quand il nota le regard noir que Bill posait sur lui ainsi que la mâchoire qu'il serrait, montrant que son énervement était à son comble. D'un ton innocent, il demanda :

-Quoi ?

Bill secoua lentement la tête et articula :

-Redis ça, pour voir...

-Redire quoi ?

-Tu conduis parce que quoi ?

Tom réfléchis quelques secondes et quand il réalisa ce qu'il avait dit, son visage se décomposa un peu. Il tenta de s'excuser :

-Oh merde, non ! Je...désolé, je voulais pas dire que...Bill tu vas pas-

-C'est bon, j'ai compris ! Ca veut tout dire, Tom, tout ! Et moi je suis quoi ? Une meuf ? Une nana ? Une gonzesse ? Une fille ? Vas-y, dis-moi un peu, j'ai hâte de connaître ta vision de la chose ! Parce que j'ai les cheveux longs et que je mets du vernis et du maquillage c'est comme ça que tu me vois ? Comme une femme ? Merci, ça fait plaisir, je comprends mieux tout un tas de choses !

-Non, chéri, j'ai jamais pensé que tu étais...non, j'ai dis ça comme ça, va pas penser que...

-Bien-sûr ! Au bout de sept ans il serait temps que tu te rendes compte que c'est avec un mec que t'habites, Tom ! Un mec que tu baises ! Voilà pourquoi le contraire arrive rarement, alors ? C'est moi la « fille » dans notre couple alors ? Bin sympa, je savais pas, me voilà renseigné ! Et bientôt tu vas me demander quoi ? De porter des chemises de nuit ? Des culottes en dentelle ?

Tom se sentait mal, très mal d'avoir dit cela, mais dans sa légère ivresse, l'image d'un Bill vêtu d'une nuisette lui passa dans l'esprit et il ne put cacher l'éclair lubrique que Bill remarqua immédiatement. Il cria, furieux, sachant très bien à quoi pensait Tom :

-Putain ! Arrête ça de suite, Tom, je sais à quoi tu penses ! Bordel, mais qu'est-ce que tu peux être con quand tu t'y mets !

Tom essaya de lui prendre la main mais Bill le repoussa fermement :

-Essaye même pas ! Après tout je suis la femme, non ? Bin je vais faire la vraie femme et faire la gueule un bon moment !

-Bill, je t'ai dis que j'étais désolé d'avoir dit ça, j'ai jamais pensé que tu étais la femme dans notre couple, putain je suis aussi gay que toi, comment tu veux que je pense à un truc pareil ?

Bill ne répondit rien mais ricana ironiquement. Cela renforça la fureur de Tom :

-Ouais, bin en tout cas, tu la joues bien, la femme ! Fais la gueule si t'as envie, moi ça me fatigue tout ça !

Ils terminèrent le trajet en silence, Bill encore plus fâché et Tom confus, même s'il ne le montrait pas. Il avait prévu une soirée coquine en rentrant et sentait tout cela lui passer sous le nez, augmentant sa fureur. Ils arrivèrent à l'appartement et Bill sortit immédiatement de la voiture, le laissant se débrouiller pour tout porter. Tom l'appela sans succès et fut bien embêté de voir Bill lui lâcher la porte au nez, sans la tenir pour l'aider, ainsi que l'ascenseur qu'il laissa se refermer alors que Tom n'était plus très loin. Bill eut un sourire satisfait quand il entendit le cri rageur de son compagnon qui, trop pressé d'entrer dans l'ascenseur, fit tomber les boîtes de nourriture par terre, sans pour autant qu'elles s'ouvrent. Il eut juste le temps d'entendre Tom crier :

-Oh merde ! Bill, attends ! Attends, j'ai envie d'aller aux toilettes en plus !

Et les portes de l'ascenseur se refermèrent sur le visage contrarié de Tom. Il se dépêcha de monter au cinquième, leur étage et appuya sur tous les autres boutons, souriant encore plus :

-Voilà, mon salaud, ça va monter tous les étages, jusqu'au 15ème, avant que tu le voies redescendre, l'ascenseur, t'auras le temps de pisser dans ton froc, bien fait !

Au rez-de-chaussée, Tom remarqua immédiatement que la petite lumière indiquait que l'ascenseur s'arrêtait à tous les étages et comprit de suite que Bill lui avait fait là un joli coup tordu. Il grogna :

-Oh putain, le salopard...

Et bien-sûr, il fut bien obligé d'attendre que l'ascenseur redescende, après qu'il se soit arrêté à tous les étages et ça jusqu'au quinzième ! Il était vert de rage, il se dit qu'il aurait pu monter par les escaliers de secours, mais il était vraiment trop chargé pour ça et son envie d'uriner était trop forte. De toute façon, à force d'hésiter l'ascenseur finit bien par redescendre et son énervement par contre était au plus haut. Quand il passa enfin le seuil de leur porte, il s'écria immédiatement :

-Putain, Bill, dès fois t'es tellement salaud ! Je t'avais dit que j'avais envie de pisser, t'aurais pu m'aider au lieu de faire que l'ascenseur s'arrête à tous les étages avant qu'il redescende ! T'es mesquin, vraiment mesquin, ça se fait pas putain ! J'espère que ça t'a bien fait rire en tout cas, parce que moi j'ai bien la rage, là !

Aucune réponse. Bill n'était visible nulle part. Une des boîte glissa encore à terre et Tom lâcha le tout rageusement en continuant de râler :

-Voilà, toi qui aime bien les quiches de maman, c'est tout foutu là ! Tout est écrasé, ça va t'apprendre, la prochaine fois tu m'aideras ! Et puis je m'en fous, je laisse tout par terre, tu ramasseras quand tu seras décidé à grandir un peu !

Cette fois il entendit Bill l'engueuler depuis la chambre, apparemment il avait eu le temps de se mettre au lit :

-Mon vieux, t'as intêret à ramasser toi-même, je suis pas ta boniche, même si je suis apparemment ta « femme » ! Et t'aurais quand même pu faire attention, on peut rien te confier à toi ! Et puis vu que c'est toi l'homme, à toi de te démerder pour tout porter tout seul, n'est-ce pas ? Moi je suis « la femme », ça me casserait les ongles, hein ?

Tom soupira bruyamment, exaspéré. Il rejoignit Bill et observa son visage fermé en commençant à se dévêtir :

-Tu vas me faire la gueule longtemps à cause de cette foutue parole malheureuse ? Je t'ai dit que j'étais désolé, j'ai parlé sans réfléchir et-

Bill le coupa, totalement ironique :

-Bin tiens, ça c'est nouveau chez toi, de parler sans réfléchir ! Si seulement tu savais faire autrement mon pauvre !

Tom se mordit la langue pour éviter de rétorquer autre chose de plus désagréable encore. Ca ne finirait jamais sinon. Il continua donc de se déshabiller et vint s'allonger prés de son compagnon, essayant de coller son corps à celui du brun qui le repoussa immédiatement. Ok, pas de soirée coquine alors, pour de bon. Depuis combien de temps ils n'avaient pas fait l'amour tous les deux ? Tom avait arrêté de compter. Bill était toujours fatigué, il rentrait souvent tard de son travail, ou alors, ils se disputaient et là c'était pire parce que Bill allait dormir dans le canapé, au salon, pendant quelques soirs. Oui, les moments passionnés et romantiques de leurs débuts étaient bel et bien loin... Pourtant, ils étaient chacun complètement amoureux de l'autre et dépendants du corps de l'autre, mais le temps, la routine et leurs disputes avaient creusé un fossé qu'ils avaient du mal à combler. Et quand le brun se laissait enfin aller à une étreinte, ça avait l'air d'être un automatisme choquant, presque mécanique, oui le temps de leurs débuts passionnés étaient bien révolus, malgré tout l'amour qu'ils pouvaient se porter encore mais qui semblait profondément enfouis sous un amas de malentendus et sous un quotidien involontairement destructeur.

Fin flashback


Sortant de ses pensées, Bill attrapa ses clés de voiture et se décida à rentrer enfin chez lui. Il avait bossé encore une heure de plus à son travail, sachant qu'inconsciemment Tom serait déjà chez eux à l'attendre. Il lui dirait encore qu'il en fait trop et que ces heures supplémentaires ne servaient à rien étant donné que bien souvent son patron « oubliait » de les lui payer à la fin du mois. Bill lui expliquerait alors une fois de plus qu'il ne pouvait pas comprendre. Il a des impératifs à boucler en tant que photographe de mode. Il devait sans cesse retoucher des photos afin de les envoyer à telle ou telle agence. Il avait un certain succès d'ailleurs.

Il se retrouva plus vite qu'il ne l'aurait pensé devant la porte de leur appartement. Ce fameux appartement qu'ils avaient acheté ensemble il y a de ça 5 ans. Il se souvient encore du bonheur que ça avait été d'emménager avec Tom dans leur nouveau cocon. Oui c'était un moment inoubliable. Tom et lui avaient signé les papiers et de suite après que la femme de l'agence immobilière soit partie en leur laissant les clés de leur nouvel habitat, sans plus de cérémonie, il lui avait fait l'amour à même le sol.

Tom avait fermé la porte avec ses nouvelles clés et s'était littéralement jeté sur lui, le plaquant contre le mur, lui apportant toutes sortes de caresses tantôt douces tantôt coquines. Il les avait débarrassé chacun de leurs vêtements devenus bien trop encombrants pour ce qu'ils s'apprêtaient à faire. Tom l'avait alors conduit à s'allongé sur le sol se positionnant entre ses cuisses outrageusement ouvertes. Il lui avait alors fait l'amour avec passion et dévotion. Ça avait été impulsif et en même temps naturel pour eux. Ils étaient tellement fusionnels au début de leur relation. Lorsqu'ils eurent fini Tom lui avait juré de faire que cet appartement soit leur bulle de bonheur. Bill lui avait sourit et l'avait embrassé comme jamais.

A cette pensé Bill sourit tristement. Il était bien loin le temps où il prenait du plaisir à être intime avec Tom. Quelque fois il se demandait si ce n'était pas lui qui avait un problème, plutôt que Tom. D'accord Tom était vraiment pénible. Il faisait de moins en moins attention à ce qui pouvait le blesser. Il sortait une immensité de conneries à la seconde et ce de plus en plus. Et c'est ça qui rendait Bill irritable et distant mais en même temps peut-être que c'est cet éloignement qui faisait que Tom essayait de se rendre intéressant à ses yeux. Certes maladroitement mais c'est ce côté maladroit qui l'avait séduit au début aussi. Tom avait l'art de mettre les pieds dans le plat. En somme c'était un genre de cercle continuel dans lequel ils s'étaient engouffrés.

Il souffla comme si ce geste allait lui donner du courage puis entra enfin dans l'appartement. Il y faisait doux et ça sentait une odeur de bougie parfumée. En avançant dans le salon il comprit de suite pourquoi une telle ambiance apaisante y régnait.

Tom se trouvait dans le canapé en train de lire un de ces magazines préférés sur la musique. Il avait disposé sur la table basse un petit apéritif composé de biscuits salés en tout genre et son cocktail préféré, un « Sex on the Beach » semblait lui faire les yeux doux. Tom l'avait présenté avec soin dans une coupe avec une petite décoration pour égayer le tout.

A cette vision Bill ouvrit grands les yeux. Ça le surprenait totalement. Depuis longtemps déjà Tom ne lui apportait plus aucune sorte de ces attentions qui autrefois faisait son bonheur.

-Je rêve ? demanda Bill surpris. Tu as quelque chose à me demander pour avoir fait tant d'effort lança-t-il juste après pour en rajouter une couche.

Tom ne pensait pas que Bill réagirait comme ça. Il voulait juste lui faire plaisir même si c'est aussi vrai qu'il n'avait pas fait ça innocemment. Il n'en pouvait plus de ne plus pouvoir le toucher. Bill avait de plus en plus souvent la migraine. Et après il lui disait qu'il ne voulait pas qu'il le voit comme une femme. Pourtant par certains côtés il commençait vraiment à le devenir.

-Ok. S'énerva-t-il. Si c'est comme ça que tu le prends je crois que je ferais mieux d'aller boire un verre dehors. De toute façon tu vas encore me dire que tu es fatiguée et tu vas aller te coucher, donc pourquoi rester après tout !

Il se leva et alla dans l'entrée où il commença à mettre son manteau. Bill surpris par ce soudain revirement de situation ne bougea pas. C'était lui qui criait après Tom généralement et pas l'inverse. Il se sentit vraiment très con sur le moment. Il avança jusqu'à l'entrée. Il n'allait tout de même pas le laisser partir comme ça. Il se posta en face de lui sans le toucher.

-Ecoute Tom...je sais qu'en ce moment on n'est pas trop sur la même longueur d'onde tout les deux mais...

-C'est la meilleure celle-là ! Le coupa Tom. Tu m'apprends un truc là Bill. Vraiment non je n'avais pas fait gaffe que tu t'énerves pour un rien, que tu m'engueules à tout bout de champs et que tu ne fais aucun effort pour que ça s'arrange.

Bill se sentait tout petit d'un coup. Tom l'avait toujours un peu impressionné au fond. Alors lorsqu'il haussait un tant soit peu le ton, il semblait se retrouver comme un élève qui reçoit les remontrances d'un de ses professeurs d'école. Il baissa la tête les mains de chaque côté de ses hanches.

Tom voyant son manque de réaction ouvrit la porte. Bill ne le retenait même plus. Au début de leurs désaccords, lorsque Tom émettait l'idée de partir de l'appartement Bill se ruait sur lui et l'implorait de rester parce que c'était chez eux ici et que si l'un n'est plus avec l'autre alors celui qui reste ne peut que se sentir d'avantage seul. Que restait-il de ce Bill accro à lui ? Plus grand-chose apparemment.

Il se tourna une nouvelle fois vers le brun. Le pire c'est que malgré tout ce qu'ils traversaient en ce moment, il était toujours autant amoureux de lui et c'est certainement ça qui le tuait à petit feu.

-Tu sais, j'avoue que j'ai fait en espérant...il s'arrêta en soufflant du nez, il était dépité. En fait je me demande encore ce que j'espérais au fond, poursuivit-il.

Bill le regarda alors intensément. Ce regard qui lui foutait des milliers de frissons partout sur sa chair. Il ressentait encore tellement de chose pour son Bill. Il se demandait si le brun l'aimait encore. Après tout il était en droit de douter de son amour. Rien n'allait plus entre eux, c'était un fait. Il décela tout de même une pointe de tristesse dans ses prunelles.

Bill ne savait pas quoi lui dire. Il voulait le retenir et en même temps. Il n'avait vraiment pas envie de faire passer la pilule en se réconciliant sous la couette. Tom agrippa la poignée et posa son front contre la porte à moitié ouverte.

-Tu sais le pire Bill ?...le blond ferma les yeux et respira fort. C'est que je voulais vraiment te faire plaisir, finit-il par dire doucement.

Puis il parti en direction des escaliers. Il ne voulait pas attendre l'arrivée de l'ascenseur.

Bill se sentait vraiment misérable pour le coup. Il ne voulait pas que tout cela arrive. La situation lui avait échappée sans qu'il ne s'en rende compte. Il poussa un cri de rage qui résonna dans tout l'appartement. Il retourna dans le salon où l'apéritif semblait le narguer à présent.

Il se dirigea vers leur chambre pour se déshabiller. Il vit alors une photo d'eux, enlacés et souriant comme des bienheureux. Il était loin ce temps là. Depuis quand n'avaient-ils pas rit ensemble ? Encore une question en suspend dans sa tête. Une fois nu il alla directement sous la douche. Il mit l'eau bien chaude et senti ses muscles, crispés sous la colère et la frustration, se détendre. Il réalisa alors que Tom avait essayé de faire un effort et que lui, toujours prit dans son élan d'égoïsme, n'en avait rien vu. Il avait tenté d'être gentil et il l' avait totalement reconduit dans ses retranchements. C'était officiel. Il se sentait nul.

Il se lava et resta encore une bonne vingtaine de minutes sous l'eau chaude. Lorsqu'il sorti de la cabine de douche, il se regarda dans le miroir. Il songea alors que Tom lui manquait. Avant les douches du soir ils les prenaient tout les deux ensemble. Ils passaient des heures à se câliner. Il lui sembla rêver le corps de Tom se collant à lui et lui chuchotant des mots doux au creux de l'oreille alors qu'il regardait dans le miroir mais l'illusion disparue.

Il ne mangea pas. Il rangea l'apéritif qui n'avait pas eu lieu et se fit une tisane, à défaut de boire sa boisson alcoolisée préférée. C'est vrai que par certain côté il lui semblait avoir des attitudes de femme. Quel homme boirait une tisane à la place d'un alcool pour faire passer sa peine ?!

Tom lui avait semble-t-il un peu trop monter la tête à ce sujet pour qu'il pense ça par lui-même.

Tom.

Où était-il allé ? Bill ne le savait pas mais il comptait l'attendre et s'expliquer avec lui. Il n'avait pas l'intention de s'écraser face au blond. Après tout, ce qu'il s'était passé ce soir n'était pas entièrement sa faute. Il voulait juste ne pas passer pour un sans c½ur auprès de celui qui détenait le sien. Il se mit à lire un livre que lui avait conseillée une amie concernant les relations de couples. Il s'avoua que c'était peut-être s'apparenter à une femme que de lire ce genre de truc mais bien vite, il s'endormit sur le canapé du salon, le livre toujours dans les mains.

Tom rentra vers 23h00. Il avait passé la soirée en compagnie de son meilleur ami Georg à essayer de comprendre pourquoi tout allait si mal avec Bill alors qu'avant tout lui semblait clair et évident. Georg n'avait pas pu lui donner d'avantage de réponse face à la situation. Il lui avait simplement suggéré de laisser Bill lui expliquer un peu tout ce qu'il ressentait par rapport à tout ça. Ça serait sûrement une bonne chose. Lorsqu'il arriva dans le salon il aperçut le brun allongé dans le canapé un livre dans les mains. Bill avait du l'attendre mais s'était finalement endormi.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.234.45.10) if someone makes a complaint.

Comments :

  • chaos87th

    21/08/2011

    J'aime bien ce début de fic. Ca a vraiment l'air intéressant.
    Je me demande s'ils vont se retrouver comme au début de leur relation. C'est ce que j'espère tout du moins ^^

  • k

    13/11/2009

    Ah oui j'avais oublier de dire quelque chose dans mon commentaire "tête en l'air" ^^

    Si Bill ce comporte comme une femme...enfin je trouve pas mais c'est juste une idée qui m'est venu enféte j'me suis dit : Si l'histoire tourne a une M-preg sa serait génial mais bon je verrais par la suite =) !!

    Voila c'était juste pour dire sa enfin pour l'instant je pense enfin j'aimerai bien que sa en soit une sinon ben c'est pas grave hein lOl ^^ sa ce fait de plus en plus rare les M-pref =) "j'raconte mes points de vue lOl ^^" bon aller je continue...

  • K

    13/11/2009

    Je commence a lire cette fiction ^^ !

    Je sens que j'vais l'adorer aussi tout t'es écrit son sublime et pis ya une autre personne qui travaille avec toi donc deux fois plus d'inspiration c'est cool !! =)

    je continue....

  • Pucca97217

    19/09/2009

    Ouh sa commence fort.
    Que de dispute pour un rien!!!

  • Ah-t0miik-x3

    31/07/2009

    Aie aie aie la fic elle commence mal. :s
    J'comprends qu'on puisse passer de " l'amour à la haine " (sous entendu la dispute hein j'sais pas si j'suis vraiment claire XD) pour un rien. Et quand la situation se retourne contre soit c'est violent & ça fait mal. T_T"
    Bon allez, à la suite. +D

  • Thunderbolt-Real-Ya0i

    11/07/2009

    Encore moi ! Ouais ... je commente tout ! même si c'est pas ontéressant désolée

Report abuse